AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2362291626
Éditeur : Editions Bruno Doucey (16/11/2017)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
« Poésie en liberté » est le nom d’un concours international de poésie en langue française qui entre, en 2017, dans sa 20ème année. Ouvert aux lycéens, aux étudiants et aux apprentis des filières professionnelles, il consacre des lauréats venus de tous les horizons, preuve que la langue française est parlée sur les cinq continents. Avec les Éditions Bruno Doucey, ce concours s’est doté d’une anthologie digne de ce nom. Cent jeunes poètes de notre temps auront la fie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
AgatheDumaurier
  18 décembre 2017
Ce recueil est d'abord d'un grand courage pour l'éditeur : il publie des poèmes, et des poèmes d'inconnus...D'après ce que j'ai compris, c'est une des pires gageures sur le terrain de l'édition.
Ces inconnus sont des lycéens, français ou étrangers, mais francophones, de filières générales ou professionnelles, et quelques étudiants. Ils ont été primés par le jury de "Poésie en liberté", dans différentes catégories : seconde, première, terminale, médaille d'or, argent etc...
C'est difficile de faire la critique d'un recueil de poésie, et encore plus quand il n'a pas de fil directeur ni d'autre unité que d'être un concours, cependant j'ai trouvé l'ouvrage globalement remarquable.
Remarquable l'idée du concours, remarquable la publication, remarquable l'objet-livre, rouge et crème, et remarquables les textes.
Les textes, parlons-en. La poésie, c'est à la fois le genre littéraire le plus abordable et le plus inaccessible. Abordable car on peut y créer un chef d'oeuvre de quelques lignes, et inaccessible car il n' y a aucune place pour l'erreur. Un mot de travers, et tout s'effondre. Les jeunes poètes primés ont produit, il me semble, quelques chefs d'oeuvre, dont on espère que le temps ne les balaiera pas, car c'est facile de balayer quelques lignes fragiles.
Les thèmes sont éternels, il s'agit surtout de poésie lyrique, mais la forme et le langage sont contemporains.
Pour faire admirer le talent des auteurs,je ne peux que citer ce qui m'a le plus frappée :
L'âtre de l'humanité, Elisabeth Chouinard, Canada :
"...
Qui es-tu ?
Le tueur de l'humanité ?
L'amateur de volupté?
L'ami des démunis ?
L'ennemi des esprits ?
...
Ne me reconnais-tu pas ?
Demanda le souverain de la braise
Dieu, sans hésitation, le tout nia
Jamais pareille cruauté il n'avait su créer
Alors, le roi des flammes
Prit une brève inspiration
Et répondit à Dieu
D'une voix grave et sans pitié
"Je ne suis que l'homme"
Marion Hanat, L'Arbre inestimable :
"Traversant le temps, perçant le vent, luttant contre l'abîme (Waouh le vers ! note d'Agathe)
Enchaîné à la terre, enchaîné à la vie ... (10 vers)
Je suis le chêne centenaire jamais abattu"
Luc Manene, Tu veilles :
"Tu veilles l'empreinte des signes
Ce tendre passé et futur fertile..."
Hortense Brintet, la chasse des dieux :
(Mon préféré avec sa double lecture, un troisième prix que j'aurais mis premier, moi)
Vêtu d'une toison, un grand arc à la main
Son carquois de bois noir, flottant sur son dos nu
Suivi par Artémis, jeune fille ingénue
Apollon malicieux, chasse au petit matin.
Fuyez, lièvres furtifs, et tremblez, geais moqueurs
Ceux que vous observez, au creux de vos abris
Et que vous gratifiez, d'un regard de mépris
Vous abattrons bien vite une flèche en plein coeur.
Ces enfants qui cavalent , troublant votre repos
Si simplement vêtus, de tuniques de peau
Briseront vos échines, vous tuerons de sang-froid
Vous dont la douce vie, de paix était un havre
Quittez donc vos terriers, allez vers d'autres bois,
Ou vous serez réduits, à l'état de cadavre."
J'en passe et des meilleurs.
Je remercie énormément Masse critique et les éditions Bruno Doucey pour ce très beau cadeau et vous incite, si vous en avez le goût, à lire de la poésie contemporaine, pour qu'elle soit publiée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          374
paolinna
  18 décembre 2017
Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions Bruno Doucey ainsi que Babelio pour ce livre, j'ai vraiment pris un grand plaisir à le découvrir. J'ai commencé à m'intéresser à la poésie que très tardivement, il y a deux ou trois ans seulement, car auparavant je gardais un très mauvais souvenir de ce genre littéraire à cause de l'école. Mais je regrette de ne pas m'être renseignée avant car j'ai (re)découvert un genre qui me transporte !

Poésie en liberté, c'est en fait un concours international de poésie en langue française. Il est ouvert aux lycéens, aux étudiants et aux apprentis des filières professionnelles de 15 à 25 ans venant du monde entier. Cette anthologie rassemble donc 100 poèmes qui témoignent du talent des jeunes poètes d'aujourd'hui.

De par la pluralité des auteurs, les textes sont très variés. Mais qu'ils soient sombres et mélancoliques, ou brillants d'optimisme, ils sont tous touchants à leur manière. Traduisant les pensées, les expériences et les histoires de chacun, en vers ou en prose, avec ou sans rimes, j'ai trouvé ces textes assez révélateurs de la jeunesse d'aujourd'hui. Ce recueil détient une force et une sincérité qui m'a vraiment saisie.

Parmi ces poèmes, il y en a 7 qui ont vraiment retenu mon attention, soit de par la beauté de leur écriture, soit parce qu'ils ont fait échos à quelque chose de particulier en moi : il y a « Changement » du russe Alexandre Coste pour le thème qu'il aborde et sa poétique en plusieurs langues, « Comme c'est étrange » de l'australienne Zoe Clarke pour sa musicalité, « La nuit » de l'américain Yichen Yao pour son côté onirique, « Corps à coeur lourd » de la tahitienne Moe Mercadieu dont les mots sont délicats et puissants à la fois, « le train » de la française Justine Dorizon parce qu'il m'a rappelé de nombreux souvenirs, « Un jour on ira...» du parisien Tom Lévêque qui m'a tout simplement transporté, et enfin « Un coeur qui bat » de la toute jeune Louise Assenbaum dont les mots sont d'une douceur incroyable.
Malheureusement, j'ai dû lire ce livre dans un temps imparti dû à la masse critique, mais je n'hésiterais pas à me replonger dans ce recueil dès que j'en aurais l'occasion afin de pouvoir vraiment apprécier la beauté de ces histoires.
Lien : http://mangeonsleslivres.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Nathv
  12 décembre 2017
Je remercie Babelio - via sa Masse Critique - et les Editions Bruno Doucey de m'avoir fait parvenir ce recueil de poésie.
Vraiment, je ne regrette pas le détour. Ce livre nous fait partager les mots et les rimes, tous genres confondus, de différents jeunes (de 15 à 25 ans) à travers les continents et s'articule en chapitres (premiers prix - deuxièmes prix - troisièmes prix - prix spéciaux et anthologie, autres poèmes).
Certes, le fait de devoir écrire mon billet en 30 jours m'a obligée à dévorer les textes à un rythme effréné, ceci gâchant parfois mon plaisir (mais, n'ayez crainte, je vais laisser traîner le livre à portée de mains afin de pouvoir me replonger dans l'un ou l'autre texte) mais, de manière générale, j'ai été agréablement surprise et prise par la magie de certains textes.
Si je ne devais qu'en retenir deux, ce seront deux premiers prix: "Corps perdu" de Sophie Guth (que j'ai trouvé tragique, dramatique, tellement vivant et triste avec une note finale d'espoir) et "Salut à toi" de Sébastien Mannheim (que j'ai trouvé si "romantique" tel un poème du temps jadis).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
AgatheDumaurierAgatheDumaurier   18 décembre 2017
La chasse des Dieux, Hortense Brintet

Vêtu d'une toison, un grand arc à la main
Son carquois de bois noir, flottant sur son dos nu
Suivi par Artémis, jeune fille ingénue
Apollon malicieux, chasse au petit matin.

Fuyez, lièvres furtifs, et tremblez, geais moqueurs
Ceux que vous observez, au creux de vos abris
Et que vous gratifiez, d'un regard de mépris
Vous abattrons bien vite une flèche en plein coeur.

Ces enfants qui cavalent, troublant votre repos,
Si simplement vêtus de tuniques de peau
Briseront vos échines, vous tuerons de sang-froid

Vous dont la douce vie, de paix était un havre
Quittez donc vos terriers, allez vers d'autres bois,
Ou vous serez réduits à l'état de cadavre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
paolinnapaolinna   18 décembre 2017
Un jour, on ira sur les flancs des montagnes pour sentir l'extérieur d'un souffle qui fait trembler un cœur las. On navigue au milieu des sapins, à minuit, quand le monde encore vierge de nos vies trop pressées sait saisir dans un pas le battement d'un monde qui s'écroule. (« Un jour on ira...», Tom Lévêque)
Commenter  J’apprécie          20
paolinnapaolinna   18 décembre 2017
Comme c'est étrange / La manière dont / Les mots et les sons / Se font anges / Ou démons ! (...) Comme cela affecte / Votre compréhension / Des mots et des sons / Oui, ça se respecte / Les émotions. (« Comme c'est étrange », Zoe Clarke)
Commenter  J’apprécie          10
paolinnapaolinna   18 décembre 2017
Dans la maison, on entendrait presque le silence, sans le crépitement du feu et le clapotis de la pluie qui tombe sans relâche sur le sol sec, craquelé, privé d’eau depuis longtemps. Le vent souffle sous les tuiles du toit. Et puis, il y a aussi, plus loin, un cœur, ton cœur qui bat, là-bas. (« Un cœur qui bat », Louise Assenbaum)
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : concoursVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
609 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre