AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782404012278
400 pages
Éditeur : Gallmeister (05/03/2020)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Brandon Vanderkool n’a qu’une passion, les oiseaux. Poussé par son père, il vient pourtant d’entrer dans la Border Patrol, la police des frontières américaine, où il est chargé de surveiller un bout de frontière poreuse – et paisible – entre les États-Unis et le Canada. Est-ce parce qu’il est dyslexique, ou qu’il possède une perception unique du monde, toujours est-il qu’il commence à enchaîner les arrestations. Cette efficacité soudaine fait de lui un héros dans sa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Lalitote
  04 mars 2020
Quel superbe livre, le personnage de Brandon en antihéros ou mieux en héros malgré lui est juste fabuleux. Un jeune homme hors du commun à tous points de vue, par son physique de grand gaillard impressionnant, par sa maladresse et sa difficulté en société, par son obsession des oiseaux, autiste, dyslexique. Alors qu'il travail à la police des frontières, (non par celle américano/mexicaine mais celle moins connue américano/canadienne), ses collègues ont tendance à se moquer de lui et pourtant c'est bien cette particularité qui fait de lui le meilleur observateur de ce côté de la frontière, en comptant les oiseaux, il tombe sans l'avoir cherché sur de nombreux immigrés ou trafiquants de stupéfiant. L'écriture de l'auteur est parfaite lorsqu'il décide de se mettre dans la peau de Brandon afin que nous, lecteurs puissions avoir un aperçu de toutes ses facultés particulières. L'histoire se déroule après le 11 septembre et on sent la tension des Etats-Unis à garder ses frontières contre les menaces terroristes. Lynch nous montre aussi les difficultés économiques dont souffrent les habitants qui voient une façon d'améliorer leurs conditions de vie par des activités illégales. C'est ce que fait Madeline, sa proche voisine, la seule qui fait battre le coeur de Brandon plus fort. Cette lecture m'a fait réfléchir sur la normalité et le jugement. Cette fiction nous entraîne sur des chemins biens différents, remplis de land art, de peinture et de l'acuité particulière d'un homme, pour un peu on louerait l'autisme comme une bénédiction. Et si l'on doit comparer la vie de Brandon et celle de son père, il n'y a pas photo. Beaucoup de personnages secondaires qui viennent apporter leur couleur au récit remisant l'intrigue de côté face à une telle déferlante de personnalités diverses et variées. Une très belle lecture dans le courant du Natural writing où l'attention se porte autant sinon plus sur l'environnement que sur la fiction elle-même. Bonne lecture.
Lien : http://latelierdelitote.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
vero12
  09 mai 2020
Difficile de vraiment classer ce livre pour vous le décrire. Je suis mitigée, j'ai bien aimé l'écriture, les descriptions animalières ou paysagères plairont aux inconditionnels des récits sur la nature. Perso les oiseaux et leurs description, c'est mignon au début mais après ça soule un peu. Y'a pas vraiment une histoire avec un dénouement, ça tient plus du récit. le récit de ce qui se passe sur cette frontière plutôt bizarre et malmenée, l'histoire de ce garde frontière hors norme parce qu'autiste, et certaines choses qui vont avec, de sa part ou de celles des autres. Il est attachant ce garçon, il fait le charme de ce livre.
Commenter  J’apprécie          10
mathie36
  02 juin 2020
Jim Lynch nous livre encore une fois une belle aventure pleine de nature. Ouvrez les bras et sentez l'air des mots s'insinuer dans chaque parti de votre esprit.
J'aime toujours autant le style de Jim Lynch simple et efficace, on ressent son amour de la nature. Il arrive à rendre les personnages les plus simplistes terriblement intéressants, il leur donne une place de premier ordre.
Je l'ai lu en plein confinement et j'ai apprécié d'autant plus qu'à ce même moment nous mettions un point d'honneur à valoriser le travail du personnel de santé. Et pourtant, Jim Lynch avait un, voir deux, trains d'avance, car ce roman a été écrit il y a plusieurs années, en 2009.
Brandon est un jeune homme terriblement touchant, de part son obsession des oiseaux, avec sa dyslexique, mais surtout pour son béguin pour Madeline. Il lui arrive toujours des histoires incroyables qui vont le porter en avant malgré sa différence.
Ce roman est n'est pas mon préféré de Jim Lynch, mais encore une fois, il a su me toucher sincèrement, il nous pousse une nouvelle fois à une réflexion profonde : qu'appelle t-on "la normalité" ? Quelle est la limite de cette normalité ? Mais surtout ne jugeons pas trop vite ?
Vivement son prochain roman !
Un roman et un auteur à découvrir si ce n'est toujours pas le cas.
Lien : https://pause-the.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Leg12Leg12   21 mai 2020
Edison avait trente-deux ans quand il mit au point l’ampoule électrique. Trente-deux ans, bordel ! La moitié de l’âge de Wayne. En songeant aux deux portraits ambivalents que l’on brossait d’Edison – un magicien visionnaire qui éclaira le monde moderne et un incomparable connard avide de louanges –, Wayne penchait de plus en plus pour le second. Aucun homme n’avait pu inventer à lui seul les industries de la musique et du cinéma, la poupée qui parle et plus de mille autres découvertes capitales. Mais combien de temps cela aurait-il demandé sans Edison ? Voilà la question. Rayez cette tête de nœud de l’histoire et les preneurs de paris qui étudient ce genre de choses vous diront que la révolution électrique aurait encore dû attendre une génération avant de voir le jour, et l’industrie phonographique sans doute davantage. Tout cela venant d’un marginal sans éducation, presque sourd, pas assez intelligent pour comprendre que les choses qu’il imaginait et exigeait de lui-même et de ses sous-fifres n’étaient pas possibles. Peut-être était-ce exactement cet ADN, une forme de bêtise typiquement américaine, que possédaient tous les géants, que ce fût Edison, Ford ou Gates. Quand on les observait de plus près, ils paraissaient moins brillants et plus bizarres, n’est-ce pas ? Et peut-être que cela ne concernait pas seulement les Américains. La plupart des innovateurs du monde entier étaient des brutes épaisses qui poussaient la société à aller de l’avant. Voilà tout ce que Wayne retirait de son exercice matinal. Aucun enrichissement intellectuel, aucune gloire, aucune révélation. Juste un arrière-goût métallique dans sa bouche de connard impatient. Terrassé par la fatigue, il raya le tungstène de sa liste. Salopard d’Edison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LalitoteLalitote   04 mars 2020
La plus petite des deux silhouettes se retourna, poussa un couinement et mis un genou à terre avant d’être soulevée par la seconde. Et si ce n’étaient que des mômes ? Effrayer les enfants faisait partie de ses craintes, de ses phobies, les bébés l’adoraient, mais les gamins tremblait devant lui, malgré tous ses efforts pour paraître petit et sympathique.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Jim Lynch (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jim Lynch
A l'occasion de sa venue au Festival Etonnants Voyageurs en mai 2018, Jim Lynch nous présente son ouvrage "Face au vent" aux Editions Gallmeister.
autres livres classés : autismeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2051 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre