AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709656248
Éditeur : J.-C. Lattès (19/09/2018)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Dans ces mémoires uniques et hybrides, qui sont aussi particulières que l’homme lui-même, Lynch se confie pour la première fois sur sa vie, toujours en quête d’une vision singulière, et sur les nombreux chagrins d’amour et épreuves qu’il a affrontés pour mener à bien ses projets peu orthodoxes, parfois avec succès, parfois sans. Les réflexions lyriques, intensément intimes et sans aucun filtre de Lynch sont précédées de sections biographiques, écrites par sa proche ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
KrisPy
  09 février 2019
Je viens de passer quelques semaines oniriquement habitées par Monsieur Lynch, ses films et ses productions artistiques… Et c'était vraiment bien.
L'espace du rêve, ce livre retraçant toute la carrière de David Lynch, a été écrit à quatre mains et à plusieurs voix ; celles de tous ceux qui ont partagés la vie de Lynch, un instant ou longtemps, l'accompagnant dans ses films, sa vie, ou son art quel que soit le médium. Car David Lynch est un artiste multi-facettes, sa vie est tournée vers l'art. Et la méditation transcendantale qu'il pratique depuis ses vingt ans. Il a aussi du temps parfois pour de belles histoires d'amour, qui finissent souvent par un mariage et un enfant. Lynch est quelqu'un de foncièrement bon, altruiste, humain. Et il n'oublie jamais quelqu'un qu'il a aimé.
Son cinéma reflète sa passion pour l'art, les choses étranges, les rêves, et les bizarreries de la vie.
Ce livre reprend chaque film chronologiquement : les acteurs, les amis, la famille, les rencontres influentes, les rencontres amoureuses, tout le monde raconte ses anecdotes, ses ressentis. Puis David Lynch prend la parole et fait de même, ainsi nous avons une vision d'ensemble très complète du processus de « fabrication » d'un film de Lynch.
A savoir, pour ceux qui cherchent "les clés" des films de Lynch : ne pas s'attacher autant à la compréhension qu'au ressenti, car c'est avec ce dernier qu'il faut essayer de débrouiller les énigmes, c'est ce à quoi pense Lynch en premier : quel sentiment va inspirer cette scène ?
J'ai pris un malin plaisir à me faire une rétrospective de ses films durant la lecture de ce petit pavé. C'était une expérience étonnante et émouvante, une espèce de voyage dans le temps onirique, une immersion en eaux troubles et tièdes…
J'ai vu Eraserhead pour la première fois en 1983 dans un petit cinéma underground de ma petite ville. J'avais 17 ans, ce fût un choc artistique, une rencontre inoubliable avec cet univers étrange et sombre que j'affectionnais depuis toujours au travers de mes lectures et de mon gout pour les vieux films noir et blanc du cinéma de minuit.
J'avais bien aimé Elephant man, mais je le trouvais trop consensuel.
Blue Velvet m'avait secouée : le rêve américain se fissurait dangereusement, Kyle, Dennis et Isabella étaient somptueux, sauvages et cinglés. Lynch prenait de l'épaisseur.
Sailor et Lula m'avait un peu déçue malgré de belles scènes glauques et saumâtres à souhait : le happy-end mièvre y était pour beaucoup. David Lynch n'y était pour rien, Hollywood est sa censure était passés par là…
Puis vint le mystère Twin peaks… Je boycottais la série au bout du 4 ème épisode. J'attendis le film, Fire walk with me, pour me faire accrocher par Laura Palmer et son père incestueux. J'ai replongé l'été dernier pour la saison 3, après m'être fait une remise à jour des 2 premières saisons, La saison qui « explique » tout… Lynch est sans conteste mon maitre.
No comment sur « Une histoire vraie ». Pas vraiment son film d'ailleurs.
Puis vint Mullholland Drive… Mon préféré, mon précieux… Celui que je suis allée voir 2 soirs de suite au cinéma (en vostfr bien sûr). Celui dont j'ai acheté le dvd dès sa sortie, celui que j'ai dû voir sans mentir une dizaine de fois, avec à chaque fois ce sentiment de rentrer chez moi… d'être dans un endroit dont j'ai rêvé moi aussi. Cette histoire double, ces deux versions d'une même histoire, ces deux femmes qui s'aiment et se déchirent, l'ombre, la lumière, la reconnaissance, l'oubli… tout est rêve dans Mullholland, tout est mystérieux et intense.
Et puis il y eut Inland Empire... j'ai tenté maintes fois de le regarder... à chaque fois je m'endors... je ne sais pas si c'est les monologues de Laura Dern qui ont cet effet sur moi, mais je n'arrive jamais à dépasser le premier tiers du film... je réessayerais, je l'aurais un jour, je l'aurais...
Oh, et j'ai oublié Dune... Le tournage qui fut un vrai casse-tête, d'un projet trop longtemps erratique, qui faillit être tourné par plusieurs autres réalisateurs, dont Jodorowsky, Le Tournage "maudit", mais qui s'avéra être une bonne carte de visite pour Lynch au final, même s'il n'en maitrisa ni le final cut, ni le montage, qui fut un massacre... Le film qui fit mal deux fois à Lynch selon lui... Une fois lorsque son film lui échappa (final cut et montage) et une deuxième fois lorsqu'il fut écharpé par la critique.
Et puis que rajouter... ? Si ce n'est : si vous n'aimez pas Lynch, déjà, je ne pense pas que vous lisiez cette critique en entier, donc, bon, vous saurez de vous-même que ce livre n'est pas pour vous.
Pour ceux qui ne connaissent pas bien Lynch, ça peut vous inciter à voir ou revoir ses films, et à vous la péter dans les apéros entres potes afficionados de ciné en racontant des anecdotes marrantes sur Lynch.
Et pour ceux qui aiment Lynch et son cinéma, allez-y ! Lisez ce bijou, et regardez aussi le documentaire géniale sur David et sa peinture «"The Art Life" , un moment paisible et étonnant en compagnie de ce monsieur si singulier, ça ne se refuse jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Allantvers
  15 décembre 2018
L'occasion d'une masse critique de Babelio m'a mis dans les mains ce livre destiné à être offert à un être cher, très cinéphile et grand admirateur e David Lynch. Etant totalement hermétique à l'univers de ce dernier, cela me paraissait une excellente opportunité de tenter de trouver une porte d'entrée dans son oeuvre que de l'aborder par le biais de l'écrit.
De fait, le format très original de ce livre, à la fois biographie et autobiographie où les mots de l'auteur font écho au récit de sa vie et de sa carrière, permettent de le découvrir dans une forme d'intimité que seule permet la lecture. J'ai pris plaisir à suivre ses jeunes années et la construction de sa personnalité d'artiste sur fonds d'Amérique des années soixante, et à entrer dans les coulisses de la création de sa filmographie, de Eraserhead à Twin Peaks, en passant par le fabuleux Elephant man ou encore Sailor et Lula. Me reste néanmoins la frustration de ne pas avoir trouvé dans ce livre des clés d'interprétation plus explicites de sa démarche artistique, que décidément je ne suis hélas pas apte à comprendre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
svecs
  17 janvier 2019
Il faut d'abord dissiper un malentendu. Ce livre n'est pas un manuel explicatif de l'oeuvre de David Lynch. Si vous espérez y trouver les clés pour décrypter Eraserhead, INLAND EMPIRE ou Lost Highway, vous en serez pour vos frais. L'espace du rêve est en fait une plongée dans la vie et le parcours de David Lynch. Mais comme cet artiste touche-à-tout ne peut décidément rien comme tout le monde, ce livre qui lu est consacré est assez unique en son genre, entre biographie et autobiographie. de manière assez classique, chaque chapitre relate une période de sa vie, en général couplé à une création particulière, ce qui explique que certains chapitres se chevauchent chronologiquement, par exemple ceux qui traitent de Wild at Heart et Twin Peaks, qui ont été développés et tournés en parallèle.
Mais ils sont tous scindés en 2 parties distinctes. La première partie, écrite par la critique de cinéma Kristine McKenna, se base sur des entretiens avec de nombreux proches et témoins. Une fois rédigée, ce manuscrit était soumise à David Lynch qui la relisait et écrivait ensuite "sa" version de de cette même période, confirmant ou infirmant certains faits, rebondissant sur certaines anecdotes et soulevant des points qui ne l'avaient pas été. Cette construction, loin d'être redondante, permet de mieux cerner le personnage.
Je suis personnellement très amateur de David Lynch, que ce soit le cinéaste ou l'artiste plastique. Ce livre propose un portrait étonnant d'un homme extrêmement simple et solaire, alors que ses films, s'ils sont traversé d'un humour décalé, restent majoritairement très noir. Il ne semble même pas traversé de cette part d'ombre que l'on prête généralement aux artistes.
Parcours d'un artiste hors-norme qui semble faire l'unanimité auprès de tout ceux qui travaillé avec lui, l'espace du rêve est un livre passionnant qui regorge d'anecdotes sur la carrière de Lynch et sur l'homme qu'il est. Au fil des pages, nous découvrons ce qui l'a inspiré, comment son univers s'est constitué, comme sa fascination pour les arbres. Nous retrouvons des échos de souvenirs d'enfance dans certains films.
Le portrait que dresse cet ouvrage est sans doute parfois un peu complaisant. Personne n'a rien de négatif à raconter sur Lynch et tous semblent vouer une admiration et une tendresse profondes pour l'artiste. On sent bien une pointe d'amertume chez Isabelle Rossellini à propos de leur rupture, ainsi que chez Tony Krantz sur leur brouille survenue lors de la production chaotique de Mullholland Drive, mais rien de plus. Par contre, tous insistent sur sa relation privilégiée avec les acteurs, de qui il arrive à tout obtenir et qui lui en sont tous redevables. Ce n'est pas un hasard si de nombreux acteurs et actrices collaborent avec lui depuis plusieurs années.
Deux anecdotes sont assez révélatrices. Après la sortie de INLAND EMPIRE, il s'est livré à un happening inattendu avec une vache pour soutenir Laura Dern pour une nomination à l'Oscar, malheureusement sans succès. Et, encore plus révélateur, lorsqu'il tournait son premier film en parallèle de ses études à l'American Film Institute, il prit la décision de partager tous les revenus du film avec les 13 acteurs et techniciens qui l'ont accompagné pendant les 4 années de tournage. En 2016, Lynch continuait d'envoyer un chèque annuel aux survivants.
En tant qu'amateur de David Lynch, ce livre m'a évidemment comblé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Yuko
  05 mars 2019
Les amateurs de David Lynch le savent, l'artiste se dévoile peu et laisse toujours planer le mystère autour de ses créations artistiques. Réalisateur, artiste-peintre, musicien, l'homme a plus d'une corde à son arc et une vision artistique unique. Une vie singulière, faite de convictions, de succès et d'échecs.
Ici, c'est l'homme intime, celui qui vit pour son art et qui peut tomber amoureux d'une idée, qui se dévoile. A travers les témoignages de ses proches, recueillis et retravaillés avec beaucoup de finesse par sa biographe et amie Kristine McKenna, David Lynch se confie sur son passé, ses amours, ses combats pour faire exister son art, ses failles et finalement sa vie d'artiste à part entière.
Tout est là, de Eraserhead à INLAND EMPIRE en passant par Twin Peaks, ses peintures, photographies et travaux sur le son, ce document recrée l'univers dans lequel il puise son inspiration (le métier de son père, son rapport à la sensualité, à la naissance d'une idée, à la méditation transcendantale, aux rêves etc.)
Une biographie un peu particulière comme on pouvait s'y attendre avec le personnage puisqu'il n'hésite pas à prendre également la parole et à commenter les souvenirs de ses amis, parfois différents des siens. Une forme atypique pour un homme qui ne l'est pas moins mais qui continue de fasciner par une dévotion totale et finalement sans concessions à son art. Un artiste engagé qui n'en cache pas moins un homme étonnament solaire et charismatique, ouvert aux autres bien que parfois absent pour les siens.
Si cette biographie ne donne pas les clés de ses oeuvres emblématiques, elle dévoile avec intérêt les coulisses de ses créations et offre au lecteur, notamment à travers des photographies issues de la collection privée de Lynch, une ouverture vers son espace intime. Un espace du rêve pour une invitation au coeur de sa réalité profonde, intime et fascinante.
Lien : https://leblogdeyuko.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PascalOlivier
  20 février 2019
L'Espace du Rêve (publié aux éditions JC Lattès en Septembre 2018)est un livre hallucinant et un cadeau du ciel pour tous les amoureux du cinéaste américain ! La somme de détails délivrés est absolument vertigineuse: débutant par l'histoire des parents de David Lynch, nous suivons ensuite et pas à pas son enfance, son adolescence et la naissance de son art avant de s'engouffrer dans le processus qui accompagne chaque film. Illustré par de belles photographies en noir et blanc, L'Espace du Rêve impressionne par sa faculté à nous immerger dans l'intimité d'un créateur aussi exceptionnel que singulier. 670 pages ne sont pas de trop pour aborder tous les aspects de la vie de David Lynch, et c'est une brillante idée (même si elle paraît surprenante de prime abord) d'aborder chaque chapitre à travers une double lecture : celle rigoureusement documentée et formelle de la journaliste Kristine Mc Kenna, puis celle flottante et nostalgique de David Lynch lui-même. Ainsi, nous assistons à la fois à une restitution hyper-documentée du parcours du cinéaste, parcours qui sera ensuite revu par le regard du cinéaste. En somme L'Espace du Rêve se révèle être une biographie auto-biographique !
Les paroles de David Lynch sont absolument délicieuses à lire, outre une grande nostalgie, on y trouve beaucoup d'humour, un peu de colère et surtout une immense générosité à l'oeuvre. Comme d'habitude chez le cinéaste, aucun secret ne sera dévoilé, et c'est tant mieux ! de plus, le parcours sentimental et spirituel y est également largement évoqué, ce qui nous permet de mieux comprendre l'homme qui refuse de séparer les différents éléments fondamentaux qui composent sa vie: l'art, l'amour et la spiritualité. Au-delà de l'intérêt gigantesque de nous faire côtoyer au plus près la mémoire d'un immense artiste, L'Espace du Rêve est une proposition de vie, une ode à la liberté, dont on ne peut que s'inspirer à notre tour pour créer notre univers.
Lien : https://cestarrivepresdechez..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
KrisPyKrisPy   12 février 2019
David Lynch à propos de Twin Peaks saison 3. page 601.

Le long métrage Fire walk with me est très important pour cette nouvelle série. Je ne suis pas surpris que les gens aient fait le lien. Il est assez clair. Je me rappelle combien j'étais reconnaissant d'avoir pu faire ce film. Chacun a sa propre théorie sur Twin Peaks, ce qui est génial ; voilà pourquoi il ne faut pas que j'explique la mienne. L'harmonie vient naturellement. Si vous êtes fidèle à votre coeur, l'harmonie est là, l'idée est juste, même si elle est abstraite. Et, dix ans plus tard, on peut l'interpréter d'une tout autre manière, car l'idée originelle détient un puissant potentiel. Telle est la magie du cinéma : on peut revenir à l'univers que l'on a créé vingt ans plus tôt, et le développer, du moment que l'on reste sincère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
KrisPyKrisPy   21 janvier 2019
Chez Lynch, se relaxer consiste toujours à faire quelque chose. (...) Il alla chez un poissonnier acheter un maquereau, le rapporta chez eux, le disséqua, en étala les parties, les étiqueta pour faciliter leur réassemblage, puis photographia leur agencement. "Ce qui paraitra grotesque aux yeux d'une personne normale ne l'est pas pour moi, observait-il. Je suis obsédé par les textures. Nous sommes entourés de tellement de plastique que je suis constamment en quête de textures." Il baptisa son projet maquereau Fish Kit, et y inclut des instructions pour "remettre dans l'eau le poisson terminé, et nourrir votre poisson reconstitué". Ce fut le premier d'une série de kits comprenant aussi un Chicken Kit et Duck Kit. Il réunit également six souris mortes pour un Mouse Kit qu'il ne finit par ne jamais réaliser (...) Il s'intéressait à l'idée de réaliser des kits de plus grands animaux, mais n'en eut jamais l'opportunité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AllantversAllantvers   15 décembre 2018
Une grande part de ce que nous sommes est déjà inscrite à la naissance. C'est le cycle de la vie et de la mort, que d'après moi on expérimente plusieurs fois. Une loi de la nature dit que l'on recoud ce que l'on déchire, et que l'on vient au monde avec la certitude qu'une partie de notre passé hantera notre présent. Imaginez que vous frappez une batte de base-ball : elle file tout droit jusqu'à ce qu'elle rencontre un obstacle. dès lors, elle repart dans l'autre sens. L'espace est si grand qu'elle peut poursuivre sa course très longtemps, mais à un moment donné elle finit toujours par revenir vers celui qui l'a lancée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
KrisPyKrisPy   25 janvier 2019
A propos du tournage du pilote de Twin Peaks, page 313 :
- Dans le rôle de Lucy Moran, secrétaire excentrique du Bureau du Shérif de Twin Peaks, Kimmy Robertson garde du tournage un souvenir "paradisiaque. C'était super marrant, et il y avait des idioties qu'on faisait avec David qui, pour moi, étaient magiques. Si je le lui demandais gentiment, il me laissait passer la main dans ses cheveux. Les cheveux qui poussent sur cette tête et ce qu'il y a dans ce crâne - ça, vous le sentez, dans sa chevelure. Ses cheveux ont un effet, ils ont une fonction, et cette fonction a un lien avec Dieu".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   10 décembre 2018
Lynch était de ces enfants qui possédaient un don inné du dessin, et ses talents artistiques s’imposèrent comme une évidence dès le plus jeune âge. Sa mère refusait de lui donner des livres de coloriage – elle estimait qu’ils bridaient l’imagination – et son père lui rapportait des liasses de papier millimétré du bureau. Le jeune garçon disposait ainsi de tout le matériel nécessaire et, quand il s’asseyait à table pour dessiner, on l’encourageait à suivre le fil de son imagination.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de David Lynch (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Lynch
David Lynch, entretien vidéoChaque mercredi, sur Télérama.fr, des entretiens vidéos, des questionnaires illustrés...Et le vendredi : festivals, DVD, reprises... le RDV des cinéphileshttp://www.telerama.fr/cinema/en-tete-a-tete-avec-david-lynch,61395.php
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
715 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre