AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782702163009
400 pages
Calmann-Lévy (28/03/2018)
3.6/5   25 notes
Résumé :
L’œuvre noire, c’est ce qu’a initié ce psy français de renommée internationale il y a trois ans, quand il s’est porté garant pour un petit malfrat dans un tribunal parisien. Pourquoi il l’a tiré d’affaire, ce qu’il exige du voyou, ce qu’il lui a fait… C’est un mystère effarant que le lecteur va découvrir au fil du roman, mais voilà où tout a commencé.
Et aujourd’hui, trois ans après donc, Manuel Kross, 25 ans de carrière dans la police, flic grande gueule sau... >Voir plus
Que lire après L'oeuvre noireVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Ça y est ! Tenue en haleine pendant 475 pages, ce polar reçu dans le cadre de "masse critique" que je remercie vivement. Je me suis "régalée" comme on dit dans le Midi!
Pas une grande spécialiste de thriller et pas envie de "scènes sanguinolentes"...j'ai donc ouvert le livre avec prudence. le style de l'auteur m'a toute de suite embarqué à la seconde, hélico presto dans l'équipe du capitaine Manuel Kross ! Impressionnée par le très bon scénario de l'histoire, je pense qu' il pourrait être adapté au cinéma sans problème.
Au coeur de Paris, en planque avec le capitaine Manuel Kross, fin limier, vingt ans de police au compteur, marié avec Carmen,l'amour de sa vie et son véritable repère sur cette terre. Il est épaulé par Diamanka,son binôme,un policier efficace, Jurand, une fille Karine Champion qui complète son équipe.
Je ne vais pas vous détailler tous les personnages ni l'intrigue évidement, je vous laisse le plaisir et le suspense de la découverte....
Dès la première page, immédiatement le lecteur est plongé dans le vif du du thriller dès le prologue : une situation sordide et anxiogène..un enlèvement, puis la découverte de deux cadavres repêchés dans la Seine et tout s’accélère.
Tous "les ingrédients" sont réunis. Des personnages denses au profil précis comme ce drôle de couple Ari Zeller et sa femme Ana, deux pointures en armes à feu et un passé glorieux dans l'armée israélienne; la mafia chinoise représenté par Bai et son père le vieux Tigre, des dealers, des tueurs...et en aparté comme un fil rouge d'autres personnages étranges et machiavéliques comme Lakrim, vont croiser et rejoindre le tableau de chasse de l'équipe du Capitaine Kross.

L'enquête policière nous entraîne dans les arcanes du Darknet et des trafics en tous genres, de courses poursuites en filature,d'interrogatoires en règlement de comptes, rebondissements incroyables , l'enquête devient intense. ..
Happé par le dynamisme des dialogues, l'écriture est fluide, le flot des personnages est maîtrisé et le lecteur ne s'ennuie pas une seconde.
J'ai passé une partie de ma nuit sans pouvoir lâcher prise !..Prise au piège dans le rythme de l'histoire ..un thriller contemporain captivant !
Voilà j'espère vous avoir communiquer mon enthousiasme en toute sincérité! Bon lecture !
Commenter  J’apprécie          212

Un polar efficace, bien construit, de la catégorie qu'on a du mal à lâcher – « Allez, je lis encore un chapitre.. ». La fluviale remontent deux corps à la surface, battus à mort. le capitaine Kross mène l'enquête avec une équipe dynamique : Karine Champion, seule femme de la troupe ; Diamanka, une gravure de mode plutôt efficace ; Jumand, Nouchi et les autres, le légiste Piech – tous très engagés.
En parallèle, on suit les pas de Ferseti, énigmatique expert psychologue auprès des tribunaux, qui recouvre miraculeusement sa santé après un cancer et dont, chapitre après chapitre, on découvre le macabre projet.
L'auteur nous livre très rapidement qui sont les méchants : le suspens ne réside donc pas dans la découverte de l'identité des criminels mais bien plutôt dans la guerre des nerfs que se livrent Kross et son adversaire. Tous les coups sont permis et l'auteur ne se censure pas vraiment.
Quelques îlots de douceur et de sérénité quand Manuel Kross rentre chez lui et retrouve la douce Carmen…
C'est énergique, on ne s'ennuie pas, les personnages sont plutôt attachants – on aimerait bien les retrouver dans un autre volume – les dialogues sonnent juste, tout en finesse, «- Je vous laisse, les filles. J'ai deux pétasses en garde à vue, faut que j'aille les traire.», et l'atmosphère électrique. Une réussite pour le genre donc.
Merci à l'opération Masse critique et aux Editions Calmann Lévy de m'avoir permis de côtoyer quelques heures le sympathique Manuel Kross.
Commenter  J’apprécie          90
Je dois bien reconnaître que si il n'y avait pas eu près de chez moi une séance de dédicace de l'auteur, je ne suis pas sûr que j'aurais lu « L'oeuvre noire » ou du moins, que j'en aurais acheté un exemplaire. C'est pas que le sujet ne m'intéresse pas, c'est juste que je n'avais jamais eu auparavant l'occasion d'avoir ce thriller entre les mains.

En tout cas, c'est sans en attendre quoi que ce soit que je me suis plongé dans ma lecture et malgré cela, je suis quand même resté sur ma faim. Sur l'idée de base, je n'ai rien de spécial à dire. J'aime les polars et on retrouve tous les ingrédients qu'on peut espérer avoir dans ce genre. C'est classique mais ça reste suffisamment bien ficelé pour tenir la route.
.
Le problème que j'ai eu, c'est surtout que j'ai eu la sensation durant toute ma lecture que Philippe Lyon avait un peu de mal à contenir l'ensemble de ses idées, comme si il y avait des bases pour plusieurs romans mais que tout se retrouve condensé en un seul ouvrage.

Du thriller, de la romance, de l'action, une pointe de fantastique et même parfois une approche polar régional avec cette façon de nous décrire Paris… J'ai été un peu perdu en cours de route et le résultat de tout ceci, c'est que j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher aux différents personnages. Même lorsque ce qui leur arrive est dramatique, ça ne m'a fait ni chaud ni froid ce que je trouve regrettable.

Pourtant, passé la moitié du roman, ça s'emballe un peu plus mais c'est déjà trop tard pour moi pour réellement me captivé. Maintenant, je ne me suis pas ennuyé non plus. On a envie de savoir comment tout ceci va finir et comme je le dis un peu plus haut, on a tous les ingrédients du polar qui sont réunis pour qu'on reste dans le train jusqu'à son arrivée en gare.

Même dans le style de Philippe Lyon, je pense que l'auteur aurait gagné à rendre son récit plus fluide. Certains passages m'ont paru un peu lourd et certains chapitres auraient peut-être mérité d'être un peu raccourci. C'est vraiment bizarre cette sensation que j'ai ressenti d'avoir un « excès » de tout. Globalement, cette histoire est bonne mais j'arrive pas à l'aimer comme je le devrais. Je suis peut-être aussi passé à côté, mon ressenti étant purement personnel.

Quoiqu'il en soit, je ne regrette pas d'avoir acheté « L'oeuvre noire » ni même de l'avoir lu. Je ne sais pas encore si je pourrais le relire de nouveau, ni même si j'en aurais l'envie, mais cela m'a permis de découvrir un nouveau auteur. Je retiens aussi qu'il s'agit de son premier roman donc il peut-être intéressant d'en lire d'autres ensuite pour voir si c'est juste ce style d'écriture qui n'est pas fait pour moi ou si il y a une évolution qui pourrait me faire changer mon fusil d'épaule.
Commenter  J’apprécie          30
Tout commence par deux cadavres repêchés dans la Seine. Après examen et autopsie ils semblent s'être battus à mort. le capitaine Kross est face à une enquête difficile qui va l'entraîner dans les bas fonds de l'espèce humaine... Mais il se rattache à la vie, sa femme, ses enfants, sa rage de vivre qui le pousseront à combattre l'impensable..
Il est indiqué en quatrième de couverture que l'auteur est réalisateur et scénariste et en effet,
ce roman est très visuel, le lecteur est tout de suite dans l'action et se trouve plongé dans le tourbillon de l'équipe de flics menée par Kross. Malgré cela, passée l'action initiale, on se retrouve vite dans du déjà vu : les combats, les paris, la mafia asiatique... cela ressemble trop à une série télé.. L'attention se relâche pour repartir ensuite de plus belle, happée par l'action qui repart.
L'ensemble est donc assez inégal et le scénario manque un peu d'originalité mais cela donne envie d'en lire plus, on sent le potentiel de l'auteur, sa capacité à captiver.. A suivre donc, j'attends le prochain avec intérêt.
Commenter  J’apprécie          30
Je remercie Netgalley et les éditions Calmann-Levy de m'avoir permis de lire ce polar que j'ai beaucoup aimé.

L'auteur nous plonge directement dans l'horreur avec son prologue: Une jeune femme se retrouve nue enfermée dans un cylindre dans lequel elle ne peut bouger. Que va-t-il lui arriver? Qui l'a enfermée là? Pourquoi? Vraiment quand j'ai lu le prologue je me suis enfin dit un livre qui va me plaire!!!

Parallèlement, on se retrouve à Paris avec une équipe de police qui est sur plusieurs affaires à la fois. Un début que j'ai trouvé un peu confus car trop de protagonistes et de faits à retenir jusqu'au moment où deux corps sont repêchés dans la Seine roués de coups.
Le capitaine Kross et son équipe sont sur le coup et cette affaire devient l'enquête prioritaire et là comme si on était dans une série, on plonge directement dans l'action qui donne un rythme éffreiné au roman. Ce livre est haletant, prenant et cette intrigue qui est l'intrigue première à mon avis est très bien menée même si les thèmes: mafia chinoise, combats illégaux, dettes de jeux, mercenaire militaire, les catacombes etc.. ont déjà été abordé dans diverses autres oeuvres. J'ai adoré l'énergie qui se dégage de ce livre, je pouvais voir les scènes se dérouler sous mes yeux de lectrice. La plume de Philippe Lyon est fluide et se lit facilement avec enthousiasme.

Les personnages bons ou mauvais sont extrêmement bien campés , réalistes, on pourrait presque les reconnaître si on les croisait dans la vrai vie et je ne vais pas m'en plaindre car bien souvent c'est plutôt le contraire. On est avec une équipe de policiers qui se soutiennent, un capitaine qui a du caractère, qui sait diriger son équipe mais qui a aussi ses problèmes personnels à gérer comme tout le monde. Je dois dire qu'ils m'ont fait visiter Paris comme jamais je ne l'ai visité, j'ai adoré.

Quand à la deuxième partie, celle de la jeune femme prisonnière, du psychologue renommé qui a fondu les plombs et qui se trouve être en quelque sorte à l'origine du titre de ce roman pour moi n'a pas été assez développée, l'auteur m'a laissé sur ma faim. de plus la jonction avec l'autre partie reste discutable voir ambiguë. L'auteur aurait du la traiter différemment : la garder comme enquête principale par exemple ou juste l'expliquer brièvement de façon à ce que l'on comprenne la situation. Mais dans ce cas l'auteur y consacre quelques chapitres et après plus rien ,j'ai ressenti de la frustration, j'aurai aimé en savoir plus et entrer un peu plus en détail dans les profondeurs obscures de l'âme humaine et comprendre comment le personnage de Nathan Ferseti a créé l'oeuvre noire.

Un polar palpitant que je vous conseille et qui j'espère aura une suite car j'ai vraiment envie de retrouver Kross et ses collègues dans de nouvelles aventures
Lien : https://chapitrealire.wordpr..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Peï Hu a passé sa vie à écouter des Occidentaux lui expliquer comment les choses doivent marcher. L'incroyable aplomb de cette race dont la culture primitive n'a pas la moitié d'âge de la sienne l'a toujours saisi. Par quel mystère ces gens-là ont-ils réussi à convaincre le reste du monde qu'ils en étaient le centre ? Alors que la Chine, de par son nom même, est l'empire du milieu. Le vrai centre du monde. Celui autour duquel tourne tout le reste.
Commenter  J’apprécie          10
Il faut bien gagner sa vie .
C'est ce qu'on dit , oui. Si vous les écoutez , vous n'avez pas fini d'en entendre , des sornettes .La vie ça ne se gagne pas , ça se construit .
Commenter  J’apprécie          40
Enfin, il glisse la clé dans la serrure. c'est le dernier acte rituel, et tout ce qui reste en lui de sa journée l'abandonne. Il s'en ai fait une règle et il s'y tient : ne jamais laisser son travail entrer chez lui.
Commenter  J’apprécie          30
Elle fera tout ce qu'il voudra, si c'est un "il" mais les femmes ne font pas cela, les femmes ne sont pas folles à ce point-là, c'est la maternité, ça vous oblige à garder les pieds sur terre. Ses enfants à elle ne sont même pas nés, pas même conçus, vous voyez bien que je dois sortir, elle ne peut pas rester là à attendre on ne sait quoi, peut-être rien, alors que ces enfants réclament de vivre. Mathieu... sa mère...
Commenter  J’apprécie          10
L'Histoire se répète à l'infini parce qu'elle est faite par des hommes . Leurs conditions de vie évoluent , pas ce qu'ils sont profondément .
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : mafia chinoiseVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus

Autres livres de Philippe Lyon (1) Voir plus

Lecteurs (65) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2882 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..