AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2368905197
Éditeur : Le Passeur (30/03/2017)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 17 notes)
Résumé :
En 1944, Maria Casarès et Albert Camus se croisent à une soirée chez les Leiris. Elle est Espagnole, ardente et comédienne en vue ; il a publié récemment son roman L'Étranger, fréquente Sartre et Beauvoir à Saint-Germain-des-Prés, lieu où se retrouvent les figures intellectuelles et culturelles de l'époque. Tous deux sont des exilés que le théâtre réunit dans une passion partagée. L'Espagne, la " seconde patrie " revendiquée par Camus les relie aussi. Très vite, ils... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
leolechat
  01 mai 2018
Ils sont jeunes, beaux et talentueux. Elle c'est Maria Casarès, une belle actrice aux yeux d'émeraude qui commence à se faire un nom dans le monde du spectacle et qui a du fuir l'Espagne en raison de la dictature franquiste. Lui c'est Albert Camus, un jeune écrivain et journaliste militant qui a du quitter à regrets son Algérie natale suite à l'interdiction du journal " Alger républicain" dont il était le rédacteur en chef. Un soir de mars 1944, les deux jeune gens vont se croiser lors d'une soirée organisée au domicile de l'écrivain et ethnologue Michel Leiris. C'est le coup de foudre réciproque entre Albert et Maria qui entament une liaison, bien que ce dernier soit marié à Francine, restée en Algérie. Les deux amants vivront leur passion jusqu'au tragique accident de voiture qui mettra fin à la vie de l'écrivain en 1960. Cette biographie romancée relate les relations tumultueuses et parfois orageuses de ces deux êtres farouchement épris de vérité, de justice et de liberté, qui auront vainement essayé de faire un choix entre raison et passion...
Traversant le Paris occupé, la liesse de la libération et le Saint-Germain-des-Près festif d'après guerre, les amours de ces deux personnalités marquantes du 20ème siècle nous sont narrées sous la plume d'une amie intime de Maria Casarès. Avec une pointe d'humour et beaucoup de tendresse, l'auteure nous livre un récit pétillant et virevoltant qui nous invite dans les coulisses de la résistance sur les pas d'un Albert Camus engagé, sur la scène des salles de théâtre qui faisaient vibrer le Tout-Paris dans les années 1940 et 50 ou encore dans les folles soirées privées des personnalités des arts et des lettres de l'époque telles que Picasso, Claude Simon, Hemingway, Braque, Henri Michaud, Boris Vian, Mouloudji, De Beauvoir et Sartre...
Enivrant et passionné "Tu me vertiges" est un récit pétillant comme une bulle de champagne !
Lien : https://leslecturesdisabello..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          253
oran
  30 septembre 2017
Il lui disait qu'elle était son soleil et sa patrie (...) Elle a bu un whisky et a levé son verre. Il était devant elle et lui disait si gentiment : "Tout est bien ici". Elle se revoyait avec lui sur la plage, ils avaient du soleil plein les yeux et ils riaient... à cet instant, elle a su qu'à nouveau, la vie pouvait recommencer.
... Les dernières phrases qui clôturent ce livre , Camus repose désormais à Lourmarin , et Maria vient de recevoir sa dernière lettre, postée de Cavaillon quelques jours auparavant .... Camus était magnétisé par Maria, Maria a aimé Camus, elle continuera à l'aimer parce que disait-elle "pris dans ses contradictions qu'il était le premier à dénoncer, même dans les moments de diversion sans lesquels aucun homme ne peut subsister, il a employé toute son attention à ne jamais se laisser distraire de cette veine vive qu'il suivait à même la surface de la pierre sans jamais s'en détourner - au risque même parfois de "sembler" perdre de vue - dans le labyrinthe , ou quand le tracé s'enfonçait loin dans la terre - la ligne même à laquelle il s'attachait pour rester fidèle à sa passion de justice et de vérité.
En novembre 2017, devrait , enfin, paraître la Correspondance Camus/Casarès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
Eve94
  28 juin 2017
Albert Camus et Maria Casarès se rencontrent alors que la guerre touche à sa fin. Ils deviennent amants alors qu'il est marié, fréquentent un milieu artistique, littéraire et résolument avant-gardiste.
Tous deux passionnés par l'Espagne, également insoumis, elle le rejoint dans la résistance. Ils affirment et revendiquent leurs choix de vie tant personnels que professionnels.
Ils fréquentent des hommes et des femmes à la notoriété montante ou à la réputation reconnue. On y croise, l'envie, la jalousie, la stratégie, la connivence et la confiance. Les amitiés se font et se défont.
Ce roman est un hymne à la vie, à l'amour, à la liberté. La liberté revendiquée par Maria en tant que femme : elle se démarque du schéma classique et assume son amant, ses aventures, ses envies et ses choix avec détermination, franchise et honnêteté... Cette femme au caractère trempé avance dans sa vie auprès d'Albert ou non loin de lui. Parfois pourtant, le doute n'est pas loin.
Une passion amoureuse interdite, un roman riche de sentiments et d'événements. le lecteur est transporté dans le tourbillon de vies "à rebondissements", avec la connaissance du devenir des artistes et écrivains que Maria et Albert côtoient....
Une belle découverte que ce roman et un bel hommage rendu à des êtres riches de vrais sentiments et belles convictions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Maudapl
  15 juin 2017
Plongez au coeur de Paris, ville lumière où scintillent Sartre, De Beauvoir, Gallimard et Camus – entre autres – pendant les ténèbres de 39-45, jusqu'à ce petit matin du 6 juin 1944, qui sonne - enfin - le glas de la guerre, mais qui est surtout le commencement d'une histoire d'amour passionnelle entre Albert Camus, l'écrivain, le journaliste, le résistant, l'étranger et Maria Casarès, féministe et indépendante, comédienne devenue incontournable après la guerre, réfugiée politique en exil à Paris après avoir fui l'Espagne franquiste.
Tu me vertiges, que j'ai eu le chance de recevoir grâce au Masse Critique Babelio (que je remercie d'ailleurs, c'est la première fois que je participais, et j'ai remporté LE livre qui me faisait le plus envie !), avait tout pour me plaire.
Déjà : Albert Camus. Depuis la lecture de son Étranger, je suis fascinée par cet homme, son aura mystérieuse, son destin (c'est quand même le comble de mourir dans un accident de voiture, alors que toute sa vie il a vécu avec, lutté contre la tuberculose), son indépendance d'esprit.
Puis, mon côté fleur bleue-darcy-austen-romance a sautillé devant le récit de son grand amour interdit avec Maria Casarès, son Unique.
Enfin, la fille de professeure d'histoire que je suis ne pouvait que s'enthousiasmer de cette excursion dans le temps, vers Paris outragé, Paris brisé et enfin Paris libéré ! puis un Paris enfiévré, virevoltant, enchampagné et sur-vivant de l'après-guerre.
Florence M.-Forysthe, amie intime de Maria Casarès – ce qui confère à ce roman des airs de biographie, des accents de vérité, a su répondre à toutes les attentes que j'avais pour ma lecture. Son écriture efficace touche à l'essentiel et raconte cette aventure hors du commun, enrichie des cheminements créatifs de nos amoureux, de l'écriture, du théâtre, de leurs contradictions, du microcosme parisien fascinant…
Seul bémol, parfois, la narration manque de souffle, comme Camus. Vers la fin, l'histoire s'effiloche pour ne garder que quelques anecdotes, plus ou moins intéressantes, le temps défile à une allure folle pour se poser sur le 4 janvier 1960 et s'y arrêter, faute de Camus pour continuer cette belle aventure.
Je vous recommande cette lecture, si vous aimez la littérature, le romanesque, l'histoire, le théâtre… Bref, à moins d'être tombé sur le liste Babelio complétement par hasard, sans idée aucune de ce dont je parle, lisez-le !
Lien : https://brontedivine.com/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sybelline
  02 juillet 2017
Je ne connaissais pas la vie d'Albert Camus et encore moins celle de Maria Casarès, deux êtres exceptionnels qui se rencontrent et tombent amoureux fous l'un de l'autre.
C'est non sans rappeler le roman « L'année des volcans » de François-Guillaume Lorrain que j'ai lu et beaucoup aimé.
Voilà un couple passionnant, ce récit est envoûtant, on est plongé dans les coulisses de la création, dans l'alcôve des comédiens/acteurs/écrivains/philosophes/artistes tels que Picasso, JP Sartre, Jean Cocteau et tant d'autres… de soirées mondaines en soirées intimistes, on suit les débuts, la fin et le recommencement de cette romance interdite. Car Albert Camus est marié…
Maria est la fille d'un ancien ministre espagnol, elle a fuit le régime de Franco… Albert a quitté l'Algérie, ces deux déracinés se rapprochent, ils ont beaucoup de choses en commun, de part leur passé – ils sont beaux, séducteurs, intelligents… et passionnés.
Ils se rencontrent à la fin de la guerre, il y a encore le couvre feu et Albert Camus est dans la résistance, Maria commence à être connu en tant que comédienne. Tous deux en recherche de reconnaissance et d'amour fou, ils papillonnent dans ce Paris libéré mais avant tout ils s'aiment à la folie.
Nous suivons donc leur parcours passionné, leurs déchirements et attirances, leurs querelles et rapprochements… Et tout le contexte historique fait le charme de ce roman agréable à lire. Il faut dire que l'auteur était l'une des amies proches de Maria Casarès. on dirait un film, c'est souvent très tendre, il y a aussi des moments tendus, c'est aussi parfois cocasse.
Ce « tu me vertiges » est une excellente lecture, une jolie biographie, un joli hommage à ce couple passionnel. Une plongée dans les mondanités, jeux de séduction et d'égo, ambitions et fiertés, entre susceptibilités, doutes, grandeurs et décadences.
Lien : https://tictacbooks.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
oranoran   01 octobre 2017
VIIIe Festival d'Avignon, Macbeth, 1954
Quand Maria arrive à Avignon, c'est le branle-bas de combat dans la Cour d'honneur du Palais des papes. Des ouvriers terminent d'installer le plateau et montent les gradins. Maria cherche désespérément Gérard Philipe. Elle le trouve enfin à l'hôtel de France. Sur la place devant le Palais, il sirote un pastis tout en discutant avec les Avignonnais (1) . (...)
Le lendemain de la première, Gérard arrive en chantonnant à l'hôtel de France où loge Maria.
-Tu as vu, Maria, l'article de Renée Saurel des Lettres françaises ? (...)
-Tiens, je te lis : "Maria Casarès dans Lady Macbeth est exceptionnelle. Ce qu'elle a réalisé est de l'ordre du génie. Nous ne sommes pas près d'oublier sa voix blanche, son beau visage douloureux, ce ton parfaitement naturel dans le délire maniaque que seule une aussi grande comédienne pouvait, non imiter, mas inventer, et ce geste obstiné de la main frottant l'autre, pour effacer le sang".
(1) Gérard Philippe répondait avec beaucoup de gentillesse à toutes les demandes de dédicaces, et accordait volontiers de son temps pour discuter simplement avec les Avignonnais. Pour les plus âgés, un souvenir ému qu'ils aiment à raconter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
oranoran   09 octobre 2017
- A Alger, on faisait des parties de foot sur la plage avec les camarades et ensuite on prenait un bain. (...) Tu ne sais pas comment la mer est belle là-bas. Tiède, transparente par endroits. J'aime cette sensation de ne faire plus qu'un avec la mer.
Commenter  J’apprécie          120
oranoran   09 octobre 2017
Ils marchent plein d'étoiles dans les yeux. Des passants se retournent. Maria et Albert ont quelque chose que les autres sentent sans l'expliquer. Ils sont beaux. Simplement. Pas d'une beauté factice, mais de celle qui irradie sans que l'on sache vraiment pourquoi. Une façon de se mouvoir, un port de tête droit et franc ; le corps libéré, le visage offert, ils sont heureux...
Commenter  J’apprécie          40
oranoran   09 octobre 2017
Il est fier, gentiment macho, cela participe de son érotisme à elle, mélange insoupçonné de ce qu'elle nomme "tout à la fois sa crudité et son mysticisme cosmique". L'un n'allant pas sans l'autre, en ce qui la concerne.
Commenter  J’apprécie          40
memoiresdelivresmemoiresdelivres   21 juillet 2019
Aura-t-il un jour, comme Eluard, une femme, tout à la fois, maîtresse, amie, muse qu’il appellerait non pas « la parfaite », comme le poète nomme Nusch, mais d’un nom pour elle seule inventé ? Un jour, pourrait-il dire à une femme unique « soyez follement aimée » comme Breton ? Vivra-t-il l’amour libéré, l’amour révolte, celui qui remet tout en cause ?
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Florence M.-Forsythe (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florence M.-Forsythe
LES COUPS DE COEUR DES LIBRAIRES SUD RADIO 15-06-2018
L'émission "Les coups de cœur" des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h00. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment !
Gérard et vos libraires préférés vous transmettent leurs passions pour les livres, vous parlent de leurs coups de cœur du moment et parfois, de leurs coups de gueule et Bien sûr TOUT Y PASSE : Polar, Roman, Bd, Art etc !!!!!!
Toujours à l'affut des dernières petites pépites littéraires ou encore, du roman, qui sera vous rendre heureux, vos librairies se donnent corps et coeur à leur passion, à votre passion, La Lecture et le plaisir de la partager !

Le Gang des rêves de Luca di Fulvio et Elsa Damien aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/79358-d...
Les Enfants de Venise de Luca Di Fulvio et Françoise Brun aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/105747-...
Un clafoutis aux tomates cerises de Véronique de Bure aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/100415-...
La Voix des vagues de Jackie Copleton et Freddy Michalski aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/108011-...
Tu me vertiges de Florence M.-Forsythe aux éditions Le Passeur https://www.lagriffenoire.com/75359-d...
Les Cygnes de la Cinquième Avenue de Mélanie Benjamin aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/103936-...
La veuve des Van Gogh de Camilo Sanchez et Fanchita Gonzalez Batlle aux éditions Liana Lévi https://www.lagriffenoire.com/79498-d...
Ragdoll Ragdoll de Daniel Cole et Natalie Beunat aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/104626-...
L'Appat de Daniel Cole et Natalie Beunat aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/108397-...
+ Lire la suite
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Florence M.-Forsythe (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
503 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre