AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782268075815
240 pages
Les Editions du Rocher (23/01/2014)
3.5/5   82 notes
Résumé :
Suite à l’événement Nespresso et au célèbre What Else de monsieur George Clooney, la planète redécouvre le café avec envie, presque que comme un caprice.

Pour donner le change à cet engouement, les grandes marques comme Illy ou Malongo se sont jetées dans la bataille, et chaque mois, des cafés de quartier spécialisés redonnent les codes de ce breuvage pas comme les autres. Aujourd’hui, deux tiers de la population mondiale se régalent au moins d’un ca... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (84) Voir plus Ajouter une critique
3,5

sur 82 notes

KATE92
  02 mars 2014

SAVEURS EXOTIQUES
En premier lieu, c'est la découverte du grain de café grâce à la passion et à l'histoire familiale du jeune Julien, aveugle, élevé par son grand-père, torréfacteur et de son amie d'enfance, Johanna, journaliste, qui souhaite en savoir plus sur l'amour de ce grain sombre, ce grand cru qu'est le café, de son origine à nos jours.
Nos deux héros nous font découvrir les cafés mythiques de Paris, puis voyager du Brésil au Costa Rica, et bien d'autres pays et ainsi titillent nos sens tant les descriptions de l'auteur sont précises ; on en envie de se délecter de tous ces cafés qui sont de véritables bijoux en bouche (et oui).
En second lieu, c'est une véritable encyclopédie sur le café et j'ai beaucoup appris ainsi que malheureusement sur le trafic financier et juteux qu'il peut susciter.
En troisième lieu, les annexes du roman : une excellente initiative.
Amoureux du café ou non ce roman est une véritable pépite à découvrir… avec un petit noir, un expresso.
---------------------------------
What else ?
Après « Le roman du parfum », Pascal MARMET a eu la gentillesse de m'offrir « Le roman du café » et là je suis encore sous le charme de cet excellent ouvrage qui m'a fait voyager au coeur du café.
Merci… j'attends donc le prochain sur le chocolat… peut-être… Puis-je humblement souffler cette idée à cet auteur plein de talents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
rkhettaoui
  01 avril 2014
J'ai beaucoup aimé ce roman -documentaire , atypique ;à l'instar de l'envoûtant "le roman du parfum , j'ai peiné pour composer une critique , aussi modeste soit elle , au vu de la richesse incommensurable que renferme le roman du café.
Pascal MARMET est un narrateur chevronné , hors pair,réputé d'une écriture fluide , translucide et didactique ;Le récit est captivant , fascinant , ne laissant nulle place où la main passe et repasse ( plagiant La Fontaine)
Un écrivain ,on peut juste s'en rapprocher, le découvrir assurément et l'aimer.
Durant la lecture de ce remarquable roman , j'ai dû être secondé par des amis , universitaires , fins connaisseurs et appréciateurs de cette graine magique (M.BELHOCINE et S.AOUANOUK) de ce fait je me suis imprégné des cas spécifiques ayant trait à l'addiction de ce breuvage revigorant "élixir" dont nos aïeux se sont délectés tout au long de leur vécu quotidien et ne s'étaient guère résignés, au détriment de leur nourriture , en dépit de leur situation misérabiliste.
L'utilisation d'une noria de qualifiants et dénominations du café sont significatifs et déterminatifs à plus d'un titre: jus noir , poison noir ,drogue noire ,or brun...
Mon ami (BELHOCINE) s'est permis le luxe de poser la problématique de certains oisifs ,omniprésents dans les cafés , addictifs à cette boisson énergisante et enivrante , ne s'inquiétant nullement pour postuler et dénicher une occupation. A son sens , cela constituerait un déboire dû aux méfaits de la caféine.
A travers cet excellent documentaire romancé, l'auteur nous plonge derechef dans les dédales labyrinthique de sa seigneurie le café, les voyages bourlingues et passionnants de Julien et Johanna précédé de l'oeuvre euphorisant intrinsèque au parfum et l'aventure virevoltante de Sabrina et Tony Curtis.
Tout compte fait , au terme d'une lecture captivante ,on serait tenté d'affirmer que Julien devait à son grand père une fière chandelle .Sans lui , il n'aurait pas l'occasion de découvrir les contrées lointaines environnantes de l'Amérique du sud et autres . Certes le jeune aveugle n'a aucunement commis à l'égard de son aïeul un crime de lèse-majesté , néanmoins il a été pleinement l'instigateur de la cause de son énervement et l'explosion qui s'ensuivit:la goutte qui a fait débordé le vase ;quoique implicitement et n'a nullement usé de moyens dilatoires.
Attristé par la perte de sa fille , le grand père , affaibli , grincheux , émotionnel et chatouilleux, ne pourrait contenir tout désagrément ou contrariété .
Quelle mouche a donc piqué le petit- fils , pour oser prétendre qu'une dosette de café "expresso" égalait en dégustation le café torréfié ,moulu ordinairement . C'était inadmissible , le vieillard ,offusqué, s'était, in petto, déchaîné et ne pouvait gober ce comportement indigne de sa lignée, qui a empiété grossièrement sur ses plates-bandes voire son idéal.C'en est trop , il le congédie sur le champ .Équité ou iniquité :à mettre sur le dos des effets sénilisant ayant trait à la vieillesse réputée par l'Égoïsme , l'entêtement , le rabâchage...
Fort heureusement ,à toute chose malheur est bon, Julien est doté d'une finesse olfactive ,lui permettant d'identifier distinctement les différentes qualités du café, le dotant de ce fait d'une arme dissuasive lui permettant aisément de mener une vie active adéquate.
Avec son amie d'enfance , l'élégante et coquette Johanna , de surcroît journaliste talentueuse , ils s'envolerons à la découverte du caféier , à travers des gigantesques plantations du Brésil , du Vietnam ... l'occasion opportune de s'acclimater avec ses fruits rouges charnus , appelés cerises de café, à deux noyaux contenant chacun un grain de café ( dépulpé )
Arrivés à maturation, les grains sont torréfiés , dégageant et développant un arôme, Ils sont ensuite moulus. La finesse de la mouture du café est gageure de la qualité de cette boisson.Jadis ,dans nos contrées kabyles , les grains de café sont écrasés au pilon , moyen obsolescent , du reste ,faute de disponibilité de moulin à café
En guise d'épilogue Pascal MARMET , nous a gratifié d'une documentation étoffant et instructive , à travers de laquelle , il nous est aisément loisible de différencier entre l'arabica et le robusta, les grands crus ainsi qu'un foisonnement d'anecdote et notes humoristiques, des citations ,l'abécédaire amoureux ,les vertus et recettes du marc du café... en fin de compte une merveille.
Pour conclure , je serai tenté de prédire que le titre du nouveau roman se rapporterait probablement aux grands crus (vins) ou à un degré moindre le tabac. En attendant croisant les doigts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
lecassin
  09 avril 2014
On est souvent « café » ou « thé »…
Pour ma part, j'ai la chance (parce que c'en est une, de chance…) d'aimer les deux ; à différents moments de la journée : le thé le matin, et le café, dans la soirée…
Je découvre cette collection, « le roman des lieux et des destins magiques » par l'entremise d'une masse critique. Une collection riche de nombreux thèmes, qui, s'ils sont traités de la même façon que ce « roman du café » de Pascal Marmet, promettent de grands moments de lecture.
Car, Pascal Marmet, chroniqueur radio, organisateur de rencontres littéraires (voir la quatrième de couverture), n'en est pas moins un écrivain. Il n'est pas besoin d'entrer bien loin dans son « roman du café » pour en être convaincu… Il y a comme du Orsenna là dedans… Dans le style et par le coté quasi-encyclopédique de l'ouvrage.
La saison des vides-greniers s'annonce. Je vais les écumer dans le but de retrouver le moulin à café de ma grand-mère. Si, si, je suis sûr de le trouver : un Seb électrique qui faisait un boucan d'enfer. Même pas grave ! Il me restera ensuite à me rendre chez le torréfacteur pour y acquérir Maragogype du Méxique, Pacamara du Salvador, Sidamo d'Ethiopie, ou le Maracaïbo du Vénézuéla… Ou d'autres encore, le Blue Mountain of Jamaïca… Rien que les noms font voyager : le tour du monde des hauts plateaux dans une tasse…
Pssitttt : je vais peut-être même voir si je peux trouver une « Cona » à un prix acceptable…
Merci encore à Babélio, aux éditions du Rocher et à Pascal Marmet de m'avoir fait parvenir cette petite merveille. Une belle découverte qui en appelle d'autres dans cette collection ; en attendant que paraisse « le roman du thé »…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
cuisineetlectures
  23 mars 2014
Au milieu du concert de louanges qui entoure le roman du café, ma critique est un peu plus réservée sur l'intérêt de ce roman-documentaire.
Découvrir le monde du café à travers une fiction, pourquoi pas ?
Malheureusement, l'histoire du jeune Julien, passionné par le café, il a grandi dans la brûlerie de son grand-père, ressemble à un médiocre scénario de téléfilm pour TF1 ou M6 avec de grandes tirades des personnages dignes d'un documentaire sur Arte. Un copié-collé d'informations semées tous azimuts, le roman du café aurait mérité un projet plus abouti comme une saga familiale plus subtile avec une intrigue prenante et riche d'enseignement.
Pourtant, Pascal Marmet s'est inspiré d'une large bibliographie et son amour pour le café est sincère et communicatif. Les descriptions des bouquets aromatiques sont très réussies et Pascal Marmet aborde tous les aspects du sujet, histoire, économie, botanique, dégustation et met l'accent sur les enjeux majeurs du café à l'échelle de la planète.
Je remercie chaleureusement Pascal Marmet et Babelio pour la découverte de ce roman qui donne envie de consommer différemment son café.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
Vianna
  22 mars 2014
Je crois que je vais me lancer dans l'acquisition d'un moulin à café, puis j'irai chez le torréfacteur pour choisir un maragogype à « l'acidité nuancée et l'arôme délicat, rehaussé par de légères touches de chocolat fondant et de marmelade d'orange ». Pour finir, j'utiliserai ma cafetière italienne, deux belles tasses, il ne restera plus qu'à déguster...Voilà l'effet que me fait ce roman du café: le nez en éveil et les papilles en alerte !
Julien jeune homme aveugle de vingts ans, petit fils de François torréfacteur, aigri par le décès prématuré de sa fille, et Johanna journaliste, sont le fil conducteur de ce récit prétexte de découverte tout azimuts de l'univers du café. Ce roman très documenté, aborde le café sous tous ses angles, historiques, économiques, sociologiques. Il est aussi question de caféologie ou comment classifier les différents crus, apprécier les méthodes de culture et de cueillette, de savoir faire en matière de torréfaction. Ah oui j'oubliai c'est aussi un guide des bonnes adresses et des cafés historiques de Paris à Venise en passant par Berlin.
La lecture de cet ouvrage de par sa forme romancée est agréable, fluide, jamais ennuyeuse et très instructive. Les personnages de Julien et de François, passionnés par l'or brun, rendent cette épopée autour du café plus vivante et touchante à la fois.
Merci à Monsieur Marmet de m'avoir offert son livre ainsi qu'aux éditions du Rocher et à Babelio dans le cadre de la Masse critique
Je crois que je vais aller me faire couler un petit « Qahwa »... ( en soufi veut dire «  ce qui ravit et incite à l'envol »), beau programme n'est pas...!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311

Citations et extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
cuisineetlecturescuisineetlectures   22 mars 2014
Avec ou sans sucre ?

Souvent, le sucre blanc ou brun accompagne notre café, mais saviez-vous qu’il existe des alternatives ?

Le sirop d’érable
Sûrement le meilleur sucre du monde. Ajouter un peu de sirop d’érable du Québec dans le café est un plaisir.

Le miel
C’est plus naturel, alors pourquoi ne pas l’utiliser ?

La vanille naturelle
Une pincée de grains de vanille naturelle est une belle façon de sucrer

Le chocolat
La combinaison chocolat-café est des plus bénéfiques. Les gourmands saupoudreront des Nespresso de cacao en poudre.

Le sirop de fruit
C’est une combinaison qui a de nombreux amateurs. Si vous n’avez jamais essayé et que vous aimez les fruits, vous adorerez ce café vraiment fuité. Tout est permis, même le sirop de poire ou de coing…mais juste une larme !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
cuisineetlecturescuisineetlectures   22 mars 2014
[…] le café pourrait devenir être une denrée rare pour cause de réchauffement climatique, parce que la conservation du matériel génétique de ce produit est compliquée, et que les gouvernements ne comprennent pas grand-chose aux affaires des torréfacteurs. L’histoire de l’arabica a toujours été ponctuée de problèmes comme les maladies, les parasites ou la productivité. Si nous ne parvenons pas à résoudre ses obstacles, 100% des zones capables de faire pousser des plants d’arabica périront sous peu. Et quel sera le chiffre des emplois supprimés dans le monde ? Une catastrophe écologique et humaine est déjà en ordre de marche. Et ceux qui disaient que l’expresso est ruineux au bistrot du coin vont le regretter amèrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
TheWindTheWind   22 mars 2014
Fleuri : évoque la note florale comme le jasmin.
Fruité : goût exprimé de fruit mûr et parfumé pour des cafés laissés dans la cerise après récolte.
Herbeux : verdeur dans les arabicas récoltés prématurément.
Insipide : sans couleur, absence d'arôme.
Léger : arôme rond manquant d'âpreté et d'acidité.
Mince : café sans vie, absence de corps et d'acidité.
Moisi : chez les robustas, arôme et goût dus à un mauvais stockage. Imbuvable.

(Extrait de l' Abécédaire amoureux. Annexes)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ViannaVianna   19 mars 2014
Un café filtre d'une qualité rare et nette en bouche, des arômes de miel et de fruits mêlés laissant une acidité délicate dans un corps voluptueux accordant un remarquable dessert sucré flottant sur des notes de zeste de mandarine, baies, fruits secs avec une fin florale aussi légère qu'une caresse.
Commenter  J’apprécie          180
YvPolYvPol   04 avril 2014
Les prestigieux accouraient dans ce salon de café, on s'y régalait de chocolats, de liqueurs, de tiramisu, de café liégeois et évidemment de mille sorbets. Mais les dames ne s'y aventuraient pas, stoppaient leur carrosse devant et leurs laquais de pied leur rapportaient le précieux dans de fines tasses de porcelaine ou d'argent. Exit la turquerie, place au grand couvert, tel était le crédo de Procopio l'ingénieux qui avait vu juste. (p.95)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Pascal M. (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal M.
Débat littéraire autour du polar(salon lire en vignes) clos Vougeot 27septembre 2015 Pascal Marmet Sur la photo, de gauche à droite: Sigolène Vinson, Violette Cabesos, Pascal Marmet, Yannick Petit, Philippe Kleinmann et Sonja Delzongle Perso.
autres livres classés : caféVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Tiré à quatre épingles" de Pascal Marmet.

Quel est le nom de l'impasse où se trouve l'hôtel ?

Bonti
Donti
Conti
Pondi

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Tiré à quatre épingles de Pascal MarmetCréer un quiz sur ce livre