AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Sabine Berritz (Traducteur)
EAN : 9782070410408
160 pages
Éditeur : Gallimard (26/05/2000)
3.74/5   225 notes
Résumé :
" J'étais étendu sur elle, nous nous regardions dans les yeux. Nous étions serrés l'un contre l'autre, essayant d'être plus unis encore. L'enfer aurait pu s'ouvrir devant moi alors, je n'en aurais pas bougé. Il fallait que je l'aie, même si l'on devait me pendre pour cela. Je l'ai eue. "
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
3,74

sur 225 notes

kielosa
  27 mars 2021

Aucun thriller n'a connu autant de versions filmées que James M. Cain's "Le facteur sonne toujours deux fois" de 1934. J'ai un peu cherché et j'en ai trouvé 7 (sept).
En ordre chronologique cela donne :
1) En 1939, "Le dernier tournant" un film français de Pierre Chenal avec l'inoubliable Michel Simon ;
2) En 1943, "Ossessione", un film italien de Luchino Visconti ;
3) En 1946, le premier classique américain au titre du livre avec Lana Turner comme Cora Smith et John Garlield comme Frank Chambers ;
4) En 1950, la seconde version italienne "Cronaca di un amore" de Michelangelo Antonioni ;
5) En 1981, le second classique américain avec le même titre, réalisé par Bob Rafelson avec Jessica Lange dans le rôle de Cora et Jack Nicholson jouant Frank ;
6) En 1998, une version hongroise de György Fehér avec le beau titre de "Szenvedely" qui veut tout simplement dire "Passion" et
7) En 2008, une adaptation allemande de Christian Petzold, intitulée "Jerichow" qui est le nom d'une ville en Saxe Anhalt.
Outre les films, James M. Cain a écrit une version théâtrale de son roman qui a connu 72 présentations dans un théâtre à Broadway, New York.
Finalement, un opéra a été présenté en 1982 à Saint-Louis sur la base d'un libretto écrit par Colin Graham et une musique originale conçue par Stephen Paulus. le tout fondé sur l'édition du livre de Cain de 1934.
Et dire que ce roman a été interdit dans plusieurs pays pendant tout un temps à cause des scènes de violence et de sexe. Pauvre James M. Cain !
Pendant ce temps, Outre-Manche, un critique cinématographique vantait le thriller comme "The best film noir of All Times". La version américaine de 1946 avec la séduisante Lana Turner évidemment.
Je présume que la plupart d'entre vous aient lu le livre ou vu l'une ou l'autre version filmée ou 2 comme moi, qui ai vu celle de 1946 lors d'une rétrospective comme étudiant à Louvain et la version Nicholson-Lange comme des dizaines de milliers d'autres tout bêtement au cinéma du coin.
D'après mes archives, j'ai lu le roman en août 1963 en livre de poche.
Impressionné, j'ai continué avec son "Coups de tête" ou "The Moth", "Galatéa"; "Double Indemnity", etc.
Sur Babelio, le livre a reçu 38 critiques, dont seulement 4 défavorables, qui reprochent essentiellement l'aspect "vieux jeu" de l'ensemble. Il y a 87 ans que le roman fût publié et je pense qu'il convient de situer le roman dans son contexte historique à la lumière des moeurs d'avant-guerre.
Je ne vais pas résumer l'intrigue bien sûr, mais terminer par une phrase qui m'est restée comme représentative de l'atmosphère : Enlever la femme à quelqu'un ce n'est rien, s'accaparer de sa bagnole... c'est du vol.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6212
andman
  13 février 2016
Après ces quelques jours passés à San Francisco sur le divan capitonné du bon docteur Yalom, me voici sur les routes poussiéreuses de la Californie en compagnie de Frank Chambers le personnage principal du premier roman écrit par James M. Cain en 1934.
Quel bourlingueur que ce Chambers toujours par monts et par vaux, incapable de se fixer quelque part ! Son penchant pour l'alcool et son coup de poing facile l'ont déjà conduit plus d'une fois derrière les barreaux.
Dans l'impossibilité de payer son repas, il a quand même accepté ce travail de pompiste que lui a proposé Nick Papadakis le patron d'un restaurant situé à vingt milles de Los Angeles.
La route l'appelle et l'attire mais plus encore les lèvres de la troublante Cora :
“Je l'ai prise dans mes bras et j'ai écrasé ma bouche contre la sienne…
Mords-moi ! mords-moi !...
Je l'ai mordue. J'ai planté mes dents si fort dans ses lèvres que j'ai senti le sang gicler dans ma bouche. Il coulait sur son cou quand je l'ai portée au premier étage.”
Sauf le travail, les choses ne traînent jamais avec Frank Chambers. Débarrasser Cora de ce mari graisseux et puant est largement dans ses cordes...
Le lecteur se laisse d'emblée captiver par ces amants tout feu tout flamme. S'il se doute très vite que le pauvre Papadakis ne va pas faire de vieux os, il est loin d'imaginer la tournure des événements.
Ce petit livre écrit sous forme de confessions est un classique du genre et l'éphémère rédemption de Chambers, l'anti-héros, est comme un rayon de soleil dans un ciel bien sombre.
Le titre métaphorique, “Le facteur sonne toujours deux fois”, est génial et digne du meilleur publicitaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          650
nameless
  08 juillet 2018
En démarrant la lecture de ce roman écrit en 1934, comment ne pas penser à l'entrée en scène mythique de Lana Turner dans l'adaptation cinématographique réalisée en 1946 par Tay Garnett. Les cinéastes américains alors soumis à la censure, détournent les ciseaux d'Anastasie de leur objectif et au lieu de « montrer », suggèrent. Et question suggestivité, Lana Turner à bord de son petit short blanc bien repassé, elle sait faire, au point de déclencher une vague de décollements de rétine chez de nombreux spectateurs, presqu'autant que lorsque Rita Hayworth mime un strip-tease en ôtant lentement, tellement lentement, son long, si long gant dans Gilda.

Le facteur sonne toujours deux fois est un roman au style sec, brut, dépourvu de la moindre fantaisie, petit par son nombre de pages mais grand par sa portée ; c'est une synthèse, que dis-je, une quintessence du roman noir des années 30. Trois personnages : Frank Chambers, vagabond-vaurien qui roule sa bosse à travers tous les états du pays, en stop sur les routes ou comme passager clandestin à bord de trains ; Nick Papadakis, tenancier d'un restaurant-station-service nommé les Chênes-jumeaux, perdu au milieu de nulle part ; Cora, son épouse, dégoûtée par son mari grec et graisseux qui chante comme Caruso. C'est peu mais suffisant pour donner naissance à un roman d'amour, de sexe, et de violence dans lequel Frank succombe, dès qu'il sent non pas son parfum mais son odeur charnelle, au charme animal de Cora, qu'il décrit comme « l'ancêtre de toutes les putains du monde ». Cora de son côté, jette son dévolu sur Frank parce qu'elle le trouve beau et surtout malin, et qu'elle espère pouvoir s'enfuir vers une vie rêvée avec lui. Seul Nick n'est ni beau ni malin, il est juste heureux et amoureux de sa femme. Il est l'homme de trop dans ce trio amoureux, mais comme tous les amants, Frank et Cora sont diaboliques et ne sont pas à court d'idées, plus ou moins judicieuses...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          613
kateginger63
  09 juin 2020
Méfiez-vous de l'eau qui dort
*
J'ai trouvé ce roman dans la boîte à lire de mon quartier (une très vieille édition datant de 1948 , dans un papier assez épais). Connaissant cet auteur américain par Mildred Pierce que j'ai tellement apprécié, j'ai voulu poursuivre avec ce classique du hardboiled , adapté en film.
Un titre énigmatique mais comble du comble, il n'a aucune signification avec le récit. Apparemment, n'ayant pas eu le succès lors de sa recherche d'éditeur, l'auteur a eu une lettre positive que lors de son deuxieme essai.
*
Un format court du roman noir classique des années 30-40 , dans la période prolifique du cinéma d'Hollywood.
Le style est épuré et sec. On peut visualiser les scènes facilement. Un scénario simple, efficace avec des twists qui tombent juste. Je me rend compte qu'il n'y a pas besoin d'écrire des choses alambiquées et compliquées pour une bonne intrigue. La preuve ici. Les dialogues sont vifs, percutants.
Il se dégage aussi une certaine sensualité avec le personnage féminin, je la perçois comme une femme fatale qui n'a aucun scrupule mais qui est aussi naïve. Le personnage principal masculin vu comme un gars simple se densifie au fur et à mesure de ses frasques.
Le crime parfait, vous y croyez? La morale à la fin de l'histoire vous le dira.
Un petit indice : immoral ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          618
HORUSFONCK
  08 octobre 2019
Le facteur sonne toujours deux fois reste définitivement dans le panthéon de mes lectures nord-américaines, aux côtés de Des souris et des hommes, Vol au-dessus d'un nid de coucous et 1275 âmes, entre autres.
Littérature de l'aventure, avec vue sur les immensités d'un pays neuf.
Le récit est âpre, animal, sauvage à l'image de Frank Chambers.
Frank Chambers, sorte de "tramp" de l'Amérique des années de crise.
Frank Chambers, échoué dans cette station-service où va se nouer le drame.
Chambers, symbole de l'avidité et aspirant au bonheur quitte à passer par le crime.
Frank Chambers, admirablement interprété par Jack Nicholson dans un film d'anthologie.
Et puis Cora, la femme de l'histoire... comme une fleur qui s'étiole das cette station-service où Chambers vient la cueillir.
Cora, que Jessica Lange jouera aux côté de Nicholson.
Récit à la fin triste et grise, un peu comme le sera celle du salaire de la peur (français, celui-là) qui laisse un sale goût au fond de la bouche du lecteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          565

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
ZebraZebra   08 avril 2014
Page 91[…] - Chambers, comment se fait-il que vous soyez resté avec Papadakis pour travailler ?
- C'est un accident. J'étais fauché, et il avait besoin de quelqu'un. Je suis entré pour trouver à manger, et il m'a offert du boulot, j'ai accepté.
- Chambers, cela ne vous parait-il pas un peu étrange ?
- Que voulez-vous dire, Juge ?
- Après avoir roulé votre bosse pendant tant d'années sans rien faire, sans même essayer de faire quelque chose, si j'ai bien compris, tout d'un coup, vous vous mettez à l'ouvrage, vous acceptez un travail régulier ?
- Je dois reconnaître que ça ne m'emballait pas.
- Mais vous êtes resté !
- Nick était un des plus chics types que j'aie jamais rencontrés. Quand j'ai eu un peu de fric, j'ai essayé de lui dire que ce n'était plus possible, mais je n'ai pas eu le cœur de le lâcher quand il m'a dit tout le mal qu'il avait eu avec ses employés. Dès qu'il a eu son accident, j'ai filé. J'ai filé, c'est tout. Bien sûr, c'était pas très chic envers lui, mais les pieds me démangeaient. Quand ils me démangent, il faut que je parte ; seulement, là, je suis parti en douce.
- Et le lendemain du jour ou vous êtes revenu, il meurt dans un accident ! […] Allons Chambers, avouez. Vous avez tué le Grec, cette femme et vous, et plus vite vous l'avouerez, mieux ce sera pour vous.
Je n'avais plus la moindre envie de sourire, je vous prie de le croire, j'ai senti mes lèvres devenir sêches, j'ai essayé de parler, mais rien n'est sorti de ma bouche.
- Et bien, vous ne dites rien ?
- C'est que vous m'en bouchez un coin, Juge. Vous dites là quelque chose de terrible, Juge, qu'est-ce que je peux répondre ? [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
le_Bisonle_Bison   26 avril 2016
- Bouscule-moi, Frank, comme l’autre nuit.
Je lui ai arraché ses vêtements. Elle s’est tournée un peu pour qu’ils glissent mieux. Puis ils sont tombés, elle a fermé les yeux et elle est restée étendue la tête sur l’oreiller. Ses cheveux roulaient sur ses épaules, en boucles pareilles à des serpents. Ses yeux étaient sombres et ses seins n’étaient pas durcis, les pointes dressées vers moi, mais tout doux, et leurs bouts étaient étalés en deux larges taches roses. Elles semblaient être l’ancêtre de toutes les putains du monde. Le diable en eut pour son argent, cette nuit-là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
AllantversAllantvers   05 juin 2016
J'ai frappé l'eau avec mes pieds réunis, et suis allé plus profond. L'eau est entrée si fort dans mes oreilles que j'ai pensé qu'elle allait les crever. Mais je n'ai pas eu à remonter. La pression sur les poumons et de l'oxygène dans le sang, si bien que, pendant quelques secondes, on ne pense pas à respirer. J'ai regardé l'eau verte, et avec mes oreilles qui teintaient, ce poids du liquide sur les reins et sur la poitrine, j'ai pensé que toute la diablerie, toute la bassesse, l'incapacité, l'inutilité de ma vie avaient été chassés au-dehors, rejetés loin de moi, et que je remontais vers Cora, transformé, et, comme elle disait, prêt pour une nouvelle vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
brigittelascombebrigittelascombe   10 février 2012
Il y a un type au numéro 7 qui a tué son frère et qui dit qu'il ne l'a pas réellement fait,que c'est son subconscient qui a agi.Je lui ai demandé ce que ça voulait dire,et il m'a dit que chaque personne est faite de deux personnes,une que l'on connaît,l'autre qu'on connaît pas,qui est le subconscient.Cela m'a bouleversé! Est-ce que je l'ai fait ou est-ce que je ne l'ai pas fait? Je l'aimais tant,je vous le dit,j'aurais voulu mourir pour elle.Au diable le subconscient!Je n'y crois pas.Ce n'est qu'un tas de blagues que ce type a inventées pour fourrer son juge dedans.On sait ce qu'on fait,et on le fait.Je ne l'ai pas fait,je le sais.C'est ce que je lui dirai si jamais je la revois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
le_Bisonle_Bison   28 mars 2016
Mais, voyons, vous n’avez rien d’une Mexicaine. Elles ont toutes de grosses lèvres, des jambes énormes, des seins sous le menton, une peau jaune, des cheveux gras. Vous n’êtes pas comme ça : vous êtes mince, vous avez une jolie peau blanche et vos cheveux sont fins et bouclés. La seule chose que vous ayez comme les Mexicaines, ce sont les dents. Elles ont toutes des dents blanches, il faut le reconnaître !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Videos de James M.Cain (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James M.Cain
Chaque vendredi matin, Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour leurs coups de cœur... Voici les références des livres présentés dans l'émission du 21 juin 2019 :
Journal d'un écrivain de Virginia Woolf aux éditions 10-18 9782264030504
Le cahier de recettes de Jacky Durand aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/146941-...
Ne fais confiance à personne de Paul Cleave aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/116455-...
Un employé modèle de Paul Cleave aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/15128-r...
Chez les heureux du monde de Edith Wharton, Frédéric Vitoux aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/?fond=p...
Je suis le carnet de Dora Maar de Brigitte Benkemoun aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/1001840...
Mildred Pierce James M. Cain (Auteur) Livre avec un DVD aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/?fond=p...
Un bref désir d'éternité de Didier Le Pêcheur aux éditions JC Lattès https://www.lagriffenoire.com/136546-...
Bad Man de Dathan Auerbach et Nathalie Peronny aux éditions Belfond https://www.lagriffenoire.com/142091-...
Les fantômes du vieux pays de Nathan Hill et Mathilde Bach aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/122638-...
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoi... (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Mildred Pierce, roman de James M. Cain

"Mildred Pierce" est-il paru avant ou après l'autre succès de James M. Cain, "Le facteur sonne toujours deux fois" ?

Avant
Après

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Mildred Pierce de James M.CainCréer un quiz sur ce livre

.. ..