AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757865129
Éditeur : Points (16/08/2018)

Note moyenne : 3.24/5 (sur 50 notes)
Résumé :
« Que les choses soient claires : je ne souhaite pas être plus grand que l’Angoualima, ni me greffer des petits doigts, je veux être apprécié en fonction du résultat de mon geste criminel. Ne pouvant égaler les prouesses du Grand Maître, j'aimerais au moins être considéré comme son fils spirituel. Pour cela, j'en suis conscient, je dois encore travailler : tuer Germaine ce 29 décembre, c'est-à-dire dans deux jours, n'est qu'une étape vers ce couronnement. »
<... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
PiertyM
  01 octobre 2013
Une version humoristique du mauvais vent des yankees qui a sévit à une certaine période la ville de Pointe-Noire. Où certains noms des grandes figures de ces gangs n'étaient méconnus des ponte-négrins.
Dans African Psycho, Alain Mabankou nous peint le paysage d'un milieu sadique, cruel avec une légèreté qui rend la lecture plus facile, moins émotionnelle mais beaucoup captivante...
Sur ces faits criminels assez réels, l'auteur fait vivre un personnage beaucoup divergent, très controversé avec lui-même avec lui-même. Gregory veut, se fait passer ou est un criminel.... Il s'inspire de son maître mort, le grand maître Angoualima vers qui il implore bénédiction et inspiration afin de devenir un grand criminel...
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2
  18 mars 2013
Brillante réécriture de l' "American Psycho", explorant d'autres facettes de la folie du serial killer mondialisé...
Le cinquième roman d'Alain Mabanckou, publié en 2003, est un hommage et une profonde transcription / réécriture, au Congo contemporain, de l' "American Psycho" de Brett Easton Ellis paru en 1991. Monologuant plans et réflexions comme son prédécesseur, il introduit toutefois, là où le serial killer new-yorkais nourrissait sa psychopathie d'une exacerbation de la folie financière et marketing ambiante, une profonde différence, intégrant aussi dans le psychisme de son "héros" la conscience dévoyée de l'histoire, du surnaturel et des mauvais génies africains...
Commenter  J’apprécie          30
valunivers
  22 décembre 2009
Grégory est un enfant “ramassé”, un orphelin. Ce qui pourrait être pour lui une belle histoire d'adoption, tourne au cauchemar le jour où son grand frère décide de le mettre à genoux pour qu'il fasse la femme. Greg, se montre alors habile et pour éviter le pire, se retourne contre son frère et s'enfuit dans les rues de Celui-qui-boit-de-l'eau-est-un-idiot.
Ne prenez pas en pitié Grégory, parce que c'est aussi un voyou…bon je vous l'accorde, c'est surtout un voyou raté dont les échecs en série nous font sourire. Greg, mettra tout en oeuvre pour devenir le plus grand tueur en série de Celui-qui-boit-de-l'eau-est-un-idiot. Plus grand encore que son maître spirituel “Le grand maître Angoualima” à qui il voue un culte sans borne et s'entretient avec son esprit au cimetière-des-morts-qui-n'ont-pas-droit-au-sommeil.
Chaque soir, Greg se recueille donc sur la tombe de son maître tout en mandiant des conseils dans l'espoir de le remplacer voire de devenir meilleur et surtout plus célèbre. Sa future victime, Germaine, est une ancienne prostituée qu'il a sorti de la rue pour en faire sa compagne.
African psycho dure le temps de la réflexion sur la procédure à tenir pour reussir en grande pompe ce meurtre qui rendra fière de lui son maître spirituel.
Dans ce roman très bien écrit, on se délecte des “fouarages” de Greg, on rit des situations coquasse dans lesquelles il arrive à se mettre.
Pour en discuter, c'est par ici
Lien : http://www.valunivers.fr/200..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
XoArum
  28 novembre 2010
Deuxième livre de Mabanckou, mais je suis toujours pas convaincue... Grégoire est une petite frappe, il vole, il viole bref... mais voila il n'a jamais tué personne et son idole est le serial killer maintenant décédé... Pas trop d'interet ni pour l'histoire ni pour les personnages...
Commenter  J’apprécie          31
jopirard
  30 juillet 2016
Petit livre, peu de carractère même si "celui-qui-boit-de-l'eau-est-un-idiot" y' est écrit une centaine de fois.
Un African Psycho bien loin d'un certain American Psycho. Une dizaine de continents de différence. Dommage...
Je n'ai pas trop compris les propos et la psychologie crétine de ce sérial Killer.
Je vais me relire un Jean Bofane car la littérature congolaise, c'est bien...
Commenter  J’apprécie          11
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
carrecarre   22 avril 2015
D'ailleurs, il y a des périodes ou nous sommes traversés par une idée d'éternité. Nous nous disons que nous avons le temps de tout accomplir. Et puis le corbillard qui passe, la mort du voisin, le crime entendu à la radio ou lu dans le journal nous rappellent notre condition de passager sur terre ...
Commenter  J’apprécie          240
Charybde2Charybde2   09 avril 2013
J'ai décidé de tuer Germaine le 29 décembre. J'y songe depuis des semaines parce que, quoi qu'on dise, tuer une personne nécessite une préparation à la fois psychologique et matérielle. Je crois à présent être dans cet état d'esprit même si je n'ai pas encore choisi le moyen avec lequel j'accomplirai mon acte. C'est désormais une question de détail. Je préfère sur ce point pratique me laisser une marge de manœuvre et ajouter ainsi une dose d'improvisation à mon projet.

Non, je ne cherche pas la perfection, et loin de moi cette idée. En réalité, je n'aime pas prendre à la légère ce que j'entreprends, et ce n'est pas un meurtre qui me ferait changer ma façon de concevoir les choses...
Lorsque je lis les faits divers dans les quotidiens de notre ville, je constate qu'il n'y a pas de geste aussi simple que celui de mettre un terme à la vie de quelqu'un. Il suffit de se munir d'une arme quelle qu'elle soit, de tendre un guet-apens à la future victime et de passer enfin à l'acte. La police et la justice feront alors leur boulot en supputant sur les mobiles de l'auteur. Il arrive même que ces gardiens des lois attribuent du génie à un scélérat alors que son acte était d'une évidence mathématique et se serait passé de toute spéculation. Il faut bien qu'ils travaillent, les pauvres. Ils sont payés pour cela, et c'est un peu grâce à des gens comme nous qu'ils gagnent leur pain. Je me demande bien ce qu'ils diront de moi après que j'aurai commis mon crime. Le pire serait que ce forfait passe inaperçu. Il est clair que je n'envisage pas cette hypothèse humiliante. Sinon, à quoi m'auraient servi ces jours de réflexion pendant lesquels mes méninges s'emmêlaient à propos du choix de l'arme appropriée à ce crime à venir, au point que je m'étais presque retrouvé au bord d'une crise de nerfs ?
En fait, l'idéal pour moi serait de bénéficier d'une couverture médiatique aussi large que celle qu'aurait eue mon idole Angoualima, le plus célèbre des assassins de notre pays. De temps à autre, pour rendre grâce à son génie, pour le tenir au courant de mes actes ou rien que pour le plaisir de lui parler, je vais m'agenouiller devant sa tombe au cimetière des Morts-qui-n'ont-pas-droit-au-sommeil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mayaramasahayammayaramasahayam   27 août 2017
en disant que son travail de pute me dérangerait pas, que ce n'étais pas un obstacle, que ma mère était une pute, que les putes était les femmes les us gentilles de la terre, que sans putes, mon dieux, le monde ne serait pas ce qu' est aujourd'hui, ue certains ne connaîtraient pas la femme, qje d'autres, fustres coucherais avec leur propre mère ou avec des moutons étant dans le quartier, que les putes était aussi nécessaires que les ambulanciers, que les pplombier, que les tôliers ou les carrossiers, que je pensais que les hommes politiques devaient leur crée une ministre puisqu'elles patient les ompors, fome les notaires, comme les agent immobiliers, comme les ambulanciers, comme les tôliers ou les carrossiers, et je l'avais vue sourire avec son visage d'ange et ses fossettes sur les joue
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EricDELABIBLEEricDELABIBLE   12 avril 2018
Tout cela pouvait encore passer si on ne me rasait pas entièrement cette tête rectangulaire, me jetant ainsi en pâture aux quolibets des autres bambins qui me criaient à longueur de journée: Boule à zéro ! Boule à zéro !
Commenter  J’apprécie          10
EricDELABIBLEEricDELABIBLE   12 avril 2018
Dieu merci, je n'ai jamais fait la manche. Il y a des limites dans le désespoir.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Alain Mabanckou (125) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Mabanckou
Leçon inaugurale d'Alain Mabanckou, écrivain, professeur de littérature à UCLA (17 mars 2016). "L?Afrique a pendant plusieurs siècles été vue, imaginée, fantasmée par les Européens comme un continent sauvage, ténébreux, matière première des récits d?aventures et d?exploration, teintés d?exotisme, qui ne laissaient pourtant entendre qu?une seule voix, celle du colonisateur. Il faut attendre le milieu du XXe siècle pour qu?une littérature écrite par et pour les Africains se révèle. de la négritude à la « migritude », il appartient aux écrivains noirs d?aujourd?hui de penser et de vivre leur identité artistique en pleine lumière." Revoir tous les cours donnés par Alain Mabanckou au Collège de France : https://www.college-de-france.fr/site/alain-mabanckou/_course.htm
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature africaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
264 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre