AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782757805190
256 pages
Éditeur : Points (23/08/2007)
3.46/5   383 notes
Résumé :
Mémoires de porc-épic est le second volet d'une trilogie inaugurée par l'inoubliable Verre Cassé. Ici encore, en détournant, avec le sens de la dérision qu'on lui connaît, les codes narratifs de la fable, Alain Mabanckou revisite en profondeur un certain nombre de lieux fondateurs de la littérature et de la culture africaines.

Parodiant librement une légende populaire selon laquelle chaque être humain possède un double animal dans la nature, il nous l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (67) Voir plus Ajouter une critique
3,46

sur 383 notes

Bobby_The_Rasta_Lama
  28 août 2020
"... assieds-toi au pied d'un baobab et, avec le temps, tu verras L Univers défiler devant toi..."
J'ai fait des efforts, au pied de ce baobab...
Et pourtant, le livre avait tout pour me plaire : une fable philosophique pleine de traditions et croyances africaines, de magie noire, de références littéraires, de réflexions sur la nature humaine qui oscille sans arrêt entre son côté lumineux et son côté sombre.
Mais j'ai fini un peu comme cet idiot du proverbe chinois, cité (entre autres) dans ce livre : celui à qui on montre la Lune, et qui continue à regarder le doigt. J'ai peut-être aperçu une promesse de la Lune, une lueur, mais sans jamais réussir à perdre de vue ce doigt qui pointe. Eh bien, cela arrive...
En bonne gourmette (la variante existe t-elle ?) littéraire, je supposais que le "porc-épic" n'est qu'une métaphore, et si on réfléchit à ce concept de l'alter-ego homme/animal, nous n'en sommes pas loin. Mais l'histoire en soi est vraiment racontée par un porc-épic, qui confesse sa carrière mouvementée de tueur en série à un grand baobab, en philosophant et en gesticulant. Un soliloque ininterrompu, dont la seule ponctuation est représentée par la virgule; point de point et point de majuscule. Là aussi, j'ai compris que c'est censé nous rapprocher de la tradition orale, mais même le plus grand des conteurs doit faire une pause pour respirer, de temps en temps. Etrangement, ce procédé qui ne m'a jamais gênée chez les autres (je pense par exemple à "L'automne du patriarche" de Marquez, mais aussi un peu à "Boussole" d'Enard que je suis en train de lire), m'a laissée sans souffle en lisant "Porc-épic".
Selon la tradition africaine, tout homme a son double : soit un double paisible qui aide et qui protège, soit un double mauvais, qui nuit et qui tue. C'est aussi le cas de Kibandi. Quand il avait dix ans, son père, à l'aide de charmes et d'un breuvage magique, lui a attribué comme double notre porc-épic. Pendant l'enfance de Kibandi, l'animal est relativement tranquille, mais avec l'âge, son maître devient de plus en plus orgueilleux et susceptible. Moindre offense, moindre mot de travers signifie un arrêt de mort pour son adversaire qui va aussitôt succomber aux piquants mortels du "double" de Kibandi. Cela devient une sorte d'ivresse, une "faim", et Kibandi est un homme très affamé ! Mais voilà... sa dernière victime (évitons les spoilers), est en trop même pour son malfaisant double qui lui doit obéissance. Certaines transgressions sont dangereuses, et Kibandi va mourir à son tour. Son double devrait mourir en même temps, et il a peur, très peur... comment cela se fait-il qu'il soit toujours vivant ?
Même si la quatrième de couverture l'insinue, les meurtres ne sont pas au centre du roman. C'est plutôt le message qu'on peut se dresser contre son destin, et qu'il n'est jamais trop tard pour une prise de conscience. L'animal finit par douter des agissements de Kibandi, donc de ses propres actes. Il se cherche des excuses pour continuer à tuer, mais il finira par désobéir, ce qui va (probablement) lui sauver la vie.
On a des réflexions sur l'histoire de l'humanité, Jésus Christ, la littérature, les traditions africaines et la culture occidentale. Mabanckou peut être satirique, et il commente parfois assez durement le monde occidental - la scène avec le cercueil, où les occidentaux voient eux-mêmes comment un mort peut identifier son meurtrier, est assez comique - mais il n'hésite pas non plus à taper dans ses propres rangs : le vieux porc-épic qui se comporte comme un dictateur est une référence à la scène politique au Congo. Tout cela baigne dans une étrange atmosphère magique... alors oui, je crois que j'ai saisi le potentiel parodique , mais le livre m'a paru long, très long, la magie noire n'a pas opéré et, malheureusement, tout ce qui est important, je l'ai trouvé un peu caricatural et plat. Un autre livre sur le "coeur d'homme", écrit d'une façon très originale, mais j'y ai cherché en vain ce "quelque chose de plus", une petite révélation.
Voyez-vous, même quand je vais par exemple chez Lidl, j'ai toujours une idée assez précise de ce que j'en ramène, mais dans le cas de ce récit, j'hésite encore... Lidl vs littérature, 1:0.
Il y a certains bons moments, donc 2/5, mais je mets définitivement le réalisme magique du Congo dans ma boîte imaginaire de choses que je ne veux plus jamais rencontrer, avec la bière à la lavande, les Teletubbies et la musique de David Guetta.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6622
aouatef79
  28 mai 2019
"Mémoires de porc-épic"est un roman du franco-congolais , Alain Mabanckou .Ce dernier est à la fois écrivain et enseignant ,installé en France .Pour le roman cité en haut , l 'auteur a reçu le Prix Renaudot en 2006 .Il a reçu aussi d 'autres récompenses telles :Prix Goncourt des lycéens ,Grand Prix littéraire de l 'Afrique Noire .Belle carte de visite ! Première remarque qui saute aux yeux au cours de la lecture :on y trouve comme ponctuation que la virgule .
"Mêlant à la fois la fable ,le conte et le fantastique ,Mémoires de porc-épic est traversé par la parole ,les symboles et l 'éloge de la littérature ,avec référence à Ernest Himingway , Edgar Allan Poe , Luis Sépulveda , La Fontaine etc " .
"Mémoires de porc-épic", est un roman raconté par un porc-épic qui est le
"double" d' un être humain , Kibandi ,mais un double "nuisible"à la différence des "doubles pacifiques"qui protègent et recherchent le bien ,les doubles nuisibles sont destinés au mal .Alors qu 'il attend sa mort d 'un moment à l 'autre , le porc-épic narrateur raconte son histoire à un baobab pour expliquer comment il s 'est trouvé pendant des années en association avec un être humain qui lui confiait des missions pour le moins étranges .Ils avaient la même vie ,le même souffle et ,liés pour le meilleur et pour le pire , ils étaient censés mourir le même jour et à la même heure puisque
l 'un n 'était que le prolongement de l 'autre .Mais voila que Kibandi est assassiné et que ,par surprise , le porc-épic est encore en vie ! Pourquoi n 'est-il pas mort avec son "maître" ? Il sait que ses heures sont désormais comptées ,et il doit se confier avant qu'il ne soit trop tard et qu 'on ne garde de lui que l 'image d 'un animal méchant" .
Une lecture pas du tout aisée mais tout de même on arrive à lire cette parodie et on apprécie , aussi , l 'ironie de l 'auteur .
Alain Mabanckou est considéré comme l 'une des voix majeures de la littérature francophone actuelle .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
domisylzen
  18 novembre 2016
Pas de majuscule, pas de point. Les seuls signes de ponctuation sont des virgules et quelques guillemets. Déroutant … des phrases qui font plusieurs pages ne m'ont certainement pas permis d'apprécier ce conte à sa juste valeur.
Chaque être humain à son double dans la nature, pour Kibanbi, c'est un porc-épic, que son maitre charge de perpétrer, à l'aide de ses piquants, des meurtres parmi les villageois de son entourage. Kibandi mort, le vieux porc-épic sait qu'il lui reste peu de temps à vivre, il en profite pour se confier à un baobab.
C'est toujours une frustration d'arrêter un livre, il y a une certaine culpabilité de penser que la rencontre n'a pas eu lieu et d'en être responsable.
- Bah t'auras un gage !
- Ah oui lequel ?
- Lire un autre livre de l'auteur.
- Dommage ! Je m'attendais à quelques coups de fouet.
Commenter  J’apprécie          432
Missbouquin
  16 juillet 2012
Mémoires de porc-épic est le second volet d'une trilogie inaugurée par Verre Cassé, que je n'ai pas lu (mais ça ne va pas tarder ! ) L'idée est la réception d'un manuscrit écrit par ce fameux Verre Cassé
Parodiant librement une légende populaire selon laquelle chaque être humain possède un double animal dans la nature, il nous livre l'histoire d'un porc-épic, chargé par son alter ego humain, Kibandi, d'accomplir, à l'aide de ses redoutables piquants, toute une série de meurtres. Pour le plus grand désespoir des villageois qui ne satisfont pas les exigences de son maître, le porc-épic est bien obligé d'obéir, pendant plus de quarante ans.
Une fois son maître mort, au crépuscule de sa vie, le vieux porc-épic décide de se confier à un baobab, et d'expliquer quelle a été sa vie. “la parole, me semble t-il, délivre de la peur de la mort, et si elle pouvait m'aider à la repousser, à lui échapper, je serais alors le porc-épic le plus heureux du monde”. de sa vie en groupe de porc-épic à son lien avec son maître, lorsqu'il devient un “double nuisible”, jusqu'aux exactions qu'il commet, il n'omet rien et se dépouille devant nous.
“J'appartiens plutôt au groupe des doubles nuisibles, nous sommes les plus agités des doubles , les plus redoutables, les moins répandus aussi, et comme tu peux le deviner la transmission d'un tel double est plus compliquée, plus restreinte, elle s'opère au cours de la dixième année du gamin, encore faut-il parvenir à lui faire avaler le breuvage initiatique appelé mayamvumbi, l'initié le boira régulièrement afin de ressentir l'état d'ivresse qui permet de se dédoubler, de libérer son autre lui-même, un clone boulimique sans cesse en train de courir, de cavaler, d'enjamber les rivières, de se terrer dans le feuillage quand il ne ronfle pas dans la case de l'initié, et moi, je me retrouvais au milieu de ces deux êtres, non pas en spectateur puisque, sans moi, l'autre lui-même de mon maître aurait succombé faute d'assouvir sa gloutonnerie…”
Le roman prend donc la forme d'un récit atypique, sans ponctuation ni majuscules (ce qui demande 10 minutes d'adaptation), raconté d'un trait par le porc-épic qui devient finalement très attachant. Mabanckou détourne ainsi la forme traditionnelle du conte africain et de la fable, avec beaucoup d'humour et de verve. le porc-épic émaille en effet son récit de réflexions sur la nature humaine, qu'il a appris à connaître et qui nous nous interroger sur la cruauté et la volonté de puissance de tout individu, à n'importe quelle échelle de la société. Il critique à plusieurs reprises en particulier la déformation qui oblige les Occidentaux à vouloir tout explique …
“car, mon cher Baobab, ces hommes qui vont en Europe, nom d'un porc-épic, deviennent si bornés qu'ils estiment que les histoires de doubles n'existent que dans les romans africains, et ça les amuse plutôt que de les inciter à la réflexion, ils préfèrent raisonner sous la protection de la science des blancs, et ils ont appris des raisonnements qui leur font dire que chaque phénomène a une explication scientifique”.
Or ici, superstitions, magie, croyances, meurtres, tout explose en un magnifique cocktail très concentré, en restant un formidable conte terriblement dépaysant.
Un livre écrit dans un souffle. Et qui se lit dans ce même souffle. Fascinant.
Lien : http://missbouquinaix.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
blandine5674
  01 septembre 2019
Il y a longtemps que ce roman me faisait de l'oeil après Petit Piment que j'avais adoré. Celui-ci est étrange. Un porc-épic est le double d'un charpentier qui lui commande des meurtres. Souvent, parce que des individus l'ont tout simplement énervé. L'action se passe dans l'Afrique des croyances et légendes. Ce qui donne parfois des scènes drôles comme celle où le cadavre fait bouger le cercueil et se dirige chez celui qui l'a tué. Un passage de souvenirs où il décrit des romans qui nous permettent de deviner lesquels. J'ai quand même eu du mal à me mettre dans la peau des personnages. Une écriture qui devient à la mode avec aucun point ni majuscule.
Commenter  J’apprécie          290


critiques presse (1)
LaCroix   23 décembre 2020
Le romancier Alain Mabanckou, récompensé par un prix Renaudot pour ses Mémoires de porc-épic (2006), livre aux lecteurs de « La Croix L'Hebdo » un conte empreint de son enthousiasme chronique, son optimisme toujours renouvelé et son inclination à l'espoir.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
Bobby_The_Rasta_LamaBobby_The_Rasta_Lama   25 août 2020
[...] j’appartiens plutôt au groupe des doubles nuisibles, nous sommes les plus agités des doubles , les plus redoutables, les moins répandus aussi, et comme tu peux le deviner la transmission d’un tel double est plus compliquée, plus restreinte, elle s’opère au cours de la dixième année du gamin, encore faut-il parvenir à lui faire avaler le breuvage initiatique appelé mayamvumbi, l’initié le boira régulièrement afin de ressentir l’état d’ivresse qui permet de se dédoubler, de libérer son autre lui-même, un clone boulimique sans cesse en train de courir, de cavaler, d’enjamber les rivières, de se terrer dans le feuillage quand il ne ronfle pas dans la case de l’initié, et moi, je me retrouvais au milieu de ces deux êtres, non pas en spectateur puisque, sans moi, l’autre lui-même de mon maître aurait succombé faute d’assouvir sa gloutonnerie, [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3722
aouatef79aouatef79   17 juin 2019
donc je ne suis qu 'un animal ,un animal de rien du tout ,les hommes diraient une bête sauvage comme si on ne comptait pas de plus de bêtes et de plus sauvages que nous dans leur espèce , pour eux je ne suis qu 'un porc-épic ,et
puisqu 'ils ne se fient qu 'à ce qu 'ils voient , ils déduiraient que je n 'ai rien de particulier , que j 'appartiens au rang des mammifères munis de longs piquants , ils ajouteraient que je suis incapable de courir aussi vite qu 'un chien de chasse , que la paresse m 'astreint à ne pas vivre loin, de l' endroit où je me nourris .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
urbanbikeurbanbike   16 mars 2008
au petit matin, Amédée entreprit sa promenade quotidienne dans la brousse, il ne portait qu'un short, marcha en sifflotant jusqu'au bord de la rivière où il plongea ses pieds dans l'eau, s'étendit sur la rive et se mit à lire ses livres de mensonges, mon maître m'avait dit d'aller l'épier, d'aller voir ce qu'il était en train de manigancer seul, de m'assurer que ce jeune homme ne possédait pas lui aussi un double qui pourrait nous causer des ennuis lorsque nous nous occuperions de lui, c'était une précaution inutile car, mon cher Baobab, ces hommes qui vont en Europe, nom d'un porc-épic, deviennent si bornés qu'ils estiment que les histoires de doubles n'existent que dans les romans africains, et ça les amuse plutôt que de les inciter à la réflexion, ils préfèrent raisonner sous la protection de la science des blancs, et ils ont appris des raisonnements qui leur font dire que chaque phénomène a une explication scientifique, et quand Amédée me vit déboucher d'un bosquet près de la rivière, nom d'un porc-épic, il hurla de rage « sale bête, dégage de ma vue, espèce de boule à piquants, je vais te réduire en pâtée et te manger avec du piment et du manioc
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MissbouquinMissbouquin   16 juillet 2012
“car, mon cher Baobab, ces hommes qui vont en Europe, nom d’un porc-épic, deviennent si bornés qu’ils estiment que les histoires de doubles n’existent que dans les romans africains, et ça les amuse plutôt que de les inciter à la réflexion, ils préfèrent raisonner sous la protection de la science des blancs, et ils ont appris des raisonnements qui leur font dire que chaque phénomène a une explication scientifique”.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Charybde2Charybde2   20 juin 2013
je n'ai pas demandé à survivre, comme d'ailleurs je ne demanderai pas à mourir, je me contente de respirer, de voir ce que je pourrais faire d'utile dans le futur, j'ai pour cela deux pistes que j'aimerais suivre, d'abord je voudrais mener une bataille sans merci contre les doubles nuisibles de cette contrée, je sais que c'est un grand combat, mais je voudrais les traquer les uns après les autres, une manière de me racheter, d'effacer ma part de responsabilité quant aux malheurs qui ont endeuillé ce village et beaucoup d'autres, la deuxième piste à laquelle je songe est simple, mon cher Baobab, je voudrais retourner vivre dans notre ancien territoire parce que la fréquentation des hommes a créé en moi le sentiment de la nostalgie, un sentiment que je qualifierais de mal du territoire, eux parleraient de mal du pays, je tiens désormais à mes souvenirs comme l'éléphant tient à ses défenses, ce sont ces images lointaines, ces ombres disparues, ces bruits éloignés qui m'empêchent de commettre l'irréparable, oui, l'irréparable, j'y pense aussi, me donner la mort, mais c'est la pire des lâchetés, de même que les êtres humains estiment que leur existence vient d'un être suprême, j'ai fini par le croire à mon tour depuis vendredi dernier, et si j'existe encore, nom d'un porc-épic, c'est parce qu'une volonté au-dessus de moi l'a décidé, or s'il en a été décidé ainsi, c'est que je dois forcément avoir une dernière minute à remplir ici-bas
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Alain Mabanckou (106) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Mabanckou
Souleymane Diamanka, Louis-Philippe Dalembert & Alain Mabanckou étaient les invités de la Maison de la Poésie mardi dernier pour une soirée dédiée à la collection Points Poésie ! Retrouvez la rencontre en intégralité sur leur page YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=¤££¤8Souleymane Diamanka7¤££¤4IQ&t=1420s
autres livres classés : afriqueVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
270 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre

.. ..