AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070370832
256 pages
Éditeur : Gallimard (01/02/1979)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 46 notes)
Résumé :
La confrontation, pleine de sens et de saveur, de l'aventurier passif, Joseph Krühl, qui se contente de rêver aux pirates, et de l'aventurier actif, Simon Eliasar, occupé de chasse au trésor. Tous deux pourtant s'embarquent ensemble et leur destin s'accomplira sur une île.
Étonnant adieu au romantisme et au pittoresque, ce récit ingénieux contient toute la poésie de l'aventure.

Source : Folio, Gallimard
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
5Arabella
  11 mai 2018
Krühl, un très riche Hollandais, se trouve en Bretagne pendant la première guerre mondiale. Il se passionne pour les histoires de pirates, ce qui donne à Samuel Eliasar, un escroc qui vient dans le même petit hôtel, l'idée d'une supercherie, qui lui permettrait de dépouiller le riche et crédule Krühl de ses biens. Cela suppose un voyage dans les Antilles, pour lequel Eliasar fait appel à une de ses connaissances, le capitaine Heresa, qui constitue un équipage hétéroclite pour manoeuvrer le bateau acquis par le Hollandais qui rêve de trésors.
Un roman assez simple et linéaire dans son intrigue, avec des personnages de toute une pièce. C'est pittoresque et très vivant, un peu attendu quand même. Mac Orlan reconstitue des ambiances, des climats, d'une façon assez efficace et prenante, les personnages relèvent quand même un peu de stéréotypes. C'est plaisant et distrayant comme lecture, je ne suis pas sûre que cela me marquera énormément.
Des livres de Mac Orlan ont été adaptés au cinéma, dont le fameux Quai de brumes ; en lisant le chant de l'équipage j'entrevoyais en permanence des images de films : le livre semble les appeler et ferait sans doute un excellent scénario.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
luis1952
  01 juin 2012
Rien qu'une grande déception pour moi que ce roman de Pierre Mac Orlan de l'Académie Goncourt.
Je ne sais pas pour qui l'auteur a écrit ce roman, peut-être pour la jeunesse ? L'histoire commence quelque part en Bretagne autour de quelques amis qui décident de partir pour une traversée de l'océan à la recherche d'un trésor. Quelques bons passages au milieu du récit comme la traversée d'une tempête mais le roman s'éffrite littéralement à la lecture du dernier chapitre. On se dit alors que cette lecture a été une perte de temps. Désolé !
Commenter  J’apprécie          40
VACHARDTUAPIED
  04 avril 2013
Belle lecture, beau roman à l'ancienne...
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   04 avril 2013
Sam Eliasar, ou le solitaire malgré lui, errait de son côté à l’aventure, entrant chez Marie-Anne alors que Krühl en sortait et se faisant ouvrir des huîtres chez Boutron au moment même où M. Krühl venait de s’en aller.
Il portait lui aussi le chandail à col roulé. Son éternelle cigarette aux lèvres, il s’adaptait à merveille l’air las et désabusé qui était en quelque sorte l’impôt que la lande mélancolique exigeait de ses admirateurs civilisés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JevousdisquecestmoiJevousdisquecestmoi   11 novembre 2011
Edenté à la suite d’un tas de compromissions dans des établissements interdits au commun des mortels, il séduisait néanmoins les femmes par un je ne sais quoi qui restera toujours un mystère pour le plus subtil des psychologues. Les yeux du capitaine Heresa, en vérité très beaux et très expressifs, entraient peut-être pour beaucoup dans cette stupéfiante aberration.
Commenter  J’apprécie          10
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   04 avril 2013
La pluie ruisselait le long des vitres de la lanterne posée sur la soue où le cochon fouillait du groin une marmite sonore et mal équilibrée.
La maison, plongée dans l’ombre impénétrable, ne se révélait pas tout de suite.
On apercevait incontestablement une sale petite lueur, celle de la lanterne : des flaques d’eau qu’un reflet doré décelait traîtreusement.
Une porte ouverte quelque part dans le noir, vomit comme un four à puddler la lumière d’une lampe à pétrole. Une silhouette féminine s’encadra entre les chambranles ; des sabots claquèrent et traînèrent sur la pierre du seuil.
― Oh ! gast ! attends, va !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   04 avril 2013
Krühl ouvrit l’œil, bondit hors du lit et, les doigts de pieds retroussés, courut sur les talons jusqu’à la fenêtre dont il écarta discrètement les rideaux à carreaux rouges et blancs.
Sur la terrasse qui surplombait la rivière, plié en deux contre la balustrade, un homme vêtu d’un complet veston bleu marine et coiffé d’un chapeau mou de même couleur contemplait, en fumant une cigarette, une embarcation qu’un gosse âgé de dix ans rentrait dans le port à la godille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   04 avril 2013
M. Joseph Krühl avait dépassé la cinquantaine et, comme nous l’avons dit, c’était un homme d’une force rare. Né à Sluis, petite ville de Hollande, il vivait en France depuis l’âge de dix ans et la déclaration de guerre de l’Allemagne l’avait laissé indécis et désolé dans le petit port breton où il habitait, depuis plusieurs années, l’hôtel de Mme Plœdac.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Pierre Mac Orlan (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Mac Orlan
Second volet du Vidéo-Blog Grif''GRAPHE sur le salon BD de Montargis: 3 interviews-dédicaces de dessinateurs talentueux et polymorphes, qui ont le vent en poupe: -Christian de Metter dont on connait les adaptations de polars très noirs chez Rivages-Casterman : pour l'heure, il abandonne le picturalisme pour faire retour sur le trait : un trait incisif comme à la pointe d'un couteau - l'occasion également de renouveler le genre Western. -Kokor qui rend hommage à Beuville, Morris et Gus Bofa ('Excusez du peu!) : le critique n'a plus rien à faire: l'auteur est entré en osmose avec ses pairs et pourtant en parallèle, il propose la caméra un trait vif et Kokoresque à nul autre pareil -même si on le décrypte mieux...- -Riff Rebs' ou la "Défense et illustration" de l'adaptation littéraire, à condition que cette "re-création" soit l'occasion de propositions visuelles fortes, donc faite avec ses tripes et pas sur injonction éditoriale.Sabre de Bois, frères de la côte, buvons à la santé de Jack London et Pierre Mac Orlan ! Ca bouge, ça s'agite et ça cogite dans la BéDé : Montargis le Festival animé par Arnaud Floc'h le reflète bien !
+ Lire la suite
autres livres classés : piratesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Quiz

Comment s'appelle le héros du livre?

Louis-Marie
Louis-Marine
Louis-Marne
Louis-Marnie

4 questions
63 lecteurs ont répondu
Thème : Les clients du Bon Chien Jaune de Pierre Mac OrlanCréer un quiz sur ce livre