AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070386208
132 pages
Gallimard (13/04/1994)
3.62/5   20 notes
Résumé :
" Le Quartier Réservé nourrissait sa pègre, la dorlotait, l'éduquait, l'abandonnait, la reprenait en main, la lançait sur des pistes inexplicables.
La ville abandonnait à son destin ce cloaque d'eaux grasses si riches en objets perdus. Le Cheikh régnait sur cette cité torride, comme un pape. Il confessait les filles et tordait le cou aux jeunes assassins prostitués... Quelquefois il plongeait son énorme patte dans le trou noir d'une chambre d'amour au bord de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
SZRAMOWO
  14 avril 2015
Le quartier réservé, étrange histoire que l'on se plait à lire et relire avec la même appréhension, la même surprise, la même attirance coupable, la même répulsion, le même plaisir à chaque fois, livre de solitude, livre de nostalgie, livre de solitaire, livre pour nuits d'insomnies.
Guillaume Balthasar, comme le roi mage précise-t-il, arrive dans une ville du sud, par le train de nuit, voyage en troisième classe wagons non chauffés, Marseille sans doute, une ville inconnue, il y fait froid, il neige, une « neige urbaine », « sans luges, sans skis, sans femmes élégantes habillées comme des ramoneurs neufs et gais. » Il se réfugie dans un bar, demande sa route : il doit reprendre le magasin de phonographe de Ludovic Ahmed, situé 25 rue George-Nette dans le quartier réservé.
En dépit des conseils du bistrot lui enjoignant d'attendre un taxi, il décide de s'y rendre à pied.
Ludovic Ahmed, un marocain originaire de Fez, a vécu 20 ans dans cette ruelle mal famée aux nombreux bordels - « d'abord marchand d'objets galants en caoutchouc, puis, pour suivre le progrès, marchand de disques.»- quitte la ville pour Oran en compagnie d'une gitane… « …, pour une affaire… » dit-il avant de rajouter énigmatique : « cuadro flamenco ».
Guillaume est heureux de sa nouvelle maison : « Cette pauvre demeure ne me dégouta pas de mon sort. J'étais trop fatigué pour me montrer difficile. »
L'inspecteur de police Paul Leudon, un Lorrain de Fénétrange, familier du Marocain, règne en maître sur le quartier.
Guillaume s'installe, rencontre ses premiers clients, que des gens du quartier aux goûts musicaux bigarrés, obsessionnels parfois, « des voix graves de femmes brunes à cou de de taureau, des fox-trot, bien entendu des tangos, des disques polonais, juifs, tunisiens, marocains et algériens. »
Chaque soir, au seuil de son magasin, il goûte la féérie lumineuse du quartier qui éclipse la nuit, et sa musique qui monte dans le ciel. Il se découvre des souvenirs communs avec l'inspecteur Leudon, le Cheikh comme l'appelle les gens du quartier : « Nous étions devenus camarades parce que le Cheikh avait servi comme moi dans un régiment d'infanterie de montagne. »
Pourtant, Guillaume restera différent de la faune du quartier, malgré les signes d'empathie non feints, qu'il reçoit il est le dernier arrivé, l'étranger, le nouveau, celui dont on se méfie, celui qu'on peut faire plonger à sa place tant il parait naïf. « Quelle imprudence de vivre parmi les coquins. » pense-t-il même.
Ce roman écrit à la serpe, à grands coups de phrases taillées dans la réalité a un côté enchanteur, au fond, Guillaume cherche à fuir sa bonté naturelle, à la poursuite d'une rédemption pour des péchés qu'il n'a jamais commis, sauf en imagination peut-être, mais il tombe toujours sur plus mauvais que lui.
Sans prétention outrancière, l'écriture peaufinée de Mac Orlan décrit la France de ces années noires, entre 1924 et 1931, des troubles sociaux, une police corrompue, des scandales à répétitions, les élections de 1924 et 1932 gagnées par le fameux « cartel des gauches », (drôle de concept l'association de cartel et de gauche), mais avec un bloc national toujours fort, situation qui conduira certes à la victoire du front populaire mais aussi lentement à la défaite de 1940.
Des hommes veules ou couards, cachant leurs faiblesses dans une démonstration permanente de ce qu'ils prennent pour de la force, se disputent des femmes faciles mais toujours fatales, âpres au gain, peu soucieuse de sentimentalisme :
« Avec une gueule comme vous en avez une, fit une voix de femme courroucée, on voit très bien que vous n'êtes pas plus la mère des jeux latins que celle des voluptés grecques. »
« Deux Gitanes en robe lumineuses apparurent devant nous. L'une d'elle commença à glisser la paume de sa main sur la peau d'âne. L'autre tenait un enfant dans son bras replié. de sa main libre, elle releva sa jupe rose à volant jusqu'à son ventre. »
« Toutes ces femmes se coiffaient avec soin. Certaines étaient jolies, d'autres, les plus coquines, aussi grosses que des matelots brevetés de la marine anglaise, conservaient encore les traces d'un beau visage, qui, lui aussi, faisait partie de l'uniforme. »
Guillaume Balthasar se retrouve prisonnier des ambiguïtés du Quartier Réservé ; mais lui s'y trouve par hasard et pas nécessité, il est un héros du quotidien, de la galère, de la débrouille, de l'embrouille : « Mr Mülher, de la Compagnie générale des phonographes européens a du vous prévenir de mon arrivée. » ; il a vécu de ses talents d'auteur de chansons et le succès le fuyant s'est replié sur l'industrie du disque.
Cette écriture d'artisan, je n'ai pas dit artisanale, nous réserve des surprises, nous livre des portraits acidulés voire acides, regorge de trouvailles littéraires, déploie une poésie pragmatique et réaliste mais rarement cynique, même si la dérision n'est jamais très loin :
« Deux patins de neige solidifiés sous mes semelles me surélevaient et m'obligeaient à marcher un peu à la manière d'une Chinoise. »
« La Gitane n'était pas avec lui. Sans doute voyageait-elle seule, à cause de sa robe trop rose et de ses volants décousus. »
« Celui qui me parlait tenait une boutique d'herboristerie et d'appareils en caoutchouc d'un usage souvent incompréhensible pour les non-initiés. »
« Il aimait la grande musique et donnait aux filles des soins équivoques, ce qui lui valait des menaces impolies de la part des médecins du Dispensaire. »
« A côté de cet officier qui ressemblait à un grand comédien quelconque se tenait un petit hercule aux yeux de bouledogue. »
« C'était un Auvergnat en pleine force, grand, robuste, les jambes un peu cagneuses, mais la moustache brune, fournie et bien soignée, à cause des femmes qui l'admiraient, peut-être par prudence. »
« le café était vide. Un silence anormal rendait la petite salle étrangement sonore. »
« Elles surveillaient les passants, presque timides, défigurés par les exigences de leur imagination. »

Lien : http://desecrits.blog.lemond..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
FrancisK
  30 octobre 2020
Entendons-nous bien : voici un récit bref, mais peu réussi malgré l'une ou l'autre page où la poésie affleure dans un style plus relevé .
L'auteur joue avec l'érotisme des bas-fonds, prostituées et pègre en tête de liste et n'oublie pas une touche d'horreur dans les assassinats crapuleux.
Mais c'est tout. le récit finit d'ailleurs en queue de poisson.
Bref, de la littérature alimentaire où bavardage et remplissage sont les deux mamelles d'un écrivain en mal d'inspiration.
Du temps perdu qui ne se rattrape plus.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   14 avril 2015
Un soir de la semaine qui suivit, la découverte du cadavre de l'adolescente blonde (un détail sur lequel il n'est pas nécessaire d'insister l'indiquait nettement), le Cheikh m'invita à dîner chez Nane.
Commenter  J’apprécie          40
SZRAMOWOSZRAMOWO   14 avril 2015
Leur danseur, "Bébé- la-Gueunouille", qui dansait le ventre en avant comme un
crapaud, revêtait pour cette circonstance de très beaux complets de drap crème, ou lilas, ou pervenche. Il pouvait changer de complet tous les jours. On était forcé de l'admirer.
Commenter  J’apprécie          10
SZRAMOWOSZRAMOWO   14 avril 2015
L'inspecteur de police, gouverneur du Quartier réservé, était un des mes bons clients. Il venait chez moi, après avoir pris son repas de midi chez la Romancière.
Commenter  J’apprécie          10
SZRAMOWOSZRAMOWO   14 avril 2015
Les filles nouvelles nous arrivaient comme des conscrits, une ou deux fois par an.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Pierre Mac Orlan (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Mac Orlan
https://www.editions-harmattan.fr/livre-la_butte_3d_montmartre_hier_aujourd_hui_et_peut_etre_demain_georges_millot-9782343246260-71631.html
Sur la butte Montmartre, il s'est passé bien des événements. La Commune de Paris y a débuté. Plus tard, les affranchis s'y sont installés, dans le sillage d'Aristide Bruant. Aujourd'hui, elle bourdonne de touristes et... de pickpockets. Et demain, que deviendra ce confetti, si le monde survit et change ? Sur la butte Montmartre, du temps de la Commune, se sont croisés des personnages historiques luttant pour une société meilleure : Louise Michel, Jules Vallès, Théo et Marie Ferré... de nos jours, les petits-enfants des écrivains Pierre Mac Orlan, Albert Simonin ou Marcel Aymé célèbrent la beauté germant du quotidien interlope. Dans un monde futur, quel beau décor pour concevoir l'union de l'idéal et du bonheur ! de tous les coins du monde on vient sur la Butte, admirer Paris à ses pieds. Il ne faut pas oublier de tourner son regard vers l'intérieur de ce volcan, éteint seulement en apparence, dans les ruelles duquel se fondent les différences de genres, de milieux et d'époques.
+ Lire la suite
autres livres classés : débaucheVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz

Comment s'appelle le héros du livre?

Louis-Marie
Louis-Marine
Louis-Marne
Louis-Marnie

4 questions
109 lecteurs ont répondu
Thème : Les clients du Bon Chien Jaune de Pierre Mac OrlanCréer un quiz sur ce livre