AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2351785290
Éditeur : Gallmeister (07/05/2013)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 17 notes)
Résumé :

" Grand admirateur de Chandler, Ross Macdonald est un écrivain de très grand talent, et son personnage, Lew Archer, profondément humain, un acteur inspiré de la scène policière californienne.

Il sait s'imprégner des lieux tout autant que des personnages auxquels l'auteur donne une épaisseur peu commune.

Un Archer, aussi attachant que Philip Marlowe, mais plus sobre et finalement parfois plus convaincant, est le héros d'une... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Renod
  22 mars 2017
« A chacun sa mort » est le troisième roman de la série Lew Archer. L'intrigue de ce roman « hardboiled » est classique : une enquête au départ ordinaire conduit le détective dans les méandres d'organisations criminelles et les tourments d'un esprit névrosé. A contrario des romans précédents, l'histoire débute dans une résidence touristique défraichie de Santa Monica. L'immeuble est géré par la veuve d'un médecin. Elle sacrifie ses économies pour engager le détective afin qu'il retrouve la trace de sa fille Galley, une infirmière à la beauté ensorcelante qui ne lui donne plus de nouvelle depuis plusieurs jours. Archer va vite découvrir que la jeune femme a quitté la ville au bras d'un truand d'origine italienne. le couple se serait même marié. Alors qu'il les localise, détective se trouve plongé au coeur d'un trafic d'héroïne. Il va côtoyer le menu fretin, vil et sans avenir qui dort dans des meublés de seconde zone, et les gros poissons, qui gèrent leurs affaires de leurs villas luxueuses. Archer va se prendre des coups sur la tête, aïe ! Et il y aura des coups de feu, pan ! Mais il va arriver au terme de son enquête en faisant travailler ses qualités d'observation et de déduction et son goût pour les paris au péril de sa vie tout en conservant son sens moral. Un détective d'une probité irréprochable et d'une grande humanité : il prend en charge une jeune droguée et il ne se réjouit pas du décès d'un truand ou de la condamnation d'une meurtrière. Ross Macdonald a une approche sociologique (le terme est cité deux fois) puisqu'il décrit la structure sociale des différents quartiers traversés. Plusieurs passages m'ont particulièrement plus, notamment le combat de catch décrit avec une ironie mordante ainsi que la description d'un bar démodé pleine d'une douce nostalgie. Alors oui, c'est toujours la même histoire, mais on ne s'en lasse jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Sharon
  12 avril 2016
Lew Archer est un détective qui peut se laisser convaincre par une femme de mener une enquête à laquelle il ne croit. La condition ? Que cette femme soit sincère et désespérée, comme c'est le cas pour la mère de Galatea. Quant à cette dernière, surnommée Galley, Lew est persuadé qu'elle s'est attirée de gros ennuis, quand elle n'en est pas elle-même la cause. Il n'est pas sa mère, il n'est pas prêt à tomber amoureux d'elle, si belle soit la photographie qui lui est montrée, il a donc le recul nécessaire pour juger de la situation de la jeune femme (et un bon coup sur la tête lui aurait remis les idées en place, si tant est qu'elles ne l'étaient pas déjà).
Le second avantage de ce coup sur la tête est de vous montrer que l'affaire est bien plus grave qu'il ne le pensait. La jeune femme, qui se révèle être mariée (de quoi rassurer un peu sa mère) ne fréquente pas des gens très fréquentables. Etre l'infirmière d'un trafiquant de drogue, soit, on soigne qui se présente à l'hôpital, c'est un devoir. Epouser un homme - Jo- qui n'est même pas suffisamment poli pour être honnête, manager un peu, trafiquant beaucoup, doté d'une mère qui l'a toujours préféré à son frère Mario et lui a donc donné toute confiance en lui et en ses capacités n'est pas franchement la décision qui donne une bonne opinion de soi.
Oui, Lew prend des risques dans cette enquête, parce qu'il ne supporte pas de voir des gamins, des gamines, perdre la vie, se bousiller la santé à cause de la drogue dont on les rend dépendants - déjà à cette époque. Il sait aller au-delà des apparences, dans un monde où elles comptent pourtant beaucoup. Mention spéciale, également, pour le curieux médecin légiste obstétricien - et sa capacité à aller aussi au-delà des apparences.
Encore un très bon cru signé Ross MacDonald.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Corboland78
  17 août 2013
Kenneth Millar (1915-1983), dit Ross Macdonald, est un écrivain canadien et américain de romans policiers. C'est pendant ses études à l'Université du Michigan, en 1944, qu'il achève son premier roman. Il signe alors du nom de John Macdonald pour éviter toute confusion avec sa femme qui écrivait, avec succès, sous le nom de Margaret Millar. Il devient alors John Ross Macdonald, qu'il transforme rapidement en Ross Macdonald, pour cause d'homonymie avec John D. MacDonald. Célèbre pour ses romans dans lesquels figure le détective privé Lew Archer, incarné deux fois à l'écran par Paul Newman, c'est en 1946 que le fameux détective fait sa première apparition dans une nouvelle avant d'être le héros du roman Cible mouvante en 1949. Troisième roman de la série, A chacun sa mort date de 1951. Ross Macdonald est considéré comme « le dernier des géants » du polar noir américain, à l'égal d'un Raymond Chandler par exemple.
Réédité récemment par les Editions Gallmeister dans une nouvelle traduction, je me suis contenté pour ma part de la version de 1954 trouvée à la bibliothèque municipale et qui m'a semblé très honorable.
Santa Monica en Californie. Une veuve engage Lew Archer pour retrouver sa fille Galley, infirmière de vingt-cinq ans, disparue depuis trois mois. Peu emballée par l'affaire qui ressemble à une fugue, le détective hésite avant de se laisser convaincre à la vue de sa photo « Je comprenais maintenant pourquoi Galley attirait les hommes, car moi-même j'aurais commis des folies pour une fille comme ça. » Vue pour la dernière fois en compagnie d'un malfrat notoire, Lew Archer mène l'enquête entre Los Angeles et San Francisco. Comment cette gentille jeune femme a-t-elle pu épouser Joe Tarantine, trafiquant de drogue travaillant pour Danny Dowser désormais à ses trousses ? Quel est le rôle du beau Keith Dalling, retrouvé mort, dans toute cette affaire ? C'est à ce genre de questions que le détective devra répondre avant de dénouer ce sac de noeuds où l'ange saura se faire démon.
Epatant ! C'est le mot qui occupait mon esprit durant toute ma lecture. Ces vieux polars des origines restent sensationnels plus de soixante ans après ! Certes ils sont datés (les dépositions des témoins sont prises en sténo), aujourd'hui on voudrait des intrigues plus fouillées et on s'étonnerait de l'absence de sexe au premier degré, mais tout ceci est largement compensé par le style et le ton de Ross Macdonald. de la première à la dernière ligne du roman, on se laisse embarquer, sans jamais vraiment chercher à devancer l'enquête, juste pour le plaisir de lire un polar. Un bon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
encoredunoir
  06 septembre 2013
Troisième volet des enquêtes du privé Lew Archer, À chacun sa mort fait provisoirement quitter au héros de Ross Macdonald les sphères de la haute société californienne sans pour autant l'extraire des affaires liées à des relations familiales perturbées.
Engagé par une veuve sans le sou dont la fille, Galatea, infirmière de son état et particulièrement séduisante, a disparue depuis plusieurs semaines, Archer se trouve entraîné dans une affaires qui voit s'accumuler meurtres et manipulations des quartiers résidentiels en déshérence de Santa Monica aux bouges de San Francisco en passant par les luxueuses villas de Palm Springs.
Séduit par la beauté de la jeune fille à la recherche de laquelle il se lance autant que par la glorieuse incertitude de l'enquête (« J'éprouvais cette espèce d'excitation plus visionnaire que divinatoire qui vous transporte lorsque tout peut arriver, et arrivera sans doute. ») Archer se lance don de nouveau tête baissée dans une affaire dans laquelle il pourrait laisser quelques plumes.
Détective aux méthodes parfois abruptes voire expéditives mais d'une grande rectitude morale, Lew Archer démêle ici patiemment, et en y laissant comme toujours quelques plumes, un écheveau diaboliquement agencé. Sautant d'un cadavre à l'autre, d'une fausse identité à une autre, écumant la Californie du sud au nord et du nord au sud dans une course qui semble ne jamais vouloir finir, Archer est entrainé dans une course d'autant plus captivante que Ross Macdonald s'ingénie à maintenir une tension constante agrémentée de scènes et de dialogues percutants tout en parsemant le parcours de son héros, comme d'habitude, de fausses pistes et de faux semblants.
Car c'est bien là ce qui transparaît au bout de trois volumes : la vision d'une société gangrénée par la recherche de la gloire et de l'argent où personne n'est jamais vraiment ce qu'il paraît être, à commencer par ce héros qui offre à l'extérieur l'image d'un détective aisément corruptible, semblable par bien des aspects à ceux qu'il traque, mais qui se révèle à la fois moins naïf et moins corrompu que ceux sur lesquels il enquête ou pour lesquels il travaille.

Si la forme obéit aux canons du genre, Ross Macdonald ajoute à cela un fond sociologique et psychanalytique bien discernable sans pour autant qu'il phagocyte le rythme de l'intrigue. Jamais pompeux, alternant avec aisance les métaphores et comparaisons bien senties qui révèlent au lecteur la face cachée de cette société californienne dissolue, il livre un polar incisif auquel la nouvelle traduction effectuée par Jacques Mailhos rend non seulement toute sa complexité mais aussi toute sa modernité.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fannyvincent
  14 février 2014
Galatea, une séduisante jeune infirmière de vingt-quatre ans, a disparu. Sa mère, sans nouvelles d'elle depuis deux ou trois mois, engage Lew Archer afin de la retrouver. Celui-ci découvre rapidement que la dernière fois où celle-ci a été vue, elle était en compagnie d'un homme très peu recommandable…
Les histoires (formidablement bien) écrites par Ross Macdonald demeurent d'une étonnante modernité (« à chacun sa mort » a été initialement publié en 1951), et c'est un plaisir réel que de les lire. On conserve dans ce troisième volume des enquêtes de Lew Archer les ingrédients de base des premières histoires (milieux interlopes, relations familiales compliquées, femme fatale, …), à la différence que cette fois-ci, le privé n'évolue pas seulement dans les milieux aisés, mais doit également côtoyer les quartiers pauvres de San Francisco…
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
RenodRenod   21 mars 2017
Je ne suis qu'un point d'interrogation lancé à la dérive qui attend qu'une réponse veuille bien mordre.
Commenter  J’apprécie          202
RenodRenod   20 mars 2017
Dans le centre d’Hollywood, les places de parking étaient aussi rares que les vertus cardinales.
Commenter  J’apprécie          150
fannyvincentfannyvincent   24 janvier 2014
— Vous ne connaissez pas Galley, dit une voix humide derrière l’écran des mains. Elle a toujours suscité une incroyable fascination chez les hommes, et elle ne sait pas comme ils peuvent être mauvais. J’ai essayé de la dessiller, mais sans résultat. Je n’arrête pas de penser au Dahlia Noir, à toutes les jeunes femmes qui se sont fait enlever et détruire par des hommes malfaisants.
Commenter  J’apprécie          10
encoredunoirencoredunoir   06 septembre 2013
J’éprouvais cette espèce d’excitation plus visionnaire que divinatoire qui vous transporte lorsque tout peut arriver, et arrivera sans doute.
Commenter  J’apprécie          30
Corboland78Corboland78   17 août 2013
- Nous voilà dans un joli pétrin, dit-il sans s’adresser à personne. Jusqu’à présent, nous étions plus ou moins sûrs que Tarantine avait tué Dalling. Il semble maintenant que ce soit le contraire. Quel revirement inattendu ! – Si Dalling a tué Tarantine, déclarai-je, qui diable a tué Dalling ? – Je n’en sais rien, fit-il songeur. Vous, peut-être… Cette remarque eut le don de me mettre en fureur.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de John Ross MacDonald (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Ross MacDonald
Trois romans comme autant de variations sur les codes du polar. Ancien officier du renseignement israélien, Dov Alfon joue, avec un humour ravageur, des grammaires de l'espionnage et du thriller, entre Paris, Tel Aviv, Jérusalem et Macao. L'Américain William Gay, figure majeure de la littérature du Sud, interprète à sa manière les standards du hard boiled et de la country, sur les traces de Ross McDonald. Quant au Français Olivier Norek, il revisite pied au plancher l'enquête à l'ancienne, dans un village de l'Aveyron, façon Agatha Christie sous amphets.
"Unité 8200" de Dov Alfon (Liana Lévi) "Stoneburner" de William Gay (Gallimard) "Surface" de Olivier Norek (Michel Lafon)
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1629 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre