AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nicole Hibert (Traducteur)
ISBN : 225312043X
Éditeur : Le Livre de Poche (29/08/2007)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 210 notes)
Résumé :
Hoffman, New Jersey, une petite ville paisible, une communauté bourgeoise. Lorsque l'on apprend que le très estimé et séduisant docteur Avery a poignardé sa femme, c'est la stupeur. Rejeté par ses deux fils, il ne trouve de soutien qu'auprès de Nina, sa fille de seize ans, convaincue de son innocence. Quinze ans plus tard, libéré sur parole et décidé à retrouver le coupable, il revient à Hoffman. Mais la ville est-elle prête à l'accueillir, à lui pardonner? Armée de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Aline1102
  31 décembre 2017
J'avais lu ce roman il y a quelques années et j'en gardais un souvenir ému : c'est le premier polar dont j'ai deviné le coupable avant la fin ! Comme c'était exceptionnel pour moi, je suis immédiatement devenue une grande fan de Patricia MacDonald, cette auteure tellement gentille qu'elle m'avait permis de deviner le dénouement de son histoire :-)
Je me suis donc lancée dans une relecture et, devinez quoi ? Je ne sais même plus comment, à l'époque de ma première lecture, j'ai identifie le coupable... Je devais être particulièrement concentrée sur l'histoire lors de ma première lecture et, si je ne m'étais pas souvenue de l'identité de la personne, je serais passée complètement à côté cette fois-ci.
L'histoire est assez basique : un médecin est soupçonné d'avoir tué sa femme et est envoyé en prison. Les trois enfants du couple sont séparés : Nina est élevée par une vieille tante, son frère aîné part à l'université, et le second frère est en quelque sorte adopté par un couple vivant à Hoffman.
Quand le docteur Avery est libéré conditionnellement, il a une mauvaise idée : il veut retourner à Hoffman, afin de prouver son innocence. Nina le suit, afin de veiller sur lui et de l'aider
Hoffman étant une petite ville (normalement) sans histoires, vous vous doutez bien que l'arrivée du docteur Avery ne laisse personne indifférent... Les commérages vont bon train et les voisins sont assez choqués de sa présence.
On se retrouve donc avec une ambiance classique de petite ville où tous se liguent contre le "méchant" et Nina, qui est seule à croire à l'innocence de son père, se retrouve bien vite très isolée. Quand son père est assassiné à son tour et que Nina commence à enquêter, c'est en quelque sorte la goutte d'eau qui fait déborder le vase : les habitants ne comprennent pas son attitude et pensent qu'elle devrait tourner la page, rentrer à Manhattan et laisser dormir les morts.
Que dire des personnages ? J'ai bien aimé Nina, qui m'a semblé assez énergique et décidée. Mais les autres personnages sont assez bizarres. le docteur Avery, tout d'abord m'a paru extrêmement désagréable. Alors que sa fille fait tout pour l'aider et qu'elle tente de le protéger le plus possible, lui se contente de la rabrouer. Une seule chose l'intéresse : renouer avec ses deux fils, qu'il n'a plus vu depuis son procès. Et Nina qui l'a toujours soutenue pendant ses 15 ans de détention ? Elle n'a qu'à aller voir ailleurs s'il y est. Sympa, non ?
Avec les deux frères de Nina, on atteint le summum de l'étrangeté. le plus jeune (dont j'ai oublié le nom) a décidé d'appeler ses parents adoptifs Maman et Papa et de couper totalement les ponts avec son frère et sa soeur (admettons, si ça lui fait plaisir, mais ce n'est pas très sympa non plus). L'aîné, qui a des problèmes de couple, se préoccupe plus de ceux-ci et de sa carrière que de la mort de son père et des ennuis de sa soeur. Quelle famille !
Dans l'ensemble j'ai apprécié cette relecture. Certes, il y a des polars mieux écrits, mais La fille sans visage a le mérite de m'avoir fait passer un bon moment à chacune de mes lectures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
TCHITAT92
  29 avril 2015
je ne m'étendrai pas sur ce roman. certes, je l'ai lu en deux soirées, pressée que j'étais de connaître le fin mot de l'histoire, et sur le coup j'ai été conquise. mais, peu à peu, j'ai commencé à y réfléchir, et la déception s'est emparée de moi : des questions qui restent en suspens, des scènes jamais expliquées, une fin trop convenue,... Malgré un style très fluide, une lecture agréable, pour mon premier MacDonald, je suis restée... sur ma faim, si je puis dire ! ;)
A l'occasion, je retenterai quand même...
Commenter  J’apprécie          80
Juniper
  19 mai 2016
La fille sans visage est un vrai polar-détente, qui se lit très vite et dont on devine rapidement le dénouement.
J'ai apprécié cette histoire de famille compliquée. J'avoue que la petite ville de Hoffman n'y est d'ailleurs pas étrangère.
Patricia McDonald est un écrivain du genre Mary Higgins Clark : les personnages sont bien détaillés, l'ambiance et le décor sont bien mis en place, et les interventions des forces de police quasi-inexistantes. Le gros point fort de ce polar se situe donc au niveau des relations entre les différents intervenants. C'est plus une intrigue psychologique qu'un polar sanglant, ce qui n'est pas déplaisant.
Commenter  J’apprécie          60
sorcika01
  29 mai 2016
La fille sans visage
Première lecture de l'auteur : enfin lecture… plutôt en audio-livre. Et heureusement… Je ne suis pas sûre que j'aurais fini le livre papier. Ne connaissant pas l'auteure, et sans savoir si elle aurait tendance à nous mener sur de fausses pistes, je ne me suis pas tout à fait convaincue qu'elle pourrait nous laisser des indices si gros et si évidents sur l'identité de cette « fille sans visage ». Tout au long, je me suis dit « c'est trop facile, non, il va y avoir un retournement de situation en dernière minute » mais en fait… non. Tout était tellement évident depuis les premières pages… Alors, je ne sais pas, peut-être que je deviens difficile, peut-être que j'ai l'habitude des thrillers bien écrits ou peut-être que je suis vraiment trop forte (humilité quand tu nous tiens) mais je suis vraiment déçue… Et je ne pense pas reprendre un livre de patricia MacDonald de si tôt. Cependant, rien à redire dans l'écriture, tout est clair et la lecture est agréable. Reste quand même une kyrielle de détails inutiles et de descriptions longues comme mon bras qui ne nous amènent rien et pèsent un peu. 5/10
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
bgn
  04 octobre 2012
Très bon roman d'aventure. le suspence est bien présent. L'intrique tiens très bien la route. Tous les personnages sont très attachants. Les relations qui s'instaurent au fur et à mesure du récit sont parfaitement bien amenées, de même que les évènements qui arrivent de façon complètement inattendue tout au long du livre. On est vraiment pris par le tourbillon qui s'élève entre les héros du roman. Je n'arrive même pas à expliquer comment ce provoque cette alchimie face aux mots, qui nous attache au fil de l'histoire, l'émotion qu'on ressent pour ce fabuleux roman. Excellent!
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
ade80ade80   05 mai 2014
Il avait eu la sensation d'être un vieillard. Une vieillard fatigué, résigné à faire pénitence et qui avait renoncé et accepté de n'être qu'à moitié vivant. Ne jamais abuser de quoi que ce soit. Ne jamais s'attacher exagérément à rien ni à personne. Ne jamais rire vraiment. En revoyant Calvin, il s'était remémoré ce que c'était, planer. Etre défoncé et vivant. Il se souvenait. Et il voulait retrouver ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
dorotheannedorotheanne   27 mai 2013
Elle ferma les yeux, penser à André lui donnait une légère sensation de vertige. Elle les rouvrit aussitôt, se réprimanda. Ce n'était que de l'attirance animale envers un inconnu. Un inconnu fiancé. Même si elle avait l'impression que cette attirance était peut-être réciproque, ça ne signifiait rien.
Commenter  J’apprécie          10
pandarouxpandaroux   05 novembre 2017
Puis je être heureuse à présent, papa? En dépit de tout? Elle savait bien ce qu'il répondrait. Ce qu'il lui disait invariablement quand elle doutait d'elle même. "Tu le peux, Nina."
Commenter  J’apprécie          20
ade80ade80   05 mai 2014
Elle soutint son regard, eut l'impression qu'un étau comprimait sa poitrine, que son corps cédait. Le désir de toucher sa peau, sa bouche, de se pelotonner dans ses bras, brûla comme une drogue dans ses veines.
Commenter  J’apprécie          10
ade80ade80   24 avril 2014
Le suicide est un acte irrationnel, renchérit le commissaire. On ne peut pas le considérer sous l'angle de la logique.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Patricia MacDonald (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patricia MacDonald
Considérée comme l?une des reines du suspense familial et psychologique, Patricia MacDonald a écrit de nombreux bestsellers et continue de surprendre son public à chaque nouvelle sortie. A l?occasion de celle de la fille dans les bois, paru cette année chez Albin Michel, l?auteure américaine a répondu à la question que beaucoup de fans se posent : quel est son secret ?
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La sœur de l'ombre

De quoi meurent les parents d'Alex?

Ils sont assassinés
D'un accident de voiture
De vieillesse
Ils se sont suicidés

15 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : La soeur de l'ombre de Patricia MacDonaldCréer un quiz sur ce livre
.. ..