AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

William Olivier Desmond (Traducteur)
EAN : 9782253076629
319 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/02/1996)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.48/5 (sur 227 notes)
Résumé :
Tout commence un jour de fête des mères, dans la paisible petite ville du Massachusetts, où vivent Karen et Greg Newhall avec Jenny, leur fille adoptive. Pourquoi faut-il que ce jour-là surgisse Linda, la vraie mère, la mère maudite aussi, qui a abandonné Jenny à sa naissance ? S'imagine-t-elle qu'elle va récupérer son enfant ?
Mais le malaise tourne au cauchemar lorsque, le lendemain matin, le cadavre de Linda est retrouvé dans une benne à ordures. Un cauche... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
nanashi
  15 août 2019
Je connaissais l'auteure que de nom, je découvre donc son écriture avec ce roman. Étant sur mes gardes, je me suis vite aperçue que ça se lisait plutôt bien.
Le suspense tient jusqu'au bout, les personnages sont émouvants et le dénouement a su me surprendre.
Bonne lecture.
Commenter  J’apprécie          112
Oliphant
  18 juillet 2012
Mon premier roman de Patricia MacDonald. Un polar bien ficelé, bien décousu au fil des pages, comme je les aime. On a la vision des points de vue des différents personnages : victime, enquêteur, suspect mais aussi meurtrier... de quoi faire durer le suspense jusqu'au bout.
Commenter  J’apprécie          100
cyan
  26 avril 2017
(...) La plupart des personnages de cette histoire, d'ailleurs, ne sont pas du tout attachants, au contraire. Et c'est dommage, parce que finalement ça rend difficile pour le lecteur de vraiment s'intéresser à ce qui va leur arriver.
On ne suit pas vraiment l'enquête, non plus, mais plutôt la façon dont la famille Newhall et en particulier Karen, la mère, va vivre les évènements. L'aspect psychologique, de ce côté, est plutôt bien mené, mais ça n'en semble pas moins très long. Bien que le livre ne compte que 319 pages, c'est encore une centaine de trop, selon moi.
Les choix narratifs de l'auteure ne m'ont pas toujours semblé judicieux, ce qui fait que le twist « presque-final » (ça n'arrive pas en toute fin ^^) ne m'a pas convaincue. On n'en savait pas assez pour le voir venir et en y arrivant, je n'ai pas compris tout de suite que c'était lié à l'intrigue ^^ Et on ne voit pas trop d'où ça sort, en plus.
Je n'ai rien à dire sur le style, ça se lit bien, mais ça n'a rien d'original ou de particulier. Venant d'une femme, j'ai trouvé aussi que certaines réflexions étaient d'une horripilante misogynie petit-bourgeoise, même en considérant que le livre date de 1994.
Pour finir, le titre français est complètement à côté de la plaque en plus d'être spoilant. A croire que Mother's Day serait une référence incompréhensible en français, c'est vraiment n'importe quoi.
En résumé, une lecture longue et décevante.
Lien : https://bienvenueducotedeche..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Tatty
  05 mai 2015
Un très bon thriller qu'on a du mal à lâcher avant la fin. Une intrigue très bien construite avec des personnages bien campés, dans leurs comportements et psychologies auxquels on s'identifie bien.
La famille Newhall est ébranlée après la visite surprise de la mère biologique de leur fille adoptive, Linda, laquelle se retrouve assassinée 2 jours après. Les parents sont les premiers suspects mais le retour de Linda, 13 ans après sa fugue a pu réveiller de mauvais souvenirs et pousser à tuer… le lecteur va de surprise en surprise au fil de l'intrigue jusqu'à la découverte inattendue du meurtrier
Commenter  J’apprécie          50
pandaroux
  24 février 2017
Fête des mères, jour sacré pour toutes les mamans, seul jour de l'année où toute l'attention est centrée sur elles. Pas pour Karen : cette journée va marquant le tournant d'une vie tranquille. Sa fille adoptive Jenny va faire la rencontre de sa mère biologique. Tout est chamboulé, déchiré depuis l'arrivée de Linda dans la vie de Jenny. Que pourrait il y arriver de pire? le pire est encore à venir...Linda va être découverte sans vie. le mari de Karen est suspecté. Est il vraiment coupable?
Bon polar avec un peu de suspense mais pas trop. Patricia MacDonald essaie de nous duper dans sa description des personnages. Au début c'est haletant mais je trouve que la fin a été baclée , trop rapide peut être digne d'un feuilleton télévisé.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   17 octobre 2020
L’adolescente était assise sur une chaise de la salle à manger, les bras croisés, le menton tendu, tremblant légèrement. Karen se tenait devant les portes à la française et regardait sans les voir les fleurs de son jardin, ravalant ses larmes. Elle avait l’estomac noué à en avoir mal.
« Je te l’ai déjà dit ! Je ne savais pas qu’elle était journaliste.
- Tes explications, on les entendues », répliqua Greg d’un ton écœuré ; il frappa le plateau brillant de la table en merisier avec le journal. Il avait littéralement poursuivi sa fille à travers toute la maison, brandissant le journal, et ils avaient atterri dans la salle à manger. Sans les chandeliers, la nappe, l’argenterie, la porcelaine et la nourriture, la pièce dégagerait une froideur qui paraissait convenir à l’atmosphère.
« C’es vrai, je ne le savais pas ! répéta Jenny.
- Tu te trompes, si tu crois nous rassurer avec l’idée que tu es capable de raconter toutes ces choses au premier étranger venu, pourvu qu’il ne soit pas journaliste !
- Je dois partir, intervint Karen d’un ton raide. J’ai un cours à donner. Conduiras-tu Jenny à l’école, Greg ? Elle a manqué le bus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
meknes56meknes56   12 août 2019
Le chef Matthews fit la grimace.
« Qu’est-ce que c’est que ces bonnes femmes ? » demanda Walter avec un geste en direction du petit groupe de protestataires qui avait assailli son patron et qui parlaient maintenant avec animation à une journaliste du quotidien local, accompagnée d’un photographe ; la journaliste avait passé l’essentiel de sa journée sur les lieux.
Le chef poussa un soupir. « Des maniaques des oiseaux. Elles exigent que l’on arrête les recherches sous prétexte que nous dérangeons la niche écologique de leurs protégés.
– Bon Dieu ! s’exclama le docteur Jansen, furieux. Mais qu’est-ce qu’ils ont tous dans le crâne ? Il y a des parents d’enfants disparus qui sont là à se demander si ce n’est pas leur gamine que l’on a retrouvée dans le marais. Est-ce qu’elles ont seulement pensé à ce qu’ils devaient ressentir ? Le chagrin de perdre un enfant… Et toutes ces cinglées qui ne voient qu’une chose, une bande de piafs qu’on dérange ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
meknes56meknes56   12 août 2019
Elle était tellement plongée dans ses réflexions, cherchant à résoudre ce dilemme, qu’elle ne se rendit pas compte tout de suite que la forme sombre, sous le treillis formé par les roseaux détrempés n’était pas un rocher couvert d’algues. Les filaments qui ondulaient à la surface, pâles, étaient des cheveux. Et le rocher couleur bistre avait des orbites vides. Ce long bâton n’était pas les restes d’une branche, mais un os. Écartant les bras, elle fit un nouveau bond en arrière, le cœur battant la chamade. Elle était trop terrifiée pour crier. Un instant, elle imagina que la chose allait surgir de l’eau et avancer vers elle. Mais le squelette resta où il était, pris dans les branches mortes et les herbes rêches. La fillette se mit à pleurer. « Maman, sanglota-t-elle à l’intention du vent et des roseaux. Maman… » Elle fut prise de tremblements incontrôlables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CroquignolleCroquignolle   31 décembre 2015
Dans un esprit fraternel mais sans échanger de propos, chacun se livrait à ses plus beaux rêves, attendant la petite traction, au bout de la ligne, qui enverrait une onde soudaine de plaisir dans ses veines.
Commenter  J’apprécie          60
OliphantOliphant   18 juillet 2012
Convaincre Margo Hofsteder n'avait pas été une mince affaire. La patronne du motel avait émis toutes sortes de réserves sur la chambre 173, disant tour à tour que la police n'avait peut-être pas terminé, qu'elle portait malheur. "Ce n'est pas le lieu du crime", lui avait fait remarquer Phyllis - refrénant son envie d'ajouter "espèce de gourde".
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Patricia MacDonald (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patricia MacDonald
Considérée comme l?une des reines du suspense familial et psychologique, Patricia MacDonald a écrit de nombreux bestsellers et continue de surprendre son public à chaque nouvelle sortie. A l?occasion de celle de la fille dans les bois, paru cette année chez Albin Michel, l?auteure américaine a répondu à la question que beaucoup de fans se posent : quel est son secret ?
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La sœur de l'ombre

De quoi meurent les parents d'Alex?

Ils sont assassinés
D'un accident de voiture
De vieillesse
Ils se sont suicidés

15 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : La soeur de l'ombre de Patricia MacDonaldCréer un quiz sur ce livre