AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 226203401X
Éditeur : Perrin (27/01/2011)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 7 notes)
Résumé :

Comment le monde romain est-il passé du paganisme au christianisme ? Cette mutation a-t-elle été aussi complète et profonde que l'a prétendu le christianisme victorieux ? Pour répondre à ces deux questions, Ramsay MacMullen se livre d'abord à un examen critique des sources pour ensuite montrer les oppositions qu'a soulevées le christianisme, les obstacles rencontrés par les chrétiens et aussi ce qu'il... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Henri-l-oiseleur
  07 novembre 2015
Voilà un excellent livre sur la transition du monde romain païen à l'empire chrétien, aussi bien au plan des événements (conciles etc) qu'à celui de l'enquête historique et archéologique (proportion de chrétiens dans les provinces, cultes, pratiques etc...) le lecteur ne retirera pas une impression générale bien nette de cette enquête passionnante, faite d'études de détail foisonnantes et d'analyses brillantes, mais sans synthèse.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   19 novembre 2016
Les croyances essentielles de la communauté chrétienne dans les deux premiers siècles de son existence ne furent pas affectées par l’arrivée de nouveaux membres après Constantin. L’organisation de l’Église non plus. Mais avec les idées et les rites dont je viens de parler, des croyances et des besoins nouveaux apparurent. Augustin disait que tout le paganisme importé parmi ses ouailles était leur « mère », tandis que ce qu’il leur enseignait était « le père ». Ses ouailles devaient choisir ; c’est du moins ce qu’il espérait. Mais il ne pouvait pas les y forcer. Il concéda qu’il fallait leur laisser quelque latitude dans leur pratique. Au même moment, ou peu s’en faut, vers le début du Ve siècle, Jérôme fit la même constatation : mieux valait le culte des saints à la manière païenne que pas de culte. Il parlait des festivités dans le culte de saints ; mais à d’autres moments de l’année, les banquets dans les églises attiraient même les évêques. Ce dont les convertis avaient l’habitude et dont ils ne pouvaient pas se passer, c’était la religion vécue comme un moment de réjouissance collective et de sociabilité en compagnie du divin.

C’est le même besoin qui dicta l’invention de beaucoup de célébrations durant l’année, puisque le clergé ne parvenait pas à contrôler la présence des chrétiens à des fêtes comme les calendes autrement que par la concurrence (et ces fêtes restèrent d’ailleurs très vivaces jusqu’au XVIe siècle et après, en Occident comme en Orient). Un évêque syrien du XVIIe siècle explique : « La raison qui a poussé les pères de l’Église à déplacer la célébration [de l’Épiphanie] du 6 janvier au 25 décembre est la suivante, d’après eux : les païens avaient coutume de célébrer en ce même 25 décembre l’anniversaire du Soleil, ils allumaient des cierges en l’honneur de ce jour et ils invitaient volontiers les chrétiens à participer à ces rites. Lorsque les maîtres de l’Église virent que les chrétiens prisaient cette coutume, ils mirent au point une stratégie : ils fixèrent la célébration du vrai lever de soleil en ce jour, et ordonnèrent de célébrer l’Épiphanie le 6 janvier : cet usage s’est maintenu jusqu’à nos jours avec l’allumage des lumières. »

Grâce à des inventions similaires, d’autres célébrations païennes populaires furent battues en brèche par le christianisme. On a mentionné la Saint-Jean ainsi que la fête de la chaire de saint Pierre ; on pourrait mentionner aussi les Robigalia du 25 avril, pour protéger les récoltes contre la rouille, qui continuèrent dans le même but et à la même date sous le nom de Laetania Maior. Il existe bien d’autres exemples du procédé. (pp. 211-212)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   08 novembre 2015
La vieille religion convenait très bien à la plupart des gens, ils l'aimaient, lui faisaient confiance, ils s'y épanouissaient, et donc ils résistaient au changement, qu'il leur fût imposé par la parole ou par la violence. Livrés à eux-mêmes par le recul de l'autorité impériale et ecclésiastique, ils s'éloignèrent de l'Eglise en Angleterre ainsi qu'en Espagne. (...) Au cours des années 580, dans une région de Provence pourtant évangélisée depuis longtemps et couverte d'églises, un homme qui s'embarquait pour l'Italie pouvait trouver "une grande foule de païens qui s'embarquaient avec moi, et parmi tous ces campagnards j'étais le seul chrétien." (Grégoire de Tours) L'incident est très révélateur, ne serait-ce que pour le ton banal du récit. (p. 111).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
enkidu_enkidu_   19 novembre 2016
Le deuxième point à remarquer dans ce chapitre concerne les difficultés auxquelles se heurtèrent les forces ecclésiastiques et laïques conjointes pour achever le processus de conversion. Ces difficultés ne peuvent être que symptomatiques d’un vide, appelons-le comme ça, ou de carences, dans le christianisme lui-même. Par conséquent, quiconque trouvait ailleurs une meilleure réponse à ses besoins particuliers et ne répondait pas aux incitations sociales et économiques offertes par l’ « Empire chrétien », ni aux arguments et aux démonstrations prouvant la justesse du christianisme, devait être persuadé par d’autres moyens. L’impératif ressenti par l’Église apparaît de manière très significative dans l’idéal que les récits des entreprises missionnaires proposent à l’imitation : des héros capables d’enfermer à vie un vieillard dans quelque prison privée, ou de faire brûler vif un prêtre païen. Le gouvernement aussi, poussé par les évêques, brandissait la menace et plus : amendes, confiscations, exil, emprisonnement, fouet, torture, décapitation et crucifixion. Qu’imaginer de plus ? Rien. On faisait pression de toutes les manières possibles et imaginables, même les plus extrêmes. C’est ainsi que l’on se fit obéir au bout de plusieurs siècles et que l’Empire fut véritablement rendu chrétien. (p. 105)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   07 novembre 2015
... L'essor soudain du culte des martyrs commença une génération avant Julien, c'est-à-dire dans les dernières années du règne de Constantin, au moment même où le nombre de convertis augmentait considérablement. C'était plus qu'une coïncidence. Il y avait une relation de cause à effet. Les convertis avaient évidemment besoin de ce qu'ils avaient abandonné ou de quelque chose qui y ressemblait de très près.

En effet, par leur propre faute, ils se retrouvaient sans dieux...

p. 187
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   07 novembre 2015
En l'espace de trois siècles, il (le christianisme) parvint à capter un dixième peut-être de la population : dans les trois générations suivantes, plusieurs fois ce nombre. Ce contraste indique le rôle joué par l'appui séculier, qui lui permit de revendiquer la moitié ou presque de la population au début du V°s.

p. 116
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : atheismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1600 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre