AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782756074962
58 pages
Éditeur : Delcourt (03/06/2015)

Note moyenne : 2.93/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Darko Macan et Igor Kordey déconstruisent avec originalité la thématique zombie. Une tétralogie entre uchronie, horreur et fantastique. Pendant presque sept siècles, l'Europe a été le continent des morts. Pourtant, ces morts ne reposent pas en paix. Ils guerroient les uns contre les autres, inlassablement. C'est au milieu de ce perpétuel champ de bataille que Manco et sa petite troupe de survivants vont essayer de trouver la fontaine de jouvence.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
RosenDero
  23 septembre 2016
Bien décidés à retrouver la fontaine d'immortalité, le prince Manco et les siens ont atterri en catastrophe de l'autre côté de l'océan. Après un premier contact musclé avec les hommes qui ne peuvent plus mourir, le prince Inka va tenter de prendre contact avec leur roi, s'il existe…
Pendant ce temps là, à l'Ouest, le Sapa Inka renie sa progéniture dans l'attente de l'immortalité…
———
Dans ce deuxième tome, on jongle entre bien et moins bien, entre très bonnes idées et léger foutage de gueule.
Manco cherche l'immortalité ? Pourquoi ne se laisse-t-il pas mordre par un zombie ? Ah, car la série serait alors finie ? Humm, ok, c'est une bonne excuse. MAIS, dans ce cas là, il faut me trouver une autre explication à la suite de ses aventures. Ah, un petit Deus Ex Macchina asiatique ? Humm, ok, vendu !
Vous l'aurez compris, l'arrivée in extremis d'une membre du peuple Han (chinois, donc) qui, en plus de sauver Manco et ses petits copains, va servir de transition entre tome 2 et tome 3 est carrément tirée par les cheveux !
Sérieusement, les Inkas n'ont pas exploré les terres à l'Est de l'océan mais sont alliés avec un peuple d'Asie (et ils se comprennent d'ailleurs parfaitement) ?! Quelle logique implacable…
Et sans parler de Yaocoyotl-Nemesis de derrière les fagots qui se transforme en Yellow Submarine anti-SPA pour une bonne dose d'épique qui fait flop et finit avec une soupière gold sur la tronche.
À côté de ça, l'opposition entre Inkas et Aztèques est intéressante et promet de sacrés changements (on ne parle plus des Mayas, les Mayas c'est des déprav' tout juste bons à bouffer de la coca et des minous).
Et puis il faut reconnaître que la rencontre avec l'homme-bocal est plutôt fun, sa philosophie est géniale et ses expériences déjantées.
Sans parler de la soeur-femme de Manco, limite belledoche, qui porte un enfant du facteur, mais qui risque de se révéler important pour la suite.
Une pseudo critique des religions et du pouvoir totalitaire qui n'est pas vraiment poussée ou prise au sérieux mais qui fait du bien (voir deux papes se fritter la gueule c'est quand même la classe).
Finalement, on a bien compris que Nous les morts ne cherchait pas à faire dans la finesse mais dans le bourrinage, tant de membres que d'orifices humains. L'Uchronie Zombie marche ici comme un bon défouloir, une histoire facile montrant du sang et des boobs ; après tout, que demande le peuple ? de la culture ? Ah, bon on a qu'à finir sur une référence au cubisme ! Humm, ok !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
2Geyter
  21 juillet 2015
Une suite qui monte en puissance, après un premier tome qui se voulait plus introductif.
Une image forte : un pape mort-vivant autoproclamé qui s'est lui-même crucifié dans le seul but de capter l'attention des foules. En effet, les responsables politico-religieux sont moins atteints par cette peste zombie que le reste de la population et gardent intacts leur capacité de réflexion et leur soif de pouvoir, tandis que le peuple est réduit à l'état morts-vivants décérébrés chassant la viande « vivante » en meutes, dans un décor infernal de destruction et d'abandon. Nous sommes en 2048, la civilisation européenne n'en finit pas de mourir depuis 700 ans sous les yeux ébahis de leurs visiteurs d'outre-Atlantique, les « Inkas ».
On pourra aisément y voir une allégorie sur la nocivité d'une religion s'étant choisi comme symbole un homme crucifié à mort, sur un continent ayant généré et expérimenté les pires guerres de l'histoire de l'humanité. Les auteurs eux-mêmes étant croates, en savent quelque chose au regard de l'histoire récente des Balkans.
A noter une fin surprenante qui donne envie de poursuivre la série, prévue en 4 tomes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
BulledEncre   15 juillet 2015
Mort ou vivant, ne cherche-t-on pas la même chose ? Ce second tome pose de nouveaux jalons dans cette étrange uchronie.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDGest   07 juillet 2015
Uchronie reposant sur un script travaillé, à qui il ne faut toutefois pas en faire dire plus qu’il ne le peut, Nous, les morts renouvelle le genre.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   30 juin 2015
Graphiquement, Kordey livre des planches de toutes beauté, extrêmement expressives, pleine de vie, avec un vrai soucis du détail en ce qui concerne les décors, les vêtements etc.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
RosenDeroRosenDero   24 septembre 2016
— Qui est cette fille ?
— C'est ta fille, Ô Roi Soleil. La femme de ton fils.
— Ma fille dis-tu ? Mon fils ?
— Pardonne-moi, Majesté Divine. J'oubliais que Tu as été créé unique et éternel, et que Tu n'as ni mère ni père, ni frères ni fils.
— Si j'avais des fils, ils comploteraient contre moi ou perdraient leurs vies à découvrir les océans. Je serais vieux et... il vaut mieux ne pas avoir d'enfants.
— C'est bien mieux ainsi, Majesté.
— Je préfère être sans âge et immortel.
— Comme le soleil, Majesté, Votre reflet dans le ciel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
RosenDeroRosenDero   24 septembre 2016
Qu'est-ce que c'est que ça ?
C'est ça que vous appelez une guerre ?
Lorsqu'on fait la guerre, on ne se bat pas pour vivre ! On vit pour combattre !
On vit pour tuer !
On vit pour GAGNER !
Êtes-vous avec moi, chiens ?
Ou dois-je tous vous tuer ?
Commenter  J’apprécie          50
RosenDeroRosenDero   24 septembre 2016
— Tu veux rester avec moi, mon chien ?
— Ouaf !
— Bon chien. N'aie pas de crainte. Ta peur ne va durer que quelques instants et après...
— Ouaf ?
— ... tu seras comme moi.
— Kaï ! Kaï ! Kaï

Commenter  J’apprécie          20
RosenDeroRosenDero   24 septembre 2016
— C'est d'une puanteur intense...
— Il n'existe rien de mieux pour couvrir l'odeur de votre souffle, ou pour masquer celle de votre succulente chair ! C'est aussi une tradition...
Commenter  J’apprécie          20
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   21 septembre 2018
Je n'aurais jamais rêvé voir un jour Londres. Et Londres n'était en rien ce dont j'aurais rêvé. (p. 18)
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Video de Darko Macan (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Darko Macan
Darko Macan - Kontakt interview - Fantasy Hrvatska - ajoutée le 6 mai 2012.
autres livres classés : uchronieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3493 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre