AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782864329367
80 pages
Verdier (14/09/2017)
3.96/5   26 notes
Résumé :
S’intéresser aux formes des vies, c’est s’intéresser à ce que toute vie a non pas d’unique, même si elle est unique, mais de semblable et de dissemblable à d’autres – c’est-à-dire d’égal.
Marielle Macé poursuit cette conviction de l’égalité des vies, et réclame une attention patiente aux existences les plus précaires, qui vise, avec les moyens de la littérature et du documentaire, à « rendre la réalité inacceptable ».
Que lire après Sidérer, considérerVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Plaidoyer pour la considération des migrants, grands vivants.

Sur le quai d'Austerlitz, à Paris, s'est établi pendant quelques mois un camp de migrants et de réfugiés qui a été détruit en septembre 2015, mais où se sont vite réinstallées des tentes ; un camp discret, mal visible, peu médiatisé.

Convoquant W.G. Sebald, dont le roman «Austerlitz» se conclut par ce voisinage exorbitant de la Bibliothèque Nationale de France et du terrain vague du quai d'Austerlitz où jusqu'à la fin de la guerre les Allemands regroupaient dans un vaste entrepôt les biens pillés dans les appartements des juifs, Marielle Macé relève la sidération qui naît du côtoiement stupéfiant entre la très grande bibliothèque et le camp de réfugiés peu visible installé là, sous la Cité de la Mode et du Design sur les rives de la Seine, en un espace inhabitable et pourtant habité – impossible côtoiement des livres et de l'exil précaire qui renvoie à la trajectoire tragique de Walter Benjamin.

La suite sur le blog Charybde 27 ici :
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          100
Dans son essai court et dense, Marielle Macé cherche à tenir le fil entre visibilisation des lieux de la marge et exploration sémantique des mots pour dire l'impensé et l'invisible de nos sociétés, incarnés par les camps de réfugiés.

La cartographie est ainsi avant tout linguistique, puisqu'il s'agit de trouver les mots pour exprimer avec justesse le combat pour une justice sociale, d'occuper l'espace béant allant du "considérer", regarder avec égard, au "considérant" administratif faussement neutre, justifiant la destruction d'un camp illégal.

S'appuyer sur une saine colère, poétique même, selon l'auteur, représenterait une prise de position politique pour exiger l'inclusion, l'audibilité et la visibilité des vies précaires marginalisées mais aussi des espaces urbains occupés, parfois sous nos yeux mais ignorés. Une résistance donc à tout processus de banalisation qui commencerait déjà dans la langue utilisée pour penser ce qui résiste à nos conceptions de la réalité sociale.
Commenter  J’apprécie          50
Pour dépasser la sidération et retrouver et déployer la considération vis-à-vis des humains en fuite, réfugiés sous nos yeux, un petit texte de combat à la robustesse intelligente et pénétrante. Encore et toujours nécessaire.

Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2021/11/16/note-de-lecture-bis-siderer-considerer-marielle-mace/

Ma collègue et amie Marianne nous avait déjà signalé à sa sortie en 2017, sur ce même blog (ici), avec enthousiasme et précision, l'importance de ce petit texte combatif et profond de Marielle Macé, dans cette collection de petits formats des éditions Verdier, qui regorgent toujours davantage de ces précieuses munitions pour un nécessaire combat permanent, à l'image aussi du « Ministère des contes publics » de Sandra Lucbert, du « du cap aux grèves » de Barbara Stiegler, ou encore du « Prendre dates » de Patrick Boucheron et Mathieu Riboulet.

En entrechoquant brillamment et crûment l'à peine visible du camp de réfugiés du quai d'Austerlitz en 2015 et l‘invisible de tout ce qui donne du sens à cette situation humaine et politique, avec W.G. Sebald et Walter Benjamin, tout particulièrement, Marielle Macé offre un décryptage sensible, à la charnière justement de la sidération et de la considération, des modalités des fuites contemporaines et des accueils déficients, en pleine résonance avec le travail échelonné au long cours de la poésie migrante tous azimuts d'un Patrick Beurard-Valdoye, et très notamment de ses « Gadjo-Migrandt » de 2014 et « le narré des îles Schwitters » de 2007, refusant nettement la tentation d'une littérature comparée des exils dont se repaissent bien trop de nos décideurs politiques. Notre regard sur l'autre en déroute et en survie s'inscrit dans une géographie de l'instant, une compréhension du lieu et une saisie authentique de l'humain, et « Sidérer, considérer » nous le rappelle intelligemment et crûment, en moins de 70 pages.
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          50
Texte très stimulant sur la question du regard et l'emploi du vocabulaire envers les migrants. A partir d'un campement placé non loin d'une grande gare parisienne et de la BNF avec ses tours et son esplanade inhospitalière, Marielle Macé prend le temps de passer par la littérature et la culture pour nous parler de ces migrants invisibles et d'opérations de solidarité menées avec eux comme ce collectif PEROU. Mais surtout ce qui frappe c'est la diversité des approches littéraires qu'elle suit pour nous en parler.
Commenter  J’apprécie          30
Court essai poétique et érudit, manière décalée et distancée - donc pertinente - d'aborder la question des migrants. Réflexion intelligente et stimulante, loin des polémiques stériles.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Et ce n’est pas tout ; car c’est encore à
quelques dizaines de mètres du camp de
migrants, et de la Bnf donc, au 43 quai de
la Gare précisément, que pendant la Seconde
Guerre mondiale les SS avaient ouvert ce
qui s’est appelé le « camp annexe d’Austerlitz ».

C’est là, tout près de la gare d’où
étaient partis certains des premiers convois
de déportés, qu’ont été transportés les biens
pillés aux Juifs ; c’est sur les étagères de
cette tout autre bibliothèque, de cette sorte
de magasin général nazi, qu’étaient
rassemblés les livres, les collections et les objets
spoliés et en transit pour l’Allemagne (par
exemple ceux de Marc Bloch, ou du fils de
Durkheim) ; il y avait même une section
Enfer, dit-on, dictée par un mouvement de
pudeur obscène, dans ce lieu de spoliation
aux bords duquel, cinquante ans après, s’est
donc édifiée la nouvelle Bnf.
Commenter  J’apprécie          100
Sur le quai d’Austerlitz, à Paris, s’est établi pendant quelques mois un camp de migrants et de réfugiés qui a été détruit en septembre 2015, mais où se sont vite réinstallées des tentes ; un camp discret, mal visible, peu médiatisé. Le quai d’Austerlitz, donc, en bord de Seine, en contrebas de la gare du même nom. Bords en plein centre, bords internes de la ville (de la ville vécue, quotidienne, traversée, investie), bords de la visibilité, bords du temps, bords du droit ; c’est d’ailleurs une multitude de bords qui se sont succédé et même acharnés là-bas, dans une histoire qui est pourtant déjà, sur ces rives, comme submergée et engloutie.
Le camp de migrants d’Austerlitz n’était pas le plus visible à Paris ; il y avait pourtant quelque chose de sidérant dans son emplacement même ; il se tenait en contrebas et en contrepoint, si je puis dire, d’un autre lieu, très voyant celui-ci, la Cité de la mode et du design – sorte de paquebot vert acide, lourd, cru, imposant, assuré, insolent, posé directement sur les rives de la Seine ; le camp s’était établi juste devant, sous l’escalier qui conduisait depuis les rives du fleuve vers une sorte de discothèque en plein air intégrée à cette Cité de la mode, le Wanderlust, dont les migrants pouvaient capter le réseau wifi quelques heures par jour ; aux bords de la mode donc, avec son idée à elle du bien, de ce qu’est le bien, en l’occurrence des biens où gît souvent le bien dans notre forme de vie quotidienne (notre forme de vie, à nous, et cela vaccine déjà contre toute tentation de faire le malin, ou le vertueux, puisque cette pénible Cité de la mode dit bien quelque chose de profondément nôtre et partagé). Une sorte d’indifférence réciproque était en tout cas contrainte de s’installer sur ces bords, puisqu’il fallait beaucoup de volonté (ou simplement de gêne, de sidération) pour invisibiliser ici le camp ; et, accessoirement, il fallait beaucoup de force d’âme ou seulement d’épuisement pour réussir à s’endormir sous la piste d’une discothèque. Ce camp, et cette Cité, se situaient également en face du siège de Natixis, la banque de financement et de gestion de services de la Banque populaire, une banque de banque, une banque au carré. Un camp de migrants a ainsi vécu pendant plusieurs mois au bord de ce que notre mode de vies et son empire d’échanges et de visibilité peut avoir de plus cru.
Commenter  J’apprécie          20
Si toute vie est irremplaçable (et elle l'est), ce n'est pas exactement parce qu'elle est unique (même si évidemment elle l'est), c'est parce qu'elle est égale, devrait toujours être tenue pour telle.
Or tout se passe comme si nous recevions certaines vies comme des vies qui ne seraient au fond pas tout à fait vivantes ; tout se passe comme si l'on considérait certains genres de vie, ainsi que le dit Judith Butler, "déjà comme des non-vies, ou comme partiellement en vie, ou comme déjà mortes et perdues d'avance, avant même toute forme de destruction ou d'abandon."
Commenter  J’apprécie          60
L’histoire de Benjamin, parmi les livres comme parmi les lieux, aura été celle d’un constant et violent dépouillement ; et pourtant il n’aura cessé de réfléchir au bonheur du « collectionneur », à celui qui connaît la joie de posséder «au moins une belle chose à lui», et qui, face au «monde des choses», tenant les choses en main, semble «les traverser du regard pour atteindre leur lointain» et y gagne «une apparence de vieillard».
Commenter  J’apprécie          70
Mais au meilleur de ces pensées, ou de ces démarches, s'impose la nécessité de faire cas des vies qui effectivement se vivent dans tous ces lieux et qui, en tant que telles, ont quelque chose à dire, à nous dire de ce qu'elles sont et par exemple du monde urbain qui vient, et qui pourrait venir autrement. Mieux que des bords donc, délaissés et activement invisibilisés, des franges qui seraient déjà des preuves, la preuve qu'on pourrait faire autrement puisqu'on fait autrement.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Marielle Macé (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marielle Macé
Marielle Macé est venue présenter son nouvel ouvrage Respire aux éditions verdier. Ce livre parle d'aujourd'hui, de nos asphyxies et de nos grands besoins d'air. Parce qu'une atmosphère assez irrespirable est en train de devenir notre milieu ordinaire. Et l'on rêve plus que jamais de respirer: détoxiquer les sols, les ciels, les relations, le quotidien, souffler, respirer tout court. Peut-être d'ailleurs qu'on ne parle que pour respirer, pour que ce soit respirable ou que ça le devienne. Il suffit de prononcer ce mot, «respirer», et déjà le dehors accourt, attiré, aspiré, espéré à l'appel de la langue.
+ Lire la suite
autres livres classés : HospitalitéVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (62) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
846 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre

{* *}