AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782365694704
425 pages
Editions Les Escales (11/06/2020)
  Existe en édition audio
3.83/5   297 notes
Résumé :
Entre Chanson douce de Leïla Slimani et Rebecca de Daphné Du Maurier, un thriller élégant et terrifiant.

Jocelyn, sept ans, aime sa nourrice plus que tout. Lorsque celle-ci disparaît sans laisser de traces, Jo est inconsolable. Comment a-t-elle pu partir ainsi, sans même lui dire au revoir ?
Trente ans plus tard, Jo se voit obligée de retourner vivre dans la demeure familiale, malgré la relation conflictuelle qu’elle entretient avec sa mère.>Voir plus
Que lire après La nannyVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (106) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 297 notes
5
28 avis
4
55 avis
3
17 avis
2
5 avis
1
0 avis
Une nanny, c'est l'enfance, la douceur, le refuge des petits et grands chagrins des jeunes années, c'est la consolation des peines qui blessent les existences en devenir…Pas chez Gilly Macmillan!
Cette Nanny, elle pince, en douce, elle ment, elle séduit les grands pour mieux maltraiter les petits. Pire que ça, elle semble immortelle! C'est Mary Poppins possédée par Carrie.

Pourtant, Jo semble l'apprécier, depuis son plus jeune âge, alors que sa mère n'a que peu de temps à lui consacrer. Que s'est-il donc passé pour qu'Hannah disparaisse brutalement un soir de fête à la maison?
Lorsqu'elle reparait de nombreuses années plus tard, Jo, veuve et mère d'une fillette, lui confie sans arrière pensée la garde de celle-ci, malgré les réticences de la grand-mère et de la fillette….

Décidément les gardes d'enfants indignes représentent un filon inspirant pour les thrillers (on se souvient de Chanson douce). L'histoire est glaçante, le suspens terrible, car de nombreuses questions se posent, et les vérités sont révélées au compte-gouttes dans des chapitres intermédiaires qui refont l'histoire et complètent peu à peu le puzzle.

On aime aussi l'alternance des témoignages, chaque personnage livrant sa version de l'histoire, que le lecteur peut ainsi reconstituer, et comprendre peu à peu.


Très bon thriller psychologique, qui maintient le doute jusqu'à la fin et laisse le lecteur se perdre dans des hypothèses nombreuses!
Commenter  J’apprécie          754
Une Nanny décevante pour moi ...
Veuve , sans le sou, Jocelyn n'a pas d'autres choix que de renter, avec sa fille, chez sa mère en Angleterre, dans le manoir familial ou les seuls bons souvenirs sont ceux d'avant ses 7 ans, avant que sa nanny adorée disparaisse sans mot d'adieu explicatif. Elle ne s'est jamais entendue avec sa mère, froide, distante, mais celle-ci s'entend super bien, contre toute attente, avec sa petite-fille Ruby, si "américaine"...
Quelques temps après leur arrivée, Jo et Ruby découvrent un crane dans le lac de la propriété, serait-ce le corps de la nanny ? Mais cette découverte est suivie peu après , par l'arrivée de cette femme, presque aussitôt embauchée par Jo, pour garder Ruby au grand dam de la grand- mère.
Dés le début , j'ai été agacée, heurtée par la narration , toujours au présent , laquelle m'a empêchée de plonger véritablement dans l'histoire.
Un climat un peu anxiogène s'installe quand même...
Et puis très vite, c'est les personnages, leurs réactions, leurs caractères qui me dérangent Ils changent de personnalité (à mon humble avis...), d'une page à l'autre , selon ce qui arrange l'auteure ...
Et là, attention : divulgâchage...

j'ai eu beaucoup de mal à croire qu'à un âge aussi avancé, Jo entretienne cette "fixette" sur sa nounou qu'elle n'a connue que jusqu'à ses 7 ans. Entre temps, elle s'est mariée, est partie aux USA ...Elle a vécu pleins d'autres choses...
On a l'impression que cette détestation de la fille vers la mère, est viscérale, et que la mère en souffre ; or , la mère a eu toutes ces années (des 7 ans de Jo à aujourd'hui) pour "renverser la vapeur", si elle aime tant sa fille que ça ...
La mère est froide et distante avec sa fille, or ce n'est pas une "vraie" aristocrate.
Mais en fait "l'attitude aristo" , c'est juste pour préserver et protéger des activités illicites. Dans ce cas, pourquoi n'a t-elle pas eu une attitude toute autre avec sa fille , si ce n'était pas sa vraie nature?
2/ Comment un couple , d'arnaqueurs professionnels, avec un mari qui jouait au poker , qui organisaient des soirées assez libérées, peuvent-ils se laisser abuser par une nounou perverse et manipulatrice, qui a dix fois moins d'expérience qu'eux et foncer tête baissée dans tous ses plans ? A partir du moment où il n'y avait plus de cadavre d'Hannah, il n'y avait pas matière à chantage avec le mari. Aucun joueur de poker n' aurait marché... Ce n'est pas crédible..
Et à partir du moment où les policiers découvrent la véritable identité du cadavre, mère et fille n'ont plus à subir ce chantage, les mots du mari enregistrés n'impliquant que le mari, c'est parole contre parole....

C'est donc un thriller un peu tiré par les cheveux pour moi, même si je reconnais son ambiance légèrement flippante. Il s' est fallu de pas grand chose pour que j'adhère, deux ou trois détails modifiés, davantage de cohérence et j'aurais foncé tête baissée....
Commenter  J’apprécie          526
Un bon thriller psychologique, parfait pour les vacances ! Trois générations de femmes cohabitent à Lake Hall : Virginia, la grand-mère qui se remet difficilement du décès de son époux Alexander ; Jocelyn, la fille, qui est revenue bien à contrecoeur de Californie, ayant elle aussi perdu son mari et se retrouvant du coup sans moyens financiers ; et Ruby, 10 ans, la fille de Jocelyn, qui n'a jamais mis les pieds en Angleterre auparavant et va devoir s'acclimater à un nouveau style de vie. Les rapports entre ces 3 personnages sont complexes, de vieilles tensions persistent entre Jo et sa mère qui n'ont jamais su nouer de vrais liens affectifs, alors que Ruby semble sous le charme de son aristocratique grand-mère.
Peu après leur arrivée au manoir, Jo et Ruby vont faire une macabre découverte lors d'une promenade en barque sur le lac de la propriété : un crâne humain, qui a manifestement subi des fractures. de qui s'agit-il ? Est-ce Hannah, l'ancienne nanny de Jocelyn avec laquelle elle entretenait de bien meilleurs rapports qu'avec sa mère, et qui avait brutalement disparu au lendemain d'une fête au manoir ? La fillette avait 7 ans, et ses parents avaient soutenu alors qu'elle avait commis une grosse bêtise, et que c'était la raison du départ d'Hannah...
Mais voilà qu'une femme se prétendant Hannah vient sonner à la porte de Lake Hall, et va tout faire pour s'immiscer à nouveau dans la famille. Est-elle réellement qui elle dit être ? Quel est son but ? Et du coup, à qui appartient le fameux crâne ?
L'enquête menée par l'inspecteur Andy Wilton, et honnêtement ce n'est pas l'aspect qui m'a le plus enthousiasmé ! Il n'est pas très pro, ni très fin limier cet inspecteur qui laisse ses ressentis personnels prendre le pas sur son travail, ne parvenant pas à mettre ses préjugés sur l'aristocratie de côté.
Je retiendrai plus la psychologie des protagonistes féminines, les doutes des unes par rapport aux autres, les alliances et les défiances qui font le sel de l'histoire. La narration alterne les voix des différents personnages, Virginia, Jo et l'inspecteur, et entre différentes périodes, l'enfance de Jocelyn et le présent. S'y intercale des chapitres en italique où l'on découvre un autre parcours, mais je n'en dis pas plus.
J'ai apprécié Virginia, qui pourtant de prime abord est un personnage plutôt froid et antipathique. Mais c'est aussi quelqu'un qui a réfléchi à ses erreurs passées et tente de se rattraper auprès de sa petite-fille. Jo, avec son intransigeance et son manque de clairvoyance m'a plutôt énervée. Quant à Ruby, elle ne m'a pas vraiment touchée, elle manque d'épaisseur même si elle fait preuve de plus de discernement que sa mère. Je ne dirai rien d'Hannah ou de celle qui dit être Hannah, je vous laisse juge...
L'histoire en elle-même est assez alambiquée, beaucoup d'aspects sont peu vraisemblables, notamment concernant la façon dont une jeune fille sans formation peut passer pour une nanny anglaise expérimentée. Quant à la manière dont la famille Holt arrondit ses fins de mois, elle est carrément tirée par les cheveux et pas du tout crédible ! Ces approximations expliquent ma note relativement basse. Mais rien de rédhibitoire non plus, et la fin du roman est bien trouvée. Une lecture à réserver à un moment où l'on n'est pas trop exigeant, les vacances par exemple...
Commenter  J’apprécie          4015
Je viens de finir un thriller qui m'a beaucoup plu. Aucun ennui, je me suis fait happer par l'histoire rocambolesque de ce polar. C'est très bien écrit, ça commence doucement mais sûrement. Un huis-clos mystérieux, étouffant, venimeux, intrigant, presque gothique.
Le récit se passe en Angleterre, dans un manoir, vieux de plusieurs siècles. La mère, Virginia, est une aristocrate, arrogante et froide. Elle a perdu, son mari, Alexander, il y a quelques temps. Sa fille, Jocelyn, qui veut se faire appeler Jo, retourne chez sa mère avec sa fille Ruby. Elle-même vient de perdre son mari, Chris. Elle vivait en Californie mais faute d'argent elle est obligée de revenir chez sa mère mais pas de gaieté de coeur. Jo, en veux beaucoup à sa mère car elle a fait partir sa nanny adorée Hannah quand elle avait sept ans...Un jour Jo, pour faire plaisir à sa fille Ruby, vont toutes les deux faire un tour en barque sur le lac familial. Elles font une drôle de découverte : un crâne qui ne date pas d'hier flotte. Jo prévient la police, une enquête s'ouvre...Jo, n'arrête pas de penser que ce crâne peut être celui d'Hannah sa nanny. Mais quelques jours plus tard, elle reçoit la visite d'une mystérieuse femme se déclarant être Hannah, son ancienne nourrice....
Je n'irai pas plus loin dans le récit. ...
La police y est peu présente. C'est plus les liens entre la mère, la fille, la petite-fille et la nanny qui sont y développés.
Un thriller qui tient la route. J'ai hâte de lire d'autres livres de cet auteure anglaise. Si vous avez des titres à me conseiller...

Commenter  J’apprécie          462
Jocelyn a sept ans lorsque sa Nanny adorée, Hannah, disparaît du jour au lendemain sans laisser la moindre explication ? Elle déteste sa mère, vénère son père et les relations ne sont pas parties pour s'arranger. Elle est partie aux USA pour se marier et restée dix ans sans revoir ses parents, n'est même pas venue assister aux funérailles de son père. Mais son mari décède brutalement d'un accident de la route et elle est obligée de rentrer au manoir familial avec Ruby sa fille de dix ans.

Bref, il règne une ambiance délétère dans le manoir et elle voit d'un mauvais oeil qu'une complicité s'installe entre Ruby et Virginia. Brutalement, un crâne est découvert dans le lac qui borde le manoir. Qui est-ce ? serait-ce Hannah ? Et voici qu'Hannah revient toquer à la porte…

Inutile de dire que cela ne va pas arranger la situation entre Jo et sa mère. L'enquête avance laborieusement avec un policier farouchement anti-aristocrate et le ton hautain de Lady Holt va l'exaspérer au plus haut point…

Il s'agit d'un thriller psychologique, assez lent, dans un contexte de non-dits, de haine familiale avec une Nanny très déjantée, dans un milieu aristocrate qui est aux antipodes du mien et que j'ai du mal à comprendre, et Jocelyn qui veut absolument qu'on l'appelle Jo (imaginez la réaction de Lady Virginia !) est exaspérante, on se demande souvent si sa fille n'est pas plus mature qu'elle !

Il y a des incursions intéressantes dans le monde de l'art et des descriptions des codes de cette société qui se croit parfois au-dessus des lois, avec les fêtes somptueuses, les toilettes, les bijoux, la frivolité que l'auteure décrit férocement. Certaines phrases sont des uppercuts parfois, notamment lorsqu'elle évoque la haine d'un enfant pour sa mère et les répercussions que cela peut avoir. Cela sent le vécu, on dirait !

Gilly MacMillan alterne le passé et le présent pour que l'on en apprenne progressivement davantage sur les protagonistes, les évènements, procédé qui me plaît toujours.

Le rythme est lent au départ, mais le récit devient de plus en plus opaque, pervers, on ne sait plus qui manipule qui et l'intrigue se corse, le suspense s'installe et va croissant…

C'est le deuxième roman de l'auteure que je lis, et celui-ci m'a plu davantage que « Je sais que tu sais » J'ai passé un bon moment avec ce roman, mais le rythme est trop lent pour moi, je préfère les thrillers où les choses vont vite, où la perversité est plus prégnante. C'est un bon polar pour l'été.

Un grand merci à NetGalley et aux éditions Les Escales qui m'ont permis de découvrir ce roman et de retrouver son auteure dont je lirais peut-être finalement « Ne pars pas sans moi ».
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
Commenter  J’apprécie          440

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
J'essaie de pénétrer dans la maison par la buanderie, mais la porte est verrouillée. Je fais le tour jusqu'à l'entrée, pour la découvrir fermée à clé elle aussi. La voiture dont se sert Hannah n'est plus là. Elle est sans doute partie chercher Ruby. Le froid et la pluie me transpercent à présent, et je frissonne. Je presse la sonnette en vain, jusqu'au moment où je décide d'aller demander l'aide de Geoff. Il n'y a cependant plus personne dans la roseraie ; il a dû s'en aller aussi.
Je n'ai plus d'autre solution que d'aller attendre sur le perron de ma propre maison comme un chien puni par son maître.
Commenter  J’apprécie          100
La guerre est déclarée, et les hostilités ont été déclenchées plus vite que je ne l'imaginais. Je n'ai pas l'avantage. Cette femme est chez moi, elle me prend de haut, n'hésite pas à insinuer qu'elle pourrait être dangereuse, et de mon côté, je ne sais toujours pas qui elle prétend être.
Je repense à ce que j'ai découvert sur Internet l'autre soir : oui, il est possible de survivre à une chute dans l'eau alors qu'on a perdu connaissance, car le choc causé par le froid peut vous ranimer. La probabilité est infime, mais personne n'est à l'abri d'un coup de chance. Après tout, c'est cette certitude qui motive les passionnés des tables de jeux et de la roulette.
Commenter  J’apprécie          70
Le feuillage vert vif des hêtres, encore joliment tacheté de soleil, même à cette heure tardive, forme un dôme luxuriant au-dessus de nous. Néanmoins, autant cette vision est plaisante en été, autant les branches dénudées en hiver m'évoquent les ossements de quelque léviathan.
Commenter  J’apprécie          172
Sauf que, si notre actuel ministre du culte me coule fréquemment des regards, je sais pertinemment qu'il est myope comme une taupe, trop timoré pour essayer les lentilles de contact et trop soucieux de son apparence pour porter des lunettes. Je pourrais bien arriver avec une carotte à la place du nez qu'il me presserait encore les mains en me félicitant pour mon élégance.
Commenter  J’apprécie          120
" Bonté divine ! s'est-il exclamé en découvrant Lake Hall ce jour- là. Il y a plus de cheminées sur ce toit que dans la rue où j'ai grandi.
- N'exagères pas, a répliqué Maxine. Ce n'est quand même pas Downton Abbey."
Commenter  J’apprécie          170

Videos de Gilly Macmillan (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilly Macmillan
Les 15 et 16 juin 2019 auront lieu la 11ème édition du salon international du livre de poche Place des Marronniers à Saint-Maur-des-Fossés organisée par la librairie La Griffe Noire et la ville. Le libraire Jean-Edgar Casel vous présente quelques informations de l'édition 2019...
La Mort selon Turner de Tim Willocks et Benjamin Legrand aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/128455-nouveautes-polar-la-mort-selon-turner.html
Le Chant de l'assassin de R.J. Ellory, Claude Demanuelli aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/1004285-nouveautes-polar-le-chant-de-l-assassin.html
Seul le silence de R. J. Ellory aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/15087-poche-seul-le-silence---prix-choix-des-libraires-2010.html
Ne fais confiance à personne de Paul Cleave et Fabrice Pointeau aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/90266-romans-ne-fais-confiance-a-personne.html
Le Jour de ma mort de Jacques Expert aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/1001084-nouveautes-polar-le-jour-de-ma-mort.html
Ragdoll de Daniel Cole et Natalie Beunat aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/104626-polar-livres-de-poche-ragdoll.html
L'Appât de Daniel Cole et Natalie Beunat aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/1002758-polar-livres-de-poche-l-appat.html
Les Rues de Santiago de Boris Quercia aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1001515-nouveautes-polar-les-rues-de-santiago.html
Je sais que tu sais de Gilly Macmillan et Séverine Quelet aux éditions Les Escales 9782365694636
Les Détectives du Yorkshire - Tome 4 : Rendez-vous avec le poison (04) de Julia Chapman, Dominique Haas aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/1001249-nouveautes-polar-les-detectives-du-yorkshire---tome-4-rendez-vous-avec-le-poison---volume-04.html
ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (659) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2787 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..