AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782266268592
608 pages
Pocket (08/06/2017)
3.83/5   272 notes
Résumé :
Par un joyeux dimanche, Rachel et son petit garçon de 8 ans se promènent en forêt. Désirant plus que tout être une bonne mère et soucieuse de l'indépendance et de l'autonomie de son enfant, Rachel l'autorise à partir quelques mètres devant pour aller jouer. Arrivée au bout du chemin, l'angoisse la saisit : Ben a disparu.
Après une conférence de presse catastrophique, médias et réseaux sociaux se déchaînent. Pour eux, Rachel est responsable de la disparition d... >Voir plus
Que lire après Ne pars pas sans moiVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (91) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 272 notes
Premier roman de cette autrice, pour moi, et une belle découverte.

Nous entrons dans le récit en novembre 2013, un an après l'événement développé dans le livre.

Roman choral dans lequel deux points de vue se succèdent alternativement.
Rachel, maman de Ben 8 ans, se promène en forêt avec le gamin et son chien, tout en consultant son smartphone.
Elle est profondément perturbée par le fait que son mari, John, chef de la chirurgie pédiatrique dans je ne sais plus quel hosto, l'ait quittée pour vivre avec Katrina.

Quand son fils lui demande la permission de courir devant jusqu'à la clairière oú il se balance le long d'une corde, elle accepte.
Mais lorsqu'elle arrive sur place, pas de Ben, pas de chien.

Second narrateur, Jim, l'inspecteur en charge de l'enquête sur la disparition de Ben.

Une troisième intervenante, la psy et ses retranscriptions de séances avec Jim.

Je ne m'étendrai pas plus, vous devez lire ce livre et je remercie mes deux babelpotes grâce auxquelles je l'ai choisi.
Franchement, j'ai dû m'endormir dessus parce que 470 pages en une soirée, j'ai pas tenu.

Comment vous expliquer la construction originale de ce récit ?
On suit en même temps la police, de piste en piste, interrogatoires compris, et Rachel, sa soeur, sa meilleure amie... son ex, sa femme actuelle.
Bref, tout le monde, y compris les personnages secondaires.

Tout est très fluide et passionnant.
Les personnages sont parfaitement croqués, on s'attache, on se met dans la peau de chacun.

Le style est parfait pour l'histoire. Les descriptions foisonnent, mais sans lyrisme excessif.

Un super moment. N'hésitez pas à ouvrir ce roman.

*****

"Je ne comprendrai jamais pourquoi nous n'avons pas de mot en anglais pour Schadenfreude, la joie maligne suscitée par le malheur d'autrui. Peut-être avons-nous honte d'éprouver un tel sentiment. Mieux vaut maintenir l'illusion selon laquelle il serait possible de nous donner à tous le bon Dieu sans confession."
.
Commenter  J’apprécie          9757
Ce roman n'est pas de ceux qui nous laissent en admiration devant l'écriture ou encore le style, ce n'est pas non plus un roman qui aborde un sujet nouveau ou avec originalité c'est simplement un roman agréable à  lire.
Une histoire d'enlèvement d'un enfant. Comme je le précise,  ce n'est pas l'originalité qui retient  notre attention, l'indelicatesse des  journalistes est pointée du doigt, la nuisance des réseaux sociaux est mise en avant, les soupçons tournés vers la mère ne manquent pas,  rien de nouveau dans ce genre de roman et pourtant, j'ai lu avec intérêt ces presque 500 pages sans trouver le temps long. C'est donc un livre qui a fait "son job" : nous éloigner du quotidien, nous divertir et nous ramener doucement vers la réalité.



Commenter  J’apprécie          481
J'ai commencé ce livre avec un à priori très négatif. Déjà le titre un peu mièvre, les premières pages sans relief, le personnage principal à la limite de l'antipathie. ....
Bref c'est l'histoire de l'enlèvement d'un enfant qui vit avec sa mère recemment divorcée et qui disparaît pendant une promenade dans un bois.
À partir de là on suit essentiellement la mère et l'enquêteur. Dès le départ la mère a un comportement inadapté qui fait douter de sa sincérité et de son innocence.
Ensuite l'intrigue prend toute sa forme et devient passionnante, et la dernière partie monte crescendo ( je me suis surprise à regarder les dernières pages pour regarder les noms qui apparaissaient ).
Donc un bon polar avec en plus une bonne description des méfaits d'une certaine presse et du danger d'une utilisation malfaisante des réseaux sociaux.
Commenter  J’apprécie          360
Envie de thrillers faciles, et distrayants entre deux lectures de la Rentrée Littéraire Automne, alors j'ai acheté le premier de Gilly Macmillan, de laquelle j'ai lu plusieurs livres dont "La Nanny" il y a pile un an. Bon. C'est ce que j'appelle "un thriller avec titre à la c**". Ou encore, "un titre Harlan Coben" . (Ne t'enfuis plus, Ne le dis à personne, Sans un mot, Promets-moi, , Je t'attendrai, Reviens-moi, Tu me manques, et autres foutaises qui font qu'on ne sait plus si on l'a lu ou pas). Il est sorti en Angleterre avec le titre Burnt Sky Paper qui veut dire en gros "Ciel couleur papier brûlé", et ça se réfère à plusieurs choses dans le thriller. Je suis allée voir sur le forum anglais "Goodread", sorte de Babelio anglais. J'y ai appris que pour la publication aux USA ils avaient AUSSI changé le titre en "What she knew" (ce qu'elle savait) ce qui spoile un max, heureusement il y a des tas de personnages féminins, pour les suspects. Ça m'agaaaace ! Pourquoi ? Qui prend la décision de changer le titre du bouquin, au lieu de le traduire ?? C'est pour attirer la fameuse ménagère de moins de 50 ans ? Ça m'outre. Ça me scandalise. Prennent-ils les lecteurs pour des imbéciles ?? Nanmého.

Sinon, c'est un bon thriller "psychologique" avec un policier dépressif et une mère désespérée : Rachel. Divorcée depuis un an, elle a passé du temps à se remettre du départ de son mari avec une autre femme. Depuis quelques mois, elle se force à vivre pour son fils Ben, huit ans. Régulièrement, elle l'emmène se promener dans le bois de la ville de Bristol (UK), un petit bois connu des promeneurs et des joggeurs, et aussi des jeunes.
Ce dimanche-là, c'est la fin Octobre, il fait assez froid, mais c'est vivifiant. Ben s'amuse à lancer des bâtons à son chien, cadeau de son père John le jour où il a annoncé qu'il partait. Une sorte de consolation.
À un moment, comme il connaît bien l'itinéraire de la promenade, il demande à sa mère s'il peut courir un peu en avant. Et pour une fois, Rachel accepte. Au bout du chemin, Ben n'est pas là. Il a disparu. le ciel s'est assombri, la nuit va tomber, et Rachel cherche partout, et elle ne retrouve que le chien, qui vient vers elle avec visiblement une patte cassée.
La police ratisse les lieux, l'enfant est introuvable.

le roman alterne les chapitres sur Rachel, et ceux de Jim, le policier chargé de l'enquête, qui a pour la première fois l'occasion de faire ses preuves. Et presque immédiatement, dès que l'alerte est lancée dans les médias, les commentaires en ligne, les blogs, les tweets, facebook, tout le monde se met à accuser la mère. Elle était seule avec l'enfant. C'est forcément elle. Aidée de sa soeur ainée Nicky, qui s'installe chez elle, Rachel passe son temps entre interrogatoires, sidération, larmes, angoisse. Elle ne dort plus, pendant que la police cherche.
Qui pourrait avoir enlevé ce petit garçon plein d'énergie ? Entre les gens de l'école, les profs de sport, les délinquants sexuels, les jeunes défoncés, le groupe de jeu de rôles qui était là, le père, la nouvelle femme du père, les amis de la famille, Rachel ne sait pas ce qui se passe, et sa soeur Nicky passe son temps sur l'ordinateur, à chercher des éléments sur ce que fait la police, sur les pourcentages de réussites pour les disparitions de ce genre, et empêche sa soeur de regarder ses notes. En jouant sur la pire chose qui puisse arriver à une mère, à des parents, Gilly Macmillan s'est documentée sur tout ce qu'elle pouvait trouver de sérieux sur les disparitions d'enfants. D'ailleurs elle cite ses sources à la fin, des sites d'aide pour les parents qui affrontent pareil drame. ( Sites anglais, canadiens et américains).
À coups de rebondissements, de soupçons qu'on a, en rapport avec chaque personne gravitant autour de Rachel, on veut savoir, parce que c'est prenant, et on veut absolument continuer à tourner les pages. C'est très "addictif", angoissant, parfois tendre, les relations entre ex-conjoints, les copines, les policiers, tout y est. Ce n'est pas un thriller sanglant, mais c'est un suspense avec retournements de situation très bien mené. On ne peut pas le lâcher. Même avec une migraine (une migraine un peu atténuée quand même).
Lien : https://melieetleslivres.fr/..
Commenter  J’apprécie          160
Très belle découverte avec ce thriller mi-policier / mi-psychologique dont c'est le premier roman de l'auteure.

La trame du roman est particulière et c'est ce qui lui donne du rythme. Les faits nous sont contés en alternance, à chaque chapitre, par le policier en charge de l'enquête (très affecté par cette affaire), des insertions d'articles de presse et d'un blog incriminant la mère, mais aussi par Rachel, la mère, qui s'adresse à nous, ce qui nous touche encore plus et nous fait sentir plus proche d'elle. On ressent son sentiment d'impuissance, sa peur et l'angoisse de l'attente.

L'intrigue nous tient en haleine d'un bout à l'autre de l'histoire, avec une enquête qui dévoilera un lourd secret familial et apportera son lot de révélations, au point de suspecter tous les membres de la famille, et surtout en nous montrant une mère fragile, anéantie, seule et sans aucune défense face à l'acharnement des médias - qui la tiennent pour responsable et même capable du pire – qui fera tout pour retrouver son fils.

Sans violence, ni rebondissements à foison, ce thriller réaliste et addictif est angoissant tout autant qu'il est émouvant.
Commenter  J’apprécie          180

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
A aucun moment les journalistes n'évoquaient la difficulté d'élever seule un enfant, les soirées de solitude, la pression qui est la vôtre de devoir prendre seule, sans aucun soutien, des décisions difficiles, l'absence douloureuse d'un conjoint qui aurait pu être à vos côtés si les choses avaient tourné différemment.
C'étaient des gens, ai-je pensé, de plus en plus désespérée, qui, il y a cent ans, m'auraient fait enfermer dans une maison de correction et, qui, des siècles auparavant, m'auraient passé la camisole de force ou mise sur un bûcher dont les flammes auraient éclairé leurs visage sans pitié, leur absence de compassion.
Commenter  J’apprécie          30
Ne pars pas sans moi restera une déception pour moi. Peut- être en attendais-je trop, alléchée par les bons retours de lecteurs et les recommandations de La Griffe Noire !
J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire, suivre les pas de Rachel, son désespoir après la disparition de son enfant.
J’ai trouvé le personnage de Jim, le policier, plus attachant, plus intéressant psychologiquement.
Il y a tout de même une écriture rythmée qui sert l’histoire. Le dénouement est bien amené, mais à nouveau la fin, sans originalité, a fait retomber mon intérêt. Finalement, je referme ce livre comme je l’avais commencé, sans enthousiasme, sans émotion...
Commenter  J’apprécie          21
Je me suis vue, debout au milieu de la pièce, dans le miroir au-dessus de la cheminée. J'étais si pâle qu'on aurait dit un fantôme. Mes cheveux, rendus plus foncés par la pluie, pendaient en mèches mouillées autour de mon visage, et des cernes noirs dessinaient comme des nuages sombres sous mes yeux. Ma peau semblait flétrie, mal hydratée, et ma blessure au front, bien que cicatrisée, laissait apparaître une boursouflure. Mes yeux reflétaient ma peur mais il y avait aussi autre chose : on y lisait le désespoir, un regard presque sauvage.
j'avais l'air d'une folle.
le doute s'est glissée en moi.
Commenter  J’apprécie          20
Elle a pris ma main et l'a serrée doucement dans la sienne. Mais je ne pouvais penser à rien d'autre qu'aux gens qui se cachaient sur Internet, derrière des pseudonymes ou des surnoms ou encore des blogs anonymes, et à ceux qui étaient au chaud, payés par les journaux. J'ai repensé à la manière dont ils avaient commencé à me harceler dès l'instant où j'avais perdu les pédales pendant la conférence de presse. Et je me suis sentie devenir une proie. Comme mon fils.
Commenter  J’apprécie          20
Découvrir que l'histoire dont on parle au journal télévisé est la vôtre est la chose la plus étrange au monde : vous comprenez qu'une personne que vous ne connaissez pas a la charge de retrouver votre enfant, et vous devez accepter que vous êtes tout autant en retrait que n'importe qui d'autre écoutant les informations, et que vous êtes impuissant.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Gilly Macmillan (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilly Macmillan
Les 15 et 16 juin 2019 auront lieu la 11ème édition du salon international du livre de poche Place des Marronniers à Saint-Maur-des-Fossés organisée par la librairie La Griffe Noire et la ville. Le libraire Jean-Edgar Casel vous présente quelques informations de l'édition 2019...
La Mort selon Turner de Tim Willocks et Benjamin Legrand aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/128455-nouveautes-polar-la-mort-selon-turner.html
Le Chant de l'assassin de R.J. Ellory, Claude Demanuelli aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/1004285-nouveautes-polar-le-chant-de-l-assassin.html
Seul le silence de R. J. Ellory aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/15087-poche-seul-le-silence---prix-choix-des-libraires-2010.html
Ne fais confiance à personne de Paul Cleave et Fabrice Pointeau aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/90266-romans-ne-fais-confiance-a-personne.html
Le Jour de ma mort de Jacques Expert aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/1001084-nouveautes-polar-le-jour-de-ma-mort.html
Ragdoll de Daniel Cole et Natalie Beunat aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/104626-polar-livres-de-poche-ragdoll.html
L'Appât de Daniel Cole et Natalie Beunat aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/1002758-polar-livres-de-poche-l-appat.html
Les Rues de Santiago de Boris Quercia aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1001515-nouveautes-polar-les-rues-de-santiago.html
Je sais que tu sais de Gilly Macmillan et Séverine Quelet aux éditions Les Escales 9782365694636
Les Détectives du Yorkshire - Tome 4 : Rendez-vous avec le poison (04) de Julia Chapman, Dominique Haas aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/1001249-nouveautes-polar-les-detectives-du-yorkshire---tome-4-rendez-vous-avec-le-poison---volume-04.html
ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (711) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2789 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..