AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Isabelle Maillet (Traducteur)
EAN : 9782266323895
416 pages
Pocket (09/06/2022)
3.43/5   68 notes
Résumé :
Le talent d’écrivaine de Lucy Harper lui a tout donné : la gloire, la fortune et des fans par millions. Il lui a aussi donné Dan, son mari jaloux dont la carrière d’écrivain est au point mort.

Un jour, Dan disparaît ; ce n’est pas la première fois qu’une personne disparaît dans la vie de Lucy. Trois décennies plus tôt, son petit frère Teddy s’est lui aussi volatilisé et n’a jamais été retrouvé. Lucy, seul témoin, n’a jamais dit la vérité sur cette soi... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
3,43

sur 68 notes
5
10 avis
4
13 avis
3
9 avis
2
3 avis
1
0 avis
iris29
  29 septembre 2021
"Pour tout te dire", ce roman mérite d être lu pour deux raisons: la première parce qu'il te fait entrevoir le métier d'écrivain, de l'intérieur, les écrivains dont c'est le métier, ce qui implique un revenu régulier et donc de bons chiffres de vente. La pression inouïe des maisons d'édition qui " souhaitent" un livre par an... Et les fans (dés qu'un auteur a inventé un personnage récurrent), d' un personnage dont ils attendent la suite des aventures, un personnage dont ils ne sauraient se passer, certains confondant la réalité et la création. le métier d'écrivain avec ce qu'il comporte de "basculement" dans un autre monde, qui fait qu'une autre personne ( le ou la conjointe) doit s'occuper de la vie courante, gérer les courses , les repas, et ...les comptes en banque. Une dépendance qui peut être toxique pour l'un comme pour l'autre, où celui qui seconde , qui aide, celui qui n'a pas la carrière, le succès, les retombées financières, doit rester à sa place.. Et c'est difficile, on le voit dans ce livre. Cette vie d'écrivain , entre le réel et sa fiction qui peut vite te faire basculer dans la folie.
Et c'est ce qui est magistralement démontré ici (et j'en viens à ma deuxième raison...faut suivre !), Lucy Harper est une romancière qui connaît un immense succès avec son personnage de flic Eliza Grey.
Seulement Eliza n'est pas "juste" un personnage de roman, elle est bien plus que cela. Elle est la meilleure amie, la seule, l'amie d'enfance .Oui mais voilà, elle est imaginaire.
Mais Lucy la voit , lui parle. Dés que Lucy a un problème, Eliza conseille, Eliza prévient du danger donne des solutions, garde la tête froide. Lorsque Lucy bote en touche, a des absences , c'est Eliza qui assure le suivi. Lucy peut vraiment compter sur elle, Lucy est un peu border-line...
Et c'est tout à l'honneur de Gilly Macmillian, (la vraie écrivain ! ) de prendre comme personnage principal, un personnage vacillant, sur lequel le lecteur ne peut pas compter, ne peut pas s'appuyer pour démêler le vrai du faux.
Car le mari de Lucy vient de disparaître au moment où elle n'a plus confiance en lui. L'homme au foyer, l'écrivain raté qui vit très confortablement des revenus de son épouse, celui qui a acheté une voiture de luxe, celui qui a acheté une propriété pile là où Lucy ne voulait jamais revenir. Une propriété avec une très jolie voisine , romancière ratée, comme lui.
Une maison qui jouxte la forêt où , le frère de Lucy a disparu lorsqu'ils étaient enfants.
Tiens une autre disparition ! Et une écrivain de roman policier qui est en contact avec des experts pour écrire ses sombres histoires, histoire de leur donner de la crédibilité.
Alors, Lucy est-elle responsable de ces disparitions ? Eliza arrivera-t-elle à la sauver ? A moins qu'il n'y ait rien à sauver.
Un roman très original qui reste légèrement mystérieux sur la fin, légèrement opaque et c'est ça qui est fort ! Captivant , tout en psychologie , un thriller à lire en apnée...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
Eve-Yeshe
  03 juillet 2021
Lucy Harper, auteure de polars célèbre grâce à son inspectrice, Eliza Grey, vient d'achever son nouveau livre et l'envoie à son éditeur. Elle a décidé de supprimer Eliza pour écrire le livre qui lui tient à coeur.
Hélas, cela ne plaît pas à Max son éditeur ni, surtout, à son époux Dan, écrivain raté qui gère les finances du couple et vient d'acquérir une demeure sublime (à retaper) après avoir craqué pour une voiture de sport. Quand elle écrit, Lucy s'enferme dans son bureau, dans une petite maison de banlieue dans le cas présent pour trouver l'inspiration.
Dan lui a fait une surprise en achetant cette nouvelle demeure, sans lui en parler, mais elle est située tout près de la maison où Lucy a vécu enfant dans ce village où un drame s'est produit quand elle avait neuf ans. En effet, alors qu'elle l'avait emmené avec elle pour assister à la fête du solstice d'été, celui-ci a disparu et tous les soupçons se sont portés sur elle car elle n'a pas voulu dire la vérité. Elle l'avait laissé dans le bunker où elle aimait aller seule, et quand elle est revenue, il n'y avait plus personne.
Alors qu'elle commence à se poser des questions sur Dan, suspectant qu'il la trompe avec une femme qui habite maintenant juste à côté d'eux, voilà que celui-ci disparaît mystérieusement alors que l'on retrouve sa voiture incendiée.
Le suspense est bien entretenu, Dan est-il ou non un pervers narcissique ? Que cachait-il ? Pourquoi a-t-il acheté cette maison ? le tout surfant sur la vague des réseaux sociaux, des médias avides de sensations qui la traquent sans cesse.
Est-ce que Lucy est folle ? Elle « discute » sans arrêt avec Eliza depuis l'enfance, et on assiste parfois à des scènes troublantes, (dissociation? subterfuge?) … et elle en a fait l'héroïne de ses romans, un double d'elle-même…
Gilly Macmillan alterne l'époque actuelle et celle où Teddy a disparu, ce que j'aime, bien en général, mais je ne me suis pas attachée à Lucy, malgré sa tendance à masquer ses émotions pour ne pas donner prise aux autres personnes, notamment les policiers, sa personnalité est étrange, flirtant avec la maladie mentale. J'ai bien aimé Lucy, enfant, car elle a du caractère, reste dans sa position initiale « je ne sais pas ce qui est arrivé à Teddy », ne variant pas d'un iota malgré les ruses des policiers, les pressions diverses de l'entourage. L'adulte qu'elle est devenue est plus dérangeante.
Un polar où le suspense et la manipulation psychologique sont au rendez-vous, où l'auteure nous oriente sans cesse sur des nouvelles pistes, nous faisant suspecter tout le monde, donc une lecture sympathique mais qui m'a laissée sur ma faim. J'ai davantage apprécié son précédent roman, « La Nanny ».
Un grand merci à NetGalley et aux éditions Les escales qui m'ont permis de découvrir ce roman et de retrouver la plume de son auteure.
#Pourtouttedire #NetGalleyFrance
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          502
musemania
  24 novembre 2021
Les livres en lice pour le Grand Prix des Lecteurs de L'Actu Littéraire ne se ressem-blent pas. Je vous ai déjà parlé de certains dont vous pouvez retrouver les chroniques complètes sur mon blog comme « L'ami des ombres » ou « le serment ». Ici, il s'agit du nouveau thriller de l'auteure anglaise, Gilly Mac Millan.
J'avais déjà pu lire sa plume avec « La fille idéale » qui était alors aussi en lice pour le Grand Prix des Lecteurs de L'Actu Littéraire- édition 2017. J'avais assez bien apprécié ce roman, malgré l'absence de grands rebondis-sements ou de surprises mais je n'avais pas su m'attacher à l'héroïne principale.
C'est drôle car j'ai le même ressenti pour son nouveau thriller, « Pour tout te dire ». Alors que j'ai bien aimé l'histoire en général j'ai trouvé le personnage de Lucy Harper, agaçante. Il n'a pas été rare que je lève les yeux au ciel par ses actions ou ses réactions. Elle fait preuve d'une grande passivité à maintes reprises. Bien qu'elle soit une soit-disant écrivaine de talent, écoulant des milliers d'exemplaires de ses livres, j'avais l'impression qu'elle n'était point finaude !
Alors que les histoires n'ont rien en commun, hormis peut-être d'avoir osé choisir des personnages principaux féminins, dans les deux cas, ce sont les mêmes sentiments que j'ai éprouvés à leurs égards et dans leurs constructions.
Un autre point sur lequel j'ai tiqué, c'est la résolution du livre. J'ai trouvé que certaines inconnues planaient et dans ce genre de lecture, cela m'irrite. Je considère ce point comme un point de vue absolument personnel. Je ne pense pas que d'autres lecteurs percevront la même chose.
A part ce désappointement pour Lucy Harper et la résolution du final, c'est un roman qui se lit facilement. Il s'agit ici de mystérieuses disparitions : à la fois celle de son petit frère alors qu'elle n'était elle-même qu'une gamine et celle de mari, écrivain désappointé face au succès de son épouse.
Ce n'est donc pas une lecture totalement négative mais juste qu'elle ne sera pas mon premier choix dans la sélection, je pense. Je ne ferme – par contre – pas la porte à cette auteure, ne dit-on pas : « Jamais deux sans trois ?! ».
Lien : https://www.musemaniasbooks...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Didjmix
  23 mars 2022
Lucy, écrivaine célèbre, est habitée par Eliza, le personnage principale de ses romans policiers. Et ce n'est rien de le dire : double personnalité, bien avant la disparition de son frère il y a plusieurs années, et donc bien avant la disparition de son mari il y a quelques jours. Que sont-il devenus ? Est-ce que leurs morts seraient celles décrites dans l'un des polars de Lucy ; ou n'ont-ils pas vraiment été tués ? Rien n'est bien clair dans sa tête, ce qui donne un polar simple et efficace. Ce n'est pas le polar qui détonne mais on se laisse prendre au jeu. il n'aurait pas démérité à être plus tordu, ça restera donc un polar familial.
Commenter  J’apprécie          340
Melieetleslivres
  13 septembre 2021
Et voici le tout dernier Gilly Macmillan, sorti en juin dernier, que j'ai lu cette nuit. J'avais juste terminé son tout premier "Ne pars pas sans moi" il y a 3 jours.
En 1991, dans un quartier de classe moyenne de Bristol, Angleterre. Lucy, une petite fille de neuf ans à l'imagination fertile, décide de filer dans les bois derrière chez elle : elle veut voir cette fameuse fête nocturne du Solstice d'été, dont les gens parlent comme une "fête de païens". Son amie imaginaire, Eliza, à laquelle elle parle parfois tout haut sans s'en rendre compte, lui donne du courage. Mais son petit frère Teddy, quatre ans, se réveille et veut accompagner sa soeur. En désespoir de cause, elle accepte. Ils ne font pas de bruit en sortant, il fait nuit, les parents dorment .Lucy fait passer son petit frère par-dessus le muret, et ils se dirigent vers l'immense feu de joie, et la musique, là bas dans la clairière aux abords du bois. Se cachant dans un bosquet, elle profite de la fête, des feux d'artifice. Mais le petit voulant rentrer, s'endormant, elle décide de le laisser dormir dans "sa cachette", en fait un bunker aménagé dont elle a trouvé l'entrée un jour avec Eliza. À la fin de la fête, Lucy va chercher son frère, mais il n'est plus là. Il reste juste la couverture. Elle rentre à la maison à toutes jambes, il est plus d'une heure du matin, et là, toute la maison est éclairée, elle sonne chez elle, sa mère ouvre, soulagée mais soudain dit "Où est Teddy" ? Lucy ne peut pas parler de sa cachette, Eliza serait trop en colère. Alors elle dit qu'elle ne sait pas, il a juste disparu. On ne le retrouvera jamais.
Vingt ans plus tard, Lucy est devenue une romancière à succès. Elle écrit des thrillers, dont l'héroïne est une inspectrice de police qui s'appelle Eliza Green. Oui, Eliza, comme son amie imaginaire. Lucy est mariée à Dan, qui écrit lui aussi mais n'arrive pas à se faire publier. Alors il s'occupe de tout pour sa femme : la logistique, les papiers, les finances, les courses, la cuisine. Et Lucy vient enfin de terminer son livre, son cinquième. Elle est un peu inquiète, avant d'envoyer ses 350 pages à son agent, Max. Et son inquiétude s'aggrave, car elle n'a aucun retour de Max, qui normalement dans la seconde qui suit, l'appelle, super excité, qu'il est déjà en train de le lire, qu'il adore !
Il faut dire que tout le monde, lecteurs, éditeurs, conseils de lecture adorent l'héroïne, Eliza Green. Il y a des blogs qui lui vouent un vrai culte. Lucy n'en n'a parlé à personne, mais elle fait mourir son héroïne dès le début de ce livre. En fait, elle en a marre d'Éliza, parce qu'à force, elle la voit partout. Alors elle n'a dit à personne que c'est un roman SANS Eliza. En attendant la réaction de son éditeur, elle se précipite vers son mari, pour lui dire que "Ça y est", elle a fini le roman. Elle ne dit rien à propos d'Eliza.
Quant à Dan, il semble déjà compter l'argent qui va en sortir, et annonce à Lucy qu'il a trouvé une maison. Une très grande maison. Dans le quartier où elle vivait, enfant. Un manoir, nécessitant beaucoup de travaux. Il s'avère qu'il l'a même acheté. Avec son argent à elle, sans lui demander même son avis, réalise Lucy.
La romancière est effondrée, mais elle essaie de faire bonne figure. Elle qui adorait leur petit appartement du centre de Bristol, l'animation de la ville, même en location, elle n'aurait jamais imaginé le quitter. Mais voilà, Dan semble si heureux. Il l'emmêne visiter la maison, qui a d'immenses fenêtres donnant sur le bois et la clairière. Elle est paniquée des souvenirs de ce quartier. Sans parler du délabrement de cette maison. Sans parler du coût des travaux. Et de la maison. Achetée avec son propre argent alors qu'elle hait cet endroit. Et l'annonce de son éditeur : "Nous ne publierons pas ce roman, nous allions te payer pour un "Eliza Green", les lecteurs l'attendent. Pas de publication, pas d'argent.
Lucy est perdue, son mari est de plus en plus distant, et il semble clair qu'il a une liaison avec une certaine Sasha, qui vit dans la luxueuse maison d'à côté, avec son mari James.
Tout le livre est raconté par Lucy. Sauf quelques pages en italique, insérées dans le roman. On voit Eliza comme Lucy la voit, on voit l'inadaptation de Lucy à ce lieu, cette maison qui lui fait peur, cette bande de snobs qui semblent la mépriser, même s'ils ne savent rien de son passé. Seul Dan et la police savent. Lucy se met à voir Eliza partout, elles se parlent, Eliza est plutôt la protectrice de Lucy. Elle peut prendre la parole lorsque Lucy n'est pas bien.. Lorsque Dan disparait, Lucy se met à douter d'Eliza. Aurait-elle fait du mal à Dan ? Alors là comme le roman est prenant on se perd en conjectures : Eliza est elle vraiment imaginaire ? S'agit-il d'un dédoublement de personnalité?
ALERTE SPOIL FIN DE L'ALERTE SPOIL.
QUOIIIII ???? Fin ? Hé oui, figurez-vous. On n'aura aucune réponse. Rien. du tout. J'ai vérifié, il ne s'agit pas là d'un début de saga. Ça s'arrête, point barre. Alors, ce débarquement abrupt de la fin de l'histoire, et le fait que les personnages soient tous si froids, qu'on n'arrive pas du tout à aimer la narratrice Lucy, je me dis qu'on a un gros souci. Pour une fois que le titre était la traduction du titre anglais "To Tell You The Truth", (Pour vous dire la vérité) sans trop de mièvrerie (un peu quand même) !! Les personnages secondaires n'ont aucune épaisseur, on semble nager dans une brume glacée tout le long du roman. Ce n'est pas une lecture totalement négative pour moi, le suspense est là, l'angoisse est pesante, jusqu'aux dix dernières pages. le style est bien, comme les autres de Gilly Macmillan, mais je suis restée ébahie. On dirait qu'il manque 100 pages. Ou que l'auteure a "expédié" la fin de son roman parce qu'elle avait un truc à faire. Je suis sidérée.

Lien : https://melieetleslivres.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          104

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
iris29
iris29  
Lorsqu'on a subi un traumatisme dans l'enfance, on n'a qu'une envie une fois adulte : évoluer dans les eaux calmes d'un étang aux contours bien visibles, à la surface claire et transparente.
Commenter  J’apprécie          220
Analire
Analire  
Or, en observant James, j'ai compris qu'il n'était pas facile de repérer la folie, de savoir si quelqu'un en était la proie. Ce n'est pas écrit sur les visages. C'est au contraire quelque chose qui de temps à autre remonte à la surface et se dévoile brièvement dans nos actes, nos paroles ou nos expressions, avant de disparaître jusqu'à la fois suivante. Le potentiel de folie réside en chacun de nous.
Commenter  J’apprécie          60
iris29
iris29  
" Pas assez commercial", dans l'univers éditorial, c'est encore plus terrible que " bien aimer" - des mots sinistres qu'un écrivain n'a aucune envie d'entendre, à moins d'avoir d'autres sources de revenus.
Commenter  J’apprécie          110
iris29
iris29  
Plusieurs voitures sont arrivées dans l'allée, dont les occupants allaient examiner une scène de crime potentielle. J'avais l'impression d'être dans un de mes livres.
Commenter  J’apprécie          120
Analire
Analire  
Je suis capable de déceler la beauté dans les choses les plus surprenantes. Il le faut, quand la violence imprègne votre travail. Tous les auteurs de thrillers doivent avoir leur propre façon de gérer ça, je suppose.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Gilly Macmillan (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilly Macmillan
Les 15 et 16 juin 2019 auront lieu la 11ème édition du salon international du livre de poche Place des Marronniers à Saint-Maur-des-Fossés organisée par la librairie La Griffe Noire et la ville. Le libraire Jean-Edgar Casel vous présente quelques informations de l'édition 2019...
La Mort selon Turner de Tim Willocks et Benjamin Legrand aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/128455-nouveautes-polar-la-mort-selon-turner.html
Le Chant de l'assassin de R.J. Ellory, Claude Demanuelli aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/1004285-nouveautes-polar-le-chant-de-l-assassin.html
Seul le silence de R. J. Ellory aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/15087-poche-seul-le-silence---prix-choix-des-libraires-2010.html
Ne fais confiance à personne de Paul Cleave et Fabrice Pointeau aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/90266-romans-ne-fais-confiance-a-personne.html
Le Jour de ma mort de Jacques Expert aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/1001084-nouveautes-polar-le-jour-de-ma-mort.html
Ragdoll de Daniel Cole et Natalie Beunat aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/104626-polar-livres-de-poche-ragdoll.html
L'Appât de Daniel Cole et Natalie Beunat aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/1002758-polar-livres-de-poche-l-appat.html
Les Rues de Santiago de Boris Quercia aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1001515-nouveautes-polar-les-rues-de-santiago.html
Je sais que tu sais de Gilly Macmillan et Séverine Quelet aux éditions Les Escales 9782365694636
Les Détectives du Yorkshire - Tome 4 : Rendez-vous avec le poison (04) de Julia Chapman, Dominique Haas aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/1001249-nouveautes-polar-les-detectives-du-yorkshire---tome-4-rendez-vous-avec-le-poison---volume-04.html
ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : ami imaginaireVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2501 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre