AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226325990
288 pages
Éditeur : Albin Michel (30/03/2016)

Note moyenne : 3.32/5 (sur 201 notes)
Résumé :
Ella, 24 ans, est professeur de français dans un collège. Elle partage un appartement à Belleville avec son amoureux – plus pour longtemps. Elle a quitté Dunkerque pour Paris, et sa première année en tant qu’enseignante, entre profs déprimés et élèves largués, s’annonce mouvementée. Elle-même est un peu perdue, mais elle a des alliés pour affronter la solitude et les moments difficiles : ses meilleurs amis, Lou et Théo, et son poisson rouge Klaus. Jusqu’au jour où e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (74) Voir plus Ajouter une critique
NathalC
  01 octobre 2016
Livre lu en 2-3 jours. Il est vrai qu'une fois dedans, on se prend facilement au jeu de tourner les pages, les unes après les autres.
L'écriture est saccadée, entraînante... L'auteur est effectivement une véritable auteur, et elle mérite d'être suivie. Je crois qu'elle est très prometteuse dans le style d'écriture.
L'histoire, rien de bien transcendant. La vie d'une jeune fille de 24 ans, nouvelle dans la vie active, nouvelle dans son indépendance.
Ai-je aimé ce livre ? Non... pas vraiment.
J'ai ressenti un malaise face à cette jeune femme de 24 ans, face à ces envies, ses réactions, etc... Je me suis remémorée mes propres 24 ans (c'était il y a 20 ans !), et là, j'ai pris un coup de vieux. Mais en même temps, je n'aimerai pas avoir 24 ans et réagir comme le fait l'héroïne de l'histoire. Cela m'interroge sur la jeunesse actuelle, et m'inquiète pour l'avenir de mes filles qui sont encore petites. Je n'ai pas trouvé de légèreté dans cette jeunesse, juste une façon de profiter de la vie mais sans chercher forcément à être heureux et aérien. Bref, ce livre m'a troublé, mais pas dans le bon sens.
En revanche, un coup de coeur pour le style d'écriture de cette nouvelle écrivaine !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Tiphrom
  26 avril 2016
Voici un premier roman frais et contemporain que j'ai aimé, comme on aime une comédie du dimanche après-midi.
Ella a 24 ans, elle débute sa carrière de prof de français dans un lycée catholique parisien. Elle a quitté son Nord natal avec son petit-ami du lycée, pour vivre l'aventure parisienne. Elle l'aime passionnément, le désire ardemment, mais il est au chômage et aspire au retour : un emploi assuré dans sa campagne, une petite vie calme et facile, pour résumer. Elle veut vivre son aventure et s'émancipe. La suite ? Une année scolaire dans la peau de cette prof qui croit en son métier, malgré les énormités de ses élèves et ses collègues improbables. Elle vit à fond, collée à sa meilleure amie parisienne et libérée, son meilleur ami gay excentrique et Klaus, un poisson rouge confident et suicidaire.
Souvent la caricature est présente, les clichés assumés. Mais c'est toujours au service d'une comédie acidulée, fraîche et au rythme enlevé. La gravité n'est présente qu'implicitement, au détour de péripéties burlesque ou d'un dialogue où la franchise et le style direct le disputent à la vulgarité actuelle. C'est ainsi que l'auteur aborde l'exclusion par le handicap, l'homophobie latente, le rapport à la maternité et, finalement, la mutation insidieuse de l'insouciance en décadence, une certaine forme de désespoir. Nulle morale et nulle leçon : les questions n'affleurent qu'aux contours des portraits (extrêmes). On ne peut vraiment s'identifier mais l'empathie s'installe et cette galerie de personnages, ultra-réalistes et bruts, nous devient rapidement familière et nous embarque.
C'est donc un premier roman court, que l'on ne lâche pas après l'avoir ouvert et qui se dévore rapidement, avec un certain délice et un sourire aux lèvres. Ce fût un plaisir de le découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Nyx
  20 mai 2016
Un avis qui n'aura pas été facile à écrire tant j'ai de choses à penser avec ce roman.
Commençons par le plus évident.
Je me suis immédiatement identifiée à l'auteur. Jeune, prof à Paris, en plein questionnement, l'identification est aisée. Bien ancrée dans sa génération, n'hésitant pas à employer les "codes" et "tics" du moment, le roman est bien ancré dans son époque et s'adresse à un public relativement jeune (on dira des lycéens qui s'interrogent - ou peuvent s'interroger - sur la vie, l'avenir, leur place, aux jeunes adultes dans la vie active mais qui se cherchent encore).
La narratrice vit plusieurs bouleversement dans sa vie privée comme dans sa vie professionnelle. Petit à petit, ses repères se brouillent et elle se cherche. Elle cherche sa voie, de nouveaux buts et un peu son identité. Professionnelle, sexuelle ou autre, Ella est un peu perdue.
Mais qu'on s'identifie à Ella et qu'on comprenne, voir qu'on partage, ses questionnements ne signifie pas forcément qu'on aime entièrement le personnage. Perdue dans sa quête, elle est égocentrique et en oublie les autres. Elle ne se préoccupe pas des autres, alors même qu'elle peut leur reprocher le même trait. Les personnages secondaires pouvaient être intéressants, mais ne sont pas assez exploité tout en restant un peu cliché. Ella interragit finalement assez peu avec, tout à ses réflexions.
Elle cherche à trouver qui elle est, ce qu'elle veut, mais se coupe du monde pour cela. Comme si en dehors de ce questionnement, elle agissait de manière mécanique.
J'ai apprécié que le roman traite de sujets aussi variés et avec une "légèreté" de ton qui permet de ne pas les stigmatiser ou de porter un quelconque jugement dessus. Pourtant, je me demande pourquoi avoir parlé de l'abus en milieux scolaire de cette manière. C'est présenté comme anecdotique, l'auteur ne s'appesantit pas dessus. Pourtant, à mon sens, il aurait fallu ou creuser cette piste ou ne pas en parler. Cela donne une image faussée des choses et on peut reprocher alors à Ella de ne pas vraiment faire quelque chose pour lorsqu'elle apprend la vérité.
Ne nous méprenons pas, j'ai apprécié ce roman. Actuel, tranche de vie simple et sans jugement, sa légèreté et son absence de jugement permette de le mettre entre toutes les mains. Mais je me demande s'il poussera ses lecteurs à s'interroger ? Peut-être pas.
En ce cas, il a juste le rôle d'un témoignage d'une partie de la jeunesse actuelle. Intéressant malgré tout.
Lien : http://www.nyx-shadow.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
lilibookncook
  12 juin 2017
Portrait d'une jeune femme en désamour en plein questionnement identitaire, voilà comment je pourrais résumer ce roman frais et étonnant de Sarah Maeght en une phrase. Mais comme je suis bavarde et clairement pas douée pour faire une critique concise je vais, évidemment, vous en dire plus... Et il y a de quoi parler et débattre à propos de ce roman désinvolte où le ton employé est aérien, faussement léger mais terriblement troublant. Sarah Maeght utilise les armes de la proximité linguistique et émotionnelle pour faire passer plusieurs messages générationnels à travers son roman. Et c'est plutôt réussi !
Le récit commence comme une comédie romantique: Ella, 24 ans, originaire de Dunkerque, professeur de français dans un collège catholique de la capitale se sépare de Victor son premier amour après que celui-ci décide de rentrer au bercail. Une année de vie commune sur Paris a eu raison de leur amour suite au chômage prématuré de Victor. Plus les mêmes envies, des petits rien qui agacent, une volonté de nouveautés...bref, la rupture est inévitable. Alors que le chagrin s'exprime au quotidien, Ella tente de rebondir auprès de Klaus son poisson rouge suicidaire, sa meilleure amie Lou jamais en reste en ce qui concerne de faire la fête et Théo, un nouvel ami adepte de mecs en tout genres. Sa vie personnelle chaotique est complétée d'une vie professionnelle mouvementée avec l'apparition de mystérieux santons dans son casier.
En suivant les tribulations de Ella, l'auteure suit la piste de l'interrogation permanente. Son personnage, perdue face à elle même, est à la recherche de ses propres désirs, des interdits en se confrontant avec enthousiasme à ses habitudes et ses propres barrières. Avec sa liberté de ton, le roman balaye les tabous, laisse libre court à la vie et fait de nous des témoins de l'imprévisibilité. Car effectivement, l'héroïne à le don de se mettre dans des situations loufoques mais pas improbables et c'est peut-être ici que réside la réussite du roman. Adieu la comédie romantique, bonjour au roman initiatique.
"- Bon file maintenant j'attends un Russe. - Celui de la Java? - Oui...je suis retombé sur lui sur Tinder. On avait prévu un petit jeux de rôle dans dix minutes... (...) Ouais ça commence par: "Excusez-moi, monsieur, j'avais demandé une femme de ménage, pas un homme!" Il ajoute railleur: - Fais pas cette tête c'est marrant. -T'es surprenant, Théo Asambert. - Je baise, chérie. C'est bon pour le teint, tu devrais essayer, t'es toute grise."
Ella va énormément s'interroger sur son identité de jeune femme dans la deuxième partie du roman. Autant la première partie est légère et prête à sourire, autant la seconde partie provoque une avalanche de questions: Qui suis-je? Qu'est-ce que je veux? Qu'est-ce que je ne veux pas? de manière décomplexée, la protagoniste explore différentes opportunités qui s'offre à elle comme l'amour féminin, Cléo, rencontrée un soir de fête à Budapest. Va-t-elle ravaler et assumer ce désir nouveau? L'honnêteté sentimentale est parfois pleine de surprises!
Frais et corrosif, Sarah Maeght utilise une forme légère pour un fond qui ne l'est pas tant que ça. Pas de jugements, entre humour et gravité, elle décrit les sentiments avec franchise, sans fioritures, avec modernité. Un roman intéressant, trop court, aux thèmes pas assez exploités, où j'aurais aimé aller plus en profondeur comme avec les personnages secondaires trop en retraits. L'interaction des personnages est malheureusement trop pauvre, ce qui est regrettable pour en faire un roman vraiment complet. Entre charmes et malaises, il s'agit bien du regard d'une génération qui se cherche dans une société d'apparence ouverte. Un premier roman irrégulier, original et déroutant pour une auteure en devenir. Avec jus de fruits frais et blondie pistaches framboises, vous êtes prêt pour un après midi réussi au soleil.

Lien : http://bookncook.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
livreclem
  08 février 2017
Un livre lu en une après-midi qui décrit bien les sentiments des jeunes adultes qui doivent construire leur vie avec le nouveau boulot, le nouvel emménagement, les amours, les amitiés.
Un livre tout simple mais qui fait du bien.
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
tibiscouittibiscouit   01 avril 2016
Ensuite, tout s'accélérait. Je réussissais l'agrégation, il ouvrait son propre atelier. Pendant les vacances scolaires, on partait faire le tour du monde. Pas n'importe comment! On surfait avec les requins et les tortues géantes, on dansait au son des trompettes en Serbie, on nageait dans les abysses, on dormait sous les aurores boréales, on dévorait une autruche à la broche en Australie, on se tatouait un kangourou au creux du poignet…
On s'est arrêtés au poisson rouge. Il s'appelle Klaus et il lui manque une nageoire.
Pour le reste, comme pour le Télé-Achat, rien ne s'est passé comme prévu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
soleilladesoleillade   14 juillet 2016
Alors oui j'ai peur.
J'ai peur de parler trop fort et qu'on me trouve idiote.
J'ai peur de prendre de la place et qu'on me voie grosse et moche.
J'ai peur qu'on regarde au fond de moi et qu'on me trouve mauvaise
J'ai peur d'aimer quelqu'un qui me détruise et s'évapore
J'ai peur de dire non
C'est plus facile de dire oui. Tout le monde vous aime.
..
Je ne veux plus jamais être gentille;
Commenter  J’apprécie          60
NathalCNathalC   29 septembre 2016
- Comment tu fais pour tout comprendre, je lui demande.
- Je lis beaucoup.
Commenter  J’apprécie          260
bibliobleuebibliobleue   09 avril 2016
Mon père est un géant qui tient tête aux rhumes, aux problèmes d'orientation de ses deux filles et aux morts des ancêtres, mais il pleure en écoutant le Requiem de Mozart et Stairway to Heaven.
Commenter  J’apprécie          70
LeslecturesdeLilyLeslecturesdeLily   15 avril 2016
J'aime ces mots qui ricochent alors qu'il ne lit pas de livres, ses envies de voyages alors qu'il n'a pas de bateau.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Sarah Maeght (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sarah Maeght
Sarah Maeght vous parle de son premier roman, "C'est où, le nord ?"
autres livres classés : profVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Sarah Maeght (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3924 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre