AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Katherine Werchowski (Traducteur)
EAN : 9782715245235
Éditeur : Mercure de France (07/09/2017)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Un accident de voiture enlève à Nava mari et fils. Seule, la jeune femme sombre peu à peu dans une anesthésie éveillée. Que faire ? La mort ou la folie ? Afin d’échapper à ces deux sombres alternatives, la jeune femme décide de changer de vie.
Elle s'installe dans une résidence du troisième âge où sa beauté et son jeune âge ne manquent pas d’attirer l’attention. Pourtant, Nava est comme les vieux, dit-elle, elle n’a plus d'avenir. Ensuite, de décoratrice à su... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Bookycooky
  06 mai 2020
Navalé a trente-neuf ans, et l'essentiel de son existence est déjà derrière elle. C'est du moins ce qu'elle affirme, restant indifférente au temps et l'usant avec une libéralité quasi indécente. Ayant perdu son mari et son jeune fils dans un accident de voiture, la belle et brillante architecte va se condamner à une drôle d'existence. Elle loue un appartement dans une résidence de luxe pour personnes âgées, un endroit qui selon elle correspond le mieux pour elle à l'idée d'être nulle part, et se trouve un job de caissière dans un supermarché, un job pour l'aider à tuer le temps. L'indifférence totale à tout , voici son motto pour survivre à la douleur. Mais tant qu'on est vivant et sain d'esprit, l'indifférence a ses limites.....
D'un sujet sombre, l'écrivaine israélienne Mira Maguen que j'aborde pour la première fois avec ce livre, déploie une histoire poignante où s'y emboîtent d'autres aussi poignantes. Des personnages émouvants qui traînent tous un lourd passé et présent que chacun affronte à sa façon, et dont l'une d'elle conseille à Navalé, "Il faut que vous vous trouviez quelque chose qui vous rende fou, que vous développiez une obsession, c'est seulement comme ça que vous parviendrez à survivre".
Une lecture magnifique qui m'a nouée la gorge, mais aussi fait rire et sourire.
Pas facile de trouver ce mélange bien dosé, relativement rare dans un roman. J'ai adoré les personnages, surtout celui de Yonina-Jeanne d'Arc, la belle-soeur de Navalé, une sacré bonne femme d'une vitalité et honnêteté remarquable et qui n'a pas sa langue dans sa poche. Ici encore une fois La Littérature israélienne me subjugue !
"Je peux t'énumérer trois sujets dont traite la géologie : le temps, la matière et le changement......
Si je pouvais lui résumer mon existence d'après la trilogie du géologue, je lui dirais que le temps qui me fut imparti avec mon bien-aimé fut bref, que la matière ne résista pas au choc du métal contre la chair humaine. Et le changement ? D'une violence inouïe, à l'égal d'Hiroshima après la bombe atomique."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9613
Nadael
  12 décembre 2017
Soudainement, l'existence belle et douce de Nava vole en éclats. Un accident de la route cause la mort brutale de son jeune fils et de son mari. À trente-neuf ans, elle réalise que sa vie n'a désormais plus de sens. le choc est violent, la douleur profonde… Une « collision métallique arbitraire » qui ne lui laisse que « trois options : le cimetière, l'asile de fou ou une résidence pour seniors ». Elle choisit la troisième, considérant ce lieu comme un dernier refuge, sans perspective d'avenir.
Rapidement, elle quitte son emploi d'architecte d'intérieur et son appartement, et s'installe à « La maison bleue », une résidence pour personnes âgées. Sans les deux hommes de sa vie, elle ne peut poursuivre cette dernière de la même façon. Nava n'a plus d'ambition, plus d'envie, plus de fantaisie… Elle devient caissière dans un supermarché, un travail machinal aux gestes mécaniques…
Durement, elle survit. Elle subit cette vie dont elle n'a plus goût. Et puis, le temps continue à creuser ses sillons… Elle n'est pas vraiment seule, son frère – un menuisier – et sa belle-soeur Yonina l'écoutent et la soutiennent. Jour après jour, Nava relève la tête, échange quelques mots avec Ola sa collègue de travail – qui a un fils de l'âge du sien -, fait la connaissance d'un employé de son frère, et pénètre dans les vies des résidents de la maison bleue.
Progressivement, elle lie des amitiés, elle partage des souffrances, elle aide et réconforte, elle découvre le poids du malheur chez d'autres… Même le désir qu'elle pensait disparu se ravive… C'est la vie-même qui revient dans sa tête et dans son ventre…
Le roman d'une renaissance, de l'obscurité à la lumière.
Lien : https://lesmotsdelafin.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Belair55
  27 octobre 2017
C'est la 1ère fois que je lis un roman de Mira Maguen, écrivain israélienne qui en a déjà publié 9 (mais 3 seulement traduits). J'apprécie beaucoup ce genre qu'est le roman-choral.
C'est l'histoire de Nara, une femme de 39 ans qui vient de subir la pire des épreuves en la perte de son mari et de son fils dans un accident de voiture. Elle décide donc que sa vie est finie et choisit d'habiter dans une résidence de "vieux" (mais riches).
Il y a autour d'elle toute une ribambelle de personnages au caractère bien trempé comme sa pétillante belle-soeur, la très chic sculptrice octogénaire, sa collègue Ola toujours optimiste et les vieilles jumelles. Il y a aussi son frère (le menuisier) qui veille sur elle, l'employé de ce dernier, quelque peu taiseux, le fils d'une des jumelles...
Et tout ce petit monde sera acteur et témoin du retour à la vie de Nara.
C'est un roman sur le choix de vie et la renaissance.
Je n'ai mis que 3 étoiles parceque j'ai eu juste un peu de mal "à rentrer dedans au début".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Lapetitepoulerousse
  18 février 2018
C'est le premier livre de cette écrivaine que j'ai lu et j'ai commandé les autres.
Dans la veine des grands écrivains israéliens Mira Maguen nous plonge dans la réalité actuelle des êtres broyés par le sort et qui tente de comprendre avant de s'en sortir. C'est aussi un hymne à la vie.
Le personnage principal est très fort, aussi tous les personnage secondaires sont admirablement décrits.
Une autre mention très bien pour l'ambiance et la couleur de la ville.
Excellent livre.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   04 mai 2020
Jacob, qui en général restait muet, dit qu’il avait vu à la télévision qu’on avait peut-être trouvé un médicament contre la maladie d’Alzheimer, que ça marchait formidablement bien sur les rats et qu’avec un peu de patience ça pourrait aussi fonctionner sur l’homme, si, grâce à Dieu, nous parvenions à garder notre tête deux ou trois ans encore, c’était bon...
Éliézer intervint : « Tout ça c’est du business, des rats... De quoi ont-ils besoin de se souvenir ? De leur numéro de téléphone ? De leur carte d’identité ? Leur date de naissance ? C’est pas ça qui va nous sauver... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
NadaelNadael   12 décembre 2017
« Un individu désire que le monde lui foute la paix, l’oublie l’espace d’un instant, à l’instar de cet oiseau qui fouille en ce moment dans son plumage sans qu’aucun être vivant ne lui envoie un SMS, ne l’appelle, ne lui envoie de mail, ne le suive sur Facebook, Instagram, Twitter, et qu’il puisse ouvrir un large bec et hurler à la face du monde : « Je vis car j’existe, je furète, fiente, chante, mange, m’endors, copule, et en quoi cela vous regarde? » Si seulement je pouvais goûter un instant pareil, une fraction de seconde de tranquillité… »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NadaelNadael   12 décembre 2017
« Mes oreilles se sont transformées en voies rapides, les mots défilent, passent en trombe, ça rentre par l’une et ça sort par l’autre, je vois ce qui se passe, j’entends ce que l’on dit, où l’on va, d’où l’on vient, sans que cela m’atteigne, je suis imperméable tel du nylon, et de jour en jour je perfectionne ce tissu isolant et bouche la moindre fissure. »
Commenter  J’apprécie          20
NadaelNadael   12 décembre 2017
« O.K. Tu es restée seule, ton univers s’est effondré, tu es en dépression et tu es venue te réfugier ici. (…) pour chaque être enterré deux pieds sous terre se trouve au moins un cœur brisé à la surface. Si tous ces cœurs brisés allaient dans une résidence pour seniors , il ne resterait plus que des chats dans les rues, les chats conduiraient des autobus, les chats recevraient des patients dans les dispensaires et s’occuperaient des commerces. Écoute-moi, ma chérie, en ce qui concerne les malheurs, Dieux les prodigue sur terre comme des pluies abondantes : il y a celui qui est mouillé, celui qui passe aujourd’hui entre les gouttes mais demain sera trempé. La vie n’est pas une sinécure, ma chère. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : littérature israélienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2059 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre