AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782876800120
Chiron (30/11/-1)
5/5   1 notes
Résumé :
La psichiatra Graziella Magherini descrive in termini scientifici la sofferenza mentale che coglie i turisti in visita alle città d'arte, definendola con un'espressione entrata nel linguaggio comune "sindrome di Stendhal". Stendhal, nel resoconto del nel resoconto del suo viaggio a Firenze, racconta che durante la visita a Santa Croce fu costretto a uscire dalla basilica per riprendersi da un violento malessere. La vista dei capolavori, l'estasi della bellezza, il s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Unhomosapiens
  04 septembre 2017
Encore un livre dont je suis le seul lecteur pour le moment. C'est toujours assez troublant, car le syndrome de Stendhal est un sujet pourtant très connu, intéressant, un peu comme le livre sur les voyages de Freud en Italie. le voyage en Italie étant un thème récurrent sur Babelio, faisant même l'objet d'un quiz.
Le syndrome de Stendhal présenté par la psychiatre des urgences pyschiatriques de Florence dans les années 80 me semble un ouvrage de référence. L'auteure présente des cas de troubles du comportement allant jusqu'à la bouffée délirante, qu'elle a pu observer chez les touristes étrangers visitant Florence, lors de ses consultations. Ce sont donc essentiellement des cas concrets, un peu comme dans le livre de Regis Airault : "Fous de l'Inde".
Le problème est à peu près le même. La découverte d'un autre pays, de culture différente, avec des éléments auxquels le voyageur (je n'aime pas le terme "touriste") ne s'attend pas.
Pour le cas de Florence, il s'agit de troubles déclenchés par les oeuvres d'art principalement. Les oeuvres de la Renaissance que l'on peut admirer dans les musées ou les églises de la ville sont d'une beauté et d'une perfection formelle qui peut effectivement troubler les sensibilités. Tous les âges sont représentés, et toutes les provenances, si je me souviens bien. Stendhal ayant été le premier cas décrit par lui-même, ressentant un profond malaise en sortant de l'église Santa Croce. Les troubles peuvent durer quelques heures ou quelques jours, mais rarement plus longtemps. Et bien souvent les "malades" peuvent repartir comme ils sont venus.
J'ai eu l'occasion de lire ce livre lors de sa parution dans l'édition originale lorsque je vivais à Florence. J'ai moi-même été fortement impressionné par toutes ces oeuvres d'art et ces architectures de la Renaissance dans lequelles j'étais immergé. A cette époque, les églises restaient ouvertes et les fresques étaient plus facilement accessibles. Moins de visiteurs également. Par exemple, se retrouver seul dans la pénombre devant la fresque d'"Adam et Eve chassés du Paradis" de Masaccio dans l'église Santa Maria del Carmine a quelque chose de très troublant. Egalement d'un point de vue mystique. Je me souviens avoir eu beaucoup de difficultés à m'extraire de la fresque. Je n'ai donc aucune difficulté à penser qu'à un degré de trouble supplémentaire, on puisse se retrouver aux urgences pyschiatriques.
Ce livre a le mérite de poser le problème de manière simple et accessible.
Un livre à conseiller à tous ceux pour qui l'art est une source d'émerveillement, ainsi qu'à tous les "fous d'Italie".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          157
belcantoeu
  27 janvier 2018
Il est intéressant de noter que Tourguéniev décrit un tel évanouissement en 1836 (il n'a donc pas eu connaissance du récit de Stendhal qui date de 1854) dans Sténo (pièce en vers non traduite en français), personnage qui perd connaissance lors de la contemplation nocturne de Rome et du Colisée.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
UnhomosapiensUnhomosapiens   19 novembre 2017
Il turista moderno non é più il visitatore saldo nei suoi principi di erudizione e di dottrina ; il turista é il simbolo di una ricognizione precaria, di una fragile approssimazione al valore dell'arte. Fragilità da riferire al suo mondo interno, non al suo mondo esterno, in alcuni casi fin troppo garantito e organizzato. Cosi, anche in una tipologia di viaggio in cui tutto é previso e preordinato, in cui non c'é più rischio e avventura, permane la possibilità di un'avventura interna talvolta sotto la specia di una crisi, di uno squilibrio, di una momentanea perdita del senso della propria identità.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : psychiatrieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
375 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre