AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean Pastureau (Traducteur)Marie-Noëlle Pastureau (Traducteur)
EAN : 9782070361267
464 pages
Gallimard (21/11/2008)
3.92/5   6 notes
Résumé :

Dans un hôpital de Trieste, jour après jour, un vieil homme se confie à son psychiatre, et tente de recoudre les morceaux de sa vie. Ou plutôt de ses vies. Officiellement, il est Salvatore Cippico, né en 1910, ancien militant communiste, parti bâtir le socialisme en Yougoslavie. Intimement, il se prend pour le clone de Jorgen Jorgensen, aventurier danois du XIXe siècle, mythiquement, il réincarne Jason lancé da... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
LambertValerie
  21 juillet 2020
Bien difficile de parler d un livre de Magris.Tout d abord quelle écriture riche et foisonnante avec des phrases qui vous clouent sur place comme:
«Elle est partout notre faute, celle de ne pas savoir donner plus de sens à l'histoire de l'homme»
D'ailleurs dans ce livre c'est l'histoire et L HISTOIRE dont il s'agit.
« L'histoire est une table d'opérations pour des chirurgiens dont la main ne tremble pas»
Ce livre relate l'histoire d'un communiste désabusé, miné par le Parti auquel il croyait sans faille.Très émouvant pour qui veut comprendre ce que sgnifie : vivre une idéologie.
Le lecture de Magris demande beaucoup d'efforts et de concentration, elle est ardue mais ce sentier rocailleux vaut le détour.
Commenter  J’apprécie          44

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   14 janvier 2018
Parler, même seulement entre nous, c’est peut-être la seule façon qu’il me reste d’être fidèle à la révolution. La réaction est moins loquace, elle abaisse impitoyablement mais fait semblant de rien ; elle se tait et fait en sorte qu’on ne parle pas de ce qui se passe. Ce n’est pas pour rien qu’on s’est tu pendant tant d’années aussi sur Goli Otok, sur ce déshonneur qui n’a épargné rien ni personne, ni le Parti ni les adversaires du Parti ni ceux qui de l’autre côté restaient bouche cousue et jubilaient de voir comment finissent les communistes. – « Mais maintenant on ne parle que de ça, c’est le coup de pied mais aussi le hi-han de l’âne au lion qui est en train de tirer sa révérence. » – Comme si je ne le voyais pas. Quand la révolution est finie, il reste un grand bavardage, parce qu’il ne reste rien d’autre : et bla bla bla et bla bla bla, comme des gens qui ont vu un terrible accident de la circulation et qui s’attardent sur le trottoir, au carrefour, à commenter l’événement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   14 janvier 2018
Ça fait du bien de parler. Vous le savez vous aussi, docteur Ulcigrai, vous qui me titillez avec vos questions – discrètement, sans appuyer, juste pour remuer les eaux. Les mots montent, restent bloqués, empâtés de salive, ils ont l’odeur de l’haleine. Parler, tousser, haleter – on avait vite fait de se ruiner les poumons à Port Arthur ou à Goli Otok, dans ces cellules glaciales et puantes et avec les tortures. Les mots débordent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   14 janvier 2018
L’anglais reste la langue de toutes les mers et Argos, comme vous avez voulu appeler ce machin-là pour faire de l’esprit, ça rappelle aussi le nom d’un navire. Du navire. Navigare ne esse est, était-il écrit aussi sur l’opuscule qui nous donnait les instructions pour devenir cybernautes. Même si pour ma part je préfère la bande magnétique, comme vous pouvez le constater ; oui, j’aime la voix, en particulier quand je veux envoyer quelqu’un se faire foutre. Comme vous autres en ce moment, toujours prêts à harceler un malheureux avec des questions indiscrètes, à l’espionner, à ne pas le perdre de vue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   14 janvier 2018
Quand on rencontre quelqu’un qu’on connaît, même si c’est un raseur, il convient de le saluer et d’ôter son chapeau et si ce malotru se trouve être la mort ou un malheur, on essaiera évidemment d’éviter qu’il vous tienne la jambe, en tournant au coin de la rue avant qu’il ait réussi à vous aborder, mais ce n’est pas pour autant qu’on doit oublier les bonnes manières, en descendant à son niveau.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   14 janvier 2018
Après la rupture entre Tito et Staline, arrêté par les Yougoslaves comme tenant du Kominform et déporté en 1949 au goulag de Goli Otok, l’île Nue, ou Chauve, dans le Kvarner. Soumis, comme les autres, à un travail abrutissant et exténuant, à des sévices et à des tortures. C’est probablement à cette époque que remontent ses troubles délirants et une manie de la persécution très prononcée.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Claudio Magris (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claudio Magris
Lors de l'émission “Hors-champs” diffusée sur France Culture le 16 septembre 2013, Laure Adler s'entretenait avec l'écrivain et essayiste italien, Claudio Magris. « L'identité est une recherche toujours ouverte, et il peut même arriver que la défense obsessive des origines soit un esclavage régressif, tout autant qu'en d'autres circonstances la reddition complice au déracinement. » Claudio Magris (in “Danube”)
Claudio Magris, né à Trieste le 10 avril 1939, est un écrivain, germaniste, universitaire et journaliste italien, héritier de la tradition culturelle de la Mitteleuropa qu'il a contribué à définir. Claudio Magris est notamment l'auteur de “Danube” (1986), un essai-fleuve où il parcourt le Danube de sa source allemande (en Forêt Noire) à la mer Noire en Roumanie, en traversant l'Europe centrale, et de “Microcosmes” (1997), portrait de quelques lieux dispersés dans neuf villes européennes différentes. Il est également chroniqueur pour le Corriere della Sera.
Il a été sénateur de 1994 à 1996. En 2001-2002, il a assuré un cours au Collège de France sur le thème « Nihilisme et Mélancolie. Jacobsen et son Niels Lyhne ».
Ses livres érudits connaissent un très grand succès public et critique. Claudio Magris a ainsi reçu plusieurs prix prestigieux couronnant son œuvre, comme le prix Erasme en 2001, le prix Prince des Asturies en 2004, qui entend récompenser en lui « la meilleure tradition humaniste et [...] l'image plurielle de la littérature européenne du début du XXIe siècle ; [...] le désir de l'unité européenne dans sa diversité historique », le prix européen de l'essai Charles Veillon en 2009, et le prix de littérature en langues romanes de la Foire internationale du livre (FIL) de Guadalajara, au Mexique, en 2014. Claudio Magris est également régulièrement cité depuis plusieurs années comme possible lauréat du prix Nobel de littérature.
Thèmes : Arts & Spectacles| Littérature Contemporaine| Littérature Etrangère| Claudio Magris| Mitelleuropa
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
autres livres classés : idéologiesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
671 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre