AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253178098
Éditeur : Le Livre de Poche (26/02/2014)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 82 notes)
Résumé :


Elle pensait enfin être protégée des agressions physiques et psychologiques subies depuis sa petite enfance. Elle se trompait.

Toni Maguire, auteur du best-seller Ne le dis pas à maman, poursuit le récit de son enfance, racontant sa terrible vérité. Le père de Toni a abusé d'elle dès l'âge de six ans et ce crime n'a été révélé que lorsqu'elle est tombée enceinte et a dû se faire avorter.

C'est grâce au témoignage diffi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
Bonheur_Lecture
  14 septembre 2014
Tout comme le premier « Ne le dis pas à maman », il est pour moi difficile d'écrire une critique sur « Ils ont laissé papa revenir ». Mais son témoignage m'a tellement bouleversé que je ne pouvais pas passer à côté de la suite. Je voulais absolument savoir ce que Toni Maguire était devenue, dans les années suivantes.
Pas besoin de revenir sur l'histoire de Toni Maguire, en détail du moins. Je vais donc le faire en une seule phrase.
Antoinette Maguire a été abusée, par son propre père, durant sept longues années, dans le silence le plus complet de sa mère, qui savait tout.
Cela m'a fait plaisir de retrouver Toni Maguire. Comme l'indique le titre, elle vient finir de raconter son histoire dans ce deuxième livre. Cette histoire si poignante, lorsque son père, qui a purgé sa peine aux yeux de la justice, est de retour.
Une fois son père en prison, beaucoup pense que c'est terminé, que Toni en a fini avec les sévices, que sa vie va pouvoir enfin commencer. Mais comment vivre une fois détruite ? Je trouve que ce livre est basé sur l'après, et il nous le démontre très bien. Certes, les sévices physiques sont bels et bien finis. Mais un autre enfer commence…
La reconstruction, les séquelles mentales. Toni doit faire face à cela et ce n'est pas de tout repos. Effectivement, elle commence a essayer de vivre sa vie, comme toutes les jeunes filles de son âge. Elle veut sortir, faire la fête, voir des garçons, mais elle sait au fond d'elle qu'elle n'est pas comme toutes les autres. Elle a grandi beaucoup trop vite, son père lui a volé son innocence. C'est donc dans un centre d'internement psychiatrique qu'elle va terminer, sans même avoir le soutien de sa mère, qui, je le rappelle, la rejette du fait qu'elle a envoyé son véritable amour en prison. Elle va devoir s'en sortir, seule, contre tous, encore une fois. Elle nous montre tout cela, avec toujours beaucoup d'humilité et de pudeur, mais aussi beaucoup de courage !
Encore une fois, je suis très impressionnée par l'auteure, elle me laisse sans voix. Elle témoigne, avec des mots justes, forts, mais qui ne sont pas choquants. Elle décrit tout, sans véritable haine, et personnellement, je le sais, je ne pourrais pas. Elle n'en veut pas à la terre entière, et pour cela, c'est une grande femme. Au contraire, elle nous raconte son combat pour s'en sortir, et quel beau combat !
Parce que ce que je trouve inacceptable, c'est qu'on laisse un homme revenir dans son foyer, alors qu'il a fait subir de telles atrocités à sa fille. Quelle certitude a la justice sur le fait qu'il ne recommencera pas ? La justice pense-t-elle à l'enfant ? C'est une chose inacceptable pour moi, et cela me révolte. Parce qu'un homme coupable de certains actes ne devrait pas avoir le droit de sortir de prison, et de reprendre une vie normale…
Bref, je pense que ce c'est important de lire cette suite pour ne pas rester sur l'enfant abusée qu'a été Toni. C'est un livre au fond plein d'espoir que j'ai découvert ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
veroniquemasagu
  11 juin 2018
Mon opinion :
Accrochez-vous, ce n'est pas une lecture facile. Elle n'est pas facile dans le sens où l'histoire est sordide, où l'injustice est flagrante et où on est profondément choqué par les gens et par le système. J'avais lu le premier livre « Ne le dis pas à maman », il y a plus de 5 ans, c'est le temps qu'il m'a fallu pour oser affronter la suite de l'histoire d'Antoinette. le récit se passe dans les années 60 en Irlande. Antoinette subit les viols répétés de son père depuis l'âge de 6 ans, sa mère le sait et ne dit rien, car elle a le syndrome de la famille parfaite, et du « qu'en-dira-t-on ». Antoinette tombe enceinte à 14 ans, sa mère l'envoie chez le médecin qui lui pratique un avortement clandestin avec des suites catastrophiques. Elle ose enfin dire tout à son institutrice et dès lors la machine judiciaire se met en marche. Pour info, l'Irlande ne vient d'autoriser l'avortement que depuis mai 2018. Dans ce second tome, on retrouve Antoinette, qui essaie de se reconstruire et de créer une relation normale avec sa mère, pendant que son père n'a écopé que de 4 ans de prison pour 7 ans de sévices. Seulement voilà, au bout de 2 ans, il sort de prison et sa mère le laisse revenir dans leur maison. Les brimades, les insultes, les coups, le harcèlement moral, la soumission vont être le lot quotidien d'Antoinette jusqu'à ce jour où son père exige qu'elle quitte la maison. Antoinette va commencer une descente aux enfers et se retrouver enfermée dans un hôpital psychiatrique jusqu'à sa délivrance. Vous aurez compris que dès les premières lignes on s'attache à Antoinette, et que l'injustice qu'elle subit vous serre le coeur. Un témoignage très dur, mais où la vie gagne malgré tout.

Lien : https://veroniquemasagu.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
keria31
  30 mai 2015
La suite donc du premier tome.
On reprend l'histoire poignante de Tony à la sortie de prison de son père. Et là, c'est un choc pour l'adolescente qu'elle est : sa mère accueille à nouveau son père auprès d'elle, contraignant ainsi Tony à vivre sous le même toit que lui. Le retour à une vie paisible, du-moins celle qu'elle a vécu pendant 2 ans, devient dès lors impossible. Assez rapidement la tension monte et avec elle, la violence d'un père qui ne peut plus atteindre sa fille par la sexualité. Tony va non seulement être chassée de chez ses parents mais elle évite aussi de peu l'internement à vie souhaité par eux. On ne peut que se dire : où est la justice dans tout ça ! Car même s'il y a bien une sanction contre le père, celle-ci est trop faible au vu des années d'offenses graves qui se sont répétées d'autant plus que l'agresseur revient dans son foyer et va poursuivre sa fille de ses brimades.
J'ajouterais aussi que les souffrances ressenties, semblent plus douloureuses que dans le premier volet, peut-être parce que Tony prend davantage conscience du rejet de ses parents, père et mère compris. Au point de faire une tentative de suicide. Seule l'équipe médicale qui la suit (un médecin et une infirmière) va en partie lui venir en aide, ce qui est peu au vu du nbre de personnes rencontrées...
Or si cette histoire est vraiment émouvante, j'ai tendance à faire le même reproche que pour le premier opus : toujours trop d'indulgence de la part de l'auteur à mon goût car malgré tous ces outrages, elle a gardé contact avec ses parents, une fois adulte, et elle est même allée à l'enterrement de son père. Enfin, dernier bémol au préalable déjà signalé : il manque dans ce récit des considérations plus générales sur le thème de l'inceste, la violence parentale (au vu des injustices subies).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nelly76
  27 avril 2017
Je ne connaissais pas cette auteure, et je n'ai pas lu son premier roman témoignage:《Ne le dis pas à maman》.Ce n'est que la suite d'une enfance brisée; là , comme l'indique le titre , le retour du père à la maison va lui briser son adolescence. Un témoignage fort, réaliste , qui au travers l'écriture lui servira d ' exutoire. Sans pathos, bien écrit, bien analysé , un livre facile à lire et qui démontre une fois de plus que dans la vie tout n'est pas blanc ou noir, et que parfois, si le noir prédomine au départ , dans la vie de certaines personnes, à l'arrivée , c'est le blanc qui l'emporte car l'auteur conclut sur un note optimiste en disant qu'elle a tué ses démons et qu'à présent elle est heureuse.A conseiller pour les amateurs du genre.♡♡♡
Commenter  J’apprécie          80
Lademoiselleauxcerfs
  03 novembre 2016
C'est avec beaucoup d'appréhension que j'ai commencé ce témoignage. le premier livre m'avait bouleversé et retourné le coeur. J'étais si mal à l'aise d'entrer dans l'intime passé de l'auteure. Dans ce second livre, je redoutais le pire.
Quelques années après les événements passés, le père de Toni alias Antoinette est jugé et condamné à faible peine. L'auteure tente de se reconstruire jusqu'au jour ou son bourreau est de retour chez elle. le retour en enfer est immédiat, le caractère du père toujours aussi cynique.
Antoinette est restée une jeune fille victime et très terre-à-terre, c'est ce que j'admire chez elle. Elle subit violences morales et physiques, et espère l'aide d'une mère présente physiquement mais absente mentalement. Malgré ces souffrances et l'abandon affectif de sa génitrice, elle continue d'espérer. Espérer une réaction, une défense, un amour réciproque. Ruth, la maman, est ce que je qualifierai d'« adoratrice ». D'un point de vue logique, il est évident qu'il n'y a aucune réaction de sa part car elle considère son mari et bourreau de sa fille comme un symbole d'idéal. Quant au père, une fois de plus, j'ai été choqué par ses attitudes. J'essayais de me convaincre que ce n'était que fictif et malheureusement, tout ce qui est écrit dans ce roman s'est produit.
Tout comme le premier livre, le rythme est lent, les longueurs se prolongent et n'en finissent plus, accompagné d'un thème peu intéressant abordé régulièrement par l'auteure : les soirées, les amis et l'alcool. L'univers est aussi triste que le premier tome, si ce n'est un peu moins car les péripéties ne sont pas les mêmes et sont, pour ma part, plus faciles à digérer. le lecteur est ballotté entre peine et mal-être pour tout l'amour que renferme Toni pour sa maman.
Je tiens à aborder un point que je trouve très important. Ils ont laissé papa revenir est la suite de Ne le dis pas à maman, pourtant, s'ils sont deux tomes distincts, ce sont également des tomes indépendants. Il est possible de lire le second livre sans avoir lu le premier et inversement. Concernant le roman, je l'ai trouvé plutôt ennuyeux dû aux longueurs interminables et aux sujets, qui pour moi une fois encore, ne m'intéressaient pas. Les moments qui m'ont plongé au coeur de l'histoire étaient malheureusement les passages les plus tristes, et c'est ce que je cherchais et attendais. J'ai acheté ce livre plutôt d'un point de vue psychologique et essayer de comprendre pourquoi les choses étaient ce qu'elles sont et non pour lire les aventures de l'auteure lors de ses soirées.
Je persiste tout de même à penser que ce livre a été écrit pour soulager la conscience de Toni Maguire et tourner la page de son passé alors puis-je lui en vouloir ? La réponse est non. Toute autobiographie mérite d'être lu mais ce n'est pas celle que je classerai dans « à lire de toute urgence ».
Lien : https://lademoiselleauxcerfs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
fred68pianofred68piano   07 mai 2014
On aurait dit qu'un projecteur s'était allumé dans ma tête. Un flot d'images indésirables provenant du passé envahirent mon esprit : je vis Antoinette, le bébé dodu, qui souriait à sa mère avec toute l'innocence de la petite enfance. Je la vis à peine quelques années plus tard comme l'enfant apeurée qu'elle était devenue après que son père lui avait enlevé l'essence même de son enfance; il avait volé l'innocence, la joie et l'émerveillement, remplacés par des cauchemars. Les jours ensoleillés avaient été refusés à la fillette. Au lieu de quoi, elle avait vécu dans la peur et marché dans de mornes ombres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nelly76nelly76   24 avril 2017
-Je suis une adulte à présent, le passé est le passé.
Voici ce que je me disais , debout devant le bureau que ma mère utilisait pour tenir les comptes du ménage.
La voix de mon inconscient se moqua alors de moi.
-On n'en a jamais fini avec le passé, Toni. C'est notre passé qui fait de nous ce que nous sommes.
Commenter  J’apprécie          60
Adel89Adel89   28 juin 2017
Il ne me restait plus qu'une chose à faire à Larne pour en finir avec le passé. Demain, je devrai faire face aux parents que je n'avais pas vus depuis trente ans et fréquenter les habitants de la ville qui avaient aimé et admiré mon père.
Après, je serai enfin libre.
Commenter  J’apprécie          60
veroniquemasaguveroniquemasagu   11 juin 2018
— p 144 : Quand tu rencontreras quelqu’un d’autre, ne dis rien sur ton père. Ne le dis à personne. N’en parle pas à tes amies et surtout pas aux hommes, pas si tu veux avoir un autre petit ami.
Commenter  J’apprécie          70
Adel89Adel89   20 juin 2017
Quel père allait la saluer, se demandait elle. Serait ce le père "gentil", qui onze ans auparavant avait retrouvé sa femme et sa fille sur les quais de Belfast; le père qui avait fait rayonner Ruth de bonheur en la serrant dans ses bras et glousser sa fille de plaisir quand il avait jeté son corps de cinq ans dans les airs, avant de lui plaquer un bisou sonore sur les deux joues?
Commenter  J’apprécie          20
Video de Toni Maguire (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Toni Maguire
Vidéo de Toni Maguire
autres livres classés : torture psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1003 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..