AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782213668857
350 pages
Fayard (27/02/2013)
3.71/5   7 notes
Résumé :
1846. Ils s'appellent John O'Reilly, Francis O'Connor, Patrick Dalton... Ils sont irlandais. Fuyant la Grande Famine qui ravage leur île, ils ont traversé l'Atlantique à bord de bateaux cercueils. Mais l'Amérique anglo-saxonne et protestante n'a que faire de ces nouveaux émigrants celtes qui n'ont pour richesse que la religion catholique... Les plus jeunes s'engagent dans l'armée, avec l'espoir que le sang versé leur vaille la reconnaissance de leur patrie d'adoptio... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Moan
  26 juillet 2014
Derrière ce beau titre " Les oies sauvages meurent à Mexico", se cache une histoire extraordinaire. Celles des Irlandais ayant quitté leur pays natal à la suite de la grande famine. O'Reilly l'un d'eux, s'engage dans l'armée aux Etats-Unis pour devenir "un bon américain". Mais ce n'est pas si simple. Les Know Nothing , américains depuis quelques générations, leur mène la vie dure, très dure, " menacent de rejeter tout immigrant irlandais à la mer". Pour avoir passé le Rio Bravo afin d'assister à une messe catholique, O'Reilly sera accusé de trahison et sévèrement puni. Il repassera la frontière " déserter n'était pas pour lui passer à l'ennemi, mais accomplir un devoir moral tout autant que spirituel" et attirera du côté mexicain, "des irlandais volontaires , si maltraités dans le camp d'en face".
Durant la guerre entre le Mexique et les Etats-Unis, ces Irlandais formeront un bataillon et défendront les armes à la main, la jeune souveraineté du Mexique, 25 ans à peine après l'indépendance.
Les oies sauvages sont les "exilés irlandais catholiques battus sur la Boyne en 1690, passés au service des royaumes de France et d'Espagne, ...afin d'échapper au sabre de Cromwell et Guillaume d'Orange".
Ces nouvelles "oies sauvages" passées au Mexique avaient aussi l'espoir d'un retour au pays.
Ce livre m'a absorbée de la première à la dernière page.
Merci à Patrick Mahé de m'avoir permis à travers ce livre passionnant de connaître une Histoire que j'ignorais.
Je recommande fortement ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
Aela
  06 mars 2013
Patrick Mahé nous relate l'histoire des "San Patricios", les "Saint Patrick", "les Oies Sauvages'"...Une épopée mal connue mais vraiment passionnante.
Qui sont-ils?
Ils sont irlandais. Ils ont débarqué aux USA dans les années 1840, pendant la Grande Famine qui a causé la mort de milliers d'Irlandais.
Ils ont dû affronter la misère, le transport en bateau dans les tristement célèbres "coffin ships"; les bateaux-cercueils où de nombreux immigrés ont trouvé la mort avant de pouvoir atteindre les côtes de la nouvelle Terre Promise, les USA..
A leur arrivée ils ont été plutôt mal accueillis: ils étaient catholiques et jusqu'alors les vagues d'immigration vers les USA avaient concerné des protestants. Ils ont dû affronter les "Nativistes", qui ont inspiré le film de Scorcese "Gangs of New-York", bandes de "voyous" qui refusaient les nouvelles vagues d'immigration.
Ils se sont enrôlés dans l'armée américaine, un des minces espoirs d'élévation sociale.. mais ils ont vite déchanté.
Leur statut de minorité catholique va leur causer des mauvais traitements.
Ils ont ensuite quitté l'armée américaine pour rejoindre un peu plus tard l'armée mexicaine, alors en guerre contre les USA au sujet de la domination sur le Texas.
Pour les Américains, cela sera vécu comme une trahison suprême: les "San Patricios" ont rallié le général Santa Anna, le tombeur de Fort Alamo..
C'est le récit de ces insurgés que Patrick Mahé nous relate.
Patrick Mahé a été rédacteur de Paris Match. Il est membre de l'Institut Culturel de Bretagne (Skol Uhel Ar Vro). Il a créé le Salon du Livre en Bretagne, à Vannes.
Un récit étonnant et qui nous donne un autre éclairage sur l'histoire des Etats-Unis et du Mexique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
eireannyvon
  25 mars 2013
American way of war....
J'ai entendu parler pour la première fois de cette épopée sanglante, relativement mal connue de l'histoire américaine par le biais du roman de James Carlos Blake "Crépuscule sanglant". J'avais fait quelques recherches très superficielles, Patrick Mahé a approfondi le sujet et nous offre ce roman.
Qui sont ces "Oies sauvages" et pourquoi ce nom? Les premiers"Wild Geese" furent des soldats irlandais ayant fui leur pays après la défaite des troupes catholiques sur la rivière "La Boyne" en 1690. Ils s'engagèrent comme mercenaires auprès de différents souverains d'Europe, en France en particulier.
Ici, il s'agit d'Irlandais chassés de leur pays par la famine, qui après un voyage hallucinant sur des bateaux cercueils arrivent souvent dans un état épouvantable sur les côtes américaines. Dire qu'ils furent les bienvenus serait mentir. Reste la solution de l'engagement dans l'armée américaine quand ils ne furent pas enrôlés de force! Mais la très grande majorité des officiers sont des protestants "Natives", imbus de leurs personnes, et souvent sadiques. Les brimades, humiliations et tortures sont chose courante. Et aussi l'interdiction du culte catholique est la norme. Alors beaucoup de catholiques quitteront l'armée américaine pour rejoindre les troupes mexicaines.
John O'Reilly, ou Riley s'il survit aux cinquante coups de fouet, ne sera pas pendu par l'armée américaine. Mais il sera un des seuls, trente de ses compagnons seront exécutés de cette manière malgré les lois internationales, au cours d'une cérémonie macabre à l'instant où le drapeau américain sera hissé sur l'école militaire de Chapultepec après la mort des 4 derniers cadets, ultimes combattants dont le plus jeune avait 14 ans. Les suppliciés attendront 5 heures sur une monture, l'un d'entre eux venait d'être amputé des deux jambes!
Trois semaines auparavant, le 20 août 1847 à Churubusco, Mexique, ils furent faits prisonniers, sachant qu'en cas de capture, ils risquaient la peine de mort comme traitres ou une peine de 50 coups de fouets comme déserteurs! Responsables des plus lourdes pertes américaines, ils n'avaient aucune pitié à attendre. L'armée mexicaine est vaincue malgré l'héroïsme de la brigade de Saint Patrick, alors l'enfer des prisons Yankees commencent pour ces hommes. Avec la mort au bout d'une corde pour la grande majorité d'entre eux.
En parallèle à la vie de ces soldats perdus, nous assistons à la confrontation d'idées de deux journalistes, Kendall, l'américain de souche et Beaulieu, français de Louisiane, correspondant du journal "L'illustration". Pour le premier, toutes les accusations d'humiliations et de tortures ne sont que balivernes, pour le second plusieurs témoignages le confirment.
Le narrateur Sean O'Raghailligh (version gaélique de John O'Reilly) est un de ces millions d'Irlandais qui ont fui les grandes famines qui ont tué une grande partie de la population des provinces pauvres et gaélisantes de l'Irlande. En s'engageant dans l'armée américaine, il espérait comme beaucoup avoir la reconnaissance du sang versé pour lui et ses compagnons. Ils n'eurent que brimades, vexations et sévices de la part d'une hiérarchie militaire à majorité protestante. Il faut aussi constater, et c'est très souvent comme cela que certains officiers de descendance celtique furent pires que leurs collègues anglo-saxons! Après les coups de fouets, il fut marqué au fer rouge sur la joue de la lettre "D" comme déserteur. le bourreau ayant mis la lettre à l'envers, il fut marqué sur l'autre joue!
Un livre historique qui se lit comme un roman qui démontre encore une fois que l'Amérique moderne s'est bâtie dans le sang et par le vol de vastes territoires!
Une lecture comme je les aime, c'est à dire qui me donne envie de faire des recherches, de ne pas être un lecteur passif. J'avais déjà éprouvé ce genre de choses à la lecture de "Crépuscule sanglant" qui m'avait fait découvrir cet épisode de la guerre américano-mexicaine.
A noter, ce qui est une excellent initiative, la présence de nombreuses notes, cartes, photos et autres en fin d'ouvrage. Et en plus une chose que j'ai particulièrement appréciée, l'auteur nous renseigne sur les personnages historiques et ceux qui sont uniquement romanesques!
Lien : http://eireann561.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
ratonlaveur13
  16 mai 2015
Documentaire romancé sur la vie, je dirais plus tôt, la mort des saints Patrick, histoire méconnue d'un bataillon Irlandais qui s'est battu aux cotés des mexicains contre les forces de l'Union (États unis). On se rend compte que les guerres de religions même entre Chrétiens ont toujours existés.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
LePoint   03 juillet 2013
D'une plume alerte, l'ancien rédacteur en chef de Paris Match nous présente l'étonnante rencontre entre l'Ancien Monde et le Nouveau, au son des cris de guerre des uns et des autres, quand l'"Erin go bragh"(l'Irlande pour toujours) des uns répondait au "e Viva Mexico !" des autres.
Lire la critique sur le site : LePoint
Bibliobs   19 mars 2013
Grandiose, pittoresque, colorée, cette épopée historique oubliée des «San Patricios» ne se lit pas, elle se dévore. Patrick Mahé, («Titanic», «Culture whisky») raconte avec fièvre cette aventure tragique, d’une plume galopante. C’est «La Horde Sauvage» version Erin: on imagine déjà le film.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AelaAela   06 mars 2013
Le soleil:
Celtes et Aztèques avaient en commun de vénérer le soleil.
La civilisation prédruidique aussi. A Newgrange (Irlande); mais aussi en Ecosse (Hébrides, Orcades), aux portes du pays de Galles (Stonehenge), en Bretagne (tumulus de Gavr'inis), d'imposantes entrées de pierre laissent pénétrer les rayons du soleil au jour du solstice sous le dolmen.
Les Aztèques croyaient en plusieurs mondes et en cinq soleils. Leur Dieu de Guerre était d'abord dieu du Soleil.
Leur calendrier est appelé "pierre du soleil". Le dieu Soleil a besoin de sang humain, qualifié d'eau précieuse.
Les cérémonies sacrificielles se déroulaient au sommet des pyramides, sur la longue chaussée de Tenochtitlán qui menait au Templo Mayor.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AelaAela   06 mars 2013
Les Oies sauvages:
Ainsi se baptisèrent les officiers irlandais quittant leur île après deux défaites irrémédiables (1607 et 1690), dont celle de La Boyne.
Ils jurent d'y revenir, "comme un vol d'oies sauvages" retrouvant son point de départ.
Beaucoup serviront les rois de France (ils s'illustreront à Fontenoy) et d'Espagne.
Commenter  J’apprécie          90
MoanMoan   26 juillet 2014
Le Mexique protège sa culture indienne, alors que vous décimez les peaux-Rouges! Nous respectons nos "natifs" et on parle , encore ici, des dizaines de dialectes et pas seulement le nahualt aztèque.
Commenter  J’apprécie          90
AelaAela   06 mars 2013
Juan O'Donojù: le dernier vice-roi de la Nouvelle-Espagne s'appelait Don Juan O'Donojù. Il était d'origine irlandaise. Ses aïeux avaient fui l'île verte après la défaite de La Boyne et faisaient partie du vol de "Oies sauvages".
C'est lui qui, sous le règne de Ferdinand VII d'Espagne, signa l'acte d'Indépendance du Mexique, pour Madrid, le 28 septembre. Il mourut dix jours plus tard, le 8 octobre 1821.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MoanMoan   26 juillet 2014
Nous aurions aboli ces lois pénales scélérates interdisant aux Irlandais de souche d'hériter du moindre bien, nous aurions proscrit le Property Act qui, sous la botte des landlords brittaniques, empêche de transmettre les terres agricoles aux familles catholiques.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Patrick Mahé (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Mahé
Rencontre Dédicace avec Patrick Mahé et Thierry Moreau
Les archives de la télévision avec Télé 7 jours
Créations de chaînes, programmes innovants, événements historiques, grandes célébrations nationales, films à succès, séries à ne pas manquer, depuis 60 ans, la télévision est l'invitée permanente du foyer. S'appuyant sur les archives et documents photographiques de Télé 7 Jours, magazine le plus lu de France, créé en 1960, cet ouvrage remonte le temps d'un univers toujours en mouvement, suscitant la nostalgie de programmes ou de présentateurs disparus et interrogeant les nouvelles formes de la télévision aujourd'hui. Tout au long du livre, découvrez les surprises de Télé 7 Jours : dépliants et documents reproduits en fac-similés vous permettront de plonger dans cet univers fascinant.
Lien Gibert Joseph: http://www.gibertjoseph.com/les-archives-de-la-television-avec-tele-7-jours-6793469.html
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2642 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre