AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

William Hoffer (Collaborateur)Marie-Thérèse Cuny (Traducteur)
ISBN : 2266025872
Éditeur : Pocket (01/01/1989)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 1053 notes)
Résumé :
3 août 1984... Dans l'avion qui l'emmène à Téhéran avec son mari, d'origine iranienne, et sa fille, Betty a le sentiment d'avoir commis une erreur irréparable...
Quelques jours plus tard, son existence bascule dans le cauchemar. Le verdict tombe : "Tu ne quitteras jamais l'Iran ! Tu y resteras jusqu'à ta mort." En proie du fanatisme religieux, son mari se transforme en geôlier.
Elle n'a désormais qu'un objectif : rentrer chez elle, aux États-Unis, avec... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (91) Voir plus Ajouter une critique
Nastie92
23 janvier 2014
Une lecture bouleversante. Certes pas une grande oeuvre littéraire, mais la force de cette histoire suffit à nous ébranler.
Betty est américaine, mariée à un médecin d'origine iranienne, Bozorg Mahmoody, bien intégré aux États-Unis. Ils ont une petite fille, Mahtob, et coulent des jours heureux. Mais les problèmes politiques aigus entre les États-Unis et l'Iran vont faire vaciller ce bel édifice. le couple se dispute de plus en plus, une séparation est même envisagée. Betty, dans un souci de réconciliation, accepte, à la demande de son mari, d'aller passer deux semaines en Iran chez sa belle-famille. Nous sommes en 1984. Là, le récit devient terrifiant : dès son arrivée, Betty sens que le séjour ne va pas se passer comme prévu. Elle doit faire face à l'hostilité franche et brutale de sa belle-famille, voit son mari radicalement changer sous l'influence des siens, et comprend rapidement qu'on ne va pas la laisser repartir si facilement, et certainement pas avec sa fille : du point de vue des fanatiques religieux, il est de leur devoir de garder la petite Mahtob en Iran pour la soustraire à l'influence néfaste du Grand Satan. Mahtob va à l'école où elle apprend le farsi et désapprend sa culture américaine. Betty est contrainte de respecter les multiples règles contraignantes imposées par son mari et sa belle-famille, et doit porter, comme il se doit, le tchador. Ouvertement révoltée dans un premier temps, elle subit la violence de son mari qui la bat (on est loin de l'homme si doux dont elle était tombée amoureuse aux États-Unis) et l'enfermement qu'on lui impose. le récit est oppressant, car elle nous fait vivre son abattement, sa terreur profonde à l'idée de finir sa vie prisonnière en Iran, et surtout sa douleur immense de voir à quel avenir sa fille est condamnée. Sans parler du sentiment de culpabilité qui ne la quitte pas : elle s'en veut tellement d'avoir accepté ce séjour, et de ne pas avoir écouté les quelques mises en garde qu'on lui avait faites.
De nombreux romans mettent en scène un héros désespéré, mais ici le désespoir est incommensurable et doublé de l'horreur de se dire que tout est de sa faute. Mais ce qui fait froid dans le dos à la lecture de jamais sans ma fille, c'est de savoir que cette histoire est vraie : ce n'est pas un roman, c'est un récit. Nul scénario hollywoodien ici, mais des faits réels. C'est oppressant, et j'ai éprouvé plusieurs fois le besoin de poser le livre pour respirer.
Avec une volonté farouche, Betty réussira à nouer des contacts, obtenir de l'aide, et fuir avec sa fille. On ne peut qu'admirer la persévérance de cette mère pour triompher de tous les obstacles pour sortir, avec sa fille qu'il n'a jamais été question de laisser seule en Iran, de cet enfer.
Suite à la parution du livre, il a été beaucoup reproché à l'auteur. Certains ont jugé le texte raciste envers les Iraniens et insultant envers l'islam et les musulmans. Ce n'est pas du tout ce que j'ai ressenti lors de la lecture. Betty Mahmoody ne fait pas d'amalgames : l'accusé dans son récit n'est pas le peuple iranien, mais clairement sa belle-famille. Elle s'est même liée sur place avec des Iraniens qui l'ont aidée. Quant à sa critique de la religion, c'est sans ambiguïté l'intégrisme qui est visé, et non pas l'islam. Sans ces deux distinctions fondamentales, le récit perdrait beaucoup de sa force et de sa crédibilité, et je n'aurais pas un avis aussi enthousiaste sur ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          395
Bibliolibra
13 septembre 2012
Comment critiquer ce genre de livres où l'on a pas vraiment notre mot à dire...?
Comment lire ces pages, ces phrases, ces mots sans se sentir intruse et spectatrice d'un spectacle terrible de part sa réalité et horrifiant de part son existence ?
Tout ce que je peux dire c'est que la ressemblance de ce récit avec d'autres témoignages que j'ai lus m'effraie et m'horripile... Quand je lis ces histoires, un arrière goût amer me rappelle sans cesse que le monde ne tourne vraiment pas rond.
J'ai arrêté d'essayer de comprendre l'humanité. L'Homme est mauvais de nature. Et c'est pas prêt de changer...
Commenter  J’apprécie          380
litolff
22 octobre 2012
Un témoignage qui fait froid dans le dos : Betty Mahmoody raconte comment sa visite de courtoisie en Iran auprès de sa belle-famille a rapidement tourné au cauchemar face au changement d'attitude de son époux, qui avait refusé de rentrer aux Etats-Unis mais également de la laisser prendre le chemin du retour avec leur fille.
Un cauchemar pourtant prévisible au regard de ce qui se passait alors en Iran mais inévitable si l'on considère l'unité familiale : comment empêcher son mari de revoir sa famille ? Comment s'opposer à ce que son mari emmène sa fille voir sa famille paternelle ? C'est le genre de choses qu'il vaut mieux anticiper mais auxquelles on ne pense évidemment pas en tombant amoureux…
Toujours est-il que ce témoignage sidère par le sang-froid dont a fait preuve Betty Mahmoody alors que, réduite à porter le tchador en Iran pour le restant de ses jours, elle a pris la décision de quitter son mari et l'Iran coûte que coûte, au péril de sa vie et de celle de sa fille. Frissons et adrénaline assurés !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
darkmoon
06 mai 2013
Partie en vacances en août 1984 dans le pays d'origine de son mari, Betty Mahmoody a finalement vécu dix-huit mois de calvaire avec sa fille dans l'Iran des mollahs! de son expérience dramatique, elle a tiré un document choc! C'est en réalité une histoire d'amour qui a mal tourné, celle d'un mariage qui fonctionnait très bien aux Etats-Unis mais qui n'a pas résisté à la pression énorme d'un environnement étranger! Betty Mahmoody, une femme hors du commun : cette américaine contrainte à porter le tchador qui nous livre une composition bouleversante en mère écorchée vive! Un roman exceptionnel sur la condition féminine en Iran...
Je me rappelle avoir eu des frissons en lisant l'histoire de Betty la première fois. J'ai relu ce roman tout récemment ; Jamais sans ma fille est l'un de ces livres où le temps est comme suspendu, on se raccroche alors à un souffle, un murmure, un bruit. Quand on a fini de le lire, on a l'impression d'avoir appris beaucoup de choses, entre autres sur la culture iranienne (et pas seulement du point de vue religieux). Heureusement, cette femme a pu compter, même si cela s'avérait parfois délicat, sur l'amitié et le soutien de certaines personnes de Téhéran (hommes ou femmes), ce qui montre bien que le roman de Betty n'est pas discriminatoire envers la population iranienne, contrairement à ce que pensent certains. Il se veut au contraire un message d'espoir invitant tous et toutes, quels que soient leurs statuts sociaux et leurs origines, à se rassembler pour lutter contre l'oppression et la soumission du moi ainsi que des libertés individuelles, et ce, tous pays et tous continents confondus.
Mais un lecteur sachant qu'il est basé sur une histoire vraie ne peut pas y être insensible. La question se pose de la véracité de tous les événements et de toutes les attitudes, malgré tout. le comportement de la famille du mari de l'héroïne est tellement grossier et sans nuance que l'on ne peut qu'être révolté de ce que l'on lit... ou alors douter. Mais quoi qu'il en soit dans le détail, la tentative de retour de cette femme avec sa fille dans son pays, malgré les oppositions et dans un contexte politique dramatique est une histoire bouleversante.
Jamais sans ma fille est un roman d'une grande beauté et qui invite à une réflexion profonde...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Bonheur_Lecture
08 novembre 2013
Ce livre a été une relecture pour moi, dans le cadre de ma lecture suivante. Mais je suis tout de même contente de l'avoir relu et je l'ai dévoré, encore plus vite qu'à la lecture initiale. Une journée pour ce petit bijou de 478 pages.
C'est l'histoire d'une famille, composée de Moody, un médecin iranien vivant aux Etats-Unis, marié à Betty, une américaine. Ensemble, ils ont eu une petite fille, Mahtob. le 3 août 1984, toute la petite famille s'envole pour l'Iran. Pourtant, Betty a l'impression d'avoir fait la plus grosse erreur de sa vie. Son impression va se confirmer quinze jours plus tard, lorsque Moody lui annonce que désormais, ils ne rentreront pas en Amérique, qu'ils allaient vivre en Iran. C'est ce jour-là que le cauchemar de Betty commence, mais aussi son combat…
Comment faire une critique sur un sujet aussi sensible ? Je n'ai pas beaucoup de mots pour décrire ce que j'ai ressenti à la lecture de ce livre. Ca fait peur, très peur quand même. Mais c'est un livre qui ouvre l'esprit je trouve. On ne peut pas ressortir de cette lecture indemne, sinon, je dirais haut et fort, vous n'avez pas de coeur ! C'est un livre qui amène à réfléchir, à se poser certaines questions…
Pour ma part, je me suis demandé comment un père de famille pouvait faire cela à sa femme, mais aussi à sa fille. Comment pouvait-on changer radicalement de comportement, lui qui était très américanisé comme on dit. Parce que Moody était prêt à tout pour que sa famille reste en Iran, quitte à battre sa femme et sa petite fille qu'il considérait pourtant comme une princesse quelques mois plus tôt en Amérique. Je me suis aussi posé la question sur son état psychologique. En effet, Betty raconte que parfois, son mari pouvait être aimant, et un petit moment après, péter les plombs comme on le dit si bien. A-t-il un souci psychologique ? Mais malgré toutes ses questions, je ne peux me résoudre à ne pas lui en vouloir. Un homme ne devrait pas aller à l'encontre de sa femme, de sa fille, les battre, les séparer, c'est inhumain.
Concernant Betty, oui, parce que c'est tout de même elle qui écrit le livre, il ne faut pas l'oublier ! J'ai eu beaucoup de compassion pour elle, j'ai eu l'impression de mener son combat avec elle. Comme quoi : « Quand on veut, on peut ». Cette phrase va aider Betty dans ses démarches, tout au long de sa captivité en Iran. Elle tente par tous les moyens de rentrer en Amérique, avec sa fille qui, elle aussi, le désire plus que tout. Betty fera tout ce qui est en son possible pour y arriver, parfois au péril de sa vie, parfois en se demandant si elle reverrait sa fille. Mais là encore, elle ne fait pas les choses bêtement, ça mérite de la réflexion car elle sait que si Moody se doute de quelque chose, il est capable du pire. Elle a tout de même peur pour sa fille, mais en aucun cas elle n'abandonne. Elle mène ce combat pour elle, pour sa fille, mais aussi pour sa famille en Amérique : ses deux garçons, issus d'une première union, mais aussi ses parents, dont le père est mourant et qu'elle aimerait tant revoir en vie… C'est un combat qui me laisse sans voix car à chaque personne rencontrée, l'espoir renaît et on ne peut refermer ce livre sans en savoir la fin.
Je finirai cette critique en abordant les lois que je juge mal faîtes. Ces choses-là ne devraient pas arriver. C'était il y a longtemps et pourtant, cela arrive encore… En 2013, je trouve cela scandaleux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations & extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
petite-feepetite-fee03 août 2010
Ma première et dernière pensée consciente chaque jour, c'est de dresser le plan de mon évasion. Rien de concret pour l'instant. Mais je fais mon possible pour garder le plus de contacts possible. Je vais voir Hélène à l'ambassade. Et presque chaque jour j'appelle Amahl.
Chaque détail de ma vie quotidienne est axé sur le grand but. je suis déterminée à me montrer une épouse et une mère aussi exemplaire que possible. Pour trois raisons. La première est de consolider l'illusion de bonheur et de normalité, de façon à ôter tout soupçon de Moody. La seconde est de faire plaisir à Mahtob et d'éloigner de son esprit l'idée qu'elle est prisonnière. Parfois elle demande :
- Est-ce qu'on pourra retourner en Amérique, maman ?
- Pas maintenant. Peut-être qu'un jour, dans l'avenir, papa changera d'idée, et nous irons tous les trois.
Ce genre de mensonge soulage un peu sa tristesse, mais pas la mienne.
Ma troisième raison de créer un foyer "heureux", c'est de me préserver moi-même, de ne pas devenir folle. Je n'ai aucun moyen de savoir ce qui nous tombera sur la tête lorsque nous déciderons enfin de nous évader. Je ne veux pas insister sur les dangers possibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
nikitanikita11 novembre 2010
3 août 1984... Dans l'avion qui l'emmène à Téhéran avec son mari, d'origine iranienne, et sa fille, pour quinze jours de vacances, Betty a le sentiment d'avoir commis une erreur irréparable... Quelques jours plus tard, son existence bascule dans le cauchemar. Le verdict tombe : "Tu ne quitteras jamais l'Iran ! Tu y resteras jusqu'à ta mort." En proie au pouvoir insondable du fanatisme religieux, son mari se transforme en geôlier. Elle n'a désormais qu'un objectif : rentrer chez elle, aux Etats-Unis, avec sa fille. Quitter ce pays déchiré par la guerre et les outrances archaïques : ce monde incohérent où la femme n'existe pas. Pour reconquérir sa liberté, Betty mènera deux ans de lutte incessante. Humiliations, séquestration, chantage, violences physiques et morales. Rien ne lui sera épargné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ColetteColette23 juillet 2010
Ellen a pris sa décision poussée par la peur et non par l'amour. Pour des motifs plus matériels que sentimentaux. Elle se sentait incapable de faire face à l'insécurité qui est le prix de toute émancipation. En fait, elle a choisi une existence horrible au quotidien, mais qui lui offre un semblant de ce qu'elle appelle la sécurité.
Commenter  J’apprécie          220
agathacrispyagathacrispy13 juin 2016
elle n'était qu'une femme dans un pays appartenant aux hommes, alors que Betty Mahmoody avait été élevée aux Etats-Unis elle accepta de partir avec sa fille dans le pays qui a vu naître son mari, celui qui aurait dû la protéger lui a imposé une belle-famille envahissante, une vie dure, archaïque et sans espoir tant qu'à l'évolution des traditions, il fallait obéir au Maître absolu ! Betty est une femme courageuse qui n'a pas hésiter à sauver son enfant et elle-même de cet enfer pour pouvoir rentrer au U.S.A., malheureusement les années passant il était déjà trop tard, son cher père était décédé sans avoir revu sa fille et l'angoisse du lendemain était toujours présente malgré qu'une nouvelle vie s'offrait à elle mais toujours dans l'angoisse du lendemain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ZinzinetteZinzinette27 juillet 2014
Je me dis que je suis en train de commettre une erreur, que je voudrais pouvoir sauter de cet avion à la minute. Je m'enferme dans le cabinet de toilette et jette un oeil dans le miroir, pour apercevoir une femme au dernier stade de la panique. Je viens tout juste d'avoir trente-neuf ans, et à cet âge une femme devrait avoir sa vie en main. Je me demande comment j'ai pu en perdre le contrôle...
Commenter  J’apprécie          130
Dans la catégorie : Femmes célèbresVoir plus
>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique>Femmes célèbres (71)
autres livres classés : iranVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Jamais sans ma fille.

Combien de temps Betty et sa famille devaient-ils rester en Iran?

2 jours
2 semaines
2 mois
2 ans

8 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Jamais sans ma fille de Betty MahmoodyCréer un quiz sur ce livre
. .