AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2366520433
Éditeur : TDO Éditions (18/04/2014)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Tout jeune, Raimon Trencavel a été exilé de l'autre côté des Pyrénées à la cour du roi d'Aragon. Il est Raimon le Faidit, Raimon le Banni. A dix-huit ans, il retourne en pays d'oc, sur les terres de son père, à l'appel de son cousin le comte de Toulouse Raimon VII qui est en train de reprendre aux Francimands tout le terrain perdu pendant la croisade. La guerre de reconquête menée par les deux jeunes seigneurs, s'achève par un succès total.

Les Franc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
TheWind
  06 juillet 2014
Si je dois retenir un auteur phare pour mes lectures de cette année 2014, c'est certainement Bernard Mahoux.
C'est en fin d'année 2013 que je me suis plongée dans sa sublime fresque « La Malédiction des Trencavel », tombant sous le charme de la lignée des fiers et valeureux vicomtes d'Albi, Béziers et Carcassonne, frémissant de leurs audaces, tremblant pour leurs vies, m'enthousiasmant de leur volonté tenace et fidèle, m'amusant de leur côté cabochard, m'attendrissant devant leur générosité et leur dévouement à la cause cathare.
C'est aussi cette année que j'ai lu « Le dernier défenseur de Montségur », roman dans lequel Bernard Mahoux honore l'histoire du dernier refuge cathare à travers la vie d'Imbert de Salles qui lutta pour la défense de Montségur jusqu'au dernier jour.
C'est donc avec joie que j'ai découvert dans la liste proposée par l'opération Masse critique du mois de mai, la présence d'un nouveau roman de Bernard Mahoux, qui n'était autre que la suite des aventures de la famille Trencavel.

Je remercie vivement Babelio et les éditions TDO pour l'envoi de ce livre que j'ai lu bien studieusement , bien heureuse de retrouver l'âme courageuse des Trencavel.

Le jeune Raimon Trencavel est un « faidit ». C'est ainsi qu'on nommait les personnes obligées de fuir à la suite de la croisade de 1209 et qu'on soupçonnait d'hérésie cathare.
Raimon est le fils de Raimon Roger et d'Agnès de Montpellier. Souvenez-vous... A la fin de « La Malédiction des Trencavel », lors du siège de Carcassonne mené par Simon de Montfort, Raimon Roger est piégé par les Croisés, enfermé dans les cachots de sa propre forteresse et meurt à la suite de maltraitances.
Agnès emporte le petit Raimon avec elle ; il sera confié à son oncle, le comte de Foix.
Carcassonne tombe sous la domination des Francimands.
Quelques années plus tard, en 1213, après la victoire de Simon de Montfort à la bataille de Muret, - et c'est cet épisode qui commence le nouveau roman de Bernard Mahoux – le jeune Raimon doit s'exiler en Aragon, se promettant de revenir un jour, venger son père et reprendre possession de sa chevance.
Il reviendra...plus beau, plus fort, plus déterminé.
Ce premier volume «  La Bataille de Muret » narre le retour de Trencavel sur les terres de ses aïeux dont il a été dépossédé. S'ensuit une série de combats, de reconquêtes, de désillusions, de trahisons, de défaites … Rien ne sera simple pour ce Rebelle. Son retour, tant attendu et pourtant célébré, laisse dans bien des coeurs un goût amer. le peuple, las des guerres, n'est plus prêt à le suivre et préfère se soumettre au roi de France plutôt que de se battre aux côtés d'un seigneur, tout courageux soit-il, et d'y laisser sa vie.
Si ce roman laisse aussi un goût amer dans le coeur du lecteur, il n'en demeure pas moins un admirable plaidoyer envers les défenseurs de ce qu'on a nommé plus tard les « Albigeois ». Il s'inscrit dans la continuité de « La Malédiction des Trencavel », y apportant une note plus belliqueuse, plus terre à terre aussi, peut être...mais qui ne manque pas de rythme, qui donne au lecteur l'impression de chevaucher d'une forteresse à une autre, sans jamais prendre le temps de souffler.
Certes, ce premier volume ne se termine pas sous les meilleurs auspices, mais la dernière phrase prononcée par notre indomptable héros : «  Je reviendrai ! » laisse entrevoir un deuxième volume tout aussi passionnant et captivant.
À vite, fougueux Trencavel !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Levant
  27 juin 2014
Cet ouvrage de Bernard Mahoux nous plonge dans la vie tumultueuse du très jeune Raimon Trancavel, fils du baron du même nom, revenu en son pays, la vicomté d'Albi, Carcassonne et Béziers, après un long exil. Il vient y reconquérir les terres de son père, spoliées par le Roi de France dans sa croisade contre les Albigeois.
En digne héritier de son père, dont il veut venger la mort, le jeune rebelle s'érige en protecteur des Cathares, même s'il ne partage pas vraiment leurs rites. L'Eglise romaine est à leurs yeux corrompue, soumise aux lois du pouvoir, de l'argent, de la luxure. Sous prétexte de combattre l'hérésie qu'ils incarnent, le Pape a convaincu le Roi de France de se faire son bras armé pour éradiquer ceux qui se proclamaient comme seuls Bons Chrétiens.
Le Retour du rebelle est un épisode de cette tragédie. Il débute par la célèbre bataille de Muret en 1213 qui a marqué le début de la fin de cette fameuse épopée cathare. Mais auraient-ils survécus à eux-mêmes, ces Bons Hommes, quand le dogme prêche l'ascétisme outrancier. Au point de renoncer à toutes les satisfactions du corps, y compris, et surtout, à celle de l'acte sexuel, même dans une intention de perpétuation. N'étaient-ils pas condamnés à l'extinction du seul fait de cette extrême austérité de vie ?
Cet ouvrage nous ouvre aux dilemmes et aux doutes qui ont germé dans les consciences de ces êtres convaincus de vérité, mais usés par les rigueurs des années de guerre. C'est une épopée dont on connaît l'issue. Elle a donné lieu à une page d'histoire de notre pays nimbée de spiritualité, de secret, dans une ambiance faite de guerre, de cachot, de torture, de bûchers, sur décors de paysages arides, de châteaux forts perchés sur des pitons rocheux inaccessibles.
Encore faut-il se méfier du filtre du temps et faire la part des choses entre histoire et légende. Se méfier aussi de notre époque qui a tendance à charger de mysticisme et de surréalisme des événements qui manqueraient d'effets spéciaux et ne seraient pas très vendeurs. Dans ce domaine, l'ouvrage de Bernard Mahoux reste empreint d'objectivité et ne pêche ni par misérabilisme ni par magnificence. Il faut bien toutefois enrichir quelque peu la romance et exalter le héros. Mais cela reste crédible.
Confrontés à l'obscurantisme d'une religion imposant son monopole dans la gestion des consciences, on ne peut que se prendre de sympathie pour ces adeptes de rigueur et de pureté. Alors pourquoi pas la doctrine des Bons Hommes ? Les grandes religions monothéistes que nous connaissons aujourd'hui ne sont-elles pas elles-mêmes que des sectes qui ont réussi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Didier_Tr
  28 juin 2014
J'ai eu ce livre par "masse critique". Ce que j'en avais vu comme descriptif m'avait intéressé, en particulier par l'aspect historique, le fait que j'habite à Toulouse, donc juste à côté de Muret et que j'ai passé plusieurs années à Carcassonne, donc en plein pays des châteaux cathares.
Comment dire ? En fait, je ne me suis ennuyé à la lecture de ce livre, pourtant bien écrit. le style est fluide, l'écriture agréable, donc pourquoi cet ennui ? Les recherches historiques ont été assurément poussées, mais pour arriver à un récit monotone, qui en gros se déroule de la manière suivante : Raimon, le vicomte spolié de son territoire hérité de ses ancêtres arrive à tel endroit, il se bat, il gagne, ou il se replie, il y a des morts, parfois il est blessé, et hop, il part dans un autre lieu. Et rebelote. Parfois il est blessé, parfois (le plus souvent) non. Certains de ses proches meurent, d'autres survivent, heureusement pour eux, et on les retrouve de loin en loin.
Au final, je suis content d'être arrivé au bout.
Dommage pour le livre. L'histoire doit être plus fouillée, les personnages plus complexes sans doute, encore faut-il une intrigue, un but.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brinvilliers
  03 juillet 2014
Un grand merci à Babelio pour la réception de ce livre reçu dans le cadre de la masse critique.
Trencavel, jeune homme, revient dans son pays. Son père a été pendu parce qu'il était considéré comme un hérétique. Trencavel veut reconquérir l'héritage qu'il a perdu et qui est aux mains des Francimands. Son retour au pays n'est pas toujours facile, il n'est pas toujours accepté, mais il reste encore des soutiens à sa famille. le peuple n'en peut plus d'être sous le joug de l'Eglise, et du Roi. Il reconquiert une partie de son patrimoine, mais sa présence gêne ; ses rivaux n'hésitent pas à essayer de l'assassiner ou de l'empoisonner. Trencavel résiste, perd certains de ses amis et la femme qu'il aime. Mais il ne baisse pas les bras et même s'il est obligé de s'enfuir, il part pour mieux revenir. Un roman historique digne d'une grande fresque où l'on retrouve à la fois les batailles, les enjeux politiques et religieux. A recommander aux personnes qui aiment cette sorte de roman. Une suite très attendue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
TheWindTheWind   24 juin 2014
Personne ne l'appelait d'ailleurs le comte de Montfort, ou Simon de Montfort, ou le chef des croisés. On disait"Il", comme si de le nommer lui aurait donné plus de force, ou du moins, une existence conforme au droit. Ou peut-être parce qu’il n'était pas nécessaire de nommer celui qui occupait depuis longtemps tous les esprits, toutes les pensées, à la manière du diable.
Commenter  J’apprécie          100
TheWindTheWind   05 juillet 2014
Une ville clandestine ! Montségur, la ville des cathares ! Raimon n'en revient pas. Et si là, fleurissait le cœur d'un nouveau royaume, à l'abri de la méchanceté francimande, à l'abri de l'orgueil romain, de l'arrogance et de la cupidité des soldats du Christ ?
Une joie nouvelle s'empare du vicomte. Il voit une porte s'ouvrir sur une nouvelle espérance, un monde nouveau dont il sera naturellement le protecteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
TheWindTheWind   01 juillet 2014
- Plutôt la mort que de me laisser dépouiller une autre fois, je vous le dis !
Monseigneur hausse les épaules et prend un air contrit :
- Soyez patient. Pensez à Jésus sur la croix, ce qu'il a enduré, et vous verrez que vous n'êtes pas à plaindre. Vos affaires finiront par s'arranger...
- Le Christ n'était pas vicomte, marmonne Raimon en tournant les talons, il n'avait aucune terre à défendre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LevantLevant   21 juin 2014
Les Bons Hommes ? Des fous qui rêvent de faire disparaître le genre humain de la surface de la Terre pour devenir de purs esprits ! Ils lisent les Évangiles à l'envers, Ils décrètent que tout ce qui est bon est mauvais, ce qui est mauvais est bon ! Tout ce qui est matériel est mauvais, tout ce qui est invisible est bon. Autant dire que ce qui est bon n'existe pas ! ...
Et puisqu’ils ne demandent qu'à mourir, les cathares, pourquoi s'en soucier ? Voir rôtir un hérétique ou un bœuf, pour moi, c'est la même chose. Je ne comprendrais jamais pourquoi votre famille a préféré perdre ses vicomtés plutôt que de brûler ces illuminés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
brinvilliersbrinvilliers   26 juin 2014
On ne peut enfermer la vérité par la force, ni enchaîner longtemps tout un pays.Souvenez-vous de mes paroles : un jour les seigneurs faidits reviendront, ainsi que le jeune Trencavel injustement dépouillés de son héritage, et tous ces seigneurs chasseront les envahisseurs. Et l 'Eglise du diable recevra le châtiment qu'elle mérite. Alors, la nouvelle Eglise mènera le peuple vers son salut ; toutes les âmes reviendront au Ciel, sauf celle des clercs et des prélats, qui les ont vendues au diable. Et celle du seigneur pape, qui est Satan en personne.
- Amen ! répondit Sept Soleils en fermant les yeux pour cacher son amusement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : catharesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1771 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre