AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claude Frioux (Préfacier, etc.)Christian David (Traducteur)
ISBN : 2070306720
Éditeur : Gallimard (30/11/-1)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 37 notes)
Résumé :
«Maïakovski est célèbre mais qu'en connaît le lecteur français ? Les précieux florilèges qui ont essentiellement révélé son existence ne pouvaient donner plus que des échantillons très divers. Ces fragments communiquaient une idée juste de l'écriture, de l'humeur, du tempérament maïakovskien. Mais il en émane l'impression d'une oeuvre aux facettes multiples, rapides et changeantes, soudées principalement par le dynamisme d'une personnalité. C'est dans ce cadre qu'on... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Wozniaksandy
  24 octobre 2017
Avant même d'avoir mis « le point final d'une balle » à sa propre fin, Vladimir Maïakovski reste l'un des poètes majeurs du XXème siècle. Pour lui, la révolution devait permettre de transformer la vie quotidienne, la vie tout entière, l'amour et l'art y compris. Poète de la révolution, il a révolutionné la poésie en la libérant du cadre étroit des anciennes conventions. Il a fait entrer dans le poème le langage de la rue, les mots du peuple et les tournures familières, il a libéré le vers. Maïakovski, avec son fameux « vers en escalier », libère la parole poétique et lui permet d'épouser le rythme du discours, le souffle de l'individu.
Il a élargi la sphère du lyrisme. Avec lui, l'amour individuel prend la dimension d'un combat planétaire.
La forme est formidable. le poème brasse tout. le thème individuel comme le thème collectif. le présent, comme le passé et le futur. le rythme, le rythme avant tout ! « Un poète doit développer son propre rythme… le rythme magnétise et électrise la poésie ; chaque poète doit trouver le sien ou les siens. » disait Maïakovski !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Jo_Ly
  08 février 2019
À pleine voix, livre a-t-il jamais aussi bien porté son titre... À pleine voix et d'une voix pleine, ce recueil est un cri, déchirant. Certains ne sont pas simplement des poetes, ou des auteurs. Pas même des maîtres. Ils sont une plaie vive et ce qui s'en écoule est plus que des mots.
Je n'aime pas Maiakovski, je me courbe sous sa plume, je l'idolâtre.
On referme le recueil comme secoué, quelque chose de violent s'est produit. Les vers de Maiakovski résonnent fort et longtemps. Pour toujours je l'espère.
Commenter  J’apprécie          20
crapahutevida
  08 juin 2017
D'une beauté démesurée....
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
camilleetmilecamilleetmile   14 janvier 2014
Écoutez !
Puisqu'on allume les étoiles,
c'est qu'elles sont à
quelqu'un nécessaires?
C'est que quelqu'un désire
qu'elles soient?
C'est que quelqu'un dit perles
ces crachats?
Et, forçant la bourrasque à midi des poussières,
il fonce jusqu'à Dieu,
craint d'arriver trop tard, pleure,
baise sa main noueuse, implore
il lui faut une étoile!
jure qu'il ne peut supporter
son martyre sans étoiles.



Ensuite,
il promène son angoisse,
il fait semblant d'être calme.
Il dit à quelqu'un :
" Maintenant, tu vas mieux,
n'est-ce pas? T'as plus peur ? Dis ? "

Écoutez !
Puisqu'on allume les étoiles,
c'est qu'elles sont à quelqu'un nécessaires ?
c'est qu'il est indispensable,
que tous les soirs
au-dessus des toits
se mette à luire seule au moins
une étoile?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
WozniaksandyWozniaksandy   24 octobre 2017
Voici le dernier poème de Vladimir Maïakovski, que l’on a retrouvé dans sa poche après son suicide.

I]

Elle m’aime, elle ne m’aime pas
Je trie mes mains
Et j’ai cassé mes doigts.
Alors les premières têtes des marguerites
Secouées d’une chiquenaude
sont cueillies et sans doute
éparpillées en mai
que mes cheveux gris se révèlent
sous la coupe et la douche
que l’argent des années nous enserre éternellement !
honteuse sensation banale- sentiment que j’espère
que je jure
jamais elle ne reviendra vers moi.

[II]

C’est bientôt deux heures
Pas de doute tu dois déjà dormir
Dans la nuit
La voix lactée avec ses filigranes d’argent
Je ne suis pas pressé
Et rien en moi
Ne veille ni ne t’accable de télégrammes

[III]

La mer va pleurer
La mer va dormir
Comme ils disent.
L’incident s’est cassé la gueule.
Le bateau de l’amour de la vie
S’est brisé sur les rochers du quotidien trivial
Toi et moi sommes quittes ;
pas la peine de ressasser
Les injures de chacun
Les ennuis
Et les chagrins

[IV]

Tu vois,
En ce monde tous ces sommeils paisibles,
La nuit doit au ciel
Avec ses constellations d’argent
En une si belle heure que celle-ci
Quelqu’un alors s’élève et parle
Aux ères de l’histoire
Et à la création du monde.

[V]

Je connais le pouvoir des mots ; je connais le tocsin des mots
Ce n’est pas le genre que les boîtes applaudissent
De tels mots des cercueils peuvent jaillir de terre
Et iront s’étalant avec leurs quatre pieds en chêne ;
Parfois ils vous rejettent, pas de publication, pas d’édition.
Mais les mots sacro-saints qui vous étouffent continuent à galoper au dehors.
Vois comme le siècle nous cerne et tente de ramper
Pour lécher les mains calleuses de la poésie.
Je connais le pouvoir des mots. Comme broutilles qui tombent
Tels des pétales à côté de la piste de danse rehaussée.
Mais l’homme avec son âme, ses lèvres, ses os…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
hupomnematahupomnemata   04 juin 2011
La quatrième internationale

Lettre ouverte de Maïakovski au partit communiste russe (bolchevik) expliquant quelques façons d'agir dudit Maïakovski.

Il y avait des pain blanc.
Plus
que d'étoiles.
Des petits
et pourtant d'une livre.
Mais vous,
vous étiez clandestins,
préparant la révolte de la faim.
On vivait, on bouffait bruyament.
Le monde:
des hôtels grimpant à l'assaut du ciel,
des ascenseurs pleins d'élégantes,
vissés aux étages tranquilles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
WozniaksandyWozniaksandy   24 octobre 2017
Mais peut-être
Ne reste-t-il
Au temps caméléon
Plus de couleurs ?
Encore un sursaut
Et il retombera,
Sans souffle et rigide.
Peut - être,
Enivrée de fumées et de combats,
La terre ne relèvera-t-elle jamais la tête ?
Peut être,
Un jour ou l'autre,
Le marais des pensées se fera cristal
Un jour ou l'autre,
La terre verra le pourpre qui jaillit des corps,
Au-dessus des cheveux cabrés d'épouvante
Elle tordra ses bras, gémissante

Peut-être...

Écoutez !
Puisqu'on allume les étoiles,
c'est qu'elles sont à
quelqu'un nécessaires ?
C'est que quelqu'un désire
qu'elles soient ?
C'est que quelqu'un dit perles
ces crachats ?
Et, forçant la bourrasque à midi des poussières,
il fonce jusqu'à Dieu,
craint d'arriver trop tard, pleure,
baise sa main noueuse, implore
il lui faut une étoile !
jure qu'il ne peut supporter
son martyre sans étoiles.

Ensuite,
il promène son angoisse,
il fait semblant d'être calme.
Il dit à quelqu'un :
" Maintenant, tu vas mieux,
n'est-ce pas ? T'as plus peur ? Dis ? "

Écoutez !
Puisqu'on allume les étoiles,
c'est qu'elles sont à quelqu'un nécessaires ?
c'est qu'il est indispensable,
que tous les soirs
au-dessus des toits
se mette à luire seule au moins
une étoile?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TipeeTipee   19 juin 2017
J’aime. Et moi de même.

Une flotte, ça afflue dans le havre.
Un train, ça se hâte vers la gare.
Alors, moi vers toi, d’autant plus
- Parce que j’aime –
ça me tire et me pousse.
L’avare chevalier de Pouchkine descend
admirer et fouiller sa propre cave.
Ainsi moi,
je retourne vers toi, ma bien-aimée.
J’admire ce cœur
qui est le mien.
Vous êtes joyeux de rentrer chez vous.
La crasse, vous
vous la décrottez, en vous rasant et lavant.
Ainsi moi
je reviens vers toi –
est-ce qu’en
allant vers toi
je ne vais pas chez moi ?
Le sein de la terre reçoit les humains.
Nous revenons à notre ultime but.
Ainsi moi
vers toi
suis tout droit aspiré,
à peine séparés,
à peine perdus de vue. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          43
Videos de Vladimir Maïakovski (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vladimir Maïakovski
Vidéo de Vladimir Maïakovski
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
753 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre