AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2205070916
Éditeur : Dargaud (07/06/2013)

Note moyenne : 3.2/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Marx, une biographie dessinée est un one shot signé Corinne Maier et Anne Simon ; de la découverte de la philosophie hégélienne à la rédaction du Manifeste du parti communiste en passant par les révolutions de 1848, les auteurs nous emmènent à la rencontre du père du communisme.

« Je m'appelle Karl Marx. On m'a surnommé "le Diable", car j'ai voulu mettre à mort le capitalisme. Il faut libérer l'humanité de la misère et des inégalités. Votre crise ress... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Roggy
  07 avril 2019
Corinne Maier et Ane Simon nous offrent une jolie vision en accéléré de la vie et de l'oeuvre de Karl Marx.
C'est une tâche ardue de résumer en quelques pages illustrées la vie d'un homme qui a marqué l'histoire en tant que philosophe, sociologue, économiste, théoricien de la révolution, socialiste et communiste, mais les illustrations très dynamiques et le texte simple et concis, donnent du rythme à la lecture, s'autorisant parfois un peu de fantaisie dans le décor sans pour autant perdre le lecteur.
On passe en revue la situation politique et économique de l'Europe à la fin du 19ème siècle, le cheminement accompli par Karl Marx, son amitié avec Engels et les drames de sa vie familiale.
Aussi érudite que facile d'accès cette bande dessinée biographique rend honneur à Karl Marx et à la lutte acharnée qu'il a mené contre le capitalisme, dans une période profondément troublée, et n'a jamais renoncé à faire connaître ses plus grandes idées.
Commenter  J’apprécie          532
colimasson
  31 mai 2014
Corinne Maier et Anne Simon s'étaient déjà associées pour un Freud décevant qui semblait s'aligner davantage sur les attentes et préjugés du lectorat face au personnage du psychanalyste qu'à sa véritable biographie, dans tous les aspects inattendus et contradictoires qu'elle pouvait présenter. Marx semble creuser son personnage d'étude un peu plus sérieusement. Corinne Maier tient sa promesse pédagogique mais peut-être aussi se trouve-t-elle face à une lectrice moins sévère puisque le personnage de Karl Marx m'est un parfait inconnu. Dans ce cas, il n'est pas difficile d'éblouir l'ignare.

Dans le cas du psychanalyste, oeuvre et vie sont rapprochées plus clairement que dans le cas du politicien mais aurait-on pu deviner ce qui se passait dans la vie familiale de Karl Marx alors qu'il élaborait ses réflexions en collaboration avec Engels ? Corinne Maier s'amuse d'ailleurs avec les contradictions du personnage qui construit son oeuvre à mesure qu'il accroît son pouvoir, sa domination et…son capital. La bourgeoisie pourrait connaître la rédemption au royaume de la Morale…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          124
outofzebra
  24 juin 2013
C'est la mode en BD de présenter ou d'introduire des philosophes réputés, voire des hypothèses scientifiques tarabiscotées, auxquelles les non-initiés ne comprennent que dalle.
Tous les outils semblent réunis aujourd'hui pour satisfaire la soif de connaissance et la combler -internet, wikipédia-, et pourtant cette soif n'en demeure pas moins aussi impérieuse, après des millénaires d'enquête.
Il y a deux catégories d'être humains selon la dichotomie de Francis Bacon, qui fait partie des références humanistes de Karl Marx: d'une part ceux qui poursuivent le but du bonheur, de l'autre ceux qui poursuivent le but de la connaissance ou du savoir – que l'ignorance vrille autant que peuvent la soif ou la faim, et qui ne se satisfont pas de l'explication toute faite de la destinée, du hasard ou de l'Etat providentiel. Certainement Karl Marx fait partie de la seconde catégorie ; il affiche son mépris pour Epicure et l'épicurisme. C'est le principal mérite de cette BD de montrer Marx aiguillonné par la curiosité… et peut-être son seul mérite.
L'album parvient à rendre Marx sympathique, comme le sont me semble-t-il les hommes ou les femmes insatisfaits d'eux-mêmes, et qui ne cherchent pas d'abord à se justifier par les erreurs d'autrui, ce qui est le penchant commun. Sur l'aspect didactique, en revanche, cette BD échoue à dire clairement en quoi la science de Marx est révolutionnaire et perturbe les certitudes technocratiques de son temps, qui est encore le nôtre.
Le principal problème que la communication des ouvrages de Marx en France doit affronter n'est pas abordé dans cet album. C'est celui de la censure. En effet, Karl Marx ne partage aucune des valeurs laïques républicaines dont l'enseignement est obligatoire en France*. Les élites staliniennes ont naguère fait un effort considérable pour rapprocher Marx de Hegel, alors que celui-là n'a cessé de s'éloigner de la brillante théorie du progrès national-socialiste. Tout simplement parce que l'hégélianisme, lui, est compatible avec l'appareil judiciaire d'une république populaire ou démocratique, contrairement à la démonstration historique de Marx que le droit républicain ne fait que prolonger le droit ecclésiastique en l'adaptant à la nouvelle donne industrielle.
Marx et Engels ont d'ailleurs anticipé la violence républicaine catastrophique du XXe siècle, tandis que les élites républicaines européennes n'ont fait que se disculper de cette violence, postérieurement aux catastrophes mondiales, suivant une méthode religieuse caractéristique.
Marx avait bien compris que l'institution catholique romaine était imperméabilisée contre l'histoire. Mais qu'il en va de même pour toute institution puissante, qui pour des raisons organiques ne peut pas se permettre l'autocritique.
Les quelques dernières pages de cette BD, consacrées à l'actualité de Marx, ne font qu'accroître la déception, car c'était là un sujet bien plus intéressant. Et Marx n'aurait accordé à sa propre biographie aucune espèce d'intérêt, n'étant pas de ces artistes qui se contemplent ou se projettent dans leurs ouvrages, en pensant qu'ils les prolongeront dans l'au-delà.
Les auteurs, Corinne Maier et Anne Simon, constatent que chaque nouvelle crise économique remet au goût du jour la fameuse observation de Marx : «Le Capital est le pire ennemi du Capital», fortement évocatrice de la spiritualité juive dressée contre la tour de Babel, qui symbolise l'anthropologie ou le langage, et s'écroule d'elle-même. Parodiant Marx, on pourrait dire que la force révolutionnaire des «subprimes» ou des «hedge funds», aussi imprévisibles que les cyclones, excède largement la force révolutionnaire des mélanchoniens ou des lepénistes réunis, somme toute plus nostalgiques des «Trente Glorieuses» qu'autre chose.
*Le meilleur indice de cette censure est l'omerta sur les études critiques de Marx concernant la révolution française de 1789, dans lesquelles l'historien établit un lien entre la démocratie libérale et le populisme, très peu conforme au catéchisme républicain.
Lien : http://fanzine.hautetfort.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Marti94
  24 mai 2016
Cette BD est très amusante et c'est une bonne idée d'avoir fait une biographie de Karl Marx sur le mode comique. Car l'économie politique ce n'est pas toujours drôle.
Et bien, grâce à Corinne Maier et Anne Simon on se rend compte que le grand économiste était d'abord un philosophe et qu'il n'a pas toujours eu une barbe blanche.
Pour ce matérialiste pour qui la réalité sociale détermine la conscience, la famille et les amis ont une part centrale dans sa vie chaotique. Il va voyager dans toute l'Europe, parfois contraint, mais c'est à Londres qu'il participe à la création de l'Internationale des travailleurs réunissant les syndicalistes et les révolutionnaires européens.
On voit aussi l'importance de son amitié avec Friedrich Engels qui va terminer son oeuvre, les livres II et III du Capital, à partir des brouillons laissés par Marx.
On se rend compte à quel point ses idées sont encore essentielles aujourd'hui.
Ce « Marx, une biographie dessinée » mérite bien le Prix Cognito de la BD historique qu'il a reçu en 2014.
Lu en mai 2016
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
silverfab
  10 octobre 2015
Pour entrer dans l'univers de Karl Marx, plusieurs options s'offrent au lecteur curieux : attaquer par la bande avec Pour Marx d'Althusser, ou plus modestement, lire cette biographie dessinée de Corinne Maier et Anne Simon. Étudiant brillant destiné à embrasser la carrière d'avocat, Marx se réoriente rapidement vers la philosophie, devient un journaliste engagé, fréquente les plus grands esprits de son temps (Bakounine, Proudhon, Heine…), avant de faire la rencontre décisive de Friedrich Engels, avec qui il co-rédigera le fameux Manifeste du Parti communiste. En une soixantaine de pages, le duo - à l'origine d'un Freud publié également chez Dargaud, en 2011 - retrace à grands traits (et grand train) la vie du philosophe et économiste triviens dans ses errances, depuis l'Allemagne jusqu'en Angleterre, où il participera à la première Internationale ouvrière et s'attellera à l'écriture de son oeuvre-phare : le Capital… dont le 1er tome, publié en 1867, n'intéressera pas grand monde et ne résoudra guère ses perpétuels problèmes pécuniers. Pour qui ne sait strictement rien de cette figure incontournable du XXème siècle, ni des grandes théories qui sous-tendent son travail, l'oeuvre de Maier et Simon en offre un survol supersonique qui remplit néanmoins son rôle d'introduction et incite, via une bibliographie judicieusement proposée en fin de volume, à aller creuser le sujet. Comme l'écrivait Pennac : « On ne force pas une curiosité, on l'éveille. » ! A tester en musique: http://bobd.over-blog.com/2015/10/chronique-marxienne-marx-vs-the-wind-rises.html
Lien : http://bobd.over-blog.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (4)
Bedeo   26 août 2013
Un bel album au ton léger sur le parcours du père du communisme emprunt d’un autoritarisme certain mais toujours prêt à la lutte. […] Toutefois, les nombreuses qualités de l’album n’empêchent pas que le rythme trop rapide de l’album nuit à l’histoire.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BoDoi   11 juin 2013
Cela va-t-il trop vite ? Même si l’on apprécie de découvrir ou de redécouvrir la vie passionnante de l’inspirateur du communisme, on croule sous le flot d’informations.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   03 juin 2013
Une lecture à la fois ludique et intellectuelle, qui offre une juste analyse du monde d'hier et d'aujourd'hui, tant pour un public qui découvre l'économie que pour ceux qui veulent se mettre à jour.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   30 mai 2013
L'album se lit d'une traite et laisse ensuite le lecteur en pleine réflexion sur ce qui l'entoure, la tête pleine d'utopies économiques.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
MaliseMalise   06 mars 2014
JOURNALISTE DU CHICAGO TRIBUNE (JCT)
- Comment vous situez-vous, Karl Marx ?
KARL MARX
- Hum, une chose est sûre, je ne suis pas marxiste.
JCT
- Mais alors, que pensez-vous des marxistes ?
KM
- J'ai voulu fonder une science, pas une secte.
JCT
- Le bonheur pour vous, Karl Marx, c'est quoi ?
KL
- Le bonheur... C'est un château Margaux 1848. Plus rouge que lui, tu meurs ! Santé !
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson   31 mai 2014
Je veux étudier la philo. Mais que va dire mon père ?
« Mon très cher fils, je suis malade et très faible. J’ignore si je te reverrai. Suis ton cœur, étudie ce que tu veux. Mais fais attention à l’argent. »
Commenter  J’apprécie          80
okkaokka   28 novembre 2016
p.28.
LE CAPITALISME : MODE D’EMPLOI
Je t’explique.
Une somme d’argent initiale permet d’acheter une usine et des machines. Celles-ci produisent des biens dont la vente dégage un profit. Le profit sera en partie réinvesti en nouvelles usines, en nouvelles machines. C’est l’accumulation sans fin.
Mais il y a de plus en plus de concurrents. Alors les profits baissent. Les capitalistes réagissent. Les plus forts rachètent les plus faibles. Ils mécanisent. Ils délocalisent. Ils lancent de nouveaux produits. Mais il y a un problème…

Ouvrier : « C’est cher. Mon salaire est trop bas. Le patron ne paie pas toutes les heures travaillées. Je suis exploité. Mais je n’ai pas le choix, je dois continuer. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
okkaokka   27 novembre 2016
p.25.
Dans notre monde, tout s’achète, tout se vend ! Les capitalistes nous vendront même la corde pour les pendre. Hélas, je ne pourrai pas l’acheter, je suis trop pauvre.
Commenter  J’apprécie          60
colimassoncolimasson   01 juin 2014
Les philosophes Feuerbach, Bauer, Proudhon se sont trompés ! Ils n’ont fait qu’interpréter le monde, ce qui importe, c’est de le transformer !
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Corinne Maier (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Corinne Maier
Corinne Maier intervient sur OummaTV.TV à l’occasion de la parution de son dernier livre « Manuel de savoir-vivre en cas d'invasion islamique » (édition Michalon) co-écrit avec Frank Martin.
autres livres classés : révolutionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
788 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre