AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782360811793
Editions Cornélius (11/03/2021)
3.47/5   100 notes
Résumé :
Dans une petite ville de bord de mer, le quotidien de Pola, Daniel et Laurie est perturbé lorsque deux jeunes filles sont retrouvées assassinées près du lycée. La rumeur d'un dangereux meurtrier armé d'une batte se propage rapidement. Entièrement réalisé au crayon à papier, ce récit initiatique met en scène des adolescents qui se retrouvent brusquement propulsés dans un univers menaçant.
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,47

sur 100 notes
5
5 avis
4
6 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis

jamiK
  17 mars 2022
Dans une petite ville américaine sévit un tueur, de jeunes lycéens sont assassinés.
Le graphisme est entièrement réalisé au crayon, un minimum de traits, mais beaucoup de surfaces avec un jeu de nuances large, cela donne de grandes pages de gris, de noirs, aux surfaces tactiles et sensibles. Tout est à fleur de peau, comme l'histoire.
L'action est centrée sur les adolescents, le tueur n'a pas de visage, il reste une émanation de la violence. À la manière de Charles Burns, Antoine Maillard décrit le malaise de la fin de l'adolescence, le goût du morbide et des expériences extrêmes, l'insouciance, la séduction, et une certaine violence. J'ai beaucoup aimé l'ambiance, lourde et glauque, je suis moins convaincu par les intentions de l'auteur. Veut-il nous centrer sur l'aspect thriller ou au contraire, sur le sujet de la fin de l'adolescence, cette frontière reste très nébuleuse. J'aime souvent y trouver quelques questions en suspens dans mes lectures, j'aime quand la symbolique s'immisce dans l'intrigue, et nous joue des tours, mais ici rien n'est clair. J'ai refermé le livre sur une impression d'avoir raté quelque chose et j'ai beau y penser, ça ne vient toujours pas. C'est dommage, ça m'a freiné dans mon enthousiasme. La seule impression qui me reste, c'est celle d'un exercice de style d'une bande dessinée à la manière de Charles Burns, plutôt réussi, esthétique et tendu, mais avec un déséquilibre entre l'aspect thriller, trop pesant à mon goût, et le drame psychologique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Erik_
  27 novembre 2021
Ce récit sur un tueur en série dans une banlieue américaine avait pourtant assez bien commencé mais son développement m'a pas vraiment convaincu au final. Il reste beaucoup d'interrogations et de mystères non résolus. Or, je n'aime pas trop quand je ne comprends pas bien une histoire.
En effet, l'auteur Antoine Maillard semble avoir perdu certains lecteurs en cours de route. Cela ne m'a pas semblé très rationnelle et cohérent. Était-ce simplement voulu ? Je n'en suis même pas certain.
Le thème semble celui du mal être de l'adolescence où certains sont rejetés du groupe. Or, cette marginalisation peut les conduire à être totalement dérangés et à commettre des meurtres sordides contre leurs proches. Merci, très peu pour moi !
Bref, je vais donner toute de même une note satisfaisante pour tenir compte d'un bon travail graphique réalisé. Je décèle qu'il y avait quand même du potentiel avec une ambiance slasher assez bien retranscrite. Je me dis que l'auteur pourra peut-être me surprendre une prochaine fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
Lespetiteschroniquesdemarie
  23 novembre 2021
Ça parlera peut-être à certains mais l'ambiance glaçante et angoissante de cette bd m'a fait penser à celle de Mon ami Dahmer (pour la fascination du morbide), mais aussi à celle très oppressante du film Gone girl de David Fincher (pour le suspense) qui m'avait bien retournée.
Dans une ville X plutôt paisible en bord de mer, deux adolescentes, Jennifer et Debra, sont retrouvées mortes. "Le batteur fou", un serial killer muni d'une batte de base-ball, le visage masqué par une casquette, sème un vent de panique en tuant au gré de ses rencontres. Cette série de meurtres va avoir un impact sur les vies de Dan, Pola, Ralf, Laurie...
Ce roman graphique monochrome a reçu le prix des Inrocks de la bandedessinee. Et c'est clairement mérité! le dessin y tient une place prépondérante par rapport à l'écrit : très peu de mots pour expliquer les maux d'adolescents qui se cherchent mais qui ne se trouvent pas. Est-ce aussi à cause de cette absence de dialogue entre eux, avec leurs parents (soit démissionnaire, soit castrateur) qu'arrivent tous ces terribles événements ?
L'entaille montre la noirceur de la nature humaine, en soulignant le manque d'empathie des adolescents. Chaque être humain a des pulsions plus ou moins avouables. Envie de liberté pour Pola qui rêve d'une autre vie et qui connaît certaines vérités. Goût prononcé du morbide pour Dan l'introverti. Désir incontrôlable de tuer pour ce serial-killer insaisissable. Libidos sans conscience pour Lars et sa bande de copains avec le viol en groupe. Finalement, qui a l'attitude la plus blâmable?
Le dessin monochrome retranscrit parfaitement les doutes, les peurs enfouies, les envies inassouvies. Les jeux d'ombres et lumières mettent l'accent sur les attitudes, des visages quelque fois sans expressions.Certains cases sans texte fonctionnent comme des arrêts sur images et mettent l'accent sur des gestes, des objets qui prennent leur sens au fil de l'intrigue. de surcroît, les cases de cette bd ne sont pas séparées ce qui génère une tension montant crescendo comme dans les films d'Hitchcock.
Une fois la bd refermée, j'ai continué de m'interroger sur le fait qu'on ne connaît pas toujours ceux qui nous entourent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
jmercier006
  19 avril 2022
La vie de plusieurs lycéens se retrouve bouleversée lorsque deux de leurs camarades sont tuées sauvagement. L'arrivée de ce tueur en série, armé d'une batte, fait planer un climat oppressant sur cette petite ville de bord de mer et les victimes se multiplient. Pola ne peut désormais plus dealer avec la présence de la police. Daniel, discret et effacé, est envahi par des pulsions de plus en plus morbides. Et si les victimes n'étaient pas si innocentes que ça ?
Pour sa première bande dessinée, le très talentueux Antoine Maillard nous propose un récit initiatique entièrement réalisé au crayon à papier. C'est un véritable hommage au cinéma de genre où l'on retrouve tous les codes du slasher et du teen movie, dans un décor qui rappelle bien sûr la Californie, mais aussi par quelques aspects certaines villes côtières françaises.
C'est l'insouciance de la jeunesse, avec la fin des cours et le bal du lycée mais aussi l'incertitude de l'avenir. Mais le mal est là pourtant, parfois bien plus visible qu'on ne le pense. Les personnages discrets et effacés ne sont pas vraiment des modèles de vertu, et le tueur en série semble choisir des victimes qui ont enfreint la loi.
Le récit nous plonge dans une ambiance feutrée, oscillant parfois entre l'hallucination et le cauchemar pour ainsi brouiller la frontière du réel et de l'imaginaire. Dans cette histoire, Antoine Maillard laisse une place de choix à l'introspectif et aux non-dits. Si l'on pense aux films de genre, on perçoit aussi une grande influence de l'univers de David Lynch et plus particulièrement de Twin Peaks.
Le trait d'Antoine Maillard et le choix du crayon à papier font de L'entaille une proposition artistique aux graphismes forts et au parti pris marqué, assumé. Les planches nous plongent dans un univers à la fois feutré et menaçant, et illustrent à merveille ce moment de bascule entre l'insouciance de l'adolescence et l'incertitude de l'âge adulte. Certaines planches pleine page, visions poétiques d'un décor urbain, sont dignes d'être encadrées.
Une bande dessinée que l'on a envie de relire encore et encore, pour en apprécier toutes les subtilités narratives et graphiques, pour s'immerger dans l'univers et laisser notre imagination combler les espaces que l'auteur nous laisse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mdlaix
  26 octobre 2021
Dans une petite ville de bord de mer. Nous suivons trois lycéens Pola, Daniel et Laurie, ils sont traumatisés par le meurtre de deux jeunes filles de leur lycée. Effectivement ces dernières se rendaient à une soirée, sur le chemin, elles aperçoivent un homme avec une casquette et une batte de baseball. Ce mystérieux inconnu va les assassiner toutes les deux. Nos trois lycéens vont essayer d'élucider ce meurtre, mais la ville va révéler bien d'autres sombres secrets, les habitants de la ville vont vivre un véritable cauchemar. L'intrigue ne se contente pas d'élucider un meurtre, en réalité elle expose le quotidien lugubre des trois adolescents, la BD traite de thèmes très importants. le message nous est transmis grâce aux planches sombres, simples, peu expressive. Elles donnent à voir un aspect bâclé mais cela va au contraire renforcer l'ambiance angoissante de l'histoire. Les personnages sont froids, sans expression et très détachés du lecteur, mais toute fois l'identification aux personnages est possible et même facile. L'histoire de Maillard traite des sujets comme du viol, la BD nous laisse voir une fille droguée et abusée lors d'une soirée. Mais également de la violence de la vie, les trois personnages ont des parcours de vie compliquée. Et enfin de la dépression, maladie qui touche de plus en plus les adolescents. Cette Bande dessinée peut être vue comme une métaphore de la violence du passage de l'enfance à l'âge adulte. Tout au long de l'histoire, nous ne comprenons pas bien ou le lecteur souhaite nous amener, l'intrigue part dans plusieurs directions et les pistes données au lecteur sont floues et évasives. C'est en effet une histoire pleine d'ambiguïté, le meurtre sert d'alibi à l'auteur pour nous transporter dans d'autres thèmes tout aussi sombres. La fin nous laisse perplexe, sans voix, une fin très énigmatique qui nous rappelle toute la cruauté de cette BD inspirée des films noirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (8)
LesInrocks   09 janvier 2022
Avec son travail maniaque sur les cadrages et les lumières, il signe un petit chef-d’œuvre évanescent, entre Daniel Clowes et David Lynch, où un mystérieux tueur à la batte sert de catalyseur émotionnel.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Telerama   04 mai 2021
Une ambiance à couper au couteau, à la “Twin Peaks”…
Lire la critique sur le site : Telerama
Sceneario   29 mars 2021
Pour un premier album, j'avoue que je suis assez convaincu par cette prestation très réussie, qui dénote une personnalité artistique qu'il va falloir surveiller de plus près !
Lire la critique sur le site : Sceneario
LesInrocks   17 mars 2021
Illustrateur pour le New York Times ou le New Yorker, Antoine Maillard réunit toutes ses obsessions dans sa première bande dessinée où un tueur sert de moteur à un récit envoûtant.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
BoDoi   15 mars 2021
L’ambiance est lourde, feutrée, lente, grâce notamment à un incroyable travail graphique, tout au crayon de bois, en nuance de gris
Lire la critique sur le site : BoDoi
Telerama   08 mars 2021
Pour son premier album de bande dessinée, Antoine Maillard mêle ses souvenirs d?adolescence avec son goût pour les histoires d'horreur et les ambiances à la David Lynch.
Lire la critique sur le site : Telerama
BDGest   05 mars 2021
Pour finir, il faut décerner une mention spéciale à l’éditeur qui réussit avec brio une fabrication particulièrement soignée.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDGest   24 février 2021
Avec L’entaille, Antoine Maillard signe un récit initiatique contemporain où les adolescents quittent subitement le monde préservé de l’enfance pour affronter un univers d’adulte, inconnu et menaçant.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Erik_Erik_   27 novembre 2021
Je me lève le matin et j'ai cette impression qui persiste... l'impression d'être prise au piège.
Commenter  J’apprécie          70
Stephanie39Stephanie39   10 septembre 2021
J'veux juste être ailleurs...
Commenter  J’apprécie          10
Stephanie39Stephanie39   18 avril 2021
Je reviens, je vais m'en griller une à la fraîche.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Antoine Maillard (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Maillard
Quentin vous présente son coup de coeur en bande-dessinée "L'entaille" de Antoine Maillard aux éditions Cornélius.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2483665/antoine-maillard-l-entaille
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : slasherVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4703 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre