AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Gabrielle Rives (Traducteur)
EAN : 9782228894463
234 pages
Payot et Rivages (19/03/2003)
4.03/5   55 notes
Résumé :
Dans ses autres livres, Ella Maillart (1903-1997) nous narrait des aventures précises circonscrites dans le temps. Avec Croisières et caravanes, paru en 1951, c'est à travers un demi-siècle d'existence qu'elle nous promène, depuis sa jeunesse insouciante et rebelle en Suisse jusqu'à son long séjour en Inde qui la transforma si profondément. Pour la première fois, elfe se laisse aller à raconter sa vie, et ce qui la fit courir ainsi vers l'« inconnu lointain ».
Que lire après Croisières et CaravanesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Ella Maillart a à peine cinquante ans quand elle fait ce récit rétrospectif sur sa vie. Connue comme une voyageuse intrépide qui a parcouru de nombreuses contrées fermées aux Européens et surtout aux femmes européennes, elle éprouve le besoin de faire le point. Que cherche-t-elle par ce besoin incessant de voyager, va-t-elle continuer toute son existence, après quoi court-elle ?

Enfant, elle habite en Suisse et elle découvre très tôt les plaisirs du ski, puis de la voile car ses parents passent l'été au bord du lac Léman. Ainsi, avec sa meilleure amie, elles sont à peine 16 ans qu'elles régatent déjà et qu'elles commencent les compétitions de voile. Rapidement Ella fera partie de l'équipe suisse aux régates olympiques de 1924 dans la catégorie Voile en solitaire. mais c'est le ski qui restera la grande passion sportive de sa vie. Membre de l'équipe suisse de ski, elle défend, pendant quatre ans, les couleurs de la Suisse aux championnats du monde de ski : de 1931 à 1934.

Puis c'est la découverte des grands espaces : Moscou, le Turkménistan, puis le grand voyage en Asie d'"Oasis interdites"

Ella continue de voyager pour le compte du Petit Parisien jusqu'en 1939 : La Turquie et l'Inde, à travers l'Iran et l'Afghanistan et donne des conférences dans plusieurs pays d'Europe.

C'est en Inde ensuite qu'elle se plonge pour une véritable recherche spirituelle et plus tard, bien que continuant à voyager et faire des conférences, ce sera bien l'hindouisme qui mènera sa vie.

Quelle femme étonnante et quel parcours hors du commun raconté avec modestie mais gourmandise par celle qui sera un modèle pour Nicolas Bouvier ! A lire pour élargir notre champ de vision et pour partager son bonheur de la découverte de l'autre !
Commenter  J’apprécie          80
Tout au long de ce livre, j'ai fait de beaux voyages ! A lire absolument en ces temps de tristesse culturelle ! (Première parution en 1951). Que ce soit à pied, sur le dos de chameaux, de chevaux, en train, en bateau, Ella Maillart nous fait découvrir Moscou, le Caucase, le Kirghizistan, le Turkestan. Tous ces pays avec leurs habitants et leurs coutumes. Elle revient en Suisse pour faire du ski car elle est très sportive. Elle repart ensuite en Extrême Orient, vers les Indes, Kaboul et l'Inde méridionale. Une femme avec une grands force et ténacité qui a le goût du risque. On gravit des montagnes, on traverse le désert c'est passionnant. Pour finir on se retrouve à Chandolin, auprès des mélèzes ! HS
Commenter  J’apprécie          30
ce voyage avec Ella maillard, m'a donné une nouvelle envie de partir au loin, de rencontrer l'inconnu le plus étrange qui soit, de vivre des moments d'exception que seul l'aventure offre parfois. J'ai beaucoup aimé ces carnets de voyage même si ce n'est pas une grande écriture.

Commenter  J’apprécie          10
Quel ennui : manque de style dans l'écriture.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Jusque là j'avais obtenu tout ce que j'avais voulu, mais le moment était venu de prendre la vie au sérieux et c'est alors que les difficultés commencèrent : que comptais-je faire de mon existence ? C'était très bien de faire du bateau à voile pendant les vacances, mais enfin ce ne pouvait être l'activité principale de ma vie. Les affaires marchaient mal, me disait mon père, il me fallait penser à l'avenir.
Que pouvais-je répondre ? La vie pleine d'imprévus que j'avais menée si jeune me donnait des occupations citadines. Plus j'y pensais, plus il me paraissait absurde de passer mes meilleures années dans des bureaux, à économiser de l'argent que je ne pourrais dépenser que quand j'aurais plus de cinquante ans et ne serais plus en âge de réaliser les rêves de ma jeunesse.
Commenter  J’apprécie          60
Quand pendant des mois de suite on a voyagé d'une manière pratiquée il y a déjà des milliers d'années, à dos de chameau, et à l'allure moyenne de vingt kilomètres par jour, c'est un contraste saisissant d'en faire deux mille d'une traite ! Ce vol miraculeux me donna des haut-le-cœur, mais activa mes pensées : je n'étais plus la même personne qu'à mon départ. Je n'étais plus uniquement Suissesse ou Européenne ; je me sentais liée au monde dans son ensemble et j'avais l'impression que je ne serais plus jamais tout à fait chez moi à Genève.
A Paris où j'avais l'allure de quelqu'un tombé d'une autre planète, mes mouvements étaient ralentis et la traversée des rues me faisait peur ; les passants me regardaient avec curiosité comme si j'étais une bête sauvage. Il me fallut une semaine pour réapprendre à parler comme les autres gens, à toute vitesse, sur une foule de sujets dont j'ignorais le premier mot...
Commenter  J’apprécie          30
Je n'oublierai jamais ces jours froids et purs, exempts de soucis compliqués; j'étais heureuse de ne rien posséder d'autre qu'un sac de couchage et les vêtements que je portais, et je dégustais la tsamba mêlée à du thé dont je me nourrissais. Il me semblait que, dussé-je ne jamais rentrer chez moi, la joie calme que je ressentais ne pourrait jamais s'altérer ; et ce détachement n'avait aucun rapport avec de l'indifférence car je me sentais vivre intensément.
Commenter  J’apprécie          10
Oh ! Quel monde que le nôtre ! Comme j'aime sa variété, sa beauté, son humanité qui lutte toujours. Et comment pourrai-je jamais voir de mes propres yeux tout ce qui m'attire si fortement ?
Commenter  J’apprécie          20
Le soleil,l'eau, le vent et l'amour sont encore gratuits, grâce à Dieu! mais si vous voulez voyager, soyez prêts à tout sacrifier à ce plaisir et vous réussirez. Si vous ne voulez renoncer à rien, ne vous plaignez pas.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Ella Maillart (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ella Maillart
Retrouvez les derniers épisodes de la cinquième saison de la P'tite Librairie sur la plateforme france.tv : https://www.france.tv/france-5/la-p-tite-librairie/
N'oubliez pas de vous abonner et d'activer les notifications pour ne rater aucune des vidéos de la P'tite Librairie.
Quelle bourlingueuse suisse a aussi bâti une oeuvre littéraire de tout premier plan ? Aventurière et pilier de la littérature de voyage ?
« La vagabonde solitaire », d'Ella Maillart, c'est à lire en poche chez Payot.
Dans la catégorie : Géographie de l' AsieVoir plus
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Géographie générale>Géographie de l' Asie (323)
autres livres classés : récit de voyageVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (205) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1672 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..