AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020961563
Éditeur : Seuil (30/11/-1)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
« De cette sauvagerie obtenue, gagnée sur le vide contre la ligne claire, de cette sauvagerie remportée malgré tout contre les forces puissantes de la volonté, que dire sinon l’épuisement – qu’écrire sinon. S’il suffisait de nommer le geste contre l’intention, on s’en tiendrait là – sauvagerie du survenu, de l’accident, de l’accident nécessaire à la reconnaissance d’une sauvagerie qui frappe au coeur des choses. Alors, de quels fonds venus ? »

Arnaud ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
brigetoun
  03 février 2009
dans la nuit qui m'entourait je l'ai suivi à travers les révolutions même petites, les façons d'écouter la pluie, un vent admirable… ce qu'on fait de nous vivants, la communauté, la solitude… le dehors pris et dit par celui qui parle… être ombre… un certain lyrisme permis par la nuit, l'insomnie, les voix, l'écoulement du temps… une fille sous la pluie – et, plus tôt, sans rapport, ou avec, une fille croisée un jour qui avançait avec des yeux fermés … la nuit face au chaos, chaos qui gouverne les vies

Lien : http://brigetoun.blogspot.com
Commenter  J’apprécie          30
Selenacht
  21 mars 2017
Histoire ou pas, le texte d'Arnaud Maïsetti ne se contente pas de se débattre avec la difficulté d'une énonciation à la source incertaine et sans issue. Cette voix charrie tout un monde, toute l'époque, brossé entre les lignes, comme un référent à demi implicite dont ce délire nocturne d'un réalisme tout particulier : nécessité du travail et du sommeil, répétition des jours, automatisme des paroles, vie vécue non pour elle-même mais comme conséquence de. de la vient la violence immédiate du texte ainsi que son désarroi, d'être une révolte malaisée , puisque qu'il la sait perdue d'avance.
Lien : http://glossolalies.net/voya..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   18 novembre 2011
Nous ne savons pas grand chose au juste. Nous savons que le jour est grand ouvert derrière nous et qu'il a laissé passer la nuit entre ses côtes mais quand nous levons la tête c'est un ciel sans soleil qui nous dévisage et s'écroule sur la terre mourant de faim et lançant des cris en cascade sur toute la surface et en heurtant nod oreilles ces cris dégringolent jusque sur le sol et sur les pierres où nous sommes allongés car nous ne sommes pas des veilleurs de nuit nous sommes des animaux vivant au rythme des saisons et des lumières qui traversent là-haut l'espace mais ici nous avons faim et soif et nous ouvrons la bouche comme pour crier parce que nous ne connaissons pas d'autres langages que la demande et l'espoir..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PaulinePauline   08 avril 2008
Deux recommence - et termine. Deux répète le début, mais rien ne sera tout à fait identique. Car la nuit n'est plus le moment du jour dérobé au temps des hommes. Tout à coup et pour un temps dont nul n'ignore la durée exacte, elle devient le lieu des crachats lancés contre le sol. L'espace des pardons jamais accordés – des affrontements anonymes dans les rues. Et sans raison. Des passages. Des endroits où passer. Des vols et des impasses où reculer est impossible. Si je marche dans la nuit, je ne sais plus si la nuit est l'endroit où je passe. La lumière traversée par les paroles échangées. L'espace qui sépare deux levers de soleil – ou bien deux couchers. Deux pour toujours sera le commencement de la fin encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PaulinePauline   08 avril 2008
Ici, de cette chambre où je suis et d'où je peux voir toute la ville, cette chambre petite, murs blancs, fenêtre unique ouverte sur le dehors, cette rue étroite où l'on passe beaucoup, surtout le jour, et surtout la nuit, d'où les voix montent: je vois les histoires, je recueille les bribes de voix qui tissent dans le noir le voile épais où se défait le monde
Commenter  J’apprécie          20
brigetounbrigetoun   18 novembre 2011
Nous ne sommes pas résignés, nous qui veillons dans nos chambres les heures faibles qui s’éloignent. Qui n’avons pas autre chose à faire – puisque l’histoire est passée – que de planter doigts et ongles et os dans l’instant pour ne pas être emportés – nous sommes plus légers que des noyés – plus faibles que les heures qu’on efface
Commenter  J’apprécie          20
brigetounbrigetoun   03 février 2009
les pas d’une histoire perdue encore – d’une histoire en retard de toute une vie, de toute une histoire à venir ; histoire venue s’échouer contre moi et les murs blancs de cette chambre semblant se rapprocher à mesure que la nuit s’établit dehors, dedans, partout. J’écoute encore, je regarde. Sur le monde plane le murmure amer de l’histoire – le murmure éparpillé des devoirs à se transmettre. Comme l’histoire possible de cet homme que je peux inventer….



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Arnaud Maïsetti (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arnaud Maïsetti
Vidéo de Arnaud Maïsetti
autres livres classés : accidentVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2035 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre