AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757845322
Éditeur : Points (25/09/2014)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Beyrouth, quartier de Marsad, 1964. Simone, la fille cadette de Chakib Khattar, un notable chrétien issu d'une lignée d'industriels du marbre, est enlevée par Hamid Chahine, bras droit de son père à l'usine. Ce rapt amoureux tombe au plus mal pour Chakib, obsédé par la transmission de son patrimoine et qui, face à l'incapacité ou à l'indifférence de ses héritiers légitimes, a fait de Hamid plus que son homme de confiance : une sorte de fils spirituel. Mais l'enlèvem... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  20 février 2015
Beyrouth, mai 1964. Simone, la fille cadette de Chakib Khattar, notable chrétien du quartier Marsad, fuit la demeure familiale avec Hamid Chahine, bras droit de son pére....les jeunes gens se connaissent depuis l'enfance et malgré l'estime que Chakib Khattar porte à Hamid, il lui a refusé la main de sa fille. Pourquoi ce refus? ...Cet enlèvement ravive d'anciens conflits et de vieilles rancoeurs .Le chef de famille retrouve sa fille, empêche le mariage et renvoie Hamid.. Simone s'éloigne des relations familiales, part avec un diplomate anglais qu'elle épouse sans en informer sa famille, au cours d'un voyage en Iran....de son côté, Hamid part travailler en Arabie oú il développe un commerce prospère d'eau de lavande...Viennent les années soixante - dix et les troubles qui déstabilisent le Liban. La demeure de Chakib Khattar, située dans la partie ouest de Beyrouth à majorité musulmane se retrouve en premiére ligne..En réalité " le dernier seigneur de Marsad" est une grand saga familiale au souffle puissant, sans temps mort : un pére autoritaire à la tête d'une florissante usine, implacable, hautain et craint, un homme de clan, désireux de transmettre son pouvoir et qu'aucun de ses cinq enfants ne se montrera digne ou capable d'exercer....qui occupe une position dominante, aussi bien politique, économique que sociale, un amour impossible et un secret de famille qui provoque l'implosion de la cellule familiale.... C'est surtout un document puissant, passionnant , foisonnant sur la société Libanaise de la seconde moitié du XX° siécle. le lecteur découvre , à travers l'histoire de la famille Khattar et du quartier Marsad, les relations entre les membres de la communauté chrétienne, à l'origine majoritaire dans cette partie ouest de Beyrouth, le jeu des alliances entre les différents clans et les compromis avec la communauté musulmane...
Le puissant Chahib Khattar s'emploie à maintenir, le plus longtemps possible, l'équilibre fragile,ô combien, sur lequel repose son univers, mais les grandes familles chrétiennes partent progressivement vers les quartiers est.... Il se heurte alors à des éléments exterieurs, ignorants de l'histoire de Marsad et engagés jusqu'au bout dans une logique de violences, perquisitions , menaces , enlèvements, manifestations, combines,.radicalisation....
L'écriture de Charif Majdalani est imagée, à la fois simple et prenante , limpide...ce récit captivant nous transporte des grandes demeures de Marsad aux villages écrasés de chaleur de la plaine de la Bekaa.
L'histoire de la famille Khattar se lit intensément, comme un conte oriental sur la vanité du pouvoir, de la richesse et ses illusions semblables..... à la fin d'un certain monde, met une lumiére crue sur le Liban des années 60 et 80! Une tragédie sur fond politique et religieux.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          344
Sando
  08 septembre 2013
Sans aucun doute, le dernier seigneur de Marsad c'est lui, Chakib Khattar, qui règne en maître sur le quartier ouest de Beyrouth, au Liban. Sa famille a construit sa réputation et sa richesse au fil des générations, profitant de la guerre pour s'enrichir, acquérir des terres et ouvrir des usines. Chakib Khattar est l'héritier de ce nom respecté, qui lui confère du pouvoir et de l'autorité sur ces concitoyens. Mais à quoi lui servent cette influence et ce patrimoine s'il ne peut les transmettre à ses descendants ?
C'est là tout le problème qui ronge Chakib, pourtant père de cinq enfants mais dont aucun ne se montre digne de lui succéder… En effet, Simone, sa préférée, vient de s'enfuir avec Hamid Chahine, qu'il a élevé comme son fils, couvrant de honte toute la famille. Michel, son aîné, se désintéresse complètement de l'entreprise familiale, tandis que ses autres filles, Julie et Rayya, ont épousé deux idiots ! Et enfin, il reste Elias, le petit dernier, « l'intellectuel » de la famille qui préfère s'engager dans la révolution… Comment, dans de telles circonstances, Chakib Khattar peut-il faire perdurer la gloire de son nom ?
Si tout commence par une histoire d'amour contrariée, celle des deux fugueurs, très vite le roman s'enrichit d'une nouvelle dimension, à la fois politique et historique. Charif Majdalani, à travers le portrait de cette famille libanaise bourgeoise, dresse l'histoire d'un pays en pleine mutation, fragilisé par la perte de ses valeurs et par des conflits religieux et politiques. Les clans se disloquent, les ennemis d'hier deviennent les amis de demain pour faire face à l'invasion des musulmans dans une région essentiellement chrétienne. L'intérêt augmente au fur et à mesure pour ce père de famille droit et attaché aux traditions, qui mène un combat perdu d'avance pour sauver ce qu'il a de plus précieux : le prestige de son nom. Un combat mis à mal par ses propres descendants… « le dernier seigneur de Marsad » est un roman dense et captivant, qui nous entraîne dans son histoire et dévoile ses enjeux par petits bouts. L'auteur dépeint avec talent l'histoire d'un quartier, d'une époque à travers celle d'un pays. Une très belle découverte !
Un énorme merci à Libfly et au Furet du Nord pour cette opération « On vous lit tout » qui m'a permis de découvrir cet auteur talentueux!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
tynn
  18 novembre 2013
Il existe une époque où le Liban était un paradis...pour certains.
Qui se souvient encore de ce pays magnifique dans la prospérité économique et la paix des années 60, avant les grands bouleversements politiques ?
Pour les grandes familles patriciennes chrétiennes du Liban, le milieu du 20ème siècle a été une période faste, où les relations entre communautés catholiques ou orthodoxes se faisaient par le commerce, les affaires, la politique, et un voisinage de bon aloi, entre soumission et dépendance, domination et paternalisme.
Chacun connaissait sa place et savait y rester.
Quelles raisons poussent le seigneur Chakib à s'opposer au mariage de sa fille Simone avec Hamid, qui a toute sa confiance professionnelle en étant son bras droit? Question de notabilité, de religion, d'orgueil? Et comment ne pas s'inquiéter avec le chef de famille, de la décrépitude sociale où l'entraine sa descendance?
Il flotte sur le quartier de Marsad un sentiment de décadence, prélude du déclin de la présence chrétienne au Liban, en miroir d'un pays en sursis.
Sur fond de destin familial, Charif Majdalani, tel un conteur oriental, nous entraine dans un pays et une société exotiques par ses codes et traditions, ses personnages picaresques, au fonctionnement proche du tragi-comique.
J'ai retrouvé le même plaisir de lecture que celui ressenti avec "Histoire de la grande maison" paru en 2005.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
angelita.manchado
  22 août 2013
Nous sommes en mai 64. La fille de Chakib Khattar a disparu. Elle a été "enlevée" par son amoureux, employé de son père, Hamid. Son père va tout faire pour tenter de la récupérer. Mais il sera obligé de lâcher du lest, face à cette fille qui lui ressemble énormément.
Nous sommes en plein coeur du Liban avec des retours dans le passé pour bien comprendre comment la situation a évolué. Sous fond de guerre, c'est l'histoire d'un homme, le Dernier seigneur de Marsad. Car les hommes riches, vivant dans les quartiers chrétiens de Beyrouth, sont considérés comme des personnes à qui on doit respect, honneur et allégeance.
Dans le cadre du prix littéraire Fnac, c'est le deuxième roman que j'ai décidé de lire. Il est en librairie ce jour, soit le 22 août 2013.
Ce roman ou biographie pourrait-on dire narre la vie d'une famille à Beyrouth, et en particulier du père.
Tout commence avec l'enlèvement de sa fille adorée par son employé. Enlèvement, un bien grand mot pour décrire deux jeunes gens amoureux qui veulent se marier. Tout se finit avec un des protagonistes de l'histoire, Hamid, qui nous éclaire enfin sur ce qui s'est réellement passé entre sa mère et Chakib Khattar.
L'auteur est un ami de la famille. Il narre ce qu'il a vu, entendu. Y a-t-il du romancé dans cette biographie ? Peut-être. de la haine ? Je ne trouve pas. Car on apprend qu'ami des enfants de Chakib, il a éprouvé des sentiments proches de la haine pour celui qui a détruit la fortune de son père.
Dans ce roman, nous retrouvons l'histoire de Beyrouth pendant des décennies. Lorsque certains quartiers de la ville étaient "aux mains" des familles chrétiennes orthodoxes, avant de basculer vers l'islam et se nombreuses guerres pour les prises de pouvoir. Chakib est un homme riche. Il doit sa fortune à son père mais il a su la faire fructifier. Il est comme un pacha dans son quartier. On l'écoute, on vient le voir, on veut avoir son aval. Il a également de nombreuses accointances politiques pour continuer à rester celui qui il est. Mais il cache un profond malaise. Il n'est pas assez cultivé et cela lui pèse même s'il tente de ne pas le montrer.
Comme tout père d'une nombreuse famille, Chakib ne veut pas que sa fille, en se mariant, descende d'un rang. Mais au fur et à mesure, on se rend compte qu'il existe un secret. Et ce secret, qui sera plus ou moins révélé, hantera le père toute sa vie. D'ailleurs, il ne connaîtra jamais la vérité. Chakib a plusieurs enfants. Et celui qui doit hériter ne le comble pas. le plus jeune s'engage dans la révolution, ce qui ne plait pas à son père et les filles, n'en parlons pas. Ces enfants profitent de la fortune familiale. Un seul aurait pu s'en sortir, Hamid, ce garçon à qui il a permis de venir vivre chez lui, de faire des études, et de trouver sa place dans l'entreprise familiale. L'éducation est rigide, très stricte.
Les auteurs étrangers me permettent de découvrir une culture, une vie différentes. Mais cela se rapproche de la notre, tout de même, de ce qui a pu se vivre dans les campagnes, lorsqu'un père fait la pluie et le beau temps, que sa femme n'ose pas parler, qu'elle acquiesce à tout, qu'il ne peut rien faire contre ses enfants, ses héritiers et qui tente d'être le seigneur dans son village. Mais il y a également ces croyances, cette religion, beaucoup d'histoires, mais aussi des légendes.
Mais il y a cette dimension historique qui est hautement appréciable. Car on vit vraiment de l'intérieur ce qui a pu se passer, même si ce n'est pas détaillé comme dans les livres d'histoire. Il n'y a aucun parti pris de l'auteur. Il narre, il raconte, les colères, ceux qui ont tenté de prendre le pouvoir, les changements de régimes pas si faciles que ça, le déplacement des populations qui s'installent dans les maisons vacantes, ceux qui ont fui en laissant tous leurs biens. le Liban change avec les forces de gauche et les Palestiniens qui sont de plus en plus forts. Chakib, jusqu'au bout, restera le pacha de son quartier. Il ne cédera rien malgré les menaces.
Il y a également ces histoires de rivalité entre quartiers, entre seigneurs de quartiers. Ils se détestent, se font la guerre mais ont tout de même un profond respect l'un envers l'autre.
Pour tout vous dire, je lui ai attribué une très bonne note. Un 9/10, ce qui en soi est vraiment très bien. J'ai vraiment adoré. le roman est très bien construit, il n'y a pas de temps mort. Au départ, je pensais que l'histoire ne tournerait qu'autour d'Hamid et de Simone, donc je ne comprenais pas trop le titre. Mais ce dernier prend toute sa signification tout le long du roman jusqu'à la fin. L'auteur nous fait traverser les années, avec des retours dans le passé, pour nous expliquer les caractères des uns et des autres, le déroulé de l'histoire, du passé. Mais tout est bien mené. Les faits se déroulent mais il faut tout de même les comprendre
Lien : http://angelitamblog.com/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ogusta
  19 mars 2015
Je ne connaissais pas Magdalani, ce livre m'a été prêté par une copine qui connaissait mon goût pour les romans de Maalouf. Ce n'est cependant pas du tout le même type d'écriture et c'est normal, il n'y a pas un type d'écriture français, un autre libanais etc ... Ce serait bien réducteur et c'est pourquoi mon étiquette "littérature libanaise" est juste un moyen de retrouver au plus vite mes bouquins dans ma biblio Babelio.
Pour l'histoire : malgré les apparences, ce n'est pas essentiellement une histoire d'amour contrarié. Dans les années soixante, la fille d'un notable chrétien, Simone, s'enfuit au bras de l'employé modèle de son père, presque son fils spirituel puisque ni ses propres enfants, ni ses beaux-fils ne trouvent grâce à ses yeux. Amid et Simone sont pourtant séparés par ce père autoritaire et vont chacun vivre de leur côté, mais la rupture familiale est amorcée. Sur fond de chronique familiale, Magdalani raconte les vicissitudes du Liban pendant et après la guerre, la petite guéguerre entre communautés religieuses, l'engagement politique et l'évolution d'une ville, d'un quartier...
J'ai bien aimé l'acharnement du père pour transmettre sa passion, son nom, son empire, à des héritiers pour le moins désinvoltes et la chronique du Liban qui s'agence autour de cette fresque privée comme un vent contraire.
Par contre, je n'ai pas retrouvé la poésie de l'écriture que j'aime tant chez Maalouf. Normal me direz-vous il s'agit d'un roman de Magdalani pas de Maalouf. Mon défaut littéraire a encore frappé ! Par exemple, quand j'ai lu Zola, il y a longtemps, je cherchais Hugo ce qui est une bêtise immense (Bon, j'avais 15 ans, c'est plus excusable qu'aujourd'hui) ! Au fond, je suis comme Khattar, je n'apprends pas bcp de mes erreurs, mais, à ma décharge, mieux vaut rester une lectrice bornée 20 ans durant, qu'un père intransigeant toute une vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          33

critiques presse (3)
LaPresse   07 novembre 2013
Habilement construit autour d'une saga familiale, ce captivant récit met en lumière la politique et l'histoire du Liban, entre les années 60 et 80.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Lhumanite   07 octobre 2013
Le Dernier Seigneur de Marsad donne à voir, à sa manière épique, dans un style métaphorique brillant, truffé de digressions révélatrices, le désir de transmission d’un homme de pouvoir emporté dans le vent de l’histoire.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
Lhumanite   02 septembre 2013
L’auteur parvient une fois de plus à dessiner, sous la forme d’une fable d’allure réaliste, l’allégorie précise de l’état de son pays.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Annette55Annette55   20 février 2015
"Les hommes comme Chakib ne pensent qu'à leur clan, et à l'avenir de leur nom. Tout, même leurs enfants, n'est que le combustible qui doit servir à alimenter le bûcher de leurs vanités...."
Commenter  J’apprécie          130
StemilouStemilou   10 décembre 2014
... le début des années soixante fut pour les Khattar comme pour le Liban tout entier une période d'insouciante opulence. Chakib réussit à maintenir son beau-frère dans les divers gouvernements qui se succédèrent, il s'ouvrit par des succursales et des contrats les marchés de Bagdad et de Damas et acquit en 1961 les premières grandes scies ...
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Charif Majdalani (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charif Majdalani
Payot - Marque Page - Charif Majdalani - L'empereur à pied
autres livres classés : littérature libanaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1086 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre