AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782951982673
78 pages
Éditeur : Editions Antidata (21/01/2009)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Au parlement de Malvina Majoux, les députés ont maille à partir avec des petits plats, des cartomanciennes, des jeux de l'oie, des volcans ou des syndicats de bigorneaux. Quinze textes insolites, loin de la critique convenue qui aime prendre à défaut ses élus. Un regard frais et loufoque sur des parlementaires qui lorsque l'hémicycle s'éteint, auraient enfin le droit de rire et de s'amuser du monde comme il va.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Charybde2
  18 mars 2013
Quinze perles de poésie et de ruse sur les bancs de l'Assemblée Nationale.
Publié début 2009 chez les de plus en plus attachantes (au fil de mes lectures) éditions Antidata, ce recueil de courtes nouvelles de Malvina Majoux (découverte pour son incroyable nouvelle "Le schnark de Levallois", dans le recueil "Douze cordes") parcourt les bancs de l'Assemblée Nationale pour y déposer 15 perles de poésie, de ruse et de fraîcheur.
La nouvelle d'ouverture, "Le pari", réjouira les amateurs de feu "Le Francophonissime" : placer des mots tels qu' "hippocampe", "coqueluche" ou "truculence" dans une intervention sur l'égalité salariales hommes/femmes est en effet un défi, joliment relevé.
Le "Message subliminal à Madame Ramirez" permet, peut-être, à un député distrait de sauver son appartement d'un risque d'incendie grâce à une opportune intervention radiophonique.
"Le moral des Français" nous donne notamment cette phrase à méditer : "- Eh bien, comme chacun sait, la joie est une molécule complexe qu'on ne manipule pas à la va-vite mais chacun sait également que nous bénéficions d'un gouvernement hyper-réactif, qui a donc déjà prévu un dispositif d'extension et de remise à niveau de la joie."
"Transport des grèves", sans doute la plus directement poétique du recueil, mériterait une citation in extenso : un beau et surprenant parcours dans les raisons devant inciter à voter contre le service minimum dans les transports...
L' "Éloge funèbre de Maurice Meurice" nous offre un saisissant portrait indirect d'opportuniste ennuyeux à en... mourir, ce magnifique exergue : "Méfiez-vous que votre tête ne soit entre les mains de ceux qui vous applaudissent. (Proverbe russe)", ainsi que la lumineuse "politique du pied tendu".
"Les heures supplémentaires" propose une jolie variation sur un thème bien connu de tous les négociateurs : l'estomac comme arme de guerre... "- Je comprends que vous souhaitiez interrompre le débat après 4 heures de discussion générale, Monsieur Ratiche, nous savons tous que vous avez du mal à contrôler votre appétit. Mais nous avons justement une fricassée d'amendements légers réservés à la diète des plus ventrus."
"Les Autrui et les d'Ici", sous son apparence légère, met en scène avec force les justifications légalisantes du racisme et de l'exclusion. "- Lorsque l'enfant est né, avait-il l'air roublard de ceux qui n'en pensent pas moins ? Son premier cri fut-il pour la patrie ? Et puis les enfants adoptés, c'est périssable, même ceux qui sont en bouton, vaut mieux apporter des bonbons."
"Ingrid Garbo" est un morceau de bravoure : un épisode de lobbying traité en trilles et en vocalises bucoliques.
Autant de raisons de se réjouir à la lecture, et de rire songeusement des grandeurs et des misères démocratiques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          23
MarianneL
  25 avril 2013
Dans ce recueil de nouvelles paru début 2009 chez Antidata, Malvina Maljoux évoque, avec beaucoup d'humour, d'absurdité et de poésie, des sujets qui ne sont pas si absurdes que ça : la longévité indécente de certains hommes politiques ("Eloge funèbre de Maurice Meurice"), l'utilisation du fait divers et la manipulation des émotions du grand public comme méthode de gouvernement ("Message subliminal à Madame Ramirez" et "Le moral des français"), la perte de pouvoir de l'assemblée avec une présidence autocrate ("La mélopée"), le discours de ceux qui prétendent justifier le racisme ("Les Autrui et les d'Ici"), ou encore la stigmatisation des plus démunis comme profiteurs du système par des hommes politiques qui ne sont pas toujours exemplaires ("Les heures supplémentaires").
L'autre grand charme de Malvina Maljoux est cette délectation de la musique des mots qu'on retrouve, entre autres, dans « Transport des grèves », une énumération comme un long poème des raisons esthétiques pour lesquelles deux députés s'auto-convainquent de voter contre le service minimum dans les transports.
Un petit bijou profond et léger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


autres livres classés : assemblée nationaleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
875 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre