AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782370552396
Éditeur : Le Tripode (20/08/2020)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 176 notes)
Résumé :
Après une nuit de violent orage, un homme voit toquer à la porte de sa maison de campagne Monsieur Sécaillat, le vieux paysan d’à-côté. Qu’est-ce qui a pu pousser ce voisin secret, bourru, généralement si avare de paroles, à venir jusqu’à lui ? L’homme lui apporte la réponse en le conduisant dans leur champ mitoyen : emporté par la pluie violente et la terre gorgée d’eau, un pan entier d’un ancien mur de pierres sèches s’est éboulé. Or, au milieu des décombres et de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  25 août 2020
°°° Rentrée littéraire 2020 #6 °°°
Ce premier roman complètement inattendu est un véritable coffre aux trésors, un don de mots offert au lecteur comme une parenthèse enchantée et enchanteresse hors du temps, hors du chaos du monde, un conte comme on en écrit plus dans lequel on plonge avec bonheur et qu'on referme le sourire aux lèvres.
Le point de départ est presque anodin : au coeur du Lubéron, deux voisins découvre après un soir d'orage un mur éboulé qui révèle des tessons de poterie fort anciens ; ils se lancent dans des fouilles archéologiques clandestines qui vont les amener très loin, jusqu'aux origines du monde.
Dès les premières pages, Olivier Mak-Bouchard déploie un talent évident pour faire voyager dans l'imaginaire. Chaque chapitre démarre par un proverbe provençal ou une citation de Frédéric Mistral, Jean Giono ou Henri Bosco, mais au-delà d'un simple patronage rassurant, l'auteur crée sa propre histoire ancrée dans le territoire fort du Lubéron. On mange des ocres à pleine bouche, on se prend le Mistral en pleine figure et il nous envoie bien loin des images d'Epinal habituelles avé l'accent. L'amour de ce jeune auteur pour ce Lubéron magnétique imprègne chaque page, il en fait son omphalos, là où se jouent toutes les forces cosmiques.
Le roman convoque légendes et patrimoine historique du Lubéron avec une simplicité limpide merveilleusement décantée, sans artifice ni ostentation érudite, avec une lenteur réelle qui stoppe l'accélération du temps et du tourbillon contemporain. Petit à petit, le récit dérive vers le fantastique avec une évidence toujours juste, mêlant personnages réels et personnages métaphysiques ou légendaires. Quel bonheur de voir le narrateur basculer dans un univers magique peuplé d'une femme-calcaire, de l'enfant Maître-Vent, du dieu celte Vintour !
Un roman atypique, délicieusement généreux, porté par une écriture fluide et humble, laissant toute la place au lecteur de laisser vagabonder son imagination. Comme une invitation à la vie et à l'amitié, comme un pied de nez au temps qui passe.
A noter, comme souvent chez le Tripode, une couverture écrin juste sublime réalisée par Philéas Dog ( aka Sophie Glade ), rendant hommage aux ocres du Lubéron ( et à ce sacré Hussard, le chat énigmatique du narrateur ). Je crois que rien que pour elle, j'aurais acheté ce roman …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10014
hcdahlem
  01 octobre 2020
Le mistral gagnant
Olivier Mak-Bouchard a réussi un formidable premier roman qui met le Lubéron en vedette, mêle des fouilles archéologiques aux mythes qui ont façonné cette terre et débouche sur une amitié forte. Bonheur de lecture garanti!
Paraphrasant Georges Brassens, on peut écrire que la plus belle découverte que le narrateur de ce somptueux roman a pu faire, il la doit au mauvais temps, à Jupiter. Elle lui tomba d'un ciel d'orage.
Car c'est à la suite d'une pluie violente que le mur de pierres sèches, entre sa propriété et celle de son voisin, a été emporté, mettant à jour de curieux tessons de poteries. Ne doutant pas qu'il s'agit de vestiges archéologiques, Monsieur Sécaillat – en vieux sage – propose de reconstruire le mur et d'oublier leur découverte, de peur de voir sa tranquillité perturbée par l'arrivée de hordes d'archéologues. Son voisin, fonctionnaire dans un lycée de L'Isle-sur-la-Sorgue, arrive toutefois à le persuader de poursuivre les fouilles de façon clandestine. La curiosité étant la plus forte, les archéologues amateurs se mettent au travail et finissent par déterrer des trompettes en terre cuite.
Creuser la terre et trier les tessons a aussi la vertu de rapprocher les deux voisins qui jusque-là s'étaient plutôt évités. Car ils vont tenter d'en savoir davantage sur leurs découvertes, essayer de dater précisément les objets, comprendre à quoi peuvent bien servir ces trompettes. Des recherches sur internet, une visite au musée et déjà les hypothèses, qu'ils discutent autour d'un verre ou d'un repas, vont les exciter. Et quand soudain ils voient apparaître le visage d'une femme sculptée dans une large plaque de calcaire, ils ont l'impression d'avoir une nouvelle amie dans leur vie. Qu'il leur faudra bien partager avec leurs épouses. Si Madame Sécaillat, atteinte de la maladie d'Alzheimer, ne saisit pas forcément l'importance de cette découverte, l'épouse du narrateur – de retour d'un voyage au Japon – va juger leur comportement irresponsable. Sans pour autant trouver comment régler la question. D'autant qu'une source a jailli et que son eau semble avoir des effets très bénéfiques…
Olivier Mak-Bouchard, en mêlant habilement l'Histoire et les légendes, en ajoutant quelques touches de fantastique à son récit, réussit un livre captivant qui chante ce pays comme les grands auteurs de la région dont il s'est nourri: Alphonse Daudet, Jean Giono, Frédéric Mistral, Henri Bosco ou Marcel Pagnol. Ce faisant, il nous fait partager son amour immodéré pour cette terre si riche en mythes et légendes, mais aussi forte d'un passé dont on devient le témoin privilégié. Un peu comme le Hussard, un chat qui est l'observateur privilégié de la relation privilégiée qui se noue ici.
Des quatre éléments qui ont façonné la géographie du Lubéron aux éléphants d'Hannibal qui l'ont traversée, de la chèvre d'or qui s'est battue vaillamment jusqu'à ce mistral qui dure trois, six ou neuf jours et peut rendre fou, on se laisse porter avec bonheur par les parfums et les couleurs, la poésie du lieu et l'enthousiasme d'un auteur qui, comme sa femme-calcaire, est doté de pouvoirs magiques!

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          441
Zephirine
  11 décembre 2020
Que voilà un premier roman réjouissant, qui mêle avec drôlerie et subtilité le conte et le réel. Rajoutez à cela un vent têtu et brutal, le Mistral, qui « dure trois, six ou neuf jours », et vous comprendrez qu'on ne peut sortir qu'ébouriffé et un peu sonné de cette lecture.
Le point de départ est un incident banal : un violent orage a emporté un muret dans un verger de cerisiers et voilà que son propriétaire et le narrateur son voisin vont creuser et mettre à jour des vestiges archéologiques. Peu enclin à voir des archéologues débouler sur son terrain, le vieux paysan accepte tout de même de poursuivre les fouilles clandestines. Ce qu'ils vont découvrir va les mener bien loin jusqu'aux origines de la région, ce Lubéron pétri d'histoire et de légendes. La source que les deux voisins découvrent, semble avoir des vertus miraculeuses, un peu fontaine de jouvence, un peu hallucinogène, à moins que ce ne soit le soleil qui, en tapant sur le ciboulot de nos deux découvreurs, ne leur fasse prendre des vessies pour des lanternes et des pierres pour une déesse païenne.
Ces découvertes sont prétexte à des recherches historiques, et c'est là que se dévoile le talent du romancier qui devient conteur ou historien pour les besoins de l'histoire.
Olivier Mak-Bouchard connait bien sa Provence et le Lubéron, il nous ouvre les portes d'un pays façonné par l'histoire des peuples qui l'ont habité. C'est aussi le « gipoutoun », ce pays fantastique tissé de légendes. On apprend à connaitre le Ventoux, ce géant de calcaire qui règne sur la région, on croise aussi Hannibal qui, avec son armée et ses éléphants, a traversé le pays.
Au fil des pages s'invite le Hussard, ce chat silencieux, un peu « Arlésienne » et qui apparait selon son bon vouloir. N'oublions pas la faune qui peuple les collines et les falaises, comme le circaète Jean-Le-Blanc ou le loup. Leur histoire s'entremêle avec celle des bêtes des contes comme la chèvre de Seguin ou encore la » cabro d'or » gardienne du trésor d'Abderrahmane.
« le dit du Mistral » nous ramène aux contes de notre enfance, il est aussi imprégné des odeurs de la Provence et balayé de Mistral. Un roman de grand vent pour les amoureux des légendes, ceux qui n'ont pas peur de suivre des sentiers mystérieux.
Et puis on ne peut évoquer ce roman sans parler de la langue. Chaque chapitre s'ouvre sur une citation d'un natif comme Giono ou Mistral ou bien d'un visiteur tombé en amour comme Pétrarque. Il y a aussi tous ces proverbes et ces mots en provençal semés dans le texte et qui lui donnent l'accent et cette saveur inimitable. Les découvrir, les faire rouler sur la langue, c'est comme déguster les treize desserts du réveillon du Noël provençal.
Pour parachever ce voyage, on retrouve, sous les rabats de la couverture, une carte de l'auteur, et le croquis de ces lieux chargés d'histoire et de mystère.
Alors, même si ce roman n'a pas les vertus d'une fontaine de jouvence, il a le pouvoir de nous replonger dans les histoires et les contes de l'enfance.
J'ai vraiment aimé la verve de l'écriture et ce mélange subtil des genres. Un roman aussi inventif et plaisant, ça fait du bien !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
Biblioroz
  11 janvier 2021
Le coin de paradis sur terre serait-il le Lubéron ? C'est le prologue de ce livre surprenant, magique et plein d'originalité qui nous en fournit la preuve : Dieu en a voulu ainsi et avec l'aide des quatre éléments, il a donné cette petite touche finale à son travail de création en donnant naissance à cette fabuleuse région.
Mais revenons ensuite aux temps actuels, dans ce petit coin provençal. Un orage et ses grosses gouttes faisant dégringoler un mur de pierre chez le voisin amène notre narrateur vers l'improvisation de fouilles archéologiques.
Alors qu'il désirait tout recouvrir pour garder jalousement son lopin de terre, monsieur Sécaillat se prend au jeu et fébrilement joue à l'archéologue clandestin avec son voisin. Sirotant souvent un petit café, croquant des sandwichs en guise de déjeuner sur le chantier, les deux compères déblayent, remontent les seaux de terre soigneusement tamisée et mettent délicatement de côté des tessons de poterie. Acharnés, se liant d'amitié au fond de ce trou creusé jour après jour, les deux fouilleurs atteignent ultimement un vestige taillé et gravé par la main de l'homme dans la roche du pays : un visage de femme-calcaire au regard fixe qui peut de nouveau contempler le bleu du ciel et dont la bouche déverse une eau tiède chargée en fer.
Mais les contingences de notre société actuelle s'appliquent aussi à fixer des règles sur les découvertes d'un autre temps…
Le Hussard est aussi là, félin observateur et nonchalant, avec ses pattes noires qui tranchent sur son pelage tout blanc, comme s'il avait enfilé des bottes. Il quémande ses repas. Gâté par madame Sécaillat le voilà qui boude ensuite ses vulgaires croquettes. Il nous accompagne au fil du récit et semble connaître le chemin qui mène à l'épilogue.
Traversant les saisons bien marquées, les quatre éléments montrent à visage découvert toutes leurs puissances. Ils ont façonné ce coin et occupent la place depuis des millénaires. L'auteur nous les révèle dans l'éclat du calcaire, les ocres de la terre, les sources qui valent de l'or et les caprices du mistral, ce vent fada que l'homme redoute tant.
Il nous fait arpenter ces lieux traversés par le souffle du Maître-Vent ; la caillasse du mont Ventoux, les crues de la rivière Calavon d'Apt, la beauté des monts du Vaucluse avec ses buis fournis et ses chênes majestueux, le plateau d'Albion, les combes de ce Colorado provençal.
Bigarré comme l'Arlequin, ce premier roman picore dans les contes transmis par les aïeux et nous livre toute une facette pittoresque de la Provence, se jouant du temps et de la rationalité.
Il nous emmène vers les légendes qui donnent toutes leurs significations aux reliefs accidentés et aux couleurs particulières de ce pays. Les ocres de Provence sont entachées de sang et un terrible chagrin d'amour forma la combe de Lourmarin.
Mais attention, ce n'est pas du tout un salmigondis de légendes dont l'auteur se fait écho. Non, il déploie un talent indéniable pour imbriquer celles-ci dans le présent du narrateur car elles s'infiltrent dans ses rêves, dans des paroles susurrées par la femme-calcaire et des visions qui lui apparaissent au fond de l'eau tiédasse de la source. Sont-elles qu'illusions ? le présent fait démentir cette hypothèse.
Cette farandole de contes régionaux, rebattus par les gens du cru pour endormir les enfants, ne fait pas non plus oublier les traditions qui se perpétuent comme les treize desserts sur la table de Noël, le blé à faire germer sur son lit de coton pour la Sainte Barbe, le feu de la Saint Jean. Les dictons et petits mots provençaux qui parsèment la narration moderne, enlevée et dynamique de ce roman sont autant de sonorités qui chatouillent les oreilles. Même la faune s'invite, celle d'hier se confondant avec celle d'aujourd'hui qu'il faut préserver comme le Circaète Jean-le-Blanc.
Cette lecture a réveillé ma mémoire, elle a fait ressurgir mes souvenirs de séjours dans cette magnifique région. L'auteur a eu l'intelligence de ne pas tomber dans le chauvinisme en décrivant objectivement ce Lubéron avec ses atouts et ses défauts. Certains passages, sur les oiseaux du jardin notamment, dénotent un vécu certain. L'ensemble de ce roman parlera à un public d'initiés et le régalera mais je comprends qu'il puisse laisser de marbre des lecteurs n'ayant jamais eu le bonheur de parcourir cette région.
Pour ce tout premier roman, Olivier Mak-Bouchard nous sert un très bon cocktail savamment équilibré entre mythes de Provence et intrigue contemporaine très proche du quotidien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2910
isabelleisapure
  29 novembre 2020
Dans ce premier roman très réussi, Olivier Mak-Bouchard nous invite en Provence.
Dès les premières lignes, j'ai retrouvé le soleil, la chaleur, le chant des cigales, les oliviers, le Mistral qui ont bercés ma prime jeunesse et qui me manquent chaque jour.
J'ai aimé cette histoire où la tradition et la modernité se mêlent intimement en faisant une grande place aux légendes.
J'ai passé quelques heures hors du temps avec deux amis qui font une découverte aussi inattendue que magique.
J'ai partagé leurs émotions, leur impatience.
J'ai écouté le vent malmener les hommes et la nature.
J'ai ressenti la douceur du Hussard, chat observateur qui semble sorti d'un conte et qui traverse tout le roman, gambadant sur les murets, sous la pluie, sillonnant les vergers, faisant la navette entre les deux hommes.
J'ai lu un livre magnifique.
Olivier Mak-Bouchard est assurément un grand amoureux de cette terre provençale pour en parler aussi bien.
Commenter  J’apprécie          350


critiques presse (5)
Actualitte   26 avril 2021
Au milieu des décombres et de la glaise, surgissent par endroits de mystérieux éclats de poterie. Intrigués par leur découverte, les deux hommes vont décider de mener une fouille clandestine, sans se douter que cette décision va chambouler leur vie.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Actualitte   26 mars 2021
Ce livre est une ode à la connivence que la vie entretient avec chacun de ses constituants, hommes, cerisiers, dieux, légendes qui ne sont que l'effleurement de grands mystères. La vie qui est continuité, coopération, partage don et retour de don.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Liberation   19 octobre 2020
Un duo trouve une source dans ce premier roman.
Lire la critique sur le site : Liberation
LeFigaro   02 octobre 2020
Un livre aux protagonistes attachants, captivant de bout en bout.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LaProvence   21 août 2020
Au fur et à mesure du récit, il intègre des légendes, certaines bien connues, d’autres oubliées. Les lecteurs de la région s’amuseront à redécouvrir ces récits, quand les habitants du reste de la France pourront apprendre les secrets des paysages provençaux.
Lire la critique sur le site : LaProvence
Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
hanyrhauzhanyrhauz   08 mai 2021
On sentait chez monsieur Secaillat cette force paysanne que rien ne fait plier et qui encaisse tout, obstinément, sans broncher. Avec lui, il y avait certes un temps pour la réflexion ; mais une fois que c'était pesé, décidé, il n'y avait rien d'autre à faire qu'avancer, en serrant les dents, les coudes et les fesses, peu importe si le chemin était dur à parcourir.
Commenter  J’apprécie          10
hcdahlemhcdahlem   01 octobre 2020
INCIPIT
PROLOGUE
Quan lou vent coumenco, vento très jour, siès ou noun.
(Le vent dure trois, six ou neuf jours.)
Si le lecteur veut comprendre comment toute cette histoire a pu arriver, il ne doit pas avoir peur de remonter dans le temps. S’il se limitait au réel qui baigne chacune de ses journées, il risquerait de ne pas saisir le fin mot de tout ce qui va suivre, ou pire encore, de ne pas y croire du tout. Il comprendrait à la rigueur le comment, mais le pourquoi lui échapperait. Il serait comme un de ces touristes qui, les jours de crue du Calavon, n’en croient pas leurs yeux et se demandent comment un si petit rataillon peut se transformer en quelques heures en fleuve Amazone, aussi large que violent. Les Anciens lui diront que forcément, c’est lié au relief du pays : une cuvette, une vallis clausa1 en entonnoir dont le Calavon est l’unique réceptacle en temps de pluie, vous comprenez.
Oui, si le lecteur veut vraiment comprendre, il doit remonter jusqu’à la création du monde. Pas celle que tout le monde connaît, mais bien celle des légendes du coin, celle que l’on raconte aux enfants d’ici pour qu’ils s’endorment.
*
Les légendes prétendent qu’au matin du septième jour, le bon Dieu était fatigué de son labeur et décida de se reposer. Il s’assit au soleil et, caressant sa barbe blanche, contempla son œuvre : la croûte terrestre, la voûte du ciel et des étoiles, la nature embryonnante, l’homme et la femme. Il n’était pas mécontent de lui, mais il n’était pas complètement satisfait non plus : il avait l’impression qu’il manquait quelque chose. Il avait besoin d’une cerise sur le gâteau, d’une touche finale avec un peu plus de gueule que les simples Adam et Ève. Il fit venir les Quatre Éléments, et leur dit qu’il voulait mettre un petit bout de paradis en ce bas-monde. Pour cela il comptait sur eux.
« Après tout le travail de cette semaine, je suis vanné, je n’ai plus d’idées. Chacun d’entre vous doit me faire un cadeau, un cadeau à la fois utile et sublime, que je mettrai dans cette région où nous voilà réunis. »
L’Eau, l’Air, la Terre et le Feu se regardèrent en chiens de faïence, se demandant bien ce qu’ils allaient pouvoir répondre.
« Pourquoi ne demandez-vous pas à Adam et Ève ? Après tout, ce sont eux, les joyaux de la Création », questionna l’Air, un tantinet narquois.
« Oui, oui, justement, je me demande si je ne me suis pas un peu loupé, là-dessus. Mais allez ouste, la Terre, c’est toi qui as été créée la première, c’est toi qui t’y colles. Tu as quoi dans ta besace ? »
La Terre se leva, bien ennuyée, regardant ses pieds et fouillant dans ses poches. Elle chercha une bonne minute, puis regarda le bon Dieu, le sourire aux lèvres, heureuse de la trouvaille qui venait de germer en elle.
« Moi, j’offre le calcaire. Ça n’a l’air de rien, ça n’est pas du marbre ou du diamant, mais c’est du solide. C’est blanc comme la neige, ça se met en strate tout seul si bien que pas besoin de tailler, ça fait de belles pierres plates naturellement. Avec le calcaire, les paysans pourront faire des murs à flanc de collines, et cultiver en terrasse. Les bergers pourront en faire des bories, pour s’abriter lorsque la nuit arrive ou quand l’orage surgit. »
Le silence se fit, comme dans une salle de classe à la fin d’une récitation, quand les élèves attendent l’appréciation du professeur. Le bon Dieu passa ses doigts dans sa barbe, la lissant sur le fil de ses pensées.
« Oui, le calcaire, c’est pas mal, c’est utile. Mais en termes de magnificence, c’est tout de même un peu blancasse. Voyons ce que les trois autres ont trouvé. Le Feu, à ton tour, qu’est-ce que tu peux faire à partir de ça, vas-y, on t’écoute. »
Le Feu se leva d’un coup, impatient de montrer ce qu’il avait préparé pendant que la Terre passait à la casserole. Il toussota pour s’éclaircir la voix, et prit la parole.
« Moi, je vais prendre ces strates de calcaire, et je vais faire courir de belles flammes tout du long. Le blanc, je le prends et je le fracasse, je l’expose à toutes les couleurs que mes flammes peuvent avoir. De la flammichette du briquet jusqu’à la torchère du pin qui crame, je donnerai au calcaire le pourpre et l’écarlate, le jaune topaze et le rubis, le vert luciole et le bleu pétrole, et tout ça en falaises, en à-pics, et en cheminées de fée. Moi, j’offre le plus beau des cadeaux : l’ocre. »
« Eh bien en voilà, de la magnificence ! Bon, je garde l’idée, ça m’a l’air très bien. Allez, l’Eau, maintenant, c’est à toi, montre-moi ce que tu as en réserve. »
L’Eau se leva, jetant des regards fuyants de tous les côtés, faisant son possible pour éviter de croiser les yeux du bon Dieu. Elle ne disait rien et restait silencieuse.
« Allez ouste, on n’a pas toute la journée », dit le bon Dieu.
« Je n’ai rien », répondit l’Eau.
« Allez, arrête ton cinéma. Montre-nous ce que tu as », dit un ton plus haut le bon Dieu.
« Mais puisque je vous dis que je n’ai rien trouvé, se mit à pleurnicher l’Eau. J’ai beau chercher, tout ce que j’ai ne convient pas. C’est le problème avec ce pays : il n’y a pas d’eau. La mer ? Elle est à deux heures de là, et si je la fais monter, vous pouvez dire adieu aux calanques. De la pluie ? Il suffit que je fasse tomber quelques gouttes pour délayer votre calcaire, pour délaver vos ocres. Et de toute manière, comment voulez-vous que je fasse venir la pluie ? Avec ce soleil, vous croyez que la raïsse2, elle vient par l’opération du Saint-Esprit ? Chaque année, ça va être la même chose, sécheresse sur sécheresse, rien en été, et pas beaucoup en hiver. Puisque je vous dis que je n’ai rien. Il y a bien la rosée du matin, mais en termes de magnificence, la rosée, ça pourra repasser. Quand je dis que je n’ai rien, ça veut dire que je n’ai rien de rien. »
Le bon Dieu est sévère, mais il est aussi miséricordieux. Il comprit que l’Eau avait vraiment cherché, qu’elle n’avait vraiment rien trouvé, et qu’il valait mieux ne pas continuer à la faire bisquer.
« Bon, bon, ce n’est pas la peine non plus de se mettre dans ces états-là. On va réfléchir et trouver une solution ensemble. Je suis sûr qu’on va trouver quelque chose de très bien. »
Les autres Éléments, assis à l’ombre d’un figuier, se regardèrent, de l’envie plein les yeux : le bon Dieu répondait à la place de l’Eau, elle avait bien de la chance. Ils se disaient que c’était injuste, mais pas un n’ouvrit la bouche, et chacun regarda ses pieds.
« Bon, alors, montre-moi ce que tu as déjà dans la région. On a le lac de Sainte-Croix, mais ce n’est pas franchement la porte à côté. On a le Rhône et la Durance, aussi, mais ce n’est pas non plus tout près. Non, il nous faut quelque chose du coin, que les gens trouveront ici et pas ailleurs. Le Rhône, ils peuvent le voir à Lyon, et la Durance, ils peuvent la voir à Sisteron. Qu’est-ce que tu as comme rivière autour de la montagne à proprement parler ? »
« J’ai beaucoup de petites choses, mais rien de bien gros : l’Aiguebelle, l’Aiguebrun, la Dôa, le Rimayon, la Sénancole… Beaucoup de cailloux et des trous d’eau par-ci par-là. Quand je vous dis qu’il n’y a rien, je n’invente pas, j’ai déjà cherché. »
« Ma foi, c’est justement parce qu’il n’y a rien qu’il doit bien y avoir une solution. La nature est comme moi : elle a horreur du vide. Elle cache sa beauté dans sa simplicité. Ces cailloux et ces trous d’eau, ils doivent bien se jeter quelque part ?
« Non, soit ils retournent direct dans la nappe, soit ils se perdent dans la plaine », dit d’un ton résigné l’Eau.
« Eh bien à partir d’aujourd’hui je veux que chaque goutte qui tombe du ciel entre cette montagne et la montagne de Lure aille dans tous ces rimaillons, et que tous ces rimaillons aillent dans une seule et même rivière. Cette rivière, ce sera le Calavon. Insignifiant chaque jour de l’année, il se réveillera les jours de gros orage, grossira autant qu’un fleuve, et arrachera tout sur son passage. Ses flots seront alors belliqueux, et emporteront tout jusqu’à la mer, les agneaux comme les serpents. Le Calavon rappellera aux habitants du coin, au moins une fois par an, que la nature reprend toujours ses droits ; et que s’ils peuvent se croire au paradis ici, un rien pourra les en priver », dit le bon Dieu.
Il fit une pause. Il réfléchissait à la tournure que prenaient les événements et ne semblait pas mécontent. Dans un sursaut, il se rappela qu’il y en avait un qui n’était pas passé, celui-là même qui regardait ses pieds avec beaucoup d’attention.
« L’Air, c’est à toi. Attention, tu as eu le temps de préparer, je serai exigeant. »
L’Air prit la parole à reculons, comme si on venait de le surprendre en train de préparer un mauvais coup. Il parlait d’une voix sourde, qu’on avait du mal à entendre.
« Moi j’ai regardé dans ma besace ce que j’avais en stock. Je prends ma rose des vents, et je vois qu’on a déjà de beaux zefs dans cette région. Venant du nord, on a la Tramontane, qui nettoie tout de la montagne jusqu’à la mer. De l’est, on a le Levant, aussi doux qu’il est humide. De l’ouest, on a le Narboune, qui amène l’hiver après l’automne et le ramène d’où il vient au printemps. Au sud, on a le Sirocco, qui se coltine quand même toute la mer Méditerranée pour faire le trait d’union entre les sables du Sahara et ici. »
Le bon Dieu le coupa tout net.
« Eh oh, tu te stoppes, là. Je ne t’ai pas appelé pour que tu me fasses l’inventaire des stocks et me décrives par le menu tout ce qui existe déjà, je le connais mieux que toi. Passe directement au prochain chapitre. »
« J’allais y venir. Je vous présente mon petit dernier, qui vient de naître dans une grotte près de Burzet. C’est mon caganis3 : je l’ai appelé Mistral. Vous vouliez de la magnificence, vous ne serez pas déçu : c’est un enfant terrible, un petit malpoli qui peut dépasser les cent kilomètres par heure en rafale. Il a une personnalité à décorner les bœufs, toujours à faire les quatre cents coups. Les gens vont l’adorer ou le détester, mais je peux vous dire qu’ils s’en souviendront et qu’il marquera les esp
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
hcdahlemhcdahlem   01 octobre 2020
Coucou chéri,
Kono-Hana était la fille du dieu des montagnes, Oho-Yama. Symbole de la délicate vie terrestre, elle est souvent associée au bourgeon de cerisier, le sakura, qui représente la renaissance de la vie immaculée après un long hiver. Elle avait rencontré au bord de l’eau son futur mari Ninigi, le fils du dieu soleil. Il avait demandé sa main à son père, qui avait refusé. Il lui aurait proposé au contraire sa première fille, Iwa-Naga, la princesse roche, qui était moins belle, mais qui était beaucoup plus stable, beaucoup plus posée. Le dieu des montagnes souligna que les humains seraient fragiles et éphémères, comme le sont les pétales de cerisier. Ninigi refusa tout de même, et devant son insistance, Oho-Yama finit par céder et donna la main de sa seconde fille. Kono-Hana tomba enceinte très rapidement: le lendemain de son mariage, elle annonça à Ninigi qu’elle attendait en effet un heureux événement. Ninigi fut pris de doutes: était-il vraiment le père, n’avait-il pas été joué dans l’histoire? Kono-Hana fut offusquée par les doutes de son épouse et eut recours à une solution extrême pour défendre son honneur. Elle s’enferma dans la maison de maternité et, toutes portes closes, y mit le feu, proclamant que si ses enfants étaient bien de Ninigi, alors ils vivraient. S ’ils étaient d ’une liaison adultère, alors ils périraient dans les flammes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
BibliorozBiblioroz   08 janvier 2021
Septembre est le meilleur mois pour apprécier le Lubéron, ex æquo avec octobre. Les foules estivales ont déserté et les villages redeviennent des citadelles imprenables. Le thermomètre redescend. La lumière est plus douce. La nature s'enfonce à reculons dans la saison, elle ne sait pas trop quoi faire. Elle hésite entre lézarder encore un moment sur les pierres calcaires ou se préparer pour les rideaux de l'automne. Parfois, on voyait encore un morceau d'écorce s'accrocher à la vie, remonter les rainures du pin et se mettre à chanter : c'était une cigale qui refusait de s'enterrer et voulait accompagner le beau temps jusque dans ses derniers jours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
Charybde2Charybde2   02 mars 2021
J’éteignis les phares et sortis de la voiture. C’est toujours un moment particulier : les lumières des phares ne vous montrent que l’obscurité, et vous n’entendez pas les bruits de la nuit. La portière ouverte, c’est un nouveau monde qui se révèle, comme lorsque l’on met un masque et que l’on plonge la tête sous l’eau. Il fait plus frais. Vous ne voyez pas la montagne tout de suite, vos yeux ne font pas encore la différence entre le noir étoilé et le noir océan du massif. Une à une, les étoiles timides se dévoilent. La lune fait apparaître les sommets puis les crêtes, et la masse du Luberon se laisse enfin deviner. On ne le voit pas vraiment, mais on sent qu’il est tout autour, avec ses bruits qui ressemblent à des murmures, ses taillis profonds qui résistent au regard, ses bêtes que l’on devine de sortie pour profiter de la fraîcheur. C’est angoissant : l’obscurité et le silence cachent mal tout ce qui est là, qui épie, aux aguets, mais qui demeure invisible.
Je reste deux ou trois minutes accoudé à la voiture, pour apprécier la présence du mont. En journée c’est différent : il y a les rendez-vous qui n’attendent pas, le cagnard qui assomme, la lumière qui fait plisser les yeux. Là, c’est mon heure de solitude, une rivière noire que l’on traverse en abandonnant sur l’autre rive les problèmes de la journée.
Enfin, solitude, c’est beaucoup dire : c’est toujours à cet instant que le Hussard vient tournicoter dans mes jambes.
Le Hussard est arrivé dans ma vie dans des conditions assez surprenantes. Il y avait au fond du jardin un vieux J7, bourré de ronces et de mauvaises herbes. Un samedi matin, le téléphone sonne, c’est monsieur Sécaillat, notre voisin du bout du chemin.
« Je vais porter à la déchetterie toute une remorque de cochonneries, et si ça vous dit, j’en profite pour embarquer aussi votre J7. »
J’ai hésité : ce camion datait de mon grand-père, qui s’en servait pour charger les cagettes le jour du marché, avec moi par-dessus. Malgré les ronces et les mauvaises herbes, il était une part de mon héritage. Je répondis non, ma femme Blanche dit oui au nom de la lutte contre le tétanos, et le vieux J7 partit.
Nous regardions l’épave disparaître avec monsieur Sécaillat dans le virage lorsque le Hussard apparut, remontant notre chemin bordé de chênes-kermès. J’ai demandé plus tard à monsieur Sécaillat s’il avait aperçu ce chat quand il remorquait le J7, il me répondit que non, et que d’ailleurs il ne l’avait jamais vu dans le coin. Il s’en serait souvenu : le Hussard est un gros chat tout blanc, à l’exception de ses pattes qui sont noires, des coussinets jusqu’aux genoux. C’est pourquoi nous l’avons appelé le Hussard : on aurait dit un chasseur alpin pourvu de grandes bottes de cuir noir, et longeant le mur de la Peste. Toujours est-il que, ce jour-là, de son pas cadencé et martial, le Hussard remonta notre chemin, nous doubla sans coup férir, et s’avança jusqu’à notre porte d’entrée. Il nous attendit sur le paillasson, fier de son nouveau titre qu’il nous restait à apprendre : maître des lieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Olivier Mak-Bouchard (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Mak-Bouchard
Olivier Mak-Bouchard, Le Dit du Mistral - Sélection finale du Prix des Libraires 2021
autres livres classés : luberonVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2298 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..