AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070418084
361 pages
Éditeur : Gallimard (31/10/2001)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 69 notes)
Résumé :
« Je me savais à présent incapable de dire la vérité de notre temps. Je n'étais ni un témoin objectif, ni un historien, ni surtout un sage moraliste. Je pouvais tout simplement reprendre ce récit interrompu alors par la nuit, par les routes qui nous attendaient, par les nouvelles guerres. » Un médecin militaire, engagé par les services de renseignements soviétiques, retrace l'hallucinant destin de son grand-père Nikolaï et de son père Pavel, les oppressions des anné... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
tynn
  20 décembre 2012

Un ex-espion soviétique, spectateur de la déliquescence de son pays, s'interroge sur la valeur de son engagement, en mettant en perspective ceux de ses père et grand-père, traversant ainsi un siècle de tragédies pour une Russie martyre de ses guerres, de ses choix politiques, de la rudesse de ses hommes. Une Russie néanmoins magnifique, immense et terrible, aux destins humains fracassés.
Livre difficile, aux propos touffus et lourds, aux images terribles, violentes. le lecteur sort un peu "rinçé " de tant de noirceurs.
Reste l'écriture belle et vibrante d'Andreï Makine, la beauté de sa plume française et son attachement passionné à ses racines russes.
Commenter  J’apprécie          60
Bafie
  23 mai 2014
Lyrisme et âmes brûlantes.
Le narrateur, médecin militaire engagé par les services secrets, retrace son histoire, il évoque la mémoire de son père, de son grand-père : les oppressions des années 20, les purges, la seconde guerre…
Une histoire tragique tissée de larmes et de sang et, en même temps de tant d'humanité, la profonde humanité de son père et son grand-père vont aider le narrateur à se pacifier et à accepter son destin …
En toile de fond une Russie bouleversée, éventrée par de nombreux conflits. C'est le calvaire d'un peuple, l'enfer qu'y vivent les hommes et autour des 4 femmes du récit une incroyable poésie, une tendresse qui suscite ce requiem, ce chant compassionnel pour ceux dont l'existence a été long tissu de souffrances.
L'écriture est lyrique, précise, riche…et Andreï Makine fait surgir une profonde lumière au coeur du plus noir de l'humain : la violence des guerres…Délivre-nous du mal, l'écriture de Makine est oeuvre de rédemption.
Commenter  J’apprécie          10
Madimado
  29 janvier 2013
Un texte dur mais d'une incroyable richesse. On traverse différentes époques de l'histoire de l'URSS avec autant de rencontres hautes en couleurs. le style varie en fonction de ces différentes périodes, avec aussi bien des passages très poétiques que des moments très violents. C'est aussi bien écrit que bien construit et l'histoire est des plus intéressantes. Ce texte n'est sans doute pas le plus émouvant de Makine, mais il est l'un des plus forts.
Lien : http://madimado.com/2010/06/..
Commenter  J’apprécie          40
Florence94
  15 août 2012
Oppressant et terrible.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Alma93Alma93   30 mai 2019
Il lui restait de sa vie ancienne juste ce cahier remplis de poèmes d'adolescence. Un cahier qui s'éparpilla, feuille après feuille, en papier à cigarettes. Il y vit d'abord une dure leçon de la vie qui réduisait en cendres ces pages avec leurs sonnets laborieux et mélancoliques. Mais très vite, le goût du gros tabac qui chassait l'odeur du sang et de la chair pourrissante donna à ce cahier un sens nouveau - celui du silence des soldats qui, après un combat, roulaient une cigarette avec un bout de poème. Désormais, le calme de ces minutes lui paraissait infiniment plus vrai que tout ce qu'on pouvait dire sur la vie ou la mort dans ces strophes rimées...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
yamikoyamiko   30 juin 2015
Car il n'y a pas eu d'enfance heureuse. Juste cette nuit où l'enfant en franchissant la frontière du monde s'était effrayé et avait su, par la magie d'une langue inconnue, revenir pour quelques temps encore dans l'univers d'avant.
Commenter  J’apprécie          40
MadimadoMadimado   29 janvier 2013
La réponse de la femme ne viendra pas tout de suite et, d’un samedi à l’autre, prendra plusieurs mois. Elle parlera d’une famille dans laquelle, peu àpeu, l’adolescent reconnaîtra ceux qui, avant, n’existaient que dans de vagues légendes de son enfance. Le récit prendra fin un soir d’été, après le coucher du soleil, dans l’air encore chaud et fluide au dessus de la steppe.

C’est cette lumière que j’avais devant mon regard quand je parlais silencieusement en répétant pour toi les paroles de Sacha.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Alma93Alma93   30 mai 2019
Autour des ambassades les gens s'attroupaient, les voitures partaient toutes dans la même direction, vers l'aéroport. Il était amusant de voir que malgré ce remue-ménage, chaque nation restait fidèle à elle-même. Les Américains bloquaient la rue par l'abondance des moyens de locomotion, par la pesante et tranquille arrogance de leurs préparatifs. Les Anglais quittaient les lieux comme s'il s'agissait d'un déplacement quotidien dont la banalité ne méritait pas un mot, pas un geste de plus. Les Français organisaient le désordre, se donnaient des consignes les uns aux autres, attendaient quelqu'un sans qui le départ était impossible et qui pourtant était déjà parti. Les représentants des petits pays sollicitaient la compréhension des grands...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Florence94Florence94   15 août 2012
Chaque nuit possède ce moment de grande lucidité, de sincérité impitoyable dont on est, d'habitude, protégé par le sommeil.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Andreï Makine (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andreï Makine
Vivien de Lynden, jeune identitaire, racialiste et farouchement opposé à l'immigration a un idéal : procéder au "grand déplacement". Sa mère, Gaia de Lynden, est d'un tout autre bord. Impliquée dans les actions humanitaires, elle se heurte violemment à l'idéologie de son fils. Andreï Makine nous livre ici un récit choc mettant en lumière les sujets dont "on n'ose pas parler".
Retrouvez l'ouvrage en magasin ou sur notre e-shop : https://bit.ly/2IVfymZ
autres livres classés : russieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
319 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre