AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Pascal Krieger (Illustrateur)
EAN : 9782800143804
80 pages
Dupuis (05/06/2009)
3.86/5   74 notes
Résumé :
Dans le Japon d'Edo, Môhitsu, calligraphe errant d'un village à l'autre, rencontre Atsuko, jeune fille espiègle chez qui il décèle un don pour la peinture. Il décide de l'emmener avec lui à Edo pour qu'elle y fasse son apprentissage. Au cours du voyage, une amitié profonde naît entre le calligraphe et la jeune peintre. Tissé autour d'une longue conversation calligraphique, ce lien donnera à Môhitsu la force de surmonter les épreuves du passé et de retrouver l'inspir... >Voir plus
Que lire après L'encre du passéVoir plus
Chinaman, tome 1 : La Montagne d'or par Le Tendre

Chinaman

Serge Le Tendre

3.94★ (495)

9 tomes

Svoboda ! tome 1 : Prague - Tcheliabinsk par Kris

Svoboda ! BD

Kris

3.48★ (93)

2 tomes

Amère patrie - Intégrale par Blier

Amère patrie

Frédéric Blier

3.73★ (114)

3 tomes

Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
3,86

sur 74 notes
5
10 avis
4
11 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis
♫L'erreur est humaine
Soyons zen
Du sang froid dans les veines
Soyons zen♫
-Zazie-1995-
----♪---♫----🙏---🉐---🙏---♫---♪----

Derrière une colline, y a toujours une autre colline
Puis une autre, et une autre encore
Et c'est ainsi qu'on avance
L'esprit tourné vers la colline suivante...
Aussi ne crains point de douter
Efforce -toi de croire que la dernière est enfin arrivée

Ptit pêle-Mael par chemin
habilement tôt part avant
A chaque pas lent, qu'un.
Pour qui mot "no" pressant
Y' hakama dorénavant.
♪Si je les emmêle, si je dérange
C'est que je suis un pêle-mêle, un mélange♪
Hakama l'a dit : le poids de l'âme
dans l'idéal c'est 21 grammes
Ramenez ça au kilo
Hakama l'a peint : les idéogrammes
alors Zizanie ou Kenji Calligraphie !?
Restons Zen
Ça vient du coeur, l'encre coule
donc ma plume saigne
puisée dans une flaque de fuel
l'encre en guise de larme...

Je connaissais Mael de part les rêves de Milton
chapeau bas à Bauza pour les estampes à la niponne.

Commenter  J’apprécie          1160
Après une longue marche, à travers les plaines et les collines, Môhitsu-San, calligraphe errant, s'arrête dans la petite ville d'Iromura afin d'échanger, à un marchand, quelques calligraphies contre une paire de sandales neuves et une petite somme d'argent. Il se rend ensuite dans une teinturerie, son hakama* ayant été terni et délavé par les pluies de ces derniers jours. Atsuko, la toute jeune employée, s'y chargera. Alors qu'il se déshabille derrière un paravent, Môhitsu remarque les belles peintures qui ornent ce dernier. Il apprend par la gérante que ce sont les oeuvres d'Atsuko. le lendemain, venu pour récupérer son hakama, devenu rouge, il invite la jeune fille à déjeuner et en profite pour la questionner à propos de ses peintures qu'ils trouvent admirables. Certain qu'elle pourrait devenir peintre, il lui propose de l'emmener avec lui à Edo afin qu'elle devienne l'apprentie d'un peintre renommé qu'il connaît...


Antoine Bauza s'approprie parfaitement l'art de la calligraphie, les us et coutumes ainsi que l'esprit japonais. L'on suit dans l'Edo japonais Môhitsu qui, après de nombreux drames, ne trouve plus l'inspiration. Sa rencontre avec la jeune Atsuko va bouleverser sa vie. L'auteur nous offre un album intimiste, contemplatif, presque apaisant sur les notions de savoir, de transmission, d'amitié. L'ambiance, zen, nous enveloppe. Les personnages, que ce soit Môhitsu, Atsuko ou encore le peintre Nishimura sont fouillés et d'une grande profondeur. Des personnages torturés. Cette invitation au voyage, qu'il soit artistique ou intérieur, est magnifiquement mise en image par Maël. Un trait irrégulier et torturé, des couleurs allant du beige au marron et une atmosphère japonisante.
Un récit contemplatif, émouvant et serein...

*large pantalon plissé porté par les samouraïs
Commenter  J’apprécie          520
Mael et Bauza nous livrent une bande dessinée pleine de poésie sur l'art en plein japon médiéval.
Mohitsu est un calligraphe qui erre sur les chemins, il n'arrive plus à peindre. C'est alors qu'il va prendre sous son aile la jeune Atsuko dont le talent couvre les paravents de la teinturerie où elle travaille.
Un roman assez intimiste, taiseux presque. Les auteurs nous laissent le soins d'interpréter les images, les dialogues, les non dits pour comprendre le fond. A travers ses paysages, ses regards, cette poésie nous ressentons la force de l'amitié, de l'amour, et de la transmissions du maitre à l'élève. Nous admirons la beauté de l'art, la souplesse de la calligraphie japonaise et la poésie des estampes des montagnes.
Et pour envelopper le tout les très belles aquarelles de Mael qui nous transportent à travers les rizières, les chemins de montagne et la ville d'Edo.
Commenter  J’apprécie          140
Le dessin nous plonge complètement dans le Japon du XVIIème siècle, un voyage très agréable.
Je suis plus mesurée sur le scénario. L'idée est intéressante : un calligraphe prend une très jeune fille désirant devenir peintre sous son aile. Mais le traitement m'a paru inégal : la mise en place se fait à un rythme qui laisse penser que la formation à Edo avec un peintre reconnu et l'imprégnation de la philosophie des arts japonais avec le calligraphe seront développées or c'est très succinct, quelques micro-scènes concentrées en un temps minimum, et on bondit 17 ans plus tard quand une crise à multiples égards apparaît.
J'ai apprécié la scène finale résolvant la situation, toute en finesse - comme le personnage du calligraphe -, mais pour moi cela ne rétablit pas le manque d'équilibre et d'approfondissement de certains épisodes et de la psychologie de certains personnages que j'ai ressenti.
Un goût d'inachevé.
Commenter  J’apprécie          70
J'ai beaucoup apprécié, le graphisme et le coloriage sont parfois vraiment très fin et très beau.
Cette histoire d'un calligraphe errant d'un village à l'autre dans le Japon à la culture ancestrale encore très vivante à la fin du XIXe, et d'une jeune fille est très émouvante. Il y a là aussi une grande délicatesse et beauté dans la sensibilité de l'un et de l'autre, de ce qui transcende la douleur de l'un, et la "filiation" artistique de l'autre, dans une relation de grande dignité humaine.
La fin, sur une note de l'absurdité que l'on peut avoir lorsque l'on se laisse berner par nos interprétations émotionnelles, au lieu d'être dans la réalité rationnelle de l'instant, est très poignante.
C'est de la belle B.D., cela m'a ému (peut être aussi en rapport avec un vécu personnel, je le confesse ...), cela confirme l'Art à part entière de la "bande dessinée", enfin pour ce qui me concerne du moins !
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Les lacets et les sommets se succèdent... Et à chaque fois, tu t'efforces de croire que le dernier est enfin arrivé... Mais il y a toujours, derrière, une autre colline. Puis une autre, et une autre encore... et c'est ainsi qu'on avance, l'esprit tourné vers la colline suivante, sans certitude.
Commenter  J’apprécie          220
Ne crains pas de douter, Atsuko.
Pense à une marche épuisante... Les lacets et les sommets se succèdent... et à chaque fois, tu t'efforces de croire... que le dernier est enfin arrivé... mais il y a toujours, derrière, une autre colline. Puis une autre, et une autre encore... Et c'est ainsi qu'on avance, l'esprit tourné vers la colline suivante, sans certitude.
Commenter  J’apprécie          110
Comme par ivresse
avançant d'un pas léger
le vent du printemps
Commenter  J’apprécie          260
-L'apprentissage est un chemin personnel, intime...
-Mais comment savoir si je suis sur le bon chemin?
-Il n'y en a pas de mauvais : ils valent tous le détour.
Commenter  J’apprécie          90
À l'ombre des cerisiers
l'homme lègue
le savoir à l'enfant
Commenter  J’apprécie          220

Videos de Maël (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Maël
Les nouveautés Futuro de février 2022
autres livres classés : calligraphieVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (136) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5150 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..