AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2732486302
Éditeur : Editions de la Martinière (31/05/2018)

Note moyenne : 4.55/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Dans le vaste pays blanc, l'esprit de Nanook se réveille. Le grand ours polaire, seigneur des lieux, protégera les siens. Jusqu'au bout. Adopté à l'âge de trois ans, Qaanaaq Adriensen n'a jamais remis les pieds sur sa terre natale, le Groenland. C'est à contrecoeur que ce redoutable enquêteur de Copenhague accepte d'aller aider la police locale, démunie devant ce qui s'annonce comme la plus grande affaire criminelle du pays : quatre ouvriers de plateformes pétrolièr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Aela
  02 juin 2018
Bienvenue au Groenland, deuxième plus grande île de notre globe avec une superficie de plus de 2 millions de km, soit 4 fois la France!
C'est là que se situe l'intrigue de cet excellent polar, écrit par un auteur qui écrit sous le pseudonyme de Mo Malø, qui a écrit de nombreux ouvrages sous d'autres identités, premier polar de cet auteur, et pour un coup d'essai c'est un coup de maître!
Le héros, Qaanaaq (prononcer Hraanaaq) est un policier danois, d'origine inuit, dont la famille a été massacrée en 1975 dans des circonstances non élucidées, et qui a été adopté par une famille danoise.
Il est envoyé au Groenland, dans la capitale Nuuk, pour enquêter sur une série de meurtres: quatre ouvriers de plateformes pétrolières ont été retrouvés morts, déchiquetés selon un rituel qui fait penser à l'attaque d'un ours polaire. A chaque fois on trouve une "tupilak", statuette permettant "aux âmes de voler" sur les lieux du crime.
Notre héros va enquêter en compagnie de l'inspecteur inuit Apputiku. Il va se heurter à Rikka Engell, directrice locale de la police, qui ne voit pas le déroulement de l'enquête de la même manière que Qaanaaq.
Très vite on comprend l'enjeu de cette enquête; le contexte politique est lourd: référendum en vue en faveur de l'indépendance, le Groenland ayant déjà un statut particulier d'autonomie depuis la loi d'autonomie étendue de 20009 et qui vise à "alléger" la tutelle de l'Etat danois. C'est ainsi que le kalaallisut est devenu la langue officielle du pays, la langue danoise restant la langue de référence dans les administrations relevant de Copenhague comme la police et la justice.
L'enjeu économique est également important: le Groenland détient le cinquième des réserves mondiales de pétrole brut. Ici deux compagnies pétrolières vont s'affronter: les Canadiens de Green Oil vont être confrontés à la dure concurrence de Arctic Petroleum.
Qaanaaq va s'entretenir pour les besoins de son enquête avec des personnages importants comme le premier ministre Kim Kielsen et le vice-ministre de l'énergie, Kuupik Enoksen. Il apparaît que l'argent du pétrole peut favoriser les vues des indépendantistes.
Le livre est passionnant: on découvre ce territoire glacé si peu connu, les croyances des inuit notamment les esprits Sila, Nanook (esprit de l'ours) , Nuna la Terre. On découvre les habitudes de ce peuple attachant, ainsi leurs parties de "kaffemik" (pauses café improvisées) font vraiment envie.
Le héros qui se retrouve sur sa terre natale qu'il n'a pas revue depuis ses trois ans, va être confronté à des émotions très fortes.
Excellent livre qui nous fait voyager dans l'immensité arctique!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
Anaislectrice
  06 juin 2018
Ce livre et moi, on était destiné à s'aimer, c'était écrit d'avance… Une intrigue qui se déroule au Groenland, pays de tous mes fantasmes de voyages, sur fond d'enquête policière, une couverture absolument magnifique, sans doute la plus belle de ma bibliothèque, une communication maîtrisée à 100% par la maison d'édition et par l'auteur qui s'est prêté au jeu sur les réseaux, bref, tout était fait pour engendrer un climat de quasi hystérie chez moi… Ce que je ne savais pas, par contre, c'est si j'allais adhérer à l'écriture de l'auteur, qui s'est voulu anonyme pour la parution de Qaanaaq.
Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous avez pu lire ici et là de nombreux posts à son sujet durant ma lecture qui n'a pas été bien longue malgré la taille conséquente du bouquin, 490 pages tout de même.
Cet article n'est pas une chronique ordinaire, c'est une véritable déclaration d'amour d'une lectrice à son livre tout juste terminé…
P.S. On arrête illico de prononcer le titre « Kanak » c'est « Hraanaaq », avec un H et un R qui sortent du fond de votre gorge, c'est bien compris ? 🙂
[...]
Nom d'un p'tit ours polaire, mais quel bouquin mes amis !!!
J'aurais pu ne pas accrocher, j'aurais pu être déçue de l'histoire et de l'écriture car finalement, ce qui m'a rendu proche de l'hystérie avant parution, c'est tout la com' qui a été faite dessus, les magnifiques photos publiées sur Facebook par l'auteur de la photographe Elise Fournier, de même que l'anonymat de l'auteur qui a déchaîné les foules sur les réseaux… Ouais… j'aurais pu être déçue… Sauf que ça a été complètement l'inverse, car j'ai été dans une sorte de transe durant ma lecture et je peux dire que ce bouquin va figurer en excellente place de mes lectures 2018… Bon, soyons honnête, ce livre est mon deuxième immense coup de coeur de l'année. J'en ai eu, des excellentes lectures cette année, mais entre adorer un bouquin, et passer à l'étape de coup de coeur, il faut qu'il y ait quelque chose en plus, quelque chose qui me fasse vibrer, et dieu que j'ai vibré ici !
Qaanaaq n'est pas seulement un thriller, non, il est un formidable livre de voyage qui vous emmènera aux confins des terres vierges et glaciales du grand nord de l'Europe. Si l'auteur s'attache à planter solidement son décor dans une bonne centaine de pages, l'aspect thriller est toujours là, tapi dans l'ombre des descriptions de paysages blancs et enneigés de l'immense île du Groenland. L'enquête policière n'est jamais bien loin, mais c'est une enquête qui prend son temps, à l'image des polars nordiques d'un célèbre auteur islandais dont je ne cesse de vous parler… Parce que forcément, au Groenland, on n'enquête pas au même rythme qu'au 36 Quai des Orfèvres en France, car, à meurtres exceptionnels, enquête exceptionnelle… Et c'est dessus que vous devez vous focaliser si vous vous sentez un peu perdu au début de votre lecture. Prenez le temps de plonger dans les pages glaciales de Qaanaaq, faites confiance à l'auteur parce que ce qu'il va vous proposer est certes différent des thrillers qui vont à 100 à l'heure que nous affectionnons tous, mais il y a tellement plus qu'un simple thriller dans les pages de ce bouquin ! Si certains ont pu ressentir une certaine lenteur durant les premières pages, je dirais que c'est surtout parce qu'il est nécessaire de planter le décor : vous allez être confrontés à un pays que vous ne connaissez pas, à des noms de personnages compliqués (je ne cesserai de le dire, prenez des notes sur les prénoms !!), à des évocations de traditions ancestrales que vous ne connaissez pas et qui ne font référence à aucun culture que vous connaissez, et c'est humain de se sentir par moment engloutis dans ces détails. C'est parce que nous avons une culture commune que nous nous sentons proches les uns des autres, mais il y a tellement à prendre chez « l'Autre », celui qu'on ne connaît pas… C'est tellement enrichissant ! Sortez de votre zone de confort, et laissez-vous porter…
Et puis, passé la centième page, c'est un nouveau livre qui s'offre à vous. le vrai thriller, l'enquête qui s'accélère, les rebondissements judicieusement placés et finalement vous verrez que ces détails qui vous ont paru compliqués ne seront plus qu'un lointain souvenir. Et cette enquête va vous emmener bien plus loin que dans une simple enquête de routine dans une petite ville groenlandaise : rien n'est aussi simple qu'il n'y paraît, ici…
L'auteur documente largement son ouvrage, y fait des références multiples à la vie groenlandaise, à leurs traditions, à leur culture, à leur Histoire. Autant, les thrillers trop documentés sur le plan scientifique ont tendance à me gonfler sévère, autant quand lorsqu'il s'agit de voyage, je suis littéralement conquise !
Niveau écriture, c'est dense, mais c'est très fin quand on y regarde d'un peu plus près. C'est un livre très imagé, avec de nombreuses métaphores, qui prêtent parfois à sourire ou à rire d'ailleurs. Ça permet d'apporter un peu de légèreté dans une intrigue et un environnement de nuit polaire très sombre. Je me suis énormément attachée à Qaanaaq, le personnage principal avec son enfance compliquée, je l'ai trouvé très vrai, d'une profondeur et d'une humanité qui fait qu'il balaye tous les autres sur son passage.
[Le mot de la fin ]
Fulgurant coup de coeur pour Qaanaaq ! Je suis absolument conquise !
Ce livre possède absolument tout ce que j'aime, il y a l'enquête, mais il y a également les évocations de la culture et de la société groenlandaises qui ancrent solidement le lecteur dans l'intrigue, le font voyager mine de rien alors qu'il a l'impression de ne lire qu'un simple thriller, ça donne un côté très immersif. Les descriptions des paysages et de l'environnement ont littéralement fait fondre mon coeur de globe-trotteuse, mon coeur d'amoureuse des pays nordiques. C'est bien les thrillers qui vont vite et qui te claquent un rythme d'enfer qui ne te laisse pas le temps de respirer, mais quel pied de prendre le temps, justement, de respirer un grand bol d'air dans une lecture, quel pied ces bouquins où les paysages deviennent presque des personnages immatériels à part entière, prenant toute la place dans le récit.
Dépaysement garanti !
Je sens que mes futures lectures vont être bien fades dans les jours à venir… Bravo Mo Malø, il en faut pour me mettre dans cet état !

Lien : https://anaisseriallectrice...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Amnezik666
  21 juin 2018
Vous le savez sans doute, je suis un grand fan du polar nordique, autant dire qu'un polar nordique made in France avait tout pour attiser ma curiosité. En effet si l'intrigue de Qaanaaq se déroule bien au Groenland son mystérieux auteur est bel et bien français.
Je ne sais pas qui se cache derrière le pseudo Mo Malo, mais une chose est certaine, il n'a pas à rougir de sa première incursion dans le monde du thriller. Qaanaaq est une totale réussite à plus d'un titre.
À commencer par Qaanaaq, son personnage principal. Pour info ça se prononce Hraanaak (avec un « Hr » qui formerait un r guttural et aspiré, un peu à l'image de la jota espagnole) et non Kaanaak comme on serait amené à le croire. Fin de la digression phonétique, revenons à notre Qaanaaq.
Qaanaaq est un enfant du Groenland, adopté par des parents danois, il n'a jamais mis les pieds sur les terres qui l'ont vu naître. de fait il n'en maîtrise ni la langue ni les traditions… Rendez-vous en terre inconnue. Un flic loin de l'archétype made in Hollywood, exit le Magnum 44, ses armes à lui tiennent davantage de la PNL (programmation neurolinguistique) et de la psychologie.
Un flic danois qui débarque donc au Groenland dans un contexte un peu particulier. Des élections législatives approchent et devraient déboucher sur un référendum sur la question de l'indépendance du Groenland. Idéal pour exacerber les rancoeurs xénophobes des nationalistes les plus radicaux ! Pas franchement le bienvenu le danois…
Le contexte propre au Groenland est un autre point fort du roman. L'aspect politique cohabite en effet avec des approches économiques et écologiques ; via l'exploitation des ressources du pays, notamment le pétrole… une manne qui ne laisse pas les multinationales indifférentes, mais à quel prix pour le Groenland ? Un pays où traditions et modernisme cohabitent, pas toujours en parfaite harmonie, parfois même en dépit du bon sens.
Dépaysement assuré en compagnie de Mo Malo et Qaanaaq ! Avant d'embarquer, pensez à sortir couvert, ça caille dans le coin ! Un froid qui peut vous tendre des pièges mortels, surtout si vous sortez des sentiers battus et vous aventurez au coeur de l'inlandsis. Pour info le Groenland c'est plus de 20 millions de km² (presque 4 fois la France) pour moins de 56 000 habitants (contre 67 millions en France).
Un bon thriller c'est aussi et surtout une bonne intrigue. Là encore Qaanaaq tient parfaitement la route avec une intrigue complexe à souhait (mais jamais brouillonne) qui vous réservera quelques surprises au fur et à mesure que son ampleur et ses enjeux vous seront révélés (au compte-goutte).
Les personnages secondaires ne sont pas laissés pour compte, l'auteur nous mitonne une galerie toute en nuances de gris. Comme Qaanaaq vous serez amenés à juger tel ou tel personnage suspect, avant de devoir réviser votre jugement.
J'ai tout particulièrement le personnage d'Appu (Apputiku Kalakek), un flic inuit qui accompagnera Qaanaaq au cours de son enquête et l'initiera sommairement aux us et coutumes inuits.
L'écriture et la construction du récit sont bien pensés et parfaitement adaptés au thriller. Décidément Qaanaaq est une sacrée révélation !
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
1001histoires
  17 juin 2018
Depuis 2009 et la loi d'autonomie étendue, seul un fil ténu relie encore le Groenland au Danemark. le kalaallisut est devenu la langue officielle, le danois n'est plus utilisé que dans les quelques administrations dépendant encore de Copenhague, la police et la justice en font partie. Un parlement a été élu, des indépendantistes y siègent. Kim Kielsen est premier ministre, dans le roman comme dans la vraie vie. Mais il reste une étape à franchir pour accéder à l'indépendance : le référendum. Et avant le Groenland doit gagner son autonomie financière et celle-ci repose sur le pétrole. Alors son exploitation a été confiée à des multinationales qui font largement appel à des travailleurs détachés : russes, chinois, africains et bien d'autres nationalités déferlent sur le Groenland. Et les problèmes arrivent : argent et pauvreté, modernisme, tourisme, trafics d'influence, prostitution de la jeunesse, violence. La civilisation inuite se sent menacée, engrenage classique vers la création de groupuscules un peu xénophobes, fortement identitaires et peut-être radicalisés. A cela s'ajoute un désastre écologique annoncé par le réchauffement climatique.
C'est dans ce contexte que Mo Malø tisse la toile de son roman. Les descriptions sont précises, les anecdotes historiques et sociétales nombreuses. L'immersion est parfaite, le lecteur séjourne au Groenland pendant presque 500 pages garantes de multiples découvertes que j'ai approfondies et d'illustrées avec internet.
Trois meurtres ont été commis à Nuuk la capitale du Groenland, trois ouvriers étrangers employés sur une gigantesque plate-forme pétrolière. Les cadavres ont été déchiquetés comme si un ours polaire s'était acharné sur eux. Nous sommes en octobre. Qaanaaq Adriensen est Capitaine à la Crim de Copenhague, envoyé en renfort pour résoudre ce triple assassinat. Dans le Grand Nord seul le prénom ( l'atek ) compte, donc pour tout le monde, il est tout simplement Qaanaaq ( il faut prononcer Hraanaak ) d'autant plus qu'il est né ici, entre l'inlandsis et la banquise. Il a quitté son pays natal il y a quarante deux ans alors qu'il n'était encore qu'un bébé. Qaanaak est de retour parmi les siens, parmi les Inuits dont il ignore tout. Alors il photographie sans cesse, les paysages, les gens, les maisons, les cadavres qui se multiplient.
L'enquête de Qaanaaq piétine, il manque de moyens et ses collaborateurs locaux sont peu disposés à l'aider à l'image de Rikke Engell la directrice danoise de la police groenlandaise. Seul Apputiku, l'inspecteur Inuit, lui apporte sa sympathie et son dévouement. Qaanaaq est un expert en interrogatoires, il n'a pas son pareil pour déstabiliser un suspect. C'est aussi un flic tenace qui n'hésite pas lorsque deux nouveaux cadavres mutilés comme ceux de Nuuk sont découverts à 1600 km plus au nord : il s'envole aussitôt pour ... Qaanaaq.
Qaanaaq est un village au nord du 66ème parallèle. En octobre il y fait nuit même le jour. C'est le désert blanc où les déplacements se font avec des chiens de traineau. C'est le domaine des froids extrêmes, des tempêtes arctiques et de la banquise instable. La glace de la calotte glaciaire est épaisse de 1600 mètres en moyenne. On se nourrit de viande de phoque conservée dans des congélateurs entreposés à l'extérieur. Les chamanes sont respectés. On y craint l'ours polaire, on y croise la chouette harfang et c'est un des rares endroits où on peut encore y acheter des tupilak, ces rares petites statuettes taillées dans des défenses de morse. Dans la seconde moitié du 20ème siècle, on y parlait de bases militaires secrètes, d'armes nucléaires et de populations déplacées.
C'est dans ce contexte que Qaanaaq voit se dessiner la vérité mais plus il approche du but plus les dangers le menacent. Au nord du 66ème parallèle, la haine et la vengeance motivent autant la violence que les enjeux pétroliers.
Mo Malø offre un roman où tous les codes du polar sont respectés : fausses pistes, rebondissements, des bons et des méchants, des indices infimes pour sortir d'une impasse, de l'action, un héros attachant tourmenté par son passé. Et il y a le dépaysement, avoir choisi le Groenland il fallait oser et la réussite est là, incontestablement.
Mo Malø a promis de retourner au Groenland. Pour y chercher de nouveau l'inspiration ? Imaka ...
Lien : http://cercle-du-polar-polai..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Stonerandmore
  17 juin 2018
QAANAAQ c'est pour commencer un roman en noir et blanc : le blanc de cette neige immaculée, de cette banquise où vivent ces puissants ours blancs et le noir de l'or noir dont les compagnies pétrolières se disputent les ressources groenlandaises . C'est ensuite un retour aux sources : celui de l'enquêteur de la Crim , Qaanaaq Adriensen , né au Groenland et adopté au Danemark qui est dépêché au Groenland afin de découvrir qui a tué ces quatre ouvriers employés par Green Oil , l'une des sociétés qui exploite le pétrole local .
Des crimes particulièrement atroces qui montrent une bestialité extrême comme si un animal - un ours ? - s'était acharné sur les pauvres hommes .
A l'aide de la police locale - loin d'avoir les moyens et les techniques de la police danoise - et notamment de l'inspecteur inuit Apputku , il va tenter d'éclaircir les mystères qui entourent ces assassinats malgré une nuit hivernale , un froid polaire et une pression politique permanente.
Mo Malø nous montre ici l'envers de l'image de carte postale que nous avons tous en tête du Groenland. Un pays secoué par des tensions liés à la montée du nationalisme et à la volonté d'émancipation vis à vis du Danemark , considéré par beaucoup d'inuits comme un pays colonisateur. Des tensions également provoquées par l'attrait des pétrodollars qu'agitent devant le visage des politiques locaux les compagnies internationales convoitant les richesses du sous sol groenlandais.
Si le fonds du décor qui sert de support au roman est intéressant, l'histoire elle même est tant dépaysante que passionnante nous faisant découvrir le Groenland à travers les yeux d'un ancien autochtone que la civilisation européenne a formatée et qui redécouvre son pays natal au tournant de son Histoire. L'enquête au long cours est semée de multiples rebondissements inattendus dans un univers glacé où les pistes se découvrent avec patience et aussi grâce à quelques intuitions fulgurantes.
QAANAAQ où la naissance d'un prochain héros récurrent du Roman policier français ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
GuylaineGuylaine   21 juin 2018
- Il y a plus de cinquante mots inuits pour décrire la neige, lui avait expliqué Appu, en chemin.
Cinquante nuances de neige, hum, amusant.
Commenter  J’apprécie          90
Amnezik666Amnezik666   21 juin 2018
La solitude n’est pas forcément une prison ; elle peut être aussi un refuge.
Commenter  J’apprécie          70
GuylaineGuylaine   20 juin 2018
Revenir sur sa terre d'origine et, moins que partout au monde, se sentir chez soi.
Commenter  J’apprécie          110
Amnezik666Amnezik666   21 juin 2018
Certains sentiments sont si universels qu’ils ne sont pas bien difficiles à deviner. Le désir, la compassion, l’amour.
Commenter  J’apprécie          20
Amnezik666Amnezik666   19 juin 2018
Un chef lui apparaissait toujours, par essence, comme un individu dysfonctionnel. Et il ne voyait pas en vertu de quoi il aurait dû se soumettre à sa volonté. En tout cas, pas sans discuter. Les hommes politiques incarnaient pour lui le sommet de ce panthéon suspect.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : groenlandVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1368 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre