AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9798387323607
481 pages
Auto édition (16/03/2023)
4.28/5   9 notes
Résumé :
En 54 après le Grand Cataclysme, Paris intra-muros est devenue une ville-état autonome et écologique, dans laquelle le politiquement correct a conduit à une interdiction de l’humour.
Un haut fonctionnaire est associé à contrecœur à un Juge Inquisiteur, et à une IA d’un nouveau genre, pour enquêter sur une série d’attentats.
Qui est ce « Syndicat du Rire » qui appelle à l’insurrection ?
Qui est ce « Bouffon » dont l’humour peut tuer ?
Alor... >Voir plus
Que lire après Rira BienVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique


Petit retour de lecture de “Rira bien” de Yann Malaud Auteur.

-Coup d'éclat-

Imaginez un futur tellement proche qu'on pourrait le toucher du bout des doigts, un futur qui vous glacerait les os malgré la température qu'il y règne… Nous voici en l'an 54 après le Grand Cataclysme, dans un Paris intra-muros transformé en cité-État autonome et écologique. “Rira bien” de Yann Malaud nous dépeint un quotidien dystopique d'une réalité troublante, à la fois feutrée et inquiétante. Dans cet univers, le politiquement correct est roi, les livres ont été brûlés et la place est laissée “à tout ce qui ne suppose que des réflexes automatiques”(1984/George Orwell) afin d'assurer un maximum de repos à nos pauvres cerveaux ! Mais pire encore, l'humour est un crime ! L'humour est puni ! L'humour est interdit !

Seulement, là où l'humour fait défaut, l'humanité ne s'égare t'elle pas ?…

Cette société réinventée, sous couvert d'une tolérance extrême, endort les citoyens-yennes-yels ou équivalents dans son sillon totalement liberticide. L'ignorance est loin de constituer un crime, “bien au contraire, grâce au Grand Principe d'Equivalence des Mérites Subjectifs.” L'Homme, complice aveugle de cette mascarade, a de toute façon depuis longtemps abandonné le “vrai” pouvoir aux IA surdéveloppées !! Ils ne cherchent plus à comprendre les règles qui régissent leurs actions ou non-actions…

Ces points importants éclairés, revenons à nos moutons électriques… Entre ces pages impertinentes nous découvrons effectivement un monde où l'humour est devenu l'ennemi public numéro un. Toutefois, comme Beaumarchais se pressant de rire de tout de peur d'en pleurer, c'est là que notre cher Bouffon entre en scène, bravant l'interdiction pour semer les graines cinglantes de la révolte avec son Syndicat du Rire. Un trio improbable se lance à sa poursuite, composé d'un juge inquisiteur, d'un robot IA d'un nouveau genre, et du nostalgique Quentin Duchemin, haut fonctionnaire de son état…

Ah, Quentin, ce “vieux snock” plein de verve et de répartie, “source de savoirs perdus, de connaissances oubliées”, un personnage qu'on ne saurait oublier. Ses clins d'oeil au passé et ses insultes déguisées font mouche. Je me suis amusée, tout au long de ma lecture, et d'après mon enquête minutieuse, il serait né la même année que m* ***** *****, non non ne me remerciez pas, c'est cadeau 😝. Quand à l'agent Batty, notre second personnage principal, avec son châssis motorisé et ses bras articulés, je n'ai pu m'empêcher de penser aux Daleks de Doctor Who… qui ça ? 🤣🤣allez, alonso 😉 : son Système Neuronal Adaptatif à Programmation Symbolique et Émotionnelle ne fait pas d'elle un homme, mais je l'ai trouvée touchante, et j'ai même versé ma p'tite larme.
Leurs échanges sont autant de succulentes joutes verbales, un régal))
J'ai plongé tête baissée dans cette aventure qui, tour à tour effrayée ou pleine d'espoir, entre rires et larmes, m'a emportée dans un tourbillon d'émotions.

Je vais essayer d'écourter, il y a pourtant matière à y passer la nuit. En tout cas, l'humour, cette énigme aussi profonde qu'un océan de confettis, a une histoire, une structure, une logique, une poétique, une esthétique, toutes aussi secrètes et précieuses qu'une recette de grand-mère. Yann nous le rappelle avec autant d'éclat qu'un feu d'artifice en plein ciel étoilé. Et l'épilogue, merveilleuse idée de son ami Arnaud Cardinet (🙏) sublime et apaise ce roman, qui, au delà du thriller palpitant, nous invite à prendre soin de notre belle planète ainsi qu'à nous poser cette question fondamentale : qu'est-ce qui fait de nous des êtres humains ?

Les amis, je vous laisse avec une citation à méditer : “Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” -Einstein

Bonne lecture, et que la révolution du rire soit avec vous ;))

Le plus : La couverture générée par une IA, incroyable idée 🤩

L'anecdote : Ne ratez pas cette déclaration d'amour aux classiques de la dystopie doublée d'une déclaration d'amour à nos grands humoristes, passés et présents. Vraiment dès le début j'ai été emballée, à tel point qu'en cours de lecture je me suis offert la superbe “Anthologie des Dystopies, les mondes indésirables de la littérature et du cinéma “ (Jean-Pierre Andrevon/Vendémiaire Éditions). Ils seront parfaits ensemble, car “Rira bien” y aurait tout autant sa place. Avec son abrutissement des masses d'un nouveau genre, Yann s'est montré d'une inventivité que je n'avais encore jamais rencontrée.

Merci Yann pour cette lecture, ta gentillesse et ta disponibilité 🙏😁.
Commenter  J’apprécie          00
😱 A la découverte de 🤖
Rira bien de Yann Malaud
Auto-Édition

Notre société est dorénavant régie par des règles strictes. La vie, l'organisation sociale, la consommation, la communication, tout est cadenassé. Une paradoxe dans ce monde qui souhaite mettre fin à toute discrimination, ségrégation, compétition entre les personnes. Mais au lieu de la liberté et du bonheur, c'est une société totalitaire et répressive qui a vu le jour.
Un monde triste régenté par les IA et où l'humour a été banni depuis de nombreuses années. Fiables, efficaces, productives, les robots prennent toute leur place dans cette société ubuesque pour les humains.
Mais un trouble fête voit le jour, le syndicat du rire mené par l'insaisissable Bouffon qui tague les murs de la ville avec des phares humoristiques de l'ancien monde.

Quentin se retrouve embarqué dans cette enquête avec une IA particulièrement révolutionnaire. Si l'homme n'éprouve que rejet face au robot, il va néanmoins se lier en quelque sorte à cette IA capable d'évoluer sans cesse et qui a pour objectif de s'humaniser.
De toute façon, il n'a pas le choix. Si Quentin ne veut pas tout perdre il doit aider l'IA et de le juge à traquer le Bouffon qui sème un vent de révolte parmi la population lassée de cette vie morne et triste.

On peine un peu à rentrer dans cette histoire car le début prend beaucoup de temps à poser le décors et à nous expliquer le fonctionnement de cette société. D'autant plus que l'écriture de l'auteur se calque sur les nouveaux modes de communication de sa société utopique : écriture inclusive et orthographe simplifié à l'extrême.
Mais passée cette mise en place, la lecture devient plus fluide, l'intrigue se met en place et on suit avec plaisir cette quête menée par Quentin. Un personnage attachant, qui a connu l'ancienne ère, qui a vécu la mise en place du nouveau système et qui risque son emploi, son logement et même sa vie dans cette histoire.

Un livre plein d'humanité et d'humour qui nous présente une société du futur qui a du se renouveler face aux abus inconsidérés des générations précédentes. le
changement climatique a sévit, les ressources se sont taries et l'humanité a dû se réinventer pour survivre. Les IA ont trouvé une place de choix pour apporter de façon objective et concrète des solutions. L'humour a ainsi été sacrifié, considèré comme dangereux et subversif par ces robots incapables d'en saisir les nuances.
Un débat pas si imaginaire que ça et qui a déjà été lancé à de nombreuses reprises : peut-on rire de tout? L'humour peut-il tout se permettre?

J'ai aussi été interpellée par cette société qui est allé au bout de toutes ces questions autour de la représentativité et de la discrimination qui agitent régulièrement notre société : la place des femmes, des minorités, des handicapés… L'auteur nous livre une ville qui a banni toute discrimination en éliminant la compétition, les compétences mais aussi tout commentaire ou jugement qui pourrait porter offense à quiconque.
Imaginez un monde où vous relativiserez tous vos propos pour ne heurter personne, où les postes sont attribués de façon à remplir tous les quotas possibles et inimaginables sans tenir du compte de vos études ou de vos qualifications.
La liberté d'être qui on veut, comme on veut dans la théorie. Mais sans challenge, sans apprentissage, l'humanité s'abêtit, régresse et se laisse dominée par des règles beaucoup plus strictes et dangereuses que celles qui l'oppressaient avant.

Après un début de lecture un peu difficile, j'ai eu la bonne surprise de découvrir une histoire originale et prenante.

📖 Retrouvez ce livre par ici https://www.amazon.fr/Rira-Bien-Yann-Malaud/dp/B0BYR5F7JF
Commenter  J’apprécie          10
Coucou les mordus 💀💀💀💀

Après m'avoir confié en lecture « Moi Caroline », Yann Malaud m'a fait l'énorme surprise de m'offrir « Rira bien ».
Peu habitué aux dystopies qui ne sont pas dans mes préférences de lecture, je me suis quand même lancé rien que pour ce titre racoleur et tellement d'actualité.


Imaginez un grand cataclysme qui obligera une partie de la population à vivre, enfermé dans Paris, en autonomie totale.

Imaginez-vous dans 54 ans, vivre en autosuffisance, mais sous le cadre juridique contrôlé en partie par les IA, politiquement correct, avec l'acceptation des genres et des différences qui ne devraient plus en être, et avec surtout l'interdiction à l'humour.

Le sujet en lui-même est prenant et interroge beaucoup. Yann se sert de toute l'actualité actuelle, pour nous immerger davantage.

Mais mon début de lecture a été difficile. Yann nous décrit tout l'environnement de ce monde dystopique, ses nouvelles règles, ses lois, son fonctionnement.

Et pour bien marquer ce nouveau « politiquement correct », Yann fait parler ses personnages en écriture plus qu'inclusive et avec toutes les dérives de l'orthographe possible….tous sauf Quentin, haut fonctionnaire de plus de 80 ans, qui a connu l'avant grand cataclysme, et qui se réjouit d'avoir un langage soutenu, qui lui permet d'avoir un lâcher prise sous forme d'ironie, mais parfois si difficile à suivre.

Et justement, Quentin, de par ses connaissances de l'avant cataclysme, va devoir être associé à un juge inquisiteur et à une nouvelle génération de IA afin de démaquer l'auteur d'une série d'attentats. En effet le syndicat du rire sévit dans Paris, au risque de provoquer une insurrection.

La deuxième partie sera pour moi plus fluide, j'en oublie le dialogue soutenu ou moins soutenu de cette période, pour me prendre de sympathie pour ce drôle de personnage qu'est Quentin, mais aussi pour cette IA, qui doit apprendre de l'homme pour se perfectionner. Je les ai suivi, dans leur recherche, dans leur compréhension, car pourquoi aurait-il été décidé qu'il n'y avait plus le droit de rire.

Et effectivement, on se prend au jeu, car comme le dit l'auteur « de la farce au drame, de la comédie à la tragédie, quand l'humour est une arme, on passe vite du rire aux larmes. »

Alors pourquoi ne pas tenter ce roman dystopique, qui non seulement nous interroge, mais finit par nous faire passer par différents sentiments, dont l'amitié et le rire.

Commenter  J’apprécie          20
Qu'est-ce que j'aime ce genre de lecture atypique !
C'est en effet un roman audacieux et singulier que nous propose Yann Malaud.
Avec Rira bien, on est catapulté dans un futur proche où le rire n'a (malheureusement) plus du tout sa place, il est même proscrit et condamnable. On découvre alors le quotidien de notre héros de 84 ans, qui a connu le monde d'avant (le nôtre) et a dû malgré lui se faire à cette nouvelle société. Quentin travaille pour le commissariat des archives sensibles et se retrouve au coeur d'une enquête débutant par des citations détournées sur le rire inscrites dans ce Paris du futur, devenu une cité-État, et de meurtres louches impliquant d'anciens humoristes.
L'univers est hyper bien construit, rien n'est laissé au hasard, même une réforme de l'orthographe nous est proposée (accrochez-vous) et tout paraît si réaliste que ça en devient déconcertant.
L'auteur charge son roman de références aussi drôles que philosophiques et tout cela cohabite avec une harmonie délicieuse, aussi étonnante soit-elle.

J'ai passé un superbe moment dans cette lecture, qui pose beaucoup de questions et nous permet de réfléchir sur les dérives de notre société actuelle et celle à venir.
C'est un superbe hommage au rire, à l'humour et au bien-être qu'ils peuvent apporter au coeur de nos existences pas toujours roses...
L'aventure que j'ai traversée dans ce roman m'a fait beaucoup de bien, et j'ai aimé ce mélange des genres. L'auteur a assurément fait beaucoup de recherches, ses messages et sa morale sont aussi justes qu'intelligents.
Il parvient à mêler imaginaire, documentation et réflexion avec brio pour nous offrir un récit palpitant et captivant, qui sort des sentiers battus et se montre incontestablement inoubliable.
Je ne peux que vous le conseiller, ce livre original en vaut vraiment la peine !
Commenter  J’apprécie          20
Et si Yann Malaud était un visionnaire ?
C'est la question que je me suis souvent posée en lisant Rira bien. En croisant les doigts pour que la réponse soit « non ».
Parce que vivre dans le monde qu'il imagine dans son dernier roman est tout simplement glaçant. Même si la canicule y fait rage.
Rira bien est une dystopie qui nous projette à Paris, en 54 après le Grand Cataclysme, dans la touffeur accablante qui envahit désormais la planète. Quentin a 84 ans, il a bien connu le monde d'avant et en garde une certaine nostalgie : dans la cité-état qu'est devenue la capitale règne le totalitarisme du politiquement correct. L'humour y est proscrit. La délation y est omniprésente. Tout le monde juge tout le monde. Et naturellement, on nivelle par le bas : les gens sont ignorants de l'histoire, des valeurs d'antan, etc. Ça vous rappelle quelque chose ?
Quentin, haut-fonctionnaire, travaille encore. Point de retraite dans ce nouveau monde. Et le vieil homme se voit contraint de collaborer avec une IA pour enquêter sur un terrorisme terrible, celui du Syndicat du Rire, un groupuscule mené par le Bouffon et qui se manifeste de plus en plus régulièrement ces derniers temps.
D'une plume érudite et soutenue, mais pas prétentieuse, Yann Malaud nous brosse un portrait au vitriol de ce que pourrait être la société de demain, si on continue à se prendre trop au sérieux.
Le sérieux, justement, parlons-en ! Est-il sempiternellement nécessaire ? Ce n'est pas sérieux de se prendre trop au sérieux. Et ça peut même vite devenir gênant. C'est ce que va nous démontrer l'auteur dans cette dystopie aussi amusante que dérangeante.
Si l'humour est une forme accomplie de l'intelligence sociale, on verra vite que la modernité poussée à son extrême produit des êtres humains exempts de toute fantaisie, et par là même de tout sens social.
Rira bien invite son lecteur à la réflexion, de manière subtile. C'est drôle, mais pas si léger que ça. Une sorte de « 1984 » moderne. J'y penserai longtemps.
Commenter  J’apprécie          10


Livres les plus populaires de la semaine Voir plus


Lecteurs (14) Voir plus



Quiz Voir plus

Harry Potter pour les nuls (niveau facile)

Combien de tomes contient la série Harry Potter

6
7
8
9

7 questions
17297 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l'école des sorciers de J. K. RowlingCréer un quiz sur ce livre

{* *}