AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2254013017
Éditeur : Editions Cujas (01/01/2000)

Note moyenne : 2.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
"Nous sommes tous des étudiants de 1ère année", aimait à rappeler Philippe Malaurie, civiliste émérite. Mais cette appréciation est juste à double titre, car si, en effet, le juriste praticien aura toujours un intérêt à revenir aux fondamentaux pour requestionner ses pratiques et la façon dont il "pense" celles-ci, le citoyen, dans notre monde moderne, se veut de plus en plus sujet, et non objet ; et les évolutions du Droit contribuent à lui accorder ce droit. Encor... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
candlemas
  19 février 2017
"Nous sommes tous des étudiants de 1ère année", aimait à rappeler Philippe Malaurie, civiliste émérite. Mais cette appréciation est juste à double titre, car si, en effet, le juriste praticien aura toujours un intérêt à revenir aux fondamentaux pour requestionner ses pratiques et la façon dont il "pense" celles-ci, le citoyen, dans notre monde moderne, se veut de plus en plus sujet, et non objet ; et les évolutions du Droit contribuent à lui accorder ce droit. Encore faut-il comprendre le système.
Comme l'explique cet ouvrage, le Droit français est en effet, de prime abord, un système de pensée, inspiré en partie du matérialisme du droit romain et de la common-law anglo-saxonne. Mais une telle idée du Droit serait réductrice. Aussi l'auteur nous rappelle-t-il, au-delà des faiseurs de systèmes plus "spécialisés" (Bodin, Boccacio, Kelsen...), l'influence de philosophes, sociologues, penseurs (Platon, Aristote, Kant, Hegel, Durkheim, Weber, ou encore Hugo, Balzac et Dickens), sur la pensée juridique, et, à l'intérieur du système, l'importance d'un retour régulier aux questions fondamentales telles que l'intérêt général, les libertés publiques, ou à l'adage "nullum crimen nulla poena sine lege" pour les pénalistes.
Il démontre à travers l'Histoire de cette pensée juridique qu'elle se nourrit, de manière relative, de tous les phénomènes sociaux et humains... à l'exception peut-être du pouvoir politique, par trop opportuniste, qui ne l'influence pas de manière durable.
Ainsi cite-t-il Portalis : " la Loi est faite par l'Homme, mais pas l'Homme pour la Loi" , pour expliquer que si l'étudiant en Droit doit connaître la technique, pour autant, à travers la règle de Droit, c'est l'Homme qui s'exprime, poursuivant des objectifs, individuels ou collectifs, souvent contradictoires, qui doivent -en principe- primer les moyens.
Il démontre aussi qu'il n'y a pas de pensée unique, mais toujours à l'oeuvre une dialectique, une "joute rationnelle", voire plusieurs, à commencer par celle, très d'actualité, du rapport entre Droit naturel et positivisme.
Pour conclure, on pourra regretter avec lui que le Droit français contemporain, à travers ceux qui le font ou l'interprètent, perde trop souvent du sens, parce que non pensé en rapport avec ce système de pensée , au sens où l'exprime son ouvrage.. au risque d'aboutir à un pseudo-Etat de Droit, digne du Procès de Kafka.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
autres livres classés : droitVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
286 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre