AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782702142806
374 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (11/01/2012)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Avec 1.25 franc en poche pour un jour de travail, que peut espérer un garçon intelligent ?

Sur les monts du Vivarais, en Ardèche, depuis des générations, les Andromas élèvent dans leur ferme des cocons de mûrier pour produire de la soie.
Seigneur en son domaine, Théodore Andromas ambitionne de voir son fils Silvius lui succéder, mais le jeune homme se prend à rêver des lumières de la ville quand il tombe amoureux de Roxane, la vie d'un riche so... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
zizza
  18 janvier 2015
Ecouté en audio-livre.
Dans la campagne ardéchoise, à la fin du XIXe siècle, on assiste à la naissance de Silvius, dans la famille Andromas. le père, aux anges, fait sonner "le tocsin". C'est ainsi que commence cette fresque familiale et sociale autour du commerce de la soie, où sont dépeintes les relations souvent chaotiques entre la famille Andromas et la famille Sitbon, voire entre les membres de la famille Andromas eux-mêmes. On assiste ainsi à une évolution en demi-teinte des personnages jusqu'à ce que les enfants atteignent l'âge adulte, entre viols, amour, amitié, mort et déchéance, sur un vague fond d'histoire politique .
Je retire de cette lecture une impression mitigée: le thème traité est intéressant, et on a plaisir à se retrouver entre la campagne du fin fond de l'Ardèche, et l'univers urbain et grouillant de Lyon. On a également envie de savoir ce qui va se passer, ce qui va arriver aux personnages, auxquels on finit par s'attacher plus ou moins.
Mais... j'ai mis beaucoup de temps à y entrer avec plaisir, et je me suis souvent ennuyée. J'ai trouvé certains personnages horripilants , et j'ai été un peu agacée par les noms des personnages. Je sais que c'est secondaire, mais à chaque fois que j'entendais "Andromas" par exemple, je pensais à Andromaque, et cela m'a perturbée. En outre, je n'ai pas aimé le style de l'auteur, que je trouve peu adapté à l'époque décrite (bon, ça c'est mon aversion personnelle pour les romans historiques d'aujourd'hui).
J'ai vu que c'est le premier tome d'une trilogie, si je tombe sur les deux autres tomes, peut-être que je les lirai par curiosité, mais je n'irai sans doute pas les chercher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
BVIALLET
  16 avril 2012
Au printemps 1875, en Ardèche, Théodore Andromas est fou de joie car sa femme Mariette vient de mettre au monde Silvius, son premier fils. le couple avait déjà eu deux filles, Pauline et Eugénie. Il s'imagine que leur magnanerie a son avenir assuré grâce à la venue de cet héritier qui pourra reprendre son bien. Son ami, Barthélémy Sitbon, vigneron, venu pour le féliciter est assez mal reçu. En effet, une vieille rancune reste tenace entre les Andromas, protestants, et les Sitbon, catholiques. Elle remonte à fort loin, au temps des persécutions, des Camisards etc... Tout devrait se présenter sous les meilleures augures et pourtant rien ne va se passer comme il faudrait. Mariette, qui a été engrossée contre sa volonté, commence par se refuser à son mari. Et ce n'est que le tout début d'une longue suite d'incidents et de catastrophes.
Ce roman de terroir qui se déroule dans le milieu des éleveurs de vers à soie lance le premier épisode d'une saga familiale très représentative du monde paysan de cette époque. En effet, l'éditeur annonce une suite, « La villa des térébinthes », pour août prochain. Ce premier tome est déjà très prometteur. Les personnages sont bien campés : un paterfamilias dur, égoïste et dont on découvre toutes les turpitudes au fil de l'histoire, une mère Courage, une tante et une fille broyées par les évènements et une autre fille et un fils qui trouvent leur salut dans la fuite hors du « cocon » familial. L'intrigue est rondement menée et le style impeccable. Tout est soigneusement décrit et minutieusement étudié jusque dans les plus infimes détails techniques. le lecteur apprendra donc énormément de choses sur culture des vers à soie et également sur le monde impitoyable des soyeux lyonnais. Un excellent ouvrage à conseiller aux amateurs du genre.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
aude46
  28 septembre 2014
Un livre tres agreable et facile a lire.Les personnages,les paysages, les ambiances, les caractères, les atmosphères sont très bien rendu(e)s ' sans fioritures.
On découvre l' histoire de la soierie lyonnaise, le travail des magnans, la vie terrible des campagnes, les querelles persistantes entre catholiques et protestants
bref on a envie de connaitre la suite
Commenter  J’apprécie          40
Annette55
  25 novembre 2013
Très bon roman du terroir qui se situe à la fin du 19 °siècle.Je n'ai lu que le premier tome pour l'instant.Je dois emprunter les autres à la médiathèque.
Commenter  J’apprécie          51
meknes56
  27 août 2019
A nouveau, je tombe sur un bon roman "régional". Ce premier tome d'une trilogie m'a vraiment enchanté.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BVIALLETBVIALLET   16 avril 2012
« C'est à cause de ce Césario, l'anarchiste qui a assassiné notre président.
Caserio, la reprit Colomier. Un Milanais... Pas un Français, heureusement.
Un macaroni ! S'exclama Fouque. Tous les macaronis sont...
Je vous en prie, Will ! L'interrompit Francisque. Ne vous abandonnez pas à la haine. Ca ne changera rien. Ce Caserio est une sorte de personnage de tragédie antique, l'esprit dévoré par l'idéologie libertaire. Sans doute eut-il quelques professeurs pour l'inciter au crime. Ce sont eux qu'il faudrait traquer, Will. Mais ce ne sera pas le cas. Seul ce jeune homme se fera couper le cou. Et nous aurons un martyr de plus sur les bras, après bien d'autres : Koenigstein, Vaillant, Henry... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BVIALLETBVIALLET   16 avril 2012
- Je ne puis grandir, avoua-t-elle d'une petite voix, sans m'affirmer. Est-ce incompatible avec l'humilité ? Nous sommes entretenus dans l'idée de la supériorité du savoir cartésien. Le savoir est libérateur, comprenez-vous ? Contre la pensée irrationnelle, les croyances superstitieuses, les affabulations démoniaques... Mais je sens confusément, que ce qui croît en moi au fil des jours ne fait que m'isoler du grand nombre. Et si la connaissance nous élève, elle nous rend aussi solitaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
meknes56meknes56   27 août 2019
Malgré le craquement du plancher, Juliana ne se retourna pas. Elle savait que Théodore se tenait derrière elle, prudemment campé sur sa réserve.
– Tu ne me pardonneras rien, dit-il d’une voix lasse.
– Un homme reste un homme. C’est une piètre espèce dont je me suis toujours gardée.
– Pourtant, tu as connu plus d’un amour, releva Théodore.
– C’est pourquoi je puis en parler savamment, répliqua-t-elle enjouée.
– Je ne voudrais pas que Mariette prenne ombrage de mon escapade.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
meknes56meknes56   27 août 2019
La violence de la lumière le cueillit à cet endroit comme un coup de massue. Il écarquilla les yeux et sourit à la gorge qui s’ouvrait devant lui, deux cents mètres plus bas, avec ses roches jaunes et grises, ses bouquets d’arbustes suspendus au-dessus du vide, et le bleu du ciel sans tache.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean-Paul Malaval (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Paul Malaval
Foire du Livre Brive 2016 - France Bleu Limousin - Jean Paul Malaval
autres livres classés : roman du terroirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1161 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre