AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782702143292
384 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (29/08/2012)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 25 notes)
Résumé :
La grande fresque de la soie lyonnaise

1894. Quand Silvius épouse la fille d’un riche soyeux lyonnais, il pense se faire une place au soleil dans le milieu des négociants. En butte aux railleries des patrons comme des ouvriers, il comprend bien vite qu’on ne lui pardonnera pas ses origines de petit paysan ardéchois.
Avec l’arrivée de l’électricité et de la soie artificielle, se dessine le déclin de sa belle-famille. Seul Silvius prend la mesure... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Medit
  16 septembre 2015
En 430 pages écrites en gros caractères, ce qui est très plaisant, Jean-Paul Malaval nous entraîne dans l'univers des magnaneries en 1894 avec le prix en chute des cocons en Ardèche jusqu'à Lyon avec les marchands de soie. Nous côtoyons tour à tour les familles Andiomas, Colomier, Sitbon, des couples comme Roxane et Silvius qui se font et se défont, Mariette et Fausto...
Des thèmes actuels sont traités comme la concurrence japonaise de l'époque, la différence de classe et la course vers le progrès.
Le livre est suivi par Les Noces de soie que je ne lirai pas parce que, même si j'ai réussi à lire la fin du livre, je n'ai vraiment pas accroché. Je n'ai pas eu cette envie de découvrir la suite de l'histoire et ce second tome... C'est dommage!
Commenter  J’apprécie          40
aude46
  28 septembre 2014
La suite des noces de soie est aussi bien que le 1er tome
nous voila a Lyon, et plongeons dans le monde des soyeux.
Belle description des "guerres" de milieux, de la guerre commerciale sur le marché de la soie qui etouffe les petites mains, de la rage de revanche de Silvius...
Commenter  J’apprécie          50
Floccus
  21 avril 2013
[Livre audio lu par Colette Sodoyez]
Dès le début, la couleur est annoncée :
“ Mais, par un singulier paradoxe, il n'est que les maris tyranniques qui sont regrettés, puisque les autres s'estompent dans la mémoire à force qu'on ne puisse rien leur reprocher. ” (I 1:05)
Allons bon ! Nous voilà embarqués dans une vision doloriste, résignée, misérabiliste de l'existence. Enfin surtout du côté des femmes… L'homme est plus rugueux, brutal, fait de tourbe et de pierre. Et la femme aime être empoignée dans des étreintes vigoureuses par des hommes mal dégrossis qui souillent leurs jupes immaculées…
Un soupçon d'Harlequin, de l'amour à la Lady Chatterley, un bourbier dans la veine traditionaliste, régionaliste option vieille France. Une lecture au ton dramatisant et une écriture surfaite n'arrangent rien.
Abandon par KO à la neuvième piste.
Lien : http://versautrechose.fr/blo..
Commenter  J’apprécie          30
Stgenest
  25 septembre 2016
Le premier tomes est plus haletant. Les contrastes et les actions plus nombreux. Dans le second tome, on retrouve avec plaisir certains des personnages mais l'atmosphère guindée du milieu industriel/bourgeois n'aspire pas à l'épanouissement des personnages et...du lecteur.
Commenter  J’apprécie          10
meknes56
  29 août 2019
La suite "des noces de soie" est largement moins bien que le premier tome. J'ai moins adhérer à ce second volume..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   03 avril 2016
Tant d’effacement et si peu de caractère finiront par lui gâter l’esprit, craignait-il. N’est-ce point chez les timides que se recrutent les futurs rebelles ?
Commenter  J’apprécie          30
meknes56meknes56   29 août 2019
Je n’ai pas besoin d’un fouet, moi, pour commander un homme. Nous sommes tous les deux dans la même galère. Si la prochaine récolte de cocons est bonne, vous aurez de quoi vivre. Si notre maison continue à aller de travers, nous nous séparerons…
Commenter  J’apprécie          10
meknes56meknes56   29 août 2019
Elle lui disait : « Ce n’est pas chrétien de détester un fils… » Quelle exagération, quelle démesure ! Barthélémy n’en revenait pas que son Albin fût, alors qu’il s’acheminait vers ses vingt-deux ans, toujours le petit enfant de sa mère.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   03 avril 2016
Une femme qui s’est vouée à un homme toute sa vie ne peut s’en délier aussi aisément. La mort, hélas, ne fait que renforcer l’exaltation des sentiments.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   03 avril 2016
Je n’ai pas besoin d’un fouet, moi, pour commander un homme
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Jean-Paul Malaval (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Paul Malaval
Foire du Livre Brive 2016 - France Bleu Limousin - Jean Paul Malaval
autres livres classés : roman régionalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
283 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre