AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782265116573
288 pages
Fleuve Editions (12/01/2017)
3.27/5   100 notes
Résumé :
Gisèle est vétérinaire de campagne, Franck s'est voulu écrivain. Il est désormais père au foyer. Pas de méprise, ce statut est une source intarissable de joie. Car en plus de lui assurer un temps précieux auprès de ses filles, il le dispense de côtoyer ses semblables.
Hormis la fréquentation de quelques soiffards, cyclistes tout-terrain ou misanthropes à mi-temps comme lui, Franck Van Penitas peut se targuer de mener une existence conforme à son tempérament ... >Voir plus
Que lire après Sous le compostVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
3,27

sur 100 notes
5
9 avis
4
11 avis
3
12 avis
2
4 avis
1
0 avis
" Si ma femme n'avait pas commencé à me tromper , je n'aurais probablement jamais versé dans l'extra-conjugalité".
Et voilà, c'est encore de la faute des femmes !
Franck est un homme au foyer pas désespéré du tout , qui élève ses trois filles, s'occupe de l'intendance (courses, ménage...) et cultive son jardin . Bêchage, arrosage ,ramassage de tomates et courgettes ... Franck est un homme bien occupé pendant que madame vaque à ses occupations de vétérinaire de campagne . Le couple est bien intégré dans le village et Franck passe quotidiennement au bistrot refaire le monde avec le patron ( entre autres ) . La vie s'écoule tranquillement , jusqu'au jour où Franck reçoit une lettre l'informant de l'infidélité de sa femme .
Et là , c'est le drame !
Mais non pas du tout ! Franck décide de ne rien dire à sa femme et de plutôt " jouer dans la même cour" ... et tant qu'à faire , commencer par l'épouse de l'amant de sa femme .
C 'est compliqué , et étrange me direz-vous ? Mais cela sied bien au caractère de Franck, pas très communiquant, fuyant les mondanités, mais très tendre avec ses filles . Il est étrange et amusant à la fois, et donne le ton à ce roman très sympa à lire . L'histoire tend , à la toute fin , vers le roman policier mais si peu ... Quelques années auparavant , une jeune fille avait disparu, une jeune femme disparaît, et la police fait son apparition sans que Franck en soit bouleversé plus que ça ...
Un brin cynique, assez contemplatif, un peu coquin, vraiment nature : un point de vue et un ton vraiment original .
Commenter  J’apprécie          545
Dans la famille van Penitas, les rôles sont inversés : c'est Madame qui travaille et Monsieur qui s'occupe des tâches domestiques. Gisèle exerce la profession de vétérinaire au sein d'une clinique pendant que Franck élève leurs trois filles. Ses journées sont bien remplies : courses, ménage, cuisine. Il se passionne pour son potager et son objectif est d'avoir un jardin totalement vivrier. Le couple a choisi d'habiter à la campagne. Leur maison est bordée par une forêt et un champ abandonné. Leur plus proche voisin, un agriculteur solitaire, est à cinq cents mètres. Franck, qui a raté sa vocation d'écrivain, se surprend à côtoyer le patron du bistrot et le garagiste du village. Un matin, il reçoit une lettre anonyme qui lui révèle les infidélités de son épouse. Peu après, la femme d'un associé de Gisèle lui fait part d'un message explicite que cette dernière aurait adressé à son mari. Franck accueille cette nouvelle avec sang-froid et décide de se lancer dans l'aventure baroque et pleine de surprises de l'adultère.

J'ai été happé dès les premières pages par le réalisme du livre. le récit est concret et les événements sont rendus tels que vous pourriez les vivre ou les avoir vécus. J'ai apprécié le cynisme et l'amertume du personnage principal. Je le rapproche d'ailleurs de celui qu'on trouve dans les romans de Herman Koch. Franck est un solitaire et son tempérament maussade peut friser la misanthropie. Le ton est bien celui d'un homme qui observe la dissolution de son couple avec détachement et qui se lance dans l'infidélité, poussé par ses pulsions, mais conscient des emmerdements qui vont en découler. Le livre change de braquet dans les derniers chapitres et j'ai lu les trente dernières pages très vite, trop vite, pour connaître le dénouement du récit. Un roman que j'ai entamé sans trop savoir à quoi m'attendre et qui a su me plaire et me surprendre.
Commenter  J’apprécie          294
. J'ai choisi ce livre de poche par son titre et sa première de couverture, sans oublier cette fameuse quatrième de couverture, cette porte ouverte souvent flatteuse, ce triptyque a su me conquérir facilement. Sous le compost interroge, par le sens propre ou figuré de ce titre, sans y répondre, je m'invite à ce roman comme une balade dans la nature qui environne notre monde rural, arpentant les sentiers qui se perdent dans une végétation sauvage, une flânerie dans un terrain inconnu, c'est cette attraction qui anime ma curiosité littéraire dans cette lecture, disparaitre dans les fissures d'une écriture et d'une intrigue qui réveillent mes sens. Je ne connais pas du tout cet auteur français, Nicolas Maleski, avec ce premier roman, Sous le compost, finissant finaliste du prix RTL-Lire, il poursuivra par un second roman en 2020, La Science de l'esquive, puis dernièrement en 2021, son troisième sous le titre La Force décuplée des perdants.
L'histoire semble être banale, une satire conjugale moderne d'un couple perdu dans la campagne où la montagne domine le relief, cette famille fraichement installée dans cette ruralité sauvage, s'intègre facilement dans la simplicité de cette région, dans une dualité subsistante, celle de sa femme, vétérinaire dans une clinique, et de son mari s'occupant des trois jeunes filles, de son potager et gravitant avec deux ou trois autochtones ruraux. Franck et Gisèle sont un couple moderne, ils se sont connus très jeunes, pour fonder une famille très tôt, Franck est un écrivain qui se cache derrière la carrière de sa femme, il végète ce souvenir des mots, se laissant aspirer dans la valse des écrits pour ces filles, sa femme est happée par ce groupe vétérinaire, n'étant qu'associée à vingt pour cent, ces heures ne sont pas comptées, son mari lui en fait la réflexion dès le début, d'arrêter de travailler soixante-dix heures par semaine, le couple s'entend fort bien, une libido encore en éveil, comme ce coït brutal lorsque le couple s'éprend l'un de l'autre dans la fougue de la passion. Cette façon de vivre est un compromis qui ne gangrène pas la vie du couple, une légère liberté s'en dégage, Franck ruisselle dans le terroir avec son jardin, il a cette main verte qu'il a façonnée au fil du temps et de l'aide de son curieux voisin, Francis Condac souvent absent, presque misanthrope, étant un ancien scientifique, vivant dans ce capharnaüm constaté par certaines langues villageoises. La vie est un long fleuve tranquille pour cette famille, Gisèle a une notoriété avec la classe bourgeoise, en faveur de son statut sociale de vétérinaire et de sa relation avec ces associés de la clinique, se réunissant régulièrement, Franck est hermétique à ce clivage sociétal, il va sympathiser facilement avec la simplicité de la famille Fumard, de la « grosse" Christine et son marin Denis à l'humour graveleux, puis Bruno et sa femme Malika, une amitié qui se façonne surtout entre les hommes, se retrouvant pour des balades sportives à vélo. Dans ce décor assez simple, une lettre va déséquilibrer cette vie, un corbeau va ouvrir la porte vers un nouvel horizon, Franck reçoit une lettre anonyme, dénonçant l'adultère de sa femme, sa réaction est d'un pragmatisme surréaliste, il accepte cette éventualité sans confrontation brutale avec sa femme, il flotte sur la vague de cette dénonciation, une calomnie qui doit trouver son auteur.
Ce que j'aime dans ce roman, c'est cet humour qui transpire, c'est une bouffée d'air pur qui gonfle mes poumons, Nicolas Maleski, sous le personnage de Franck, nous invite dans un univers décalé sans contrainte, se moquant de lui par cette formule croustillante, « C'est difficile à admettre et les gens devaient se dire tout bas que Franck van Penitas s'y prenait vraiment comme un manche. », le roman est au style direct, le « je », simplifie l'écriture, j'ai aimé m'identifier à ce mari, homme au foyer, pratiquant « la micro-agriculture-vivrière-intensive », s'amusant de son inertie face à la situation, voguant au gré des autres et de leurs actions, n'aimant pas les soirées avec la haute sociétale du côté de sa femme, comme celle organisée par les Richard-Schmitt, s'ennuyant, ayant toujours un humour noir, voir sarcastique avec les hôtes, s'isolant de ces mondanités, étouffant de ces discussions stériles, un petit misanthrope de cette caste, même son style vestimentaire est hors code, Franck fuit la complexité abrutissante de cet univers, il aime au fond de lui la présence de ces nouveaux amis ceux avec qui, il boit des bières, il va en boite, il fait du vélo, il partage les douleurs passées et les aléas de la vie. Franck concentre en lui une forme de révolte envers notre monde où le clivage est ce prisme des différences.
Nous avons avec cette lettre, une trame qui se tisse comme une forme d'enquête policière, Franck tente de trouver l'auteur, ce corbeau arpente ces pensées et le paysage, il y a comme un prolongement entre ces oiseaux noirs et la lettre reçue, « Les corbeaux semblaient frappés de maladies mentales, bravant la mort pour becqueter des charognes, ou chancelant dans l'air comme des ivrognes. ». Franck est aspiré par des nouvelles pensées, une simple lettre bouscule les regards que l'on peut avoir sur les autres, Franck se trouble des femmes qui l'entourent pour avoir soudainement sur certaines celui d'un homme célibataire, s'ouvrant une voix vers le désir d'une autre, comme celles des femmes des associées de sa femme, il devient Don Juan malgré lui, osant charmer, juste pour évacuer l'idée d'être cocufié par l'un des associés de sa femme. La femme de Carlos Richard-Schmitt, Valérie, une femme qu'il n'avait jamais regardée, elle était insignifiante, un peu coconne, deviendra sa maitresse, comme une évidence sur un mal entendu, Valérie pensant que son mari et la femme de Franck avaient une relation extraconjugale, ayant mal compris un message écrit téléphonique entre eux, comme on dit souvent, nous voyons ce que l'on désire comprendre. Avec beaucoup d'humour Nicolas Maleski, nous narre les tribulations sexuelles de Franck avec Valérie et aussi Nadjesda Guzman, la femme du troisième associé, qu'il va oser aller charmer dans son cabinet dentaire, juste peu de temps après la partie mondaine des Richard-Schmitt, qu'ils organisaient tous les ans pour des raisons obscurs qu'échappent à Franck, pour fêter l'arrivée de l'été, le début des vacances ou bien pour paraitre surement, Valérie brulant des cierges pour être sûr d'avoir du beau temps, c'est savoureux cette façon d'être, une femme qui n'aime pas la solitude, elle désire être aimée, elle est un peu coincée, une nunuche bourgeoise écrasée par sa fonction, habitant un quartier résidentiel, elle ressemble au rôle de Sabine Azéma dans le bonheur est dans le pré, un film français réalisé par Étienne Chatiliez.
Nicolas Maleski, dans ce roman, entrouvre une intrigue, bien ancrée dans le passé, celle de la petite Cindy Fumard disparue en allant au collège, jamais retrouvée, l'enquête piétinant pour la laisser disparue, son père Denis est marqué au fer rouge, ces années sans sa fille creusent un peu plus en lui une maladie qui sortira un jour , avec cet infarctus lors d'une sortie entre hommes en vélos. Sans être un roman policier, Sous le compost est surtout une satire, sociétale et du couple, avec un soupçon d'intrigue policière, l'adultère est traité de façon légère, Franck trompe sa femme sans le désirer en soi, comme un malentendu, avec une facilité déconcertante. Avec Valérie, il usera du choc d'apprendre l'adultère de sa femme avec son mari Carlos, de sa bouche, pour lui faire des avances sexuelles, lui enlevant sa culotte pour ensuite vouloir la prendre sur la table de chez lui, elle refuse, mais par la suite, le cheminement faisant, elle succombera, devenant accro à Franck, l'appelant régulièrement, Franck va rejoindre régulièrement sa maitresse Valérie chez elle, pour se baigner nu dans sa piscine et écoutant ce moulin à parole qui ne cesse jamais, sauf pendant l'acte, on se demande pourquoi Franck aime cette situation, comme s'il aimait prendre sur revanche ces deux associés qui abusent de sa femme par le biais de cette clinique, même si Franck pense que sa femme couche vraiment avec Carlos, s'apercevant de trace suspecte sur les fesses de Gisèle lors d'un acte charnel, il a même cette réflexion qui me fait encore sourire, « Mais pourquoi avec lui plus qu'avec moi », cette histoire de fessée prendra une ampleur folle dans le cerveau de Franck. Comme avec Nadjesda Guzman, la dentiste, la charmant, la possédant, la désirant, elle sera cette petite cerise sur le gâteau, la friandise ultime, il aime sa femme, même après la deuxième lettre, son anniversaire surprise, le retour de ces trois filles parties en vacances ces grands-parents, Gisèle reste l'amour de sa vie, et petit à petit les lettres anonymes auront la réponse de la vérité comme celui du message écrit de Carlos pour Gisèle surpris par Valérie, l'annonçant à Franck, provoquant cet adultère stupide, mais amusant, je n'oublie pas la venue à l'improviste d'un ami de fac de Franck et Gisèle avec sa compagne du moment, Marc et Rhoda, lui un écrivain à succès d'une littérature malade, on pourrait presque croire à une caricature de notre Beigbeder Frédéric, j'ai pensé à lui toute suite, un écrivain branché, cocaïnomane, qui fait partie de la jet set parisienne et d'une pensée consanguine biseauteuse, décrivant son milieu à travers ces romans, que j'ai lu bien sûr.
L'écho de Cindy Fumard tintera à la fin du roman, comme une révélation, le couple, Marc et Rhoda sera le catalyseur de cette chute, ces parasites stéréotypes parisien seront le vecteur du mal malgré eux, pour un final surprenant. Un roman qui pour ma part fut un moment de plaisir et de sourire, je vous le conseille pour un pur moment de détente.
Commenter  J’apprécie          40
La semaine dernière, Babelio nous conviait à une rencontre avec Nicolas Maleski pour fêter la sortie de son deuxième roman.
L'occasion pour moi de lui dire tout le bien que j'avais pensé de "La science de l'esquive", mais plus encore de son premier titre, "Sous le compost" !
Un roman décapant, gentiment insolent, qui a pour cadre une petite bourgade du sud de la France et qui met en scène le drolatique Franck van Penitas, un personnage loufoque, cynique, drôle et désabusé, un écrivain raté reconverti dans le jardinage : en bref un doux fêlé comme je les aime.

Sur la foi d'une lettre anonyme, le voilà qui se met à suspecter son épouse d'infidélité et qui se dit que finalement, il n'a aucune de raison de ne pas lui aussi aller voir si l'herbe ne serait pas plus verte ailleurs... Après tout, pense-t-il, "si ma femme n'avait pas commencé à me tromper, je n'aurais probablement jamais versé dans l'extra-conjugalité".

C'est le début d'une fuite en avant truculente, parfois crue et amorale mais toujours pleine d'un humour grinçant et ponctuée de formules bien senties. Au fil du roman, l'affaire se complexifie, les cachotteries s'accumulent, le lecteur sent bien que l'édifice de mensonges menace de s'effondrer, on attend fébrilement qu'il s'écroule.
Malgré tous ses travers, Franck m'a tout de suite séduit, et son incroyable faculté à "faire l'autruche" et à se laisser aller sans se préoccuper des conséquences a quelque chose de tout a fait grisant. Au fond, n'a-t-il pas raison quand il nous dit que "tant que le pire ne s'est pas produit, le meilleur peut encore arriver" ?

Tous les personnages qui gravitent autour de Franck sont eux aussi délicieusement bien croqués par la plume sans concession de Nicolas Maleski, et le petit microcosme provincial qu'il nous décrit est parfaitement criant de réalisme.
Avec cette histoire d'adultère et de jardin potager, l'auteur mélange les genres, frise l'étude de mœurs sur la crise de la quarantaine, aborde sous un angle insolite les thèmes de l'écologie et de la ruralité, et joue même avec les codes du polar dans les derniers chapitres.
En clair, un roman inclassable, et un anti-héros tellement pétri de défauts qu'il en devient attachant.

Le mot de la fin pour M. Maleski himself, qui a parfaitement résumé mon sentiment dans sa gentille dédicace : "Vive Franck van Penitas, le misantrophe pour de faux !"
Commenter  J’apprécie          203
Je remercie les éditions fleuve et les équipes de Babelio pour l'envoi de ce roman. Un roman noir sur les couples, avec un personnage cyniquement drôle ... Sur le papier, du moins ! La réalité est tout autre.
Parlons des personnages, pour commencer. Franck, père au foyer et homme bafoué, est le personnage principal. Prétendument cynique (sauf qu'il ne dit pas franchement les choses) ... Il m'est apparu comme un homme un peu « bêbête », sans grand intérêt. Il manque d'authenticité, à mon sens. Les autres personnages, quant à eux, ne m'ont pas laissé de souvenirs. Ni bons, ni mauvais ... juste rien.
Parlons de l'histoire. Que raconte-t'elle ? D'adultère ... et de belles parties de jambes en l'air très vulgaires. Tout ce que je n'aime pas. Non, être vulgaire ne fait pas d'un roman qui ne raconte rien, un roman noir !
Un crime ? Oui, un crime pourrait le rendre plus sombre. Mais pas ici ! Il m'a manqué ce sentiment d'oppression, de stress et de panique. Puis, c'est arrivé bien trop tard. le mal était fait ! Je m'étais déjà transformée en un tas de compost.
Ce roman a été, pour moi, d'un ennui mortel. Pas assez de dynamisme, pas assez de noirceur. du plat, rien que du plat.
Commenter  J’apprécie          190


critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec
03 avril 2017
Un roman qu’on a surtout aimé pour son humour grinçant.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Lexpress
20 février 2017
Le quotidien d'un écrivain raté, écolo convaincu, exilé à la montagne avec sa famille, qui apprend l'infidélité de sa femme. Original et insolent!
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
-mais je gardais pour moi ma théorie qui voulait qu'un écrivain ça écrive, ça se lève le matin pour bosser , ça y passe ses journées en s'accommodant du quotidien, et surtout ça ferme sa gueule , sans quoi ça se répand, sans quoi ça pose, ça fréquente les mondanités, ça parade à la radio, ça finit même à la télé avec une mèche de cheveux pas croyable et des airs ombrageux , et personne n'a besoin de connaître la tronche de l'écrivain qui a écrit le bouquin, ni de savoir combien de mètres de ficelle il a utilisé pour emballer son rôti.
Commenter  J’apprécie          220
l'emballement de Valérie, ce besoin effréné d'échanger présupposait une vie intérieure assez sèche, l'incapacité à être seule. C'était une donnée à prendre en compte, ça signifiait qu'elle exigerait bientôt de moi d'être attentif à ses problèmes, de montrer une réelle implication sentimentale, d'être à l'écoute, (...).
On ne prévoyait pas spécialement ça avant de débuter dans l'infidélité. Je découvrais en temps réel qu'un adultère ça ne se limitait pas forcément à une histoire de sexe, il pouvait y avoir des à-côtés psychologiques.
Commenter  J’apprécie          170
Je ne comprenais pas certaines femmes au foyer dont le plus grand désir était de s'insérer dans la vie active alors qu'elles n'y étaient pas strictement contraintes par l'aspect financier . Elles éprouvaient le besoin de s'investir , d'être indispensable à la société... A mon avis, c'était l'ennui qui les guidait, la brûlure de parler, de voir des gens .
Commenter  J’apprécie          222
- Oh je tiens un jardin à temps perdu . Sinon, je suis au foyer ...Enfin, je suis à la maison , je m'occupe des enfants...
J'encaissai des regards compatissants et j'eus droit à un concert d'approbations tempérées où se mêlaient la gêne et la surprise. (...) Un verre s'imposait .
Commenter  J’apprécie          272
- Je suis déçue Franck, globalement déçue. Par ce soir, par toi ... Par les hommes , je crois . Par la vie en général... Oh, ce n'est pas très grave, il fallait bien que ça m'arrive...
Commenter  J’apprécie          330

Videos de Nicolas Maleski (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Maleski
Venez découvrir notre rentrée littéraire ! Face à Lauren Malka, Emilie Guillaumin présente son roman "L'Embuscade", et Nicolas Maleski vous parle de "La force décuplée des perdants".
autres livres classés : lettres anonymesVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (196) Voir plus



Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
20328 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..