AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782213681856
288 pages
Éditeur : Fayard (17/05/2017)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 47 notes)
Résumé :

Que mange-t-on quand on ouvre une boîte de concentré, verse du ketchup dans son assiette ou entame une pizza ?

Des tomates d’industrie. Transformées en usine, conditionnées en barils de concentré, elles circulent d’un continent à l’autre. Toute l’humanité en consomme, pourtant personne n’en a vu.

Où, comment et par qui ces tomates sont-elles cultivées et récoltées ?

Durant deux ans, des confins de la Chine à l’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
TelKines
  01 avril 2019
J'ai découvert cet auteur par son article paru dans « Le Monde Diplomatique » d'il y a déjà plus d'un an.
La vérité sur l'industrie de la tomate était peu glorieuse. Et puis, je l'ai un peu oublié.
Récemment, j'ai vu le documentaire éponyme à ce livre lors d'une soirée ciné-débat avec l'auteur. Il s'agit d'un bon documentaire qui se suit le parcours de Jean-Baptiste Malet dans sa recherche sur la culture de la tomate industrielle servant à la fabrication du concentré de tomates, jus de tomates, sauce tomates… Bref, ce qu'on peut utiliser dans beaucoup de nos préparations culinaires.
Et ce n'est toujours pas glorieux.
Puis, j'ai reçu ce livre proposé lors de la Masse Critique de février 2019. Après lecture de cette enquête. Eh ben… c'est assez édifiant (ça l'était déjà dans le documentaire). Les tomates, ou plutôt des trucs rouges génétiquement modifiés pour avoir peu d'eau et résister grandement aux chocs, vont être ramassées et transformées une première fois (en majorité aux US, en Chine ou en Italie) puis vont parfois faire le tour de la Terre pour une deuxième transformation (voire encore un autre périple) pour peut-être arrivées dans les rayons de nos commerces.
Et ça, ce n'est que la première couche !
Et si après toute cette lecture, vous avez encore faim de produits avec de la tomate, regardez d'où elle provient. Ou mieux, préparez tout vous-même ! ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          63
topocl
  03 juillet 2018
La tomate, direz vous, quelle drôle d'idée ? Et bien 280 pages plus loin, on a plutôt envie de dire que c'est une drôlement bonne idée, un sacrément bon sujet : on a appris plein de choses sur à la mondialisation en général et l'industrie agroalimentaire agroalimentaire.
Au fil des pages, on comprend que la tomate industrielle (c'est-à-dire la tomate qui est utilisée pour des préparations alimentaires, une tomate refabriquée dans ce sens, et non pas celle que l'on peut trouver sur les étalages, y compris des supermarchés ) est un enjeu économique beaucoup plus fort qu'on ne le croit, avec ses tradeurs, ses entreprises supranationales, sa loi du marché, sa corruption… C'est une très bonne façon de comprendre l'organisation du commerce au niveau mondial que de se pencher sur ce petit fruit/légume rouge...
On commence en Chine, où la tomate a été importée pour le seul plaisir de faire de l'argent, de façon tout à fait artificielle, et où, outre enrichir des déjà-multimillionnaires, elle donne, généreuse qu'elle est, du travail aux enfants comme aux prisonniers des camps de redressement. Elle est ensuite conditionnée en concentré, de qualité pas très bonne à franchement très mauvaise, selon le marché auquel elle s'adresse. "Franchement" car, oui, les Africains n'ont pas d'argent, donc, pas de problème, on leur propose une qualité inférieure, et ce sera toujours cela de gagné en plus… À moins que la nouvelle idée d'implanter les usines de conditionnement en Afrique elle-même, ou la main d'oeuvre est encore moins cher, soit finalement la panacée…
En Italie, qui a toujours été le royaume de la tomate, eh bien oui…maintenant, on reconditionne du concentré chinois, c'est tellement moins cher et facile, on colle une étiquette Made in Italie, aux couleurs vert blanc rouge, et cela permet à l'occasion de blanchir l'argent de la mafia. Ce serait cependant mentir de dire qu'il n'y a plus de culture de tomates industrielles en Italie : il faut bien donner du travail aux migrants clandestins (ceux-la même que l'importation de concentré de tomates chinois en Afrique a privés de leur travail et de leurs revenus)r. Je vous raconte pas les conditions de travail, je vous laisse les imaginer…
La Californie, avec ses cultures intensives, son libéralisme à outrance, son délire de mécanisation ferait presque figure d'enfants de choeur là au milieu.

Au total, c'est un survol impressionnant du commerce au niveau mondial, complètement déprimant, certes, mais globalement très instructif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lirio
  04 novembre 2017
Avis aux amateurs de frites au ketchup, de lasagnes sous vide et de pizzas surgelées : arrêtez ça tout de suite ! Cette enquête courageuse d'un journaliste qui avait déjà dénoncé le système Amazon va vous faire passer l'envie de sauce tomate. Pas le fruit frais, charnu et goûteux qu'on achète au marché bien sûr, mais une tomate « industrielle », un hybride créé uniquement pour la transformation en concentré, et produit massivement en Chine. de puissants industriels chinois exportent cette bouillie rouge en énormes quantités à travers le monde, y compris en Europe, sans être toujours très scrupuleux sur la qualité du produit vendu...Ce concentré est ensuite utilisé dans l'industrie agroalimentaire, ou vendu dans nos supermarchés après avoir été reconditionné. Alors avant d'ouvrir un bocal de sauce bolognaise, lisez ce livre, et envisagez plutôt une bonne carbonara pour vos pâtes!
Commenter  J’apprécie          70
Lilo0606160616
  02 octobre 2017
Un superbe documentaire économique sur l'industrie de la tomate, ses répercussions, son trafic, son côté sombre.
On y découvre le développement de ce fameux fruit botanique, son évolution au cours des dernières décennies et l'impact de sa commercialisation dans le monde. Au premier abord, on pourrait penser découvrir un livre exclusivement dédié à la description du contenu de notre assiette, mais l'enquête va bien au-delà. Entre faits historiques, révolution industrielle, personnages politiques, migration, guerre des prix, tous les domaines du capitalisme sont décrits pour mieux nous représenter les sombres méandres et impacts du développement de cette matière première. 
On découvre encore une fois que les pays les moins industrialisés sont les premiers touchés par la volonté des plus grands d'étendre leur empire économique et financier (l'un ne va-t-il pas sans l'autre ? ). Comment ne pas songer aux souffrances morales et physiques endurées par les "ouvriers de la tomate", comment fermer les yeux face à un produit insipide, de couleur bien rouge, prétendument d'origine "Italie" ? Comment s'imaginer que la mafia se mêle à un trafic de la tomate ? Quels mélanges les industries pratiquent-elles pour faire toujours plus de bénéfices ?
Entre études chiffrées, narration et interviews, l'auteur s'appuie sur divers supports pour étayer ses arguments, rendre sa documentation accessible à tous, compréhensible et fluide. Jamais ennuyeux, toujours le soucis des précisions, l'auteur nous livre ici un documentaire complet et recherché.
Même si j'aurai aimé que l'auteur se penche davantage sur l'aspect chimique des compositions de la tomate, je recommande pour les révélations économiques et industrielles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Shabanou
  03 mai 2019
"L'empire de l'or rouge" de Jean-Baptiste Malet ((349p)
Ed. livre de poche
Bonjour les lecteurs...
Vous pensiez maîtriser ( plus ou moins ) vos consommations alimentaires?
Vous pensiez acheter des produits à la traçabilité impeccable?
QUE NENNI !!!
Bienvenue dans le monde de l'or rouge.
L'auteur a choisi la tomate pour nous décrire le système de l'agro-industrie mis en place autour de certains produits, mais il est clair que son étude aurait pu toucher un bon nombre d'autres supports.
La tomate étant un des rares aliments consommé de façon mondiale, le courageux fouineur a enfoncé les portes pendant presque 3 ans avant de nous livrer son rapport.
Il va s'intéresser à la tomate industrielle, celle qui est utilisée pour fabriquer le fameux " concentré " consommé de part le monde et qui entre dans de multiples fabrications industrielles ( même les plus improbables).
Des usines de Chine, aux société de transformations italiennes, des supermarchés des pays industrialisés à la vente à la cuillère en Afrique, la pâte rouge va être analysée comme jamais.
L'auteur en plus de s'attaquer aux géants de l'industrie, aborde l'histoire de la conserve, le problème des migrants, la surexploitation humaine, les fraudes camouflées ( ou non), la mafia .. bref.. tout y passe.
Enquête de la Chine au Ghana, en passant par l'Italie et la Californie.
Bienvenue dans le monde sympathique de la mondialisation à outrance.
Ce livre a connu une période de censure en Italie et a reçu le prix Albert -Londres 2018.
Petit bémol ( mais vraiment très petit) .. par moment, je me suis moyée dans les chiffres exposés.
Merci à Anne d'avoir parlé de ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31


critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec   18 septembre 2017
La prochaine fois que vous commanderez une pizza ou un bloody mary, ou encore quand vous achèterez du concentré de tomate ou des tomates en conserve, pensez-y deux fois.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeDevoir   24 juillet 2017
La tomate est un fruit, celui de la convoitise, estime Jean-Baptiste Malet
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
michdesolmichdesol   19 décembre 2017
Cette tomate d'industrie n'est pas ronde : elle est oblongue.. Elle est aussi plus lourde, plus dense qu'une tomate fraîche, car elle contient beaucoup moins d'eau. La peau d'une tomate d'industrie est très épaisse, elle résiste et croustille sous la dent quand on essaie de la mâcher fraîche. Le fruit est si dur qu'il peut supporter de longs voyages en camion, puis son maniement par les machines. La tomate d'industrie ne se gâte pas facilement. Des agronomes l'appellent, pour plaisanter, la "tomate de combat" : elle est tellement ferme, qu'elle n'éclatera jamais, même si elle est placée tout au fond de la benne, sous la masse de plusieurs centaines de kilos récoltés : elle est "étudiée pour". Il vaut d'ailleurs mieux éviter de jeter des tomates d'industrie à la figure d'un artiste ou d'un dirigeant politique, car ce serait le lapider - ce qu'il ne mérite peut-être pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
TelKinesTelKines   22 septembre 2019
La seconde surprise du concentré Gino tient à la nationalité du propriétaire de la marque, qui assure la distribution. Malgré la construction "marketing" d’une prétendue identité italienne, ce géant de la distribution du concentré est un indien : Watanmal. Ce groupe, dont les sièges sont à Hong-Kong, ainsi qu’à Tharamani dans le Chennai, s’enorgueillit de compter 530 millions de clients à travers le monde.
Watanmal réalise près de 650 millions de dollars de chiffre d’affaires annuel dans la distribution de denrées alimentaires, en grande partie grâce à Gino. La société exploite également une seconde marque de concentré de tomates, « concurrente » de Gino : Pomo. Les conserves de concentré Pomo sont produites dans les mêmes usines, avec le même concentré chinois que celui des conserves Gino.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TelKinesTelKines   21 septembre 2019
Ami personnel du président Ronald Reagan, O’Reilly offre au néolibéralisme sa touche de ketchup. Une sauce qui faillit prendre, sous la présidence Reagan, la qualification de « légume ». L’administration Reagan ayant réduit de 27 milliards de dollars les programmes sociaux du budget de l’année 1982, les fonds affectés à la restauration scolaire sont amputés d’un milliard de dollars. Afin de réaliser cette coupe, le secrétaire de l’Agriculture des Etats-Unis évoque le 3 septembre 1981 l’idée de faire passer le statut du ketchup de « condiment » à « légume », et ce afin de permettre aux cantines scolaires de retirer de la nourriture des enfants une portion de légumes frais ou cuits. L’idée suscite un immense tollé et n’est finalement pas retenue, ce qui n’empêche cependant pas la pizza d’être aujourd’hui considérée, dans les menus scolaires américains, comme un « légume ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TelKinesTelKines   18 mars 2019
Li Songmin se tient à un coin du champ, il surveille la récolte. Le producteur sait que ses tomates seront livrées par camion dès ce soir à une usine de l’entreprise Cofco Tunhe. Ensuite, il ignore tout de la destination de sa matière première, une fois qu’elle aura été transformée. Li Songmin est le locataire de la parcelle. Il ne connaît personnellement aucun des cueilleurs qui récoltent ses tomates. Ni les migrants du Sichuan, majoritaires ce jour-là, ni les Ouïgours : tous ont été recrutés par un « prestataire de service en main d’œuvre ». Le producteur de tomates n’a de contact qu’avec l’entreprise Cofco Tunhe. Elle lui fournit et impose les variétés de tomates d’industrie à forte productivité qu’il doit cultiver selon un cahier des charges précis. Elle lui garantit l’achat de sa récolte à un prix négocié. Elle se charge de lui trouver des cueilleurs en temps voulu. Elle gère l’acheminement des tomates jusqu’à l’usine.
Cofco Tunhe est la première compagnie de transformation de tomates d’industrie en Chine. C’est aussi le numéro deux mondial du secteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TelKinesTelKines   27 avril 2019
Ces boîtes de conserves, ou ces tubes premier prix, n'indiquent le plus souvent aucune origine. Il ne s'agit pas d'une omission, mais plutôt d'une quasi-certification que ce produit est un concentré d'importation.
Les meilleurs qualités de concentré de tomates n'ont pas besoin de taire leur origine. Sur le marché mondial, les variations de prix entre des concentrés de bonne ou mauvaise qualité peuvent aller du simple au double : de 450 à 900 euros la tonne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Jean-Baptiste Malet (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Baptiste Malet
Enquête choc sur le business de la tomate - C à vous - 25/05/2017
autres livres classés : TomatesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
75 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre