AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290155918
Éditeur : Editions 84 (10/10/2018)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 28 notes)
Résumé :


Que mange-t-on quand on ouvre une boîte de concentré, verse du ketchup dans son assiette ou entame une pizza ?

Des tomates d’industrie. Transformées en usine, conditionnées en barils de concentré, elles circulent d’un continent à l’autre. Toute l’humanité en consomme, pourtant personne n’en a vu.

Où, comment et par qui ces tomates sont-elles cultivées et récoltées ?

Durant deux ans, des confins de la Ch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
topocl
  03 juillet 2018
La tomate, direz vous, quelle drôle d'idée ? Et bien 280 pages plus loin, on a plutôt envie de dire que c'est une drôlement bonne idée, un sacrément bon sujet : on a appris plein de choses sur à la mondialisation en général et l'industrie agroalimentaire agroalimentaire.
Au fil des pages, on comprend que la tomate industrielle (c'est-à-dire la tomate qui est utilisée pour des préparations alimentaires, une tomate refabriquée dans ce sens, et non pas celle que l'on peut trouver sur les étalages, y compris des supermarchés ) est un enjeu économique beaucoup plus fort qu'on ne le croit, avec ses tradeurs, ses entreprises supranationales, sa loi du marché, sa corruption… C'est une très bonne façon de comprendre l'organisation du commerce au niveau mondial que de se pencher sur ce petit fruit/légume rouge...
On commence en Chine, où la tomate a été importée pour le seul plaisir de faire de l'argent, de façon tout à fait artificielle, et où, outre enrichir des déjà-multimillionnaires, elle donne, généreuse qu'elle est, du travail aux enfants comme aux prisonniers des camps de redressement. Elle est ensuite conditionnée en concentré, de qualité pas très bonne à franchement très mauvaise, selon le marché auquel elle s'adresse. "Franchement" car, oui, les Africains n'ont pas d'argent, donc, pas de problème, on leur propose une qualité inférieure, et ce sera toujours cela de gagné en plus… À moins que la nouvelle idée d'implanter les usines de conditionnement en Afrique elle-même, ou la main d'oeuvre est encore moins cher, soit finalement la panacée…
En Italie, qui a toujours été le royaume de la tomate, eh bien oui…maintenant, on reconditionne du concentré chinois, c'est tellement moins cher et facile, on colle une étiquette Made in Italie, aux couleurs vert blanc rouge, et cela permet à l'occasion de blanchir l'argent de la mafia. Ce serait cependant mentir de dire qu'il n'y a plus de culture de tomates industrielles en Italie : il faut bien donner du travail aux migrants clandestins (ceux-la même que l'importation de concentré de tomates chinois en Afrique a privés de leur travail et de leurs revenus)r. Je vous raconte pas les conditions de travail, je vous laisse les imaginer…
La Californie, avec ses cultures intensives, son libéralisme à outrance, son délire de mécanisation ferait presque figure d'enfants de choeur là au milieu.

Au total, c'est un survol impressionnant du commerce au niveau mondial, complètement déprimant, certes, mais globalement très instructif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lilo0606160616
  02 octobre 2017
Un superbe documentaire économique sur l'industrie de la tomate, ses répercussions, son trafic, son côté sombre.
On y découvre le développement de ce fameux fruit botanique, son évolution au cours des dernières décennies et l'impact de sa commercialisation dans le monde. Au premier abord, on pourrait penser découvrir un livre exclusivement dédié à la description du contenu de notre assiette, mais l'enquête va bien au-delà. Entre faits historiques, révolution industrielle, personnages politiques, migration, guerre des prix, tous les domaines du capitalisme sont décrits pour mieux nous représenter les sombres méandres et impacts du développement de cette matière première. 
On découvre encore une fois que les pays les moins industrialisés sont les premiers touchés par la volonté des plus grands d'étendre leur empire économique et financier (l'un ne va-t-il pas sans l'autre ? ). Comment ne pas songer aux souffrances morales et physiques endurées par les "ouvriers de la tomate", comment fermer les yeux face à un produit insipide, de couleur bien rouge, prétendument d'origine "Italie" ? Comment s'imaginer que la mafia se mêle à un trafic de la tomate ? Quels mélanges les industries pratiquent-elles pour faire toujours plus de bénéfices ?
Entre études chiffrées, narration et interviews, l'auteur s'appuie sur divers supports pour étayer ses arguments, rendre sa documentation accessible à tous, compréhensible et fluide. Jamais ennuyeux, toujours le soucis des précisions, l'auteur nous livre ici un documentaire complet et recherché.
Même si j'aurai aimé que l'auteur se penche davantage sur l'aspect chimique des compositions de la tomate, je recommande pour les révélations économiques et industrielles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lirio
  04 novembre 2017
Avis aux amateurs de frites au ketchup, de lasagnes sous vide et de pizzas surgelées : arrêtez ça tout de suite ! Cette enquête courageuse d'un journaliste qui avait déjà dénoncé le système Amazon va vous faire passer l'envie de sauce tomate. Pas le fruit frais, charnu et goûteux qu'on achète au marché bien sûr, mais une tomate « industrielle », un hybride créé uniquement pour la transformation en concentré, et produit massivement en Chine. de puissants industriels chinois exportent cette bouillie rouge en énormes quantités à travers le monde, y compris en Europe, sans être toujours très scrupuleux sur la qualité du produit vendu...Ce concentré est ensuite utilisé dans l'industrie agroalimentaire, ou vendu dans nos supermarchés après avoir été reconditionné. Alors avant d'ouvrir un bocal de sauce bolognaise, lisez ce livre, et envisagez plutôt une bonne carbonara pour vos pâtes!
Commenter  J’apprécie          50
ErnestLONDON
  31 juillet 2017
Originaire des régions andines côtières, au nord-ouest de l'Amérique du Sud, dans une zone incluant la Colombie, l'Équateur, le Pérou et le Nord du Chili, la tomate est cultivée dans 170 pays. Elle dépasse les clivages culturels et alimentaires, les civilisations du blé, du riz et du maïs, identifiées par Fernand Braudel. le chiffre d'affaire annuel de la filière s'élève à 10 milliards.
Deux années durant, Jean-Baptiste Malet a enquêté de la Chine à l'Italie en passant par le Ghana, rencontrant des agriculteurs, des cueilleurs, des généticiens, des traders, des fabricants de machines, des généraux chinois… À travers la tomate, marchandise devenue universelle, c'est l'histoire de l'industrialisation et du capitalisme mondialisé qu'il raconte.
(...)
Intarissable sur le sujet, abonné à Tomato News, il s'est laissé conduire par sa curiosité dans les coulisses de bon nombre d'usines à travers la planète, dans les bureaux de la plupart des principaux dirigeants. Son travail impressionne par son exhaustivité et son récit jamais ne lasse. Un film est en cours de montage et devrait suivre. Son enquête historique et économique permet de comprendre comment l'esclavage, indissociable du développement du capitalisme, ne disparait pas mais adopte d'autres formes, comment ces guerres de conquêtes ne profitent qu'à un tout petit nombre et combien elles font de victimes essentiellement civiles.

Article (très) complet en suivant le lien.
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
michdesol
  19 décembre 2017
Au delà de cette excellente enquête sur "l'industrie" de la tomate, dont nous sommes tous victimes, il y a là une leçon exemplaire sur le fonctionnement de l'industrie alimentaire mondiale, aux mains des banques, des puissances d'argent et -pour faire simple - du système capitaliste mondialisé.
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec   18 septembre 2017
La prochaine fois que vous commanderez une pizza ou un bloody mary, ou encore quand vous achèterez du concentré de tomate ou des tomates en conserve, pensez-y deux fois.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeDevoir   24 juillet 2017
La tomate est un fruit, celui de la convoitise, estime Jean-Baptiste Malet
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
michdesolmichdesol   19 décembre 2017
Cette tomate d'industrie n'est pas ronde : elle est oblongue.. Elle est aussi plus lourde, plus dense qu'une tomate fraîche, car elle contient beaucoup moins d'eau. La peau d'une tomate d'industrie est très épaisse, elle résiste et croustille sous la dent quand on essaie de la mâcher fraîche. Le fruit est si dur qu'il peut supporter de longs voyages en camion, puis son maniement par les machines. La tomate d'industrie ne se gâte pas facilement. Des agronomes l'appellent, pour plaisanter, la "tomate de combat" : elle est tellement ferme, qu'elle n'éclatera jamais, même si elle est placée tout au fond de la benne, sous la masse de plusieurs centaines de kilos récoltés : elle est "étudiée pour". Il vaut d'ailleurs mieux éviter de jeter des tomates d'industrie à la figure d'un artiste ou d'un dirigeant politique, car ce serait le lapider - ce qu'il ne mérite peut-être pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
EtoilesonoreEtoilesonore   04 février 2018
L'administration Reagan ayant réduit de 27 milliard de dollars les programmes sociaux du budget de l'année 1982, les fonds affectés à la restauration scolaire sont amputés d'un milliard de dollar. Afin de réaliser cette coupe, le secrétaire de l'Agriculture des États-Unis évoque, le 3 septembre 1981 l'idée de faire passer le statut du ketchup de "condiment" à "légume" et ce afin de permettre aux cantines scolaires de retirer de la nourriture des enfants une portion de légume frais ou cuits. L'idée suscite un immense tollé et n'est finalement pas retenue, ce qui n'empêche cependant pas à la pizza d'être aujourd'hui considérée dans les menus scolaires américains, comme un "légume".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
reve2003reve2003   31 mars 2018
Fruit pour le botaniste, légume pour le douanier, baril pour le trader : la consommation de la tomate s'est répandue sur tous les continents et a fait très vite la fortune de son industrie.
Commenter  J’apprécie          20
reve2003reve2003   31 mars 2018
Qui a déjà vu une tomate d'industrie ? Elle est à la tomate fraîche ce qu'une pomme est à une poire. C'est un autre fruit, une autre géopolitique, un autre business. La tomate d'industrie est un fruit artificiellement créé par des généticiens, dont les caractéristiques ont été pensées pour être parfaitement adaptées à sa transformation industrielle.
Commenter  J’apprécie          00
reve2003reve2003   31 mars 2018
Depuis vingt ans, des usines transformant des tomates locales pour des marchés nationaux ferment du jour au lendemain parce qu'elles ne sont "pas assez compétitives". Entendez par là : incapables de rivaliser, au sein de l'économie globalisée, avec les barils de concentré d'importation venus de l'autre bout du monde, à un prix très faible.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jean-Baptiste Malet (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Baptiste Malet
Enquête choc sur le business de la tomate - C à vous - 25/05/2017
autres livres classés : TomatesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
60 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre
.. ..