AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Nestor Burma (BD - Casterman) tome 9 sur 13
EAN : 9782266202022
192 pages
Pocket (11/03/2010)
3.64/5   57 notes
Résumé :
Les nouveaux Mystères de Paris

Par sympathie pour une jeune fille, persuadée que son amant a été assassiné, Nestor Burma, qui n'ajoute aucune foi à ce qu'elle dit, commence par faire le tour des connaissances du défunt. Cela lui vaudra, entre autres exercices, de se colleter avec un cadavre, de rencontrer un bohème d'un genre un peu particulier, mage et prophète à ses heures, et de découvrir un puzzle macabre. L'action de ce roman se passe en 1958, da... >Voir plus
Que lire après Nestor Burma, tome 9 : Micmac moche au Boul'Mich (BD)Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,64

sur 57 notes
5
2 avis
4
8 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
"On a dit que le génie n'est qu'une longue affaire de patience, ce n'est pas tout à fait exact, mais cela s'applique assez bien au métier de détective." Conan Doyle.


Qui a suicidé Paul Leverrier? un suicide ou un meurtre et pourquoi ? Il était drogué et on a trouvé un revolver, près de son cadavre...


Jacqueline Carrier, sa petite amie, effeuilleuse dans un cabaret à St Michel, qui voulait se marier, et qui vient solliciter l'aide du privé Nestor Burma ?

Nestor Burma: le privé gouailleur et désabusé, spécialiste des affaires tordues, dans un épisode des " Nouveaux Mystères de Paris"..

La fiancée ou...
Papa Leverrier qui ne souhaitait pas le mariage et qui n'a pu sauver sa femme de la thypoïde?
Von Straeten, mage et maître chanteur, qui a procuré de l'opium, à Paul?
Mauguio, un étudiant en médecine, qui s'était introduit dans la chambre de Jacqueline Carrier?
Toussaint Lanouvelle, un ami de l'amie de Jacqueline?
Ou, l'inspecteur Masouldre qui démontre qu'il n'y a... aucune explication au suicide de Paul?
Il y aura 3 ou 4 autres morts...


Nestor Burma promène sa gabardine et sa pipe ( oui, son imperméable et sa pipe, ça vous rappelle quelqu'un?) dans le cinquième arrondissement de Paris, de la place Monge au Quai Saint Bernard...
Il a la tête dure, ce privé... Et, une certaine décontraction, plus un charme certain qui me fait penser à un privé américain ( sans oublier la bouteille de Scotch..)

Nestor Burma a été créé bien avant Marlowe de Chandler...
"Sous les ponts de Paris, hm hm hm, "
Commenter  J’apprécie          605
Enquête qui démarre bien : le privé Nestor Burma inoccupé tourne en rond dans son cabinet, toc toc toc une mignonne poulette dotée d'une « jolie paire de guibolles gainée de fins nylons » mais toute chagrinée, vient lui confier ses peines de coeurs sur la disparition de son amoureux . Suicidé dit la police assassiné dit la poulette Ni une ni deux voilà notre Nestor dubitatif arpentant le 5ième arrondissement de Paris en quête d'informations
A partir d'un « suicide » Burma va se voir contraint d'enquêter avec tact pour ne pas froisser la police ayant classé le dossier sur une affaire qui va déclencher une hécatombe de morts violentes

Antillais truffé de plomb, femme charcutée et poulet taillé en pièce du sordide sanguinolent avec dans tout ça un livre de Baudelaire qui semble jouer un rôle dans l'affaire

Léo Malet nous rappelle que Burma est cultivé Aragon, Baudelaire sont des références littéraires pour poser l'homme enfin le privé références pas inutiles car le déroulement de l'enquête en est facilité
Même dans ses entrevues physiques avec les truands Burma se fait poète et déclare avec Aragon « avez vous déjà giflé un mort ? » et sur ce entame une chorée de Sydenham, pour le profane une danse de Saint-Guy
Remarquons qu'il pourrait aussi pour Hélène déclarer et toujours avec Aragon « la femme est l'avenir de l'homme » aphorisme que nous connaissons surtout par J. Ferrat, tant cette Châtelaine est confondante de perspicacité malgré les dires de mauvaise foi de Burma
Dans le chapitre gifles et giflés il apparaît que Burma calotte à tour de bras dans « Pas de bavards à la Muette » il s'interrogeais déjà « Avez-vous déjà giflé une respectable dame d'une cinquantaine de piges ? » et ici et là encore il en éprouve, après avoir mis une dégelée, un bien-être… A sa grande honte nous dit-il mais il assume Un réflexe pavlovien sans doute .

Bien que toujours en amitié avec Faroux là comme il y a meurtre de poulet Burma essaye de mettre la pédale douce pour ne pas interférer avec l'enquête officielle et l'irascibilité du pensionnaire de la tour pointue Ce qui ne l'empêchera pas d'avoir tout compris avant tout le monde et surtout de permettre un échappatoire élégant à un meurtrier. Burma au-dessus de la loi Étonnant justicier mais ainsi il dame le pion à Faroux
Commenter  J’apprécie          60
Alors que la neige tombe sur les boulevards de Paris, et que sa secrétaire est collé au fond de son lit par une grippe, Nestor Burma reçoit dans son bureau une jeune étudiante. Son petit ami est retrouvé mort dans sa voiture, la conclusion est sans appel : suicide. mais elle n'y croit pas, et la police ne la croit pas elle. Alors le détective privé est son dernier espoir pour faire la lumière sur cette mort inattendue.

Mallet et Barral, toujours en suivant les traces de Tardi, ont construit là une enquête policière plus que sympathique. Rondement menée, carrément efficace.
Notre charismatique détective, M. Nestor Burma, est un enquêteur un peu épais mais tout à fait plaisant à suivre dans ses réflexions et dans ses investigations. le tout est plein de rebondissement qui permettent au lecteur de ne jamais s'ennuyer jusqu'au dénouement final.
Commenter  J’apprécie          100
Sur le boulevard Saint-Michel, il n'y a pas que des étudiants qui flânent, qui flirtent ou qui fouinent à la recherche d'ouvrages à lire et à compulser. Sur les quais, il y en a aussi qui, hélas, se suicident, et Paul Leverrier en est un exemple. Vingt ans et déjà mort, malgré des études de médecine, malgré une petite amie dont il était amoureux. C'est la dite petite amie, Jacqueline Carrier, qui met Burma sur le coup : elle ne croit pas au suicide. Burma y croit mais, pour que la belle ne fasse pas de bêtises, le privé accepte la mission, quitte à lui rendre son argent plus tard. Néanmoins, à mettre les mains dans le cambouis, Burma s'aperçoit vite que la belle mécanique cachait un sérieux grain de sable. Quitte à embêter, une fois de plus, Faroux, pour qui l'affaire était classée.

Ce n'est plus Tardi, et ce n'est plus du noir et blanc. C'est Barral, c'est de la couleur, et ça reste sérieux. On retrouve Burma, qui ne laisse quasiment aucune place aux autres personnages de la série. On retrouve surtout Paris et son quartier latin, son Panthéon, sa rue Mouffetard, sa Sorbonne, le tout avec une précision qui, parfois, surprend et fait penser aux belles planches d'extérieur de Blake et Mortimer. L'utilisation de la couleur est très appréciable, notamment dans les scènes d'intérieur (les bureaux du 36, l'intérieur bourgeois du docteur Leverrier, la salle du cabaret interlope où se produit Jacqueline Carrier), et contribue à donner une atmosphère parfois polar, parfois malsaine à quelques planches.

Si l'affaire menée ne conduit pas à la résolution d'un crime, elle possède néanmoins tous les attributs du roman noir. Sous les aspects insouciants de la vie estudiantine, Burma découvre une faune diverse qui apprécie autant les cabarets coquins que les bars à opium. Cependant, la fête n'est pas toujours au rendez-vous et les amours, ainsi que les affaires, sont parfois contrariées. L'élimination des importuns (et ils sont nombreux, et à tous les âges) est, dans ce cas, un remède fort efficace auquel ont recours nombre de protagonistes. Et, tandis que les obstacles tombent un à un, le mystère s'éclaire et Burma, fidèle à ses habitudes, n'aura qu'à laisser passer sa grippe carabinée pour enfin lever le voile sur la mort de Paul Leverrier.
Commenter  J’apprécie          20
Le Hibook a lu « Micmac moche au Boul'Mich» de Léo Malet . Nestor Burma a du bol ! Non seulement une ravissante lui confie une affaire limpide (au premier abord) mais il va avoir dans ses recherches de prestigieuses fréquentations : un effeuillage chez Villon (ou presque) et l'aide de Baudelaire pour résoudre l'énigme. Mais comme d'habitude il reçoit sa part de horions , et sa ration de cadavres avant de dévoiler sous la limpidité apparente de très sombres Fleurs du mal.
Commenter  J’apprécie          90


critiques presse (6)
BDGest
18 avril 2016
Pas de doute, ce dixième tome de la série, réalisé une fois n’est pas coutume en couleurs, est un très bon cru.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD
28 décembre 2015
Un album "deux en un" : une enquête policière qui rebondit de page en page, et une visite du Quartier Latin aux atmosphères subtiles et vivantes.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Auracan
25 novembre 2015
Micmac un moche au boul' Mich nous offre un double plaisir de lecture. Celui d'un polar français classique d'un côté, et d'autre part celui d'un album BD fort bien réalisé.
Lire la critique sur le site : Auracan
BDZoom
10 novembre 2015
Son adaptation du roman est à la fois fidèle et fluide, permettant de suivre, sans risquer le mal de tête, une enquête aux multiples personnages et ramifications.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Sceneario
28 octobre 2015
Une excellente adaptation de l'oeuvre de Léo Malet. C'est une bande dessinée de qualité que je vous recommande chaudement !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Sceneario
04 septembre 2015
Un premier numéro à ne pas manquer en ce mois d'août 2015 en attendant la suite et l'album !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
C'était une journée maussade qui déteignait sur tout. Ciel et moral étaient bas des plafond. Environ 3 semaines nous séparaient Noël, mais le Père Éternel, là haut, préparait déjà le réveillon des hôtes de la pension de sa Saints famille. Les plumes et les duvets qu'il arrachait du corps des oies, tombaient sur Paris. Et ces premiers flocons de neige, encore timides, seraient suivis plus hardis.
Commenter  J’apprécie          181
J'ai aidé à la diffusion d'un canard qui s'appelait le "cri des nègres" Mais quand je vois , par exemple, la fresque d'un cabaret antillais ne représenter que des noirs à poil gambiller uniquement avec de belles blanches au cheveux blonds dans la même tenue, ça m'emmerde. Cette peinture c'est aussi la manifestation d'un certain racisme. La fraternité absolue voudrait que des blancs et les négresses participent aux ébats . Maintenant ,moi j'ai des idées qui indisposent aussi bien les racistes que les non-racistes
Commenter  J’apprécie          30
Est-ce que vous vous occupez de meurtre ? ….
Pas exactement, encore que je sois assez souvent à en tenir compte. Ce ‘est pas que je coure après les cadavres, mais j’en ai toujours un sous la main, si c’est nécessaire, avec la manière de l’accommoder, et je dois avouer que cela ne me fait pas peur.

Commenter  J’apprécie          50
Cependant je croyais le numéro terminé .Mais non... voilà que...Merde alors! ..Elle ne manquait pas de souffle .Elle pourrait en revendre à l'harmonium.Maintenant au milieu du silence total,on aurait entendu voler une mouche...elle s'attaquait à la culotte .C'était plutôt culotté , ce déculottage.
Commenter  J’apprécie          52
trois chaises s'alignaient contre le mur. Des chaises d'aspect bien honnête, mais il ne fallait peut être pas trop s'y fier. Ils en possèdent comme ça tout un stock à la P.J., bancales et dressées à grincer au moindre mouvement de celui qui y pose ses fesses. Elles sont réservées aux types qui entrent en ces lieux en qualité de témoins avec de fortes chances d'en sortir inculpés. L'instabilité du siège, ses grincements, gémissements et protestations leur tapent sur le système.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Léo Malet (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Léo Malet
Nous voici à Auxerre pour un nouvel épisode de "Ma librairie" qui sent bon la rentrée littéraire ! Rendez-vous sur le site Lecteurs.com pour tenter de remporter les livres conseillés par la librairie Obliques ! "Térébenthine" de Carole Fives (Gallimard) "Ohio" de Stephen Markley (Albin Michel) "Mon vieux Guérif" de Léo Malet (La Grange Batelière)
Visitez le site : http://www.lecteurs.com/ Suivez lecteurs.com sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/orange.lecteurs Twitter : https://twitter.com/OrangeLecteurs Instagram : https://www.instagram.com/lecteurs_com/ Youtube : https://www.youtube.com/c/Lecteurs Dailymotion : http://www.dailymotion.com/OrangeLecteurs
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (175) Voir plus



Quiz Voir plus

LEO MALET / NESTOR BURMA

Quel est le premier roman publié de Nestor Burma

Gros Plan du Macchabée
120, rue de la Gare
Le Soleil n'est pas pour Nous
Brouillard au Pont de Tolbiac

10 questions
29 lecteurs ont répondu
Thème : Léo MaletCréer un quiz sur ce livre

{* *}