AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2862607762
Éditeur : Autrement (17/01/2008)

Note moyenne : 4.58/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Pinas et son ami Gerardo Durán, deux Argentins, unis par l'amitié, mais pas par la camaraderie, par des dialogues plus faits de silence que de paroles et d'échanges, font au fil des pages de ce court roman l'amère expérience d'une vie placée sous le signe de l'impossibilité de communiquer avec les autres. À travers son ami, puis dans sa chair et dans son esprit, Pinas prend peu à peu conscience de cette "agonie" (au sens premier du terme : angoisse, lutte, qu'Unamun... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
le_Bison
  27 mars 2018
Peu de monde sur le quai lorsque le train entre en gare de Buenos Aires. La sirène m'appelle, signe de départ, je monte dans un compartiment vide, vieille odeur de cuir et de cigarillos froids. Dans l'espace conjoint au mien, un vieux couple se regarde en silence, dégustant des tasses de maté qu'un thermos encore fumant tient au chaud. Moi, je descends en silence une Quilmes, les yeux qui oscillent de mon bouquin à la fenêtre ouvertes sur la campagne argentine, une lecture à peine perturbée par le ronflement du train.
Pinas et Gerardo sont deux amis d'enfance. Pas dans le genre franche camaraderie, plutôt dans le style de deux personnes qui s'écoutent en silence et discutent de la vie, entre débats et passions. Mais les aléas de la vie font qu'à un moment donné, les chemins s'éloignent, chacun prend un aiguillage différent. le chef de gare les réunit à nouveau après une dizaine d'années dans la maison bourgeoise de Gerardo, l'occasion de reprendre ces discussions nocturnes, ces ballades dans les champs à échanger quelques mots ou quelques silences.
Le train souffle quelques instants, déversant une fumée humide dans le ciel bleu nuit. Les hommes descendent sur le quai avec femmes et bagages, m'isolant encore un peu plus dans ce train. La lune pointera bientôt son oeil dans un coin de la fenêtre, le train crachotera à nouveau son souffle d'entrain. le silence est magistral, ce soir. Au clair de lune, les pages légèrement bleuies par le ciel argentin sont elles aussi magistrales. de par la concision de la plume de l'auteur et le dialogue des silences.
Pinas et Gerardo ne semblent plus s'écouter. le dialogue de l'un ou de l'autre découle dans une impasse. A sens unique. Ou à contre-sens, comme si leurs mots prenaient des rails différents. le chef de gare a du modifier l'aiguillage de leur rencontre. La nuit s'enrichit d'une couleur noire profonde, elle devient sombre, ma lecture se fait énigmatique.
Etrangéité même, de ce petit fascicule que j'achève lorsque le train me ramène à mon point de départ. le trajet m'a semblé si court et pourtant il m'a transporté. Intérieurement surtout. Que dire de plus. Lorsque j'ai fermé ce dialogue des silences, ma première incursion dans l'univers de l'écrivain argentin Eduardo Mallea, j'étais convaincu par la profondeur de ce livre. D'ailleurs… Un, j'ai déjà envie de relire ce roman. Deux, j'ai encore plus envie de découvrir d'autres oeuvres « malléennes ». Trois, des histoires de silences, cela me parle profondément. Quatre, j'ai fini ma Quilmes et cherche un nouveau roman argentin pour en décapsuler une autre.
Maintenant, j'ai envie de parler à la nuit, à la lune bleue, à ma Quilmes...
Merci.
Lien : http://memoiresdebison.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5812
Bookycooky
  21 novembre 2015
Pinas et Duran, deux argentins, deux amis de longue date. Suite au mariage de ce dernier,dix années d'éloignement et de froid les séparent. Peu aprés la mort de son épouse ,Duran invite Pinas pour quelques jours ,chez lui, à la campagne....
Le livre raconte cette rencontre et ce qui en suit dans la vie de Pinas.Une rencontre où Pinas agonise , cherchant chez son ami une voie de secours par le dialogue,à sa vie refermée sur elle-même, étrangère à tout.Alors que Duran ,qui "manifestement" vit entouré,ne répond pas à l'appel...
Pinas est le personnage malléen récurrent,un homme à la recherche de lui-même ,dans un monde qui n'est qu'hostilité et silence.Son angoisse existentielle ,sa quête de soi, aboutit à la non-communication avec l'autre,à l'impossibilité d'être entendu de l'autre.
C'est un des textes les plus forts de Mallea,court (80 pages), mais trés dense.
Magistrale!
Commenter  J’apprécie          510
andras
  27 décembre 2017
Pas facile d'aborder l'oeuvre de l'écrivain argentin Eduardo Mallea par la lecture de "Dialogues des silences". J'ai trouvé ce texte âpre, sombre, énigmatique. Toutefois, l'énigme qu'il propose au lecteur n'est pas dépourvue d'attrait, bien au contraire. Pinas est un homme qui vit à Buenos Aires et qui reçoit un jour l'invitation d'un ancien ami, Gerardo Duran, à venir passer quelques jours dans sa maison à la campagne. Pinas et Duran s'étaient connus durant leur jeunesse et Pinas avait alors fait la connaissance d'Ifigenia, la tante de Duran, qui lui avait enjoint de ne jamais s'éloigner de Gerardo. C'est pourtant ce qu'il advint : Duran se maria et le courant ne passa pas du tout entre sa femme Josefina et Pinas, qui cessa de fréquenter le couple. Pinas, resté célibataire, et Duran ne se revirent que des années plus tard, aux obsèques de la femme de Duran.
En se rendant par le train à l'invitation de Duran, Pinas espère retrouver "peu à peu les petits cailloux, les marques, les bornes derrière lesquelles allaient autrefois en s'effaçant les traces de cette amitié" et mettre fin à leur "bouderie réciproque". Mais les conversations que Pinas put avoir avec son hôte ne parvinrent pas à combler l'espoir de réconciliation et d'entente fraternelle qu'il avait mis dans ces retrouvailles.
La suite de l'histoire est assez étrange, frôlant même le fantastique. L'auteur ne nous donne que peu d'éléments pour déchiffrer ce conte lugubre. Ou peut-être n'ai-je pas su lire entre les lignes. Désarçonné par la tournure énigmatique de ce récit, j'avoue avoir porté sur lui un jugement assez sévère dans un premier temps. J'ai alors décidé de lire dans la foulée un autre livre de Mallea et bien m'en a pris, car je suis tombé sur le magnifique "Chaves". du coup j'ai repris la lecture de certains passages des "Dialogues des silences" et j'y ai ressenti cette fois un charme que je n'avais pas ressenti à la première lecture.
Comme dans certaines conversations, même entre amis, il y a parfois à la lecture d'un livre une sorte d'incompréhension qui s'installe, une distance qui nous semble incompressible et nous en sommes chagrins. Mais en y regardant à deux fois, sous un autre angle de vue ou mesurée à une aune différente, cette distance peut nous sembler tout à coup beaucoup moins grande, voire disparaître comme par enchantement. Ce fut pour moi la surprenante leçon de ces "Dialogues des silences".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          174
Dez54
  18 septembre 2019
Dialogue des silences est un court roman qui nous raconte l'amitié austère mais sincère qui unis deux Argentins de Buenos Aires : Durán et Pinas. Ce livre nous parle d'abord de ce lien (C'est d'ailleurs le titre original du roman : El vinculo) qui va ensuite s'effriter au fur et à mesure des années, particulièrement après le mariage de Durán. Une décennie passe, et un jour Pinas reçoit l'invitation de Durán, devenu veuf, qui propose de le recevoir dans sa maison de campagne. C'est ensuite l'histoire d'une rencontre impossible entre deux solitudes. Progressivement, Pinas se rend compte du fossé qui le sépare de son ancien ami mais aussi de ses autres contemporains.
Dans un style remarquablement sobre et économe en mots, Mallea nous conte l'histoire d'une tragique descente intérieure lors de laquelle Pinas va se défaire de ses illusions et réaliser l'étendue de sa solitude. On y voit aussi une critique des villes et du monde « moderne » où l'on se croise dans se regarder, où l'on se parle sans s'écouter. Comme pour Chaves (roman qu'il publiera 7 ans plus tard), Eduardo Mallea offre un récit puissant et fataliste sur le thème de l'incommunicabilité entre les êtres.
Un roman pas très « feel good » mais touchant et intense.
PS : Merci à Bookycooky pour sa critique qui m'a décidé à découvrir cette petite perle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   04 avril 2018
Dans l’intimité de sa vie faite de silences, après avoir tenté à maintes reprises de se le cacher, il se disait à lui-même : « Tu es moins heureux que tu ne le prétends, mais plus que tu ne le crois. » A vrai dire, il n’était pas mal du tout. La monotonie qui préside à la vie des grands solitaires entraîne de grandes compensations : l’existence devient quasiment liturgique et s’offre maints offices sacrés, et l’individu se réfugie avec solennité dans ses domaines de méditation, de recueillement et de piété illusoire. On est tout à la fois, son propre officiant et son dieu. Et le ciel des solitaires est constamment traversé par de mystérieux oiseaux, des figures, des nombres, des formes. Les hommes qui ont des attaches sont sans relâche des voyageurs perpétuels, harassés, lancés à la poursuite de leur propre lassitude, alors que les solitaires, les isolés, les détachés de tout, sont, par essence, l’objet même de leur voyage : par leur esprit – devenu lieu de passage -, déboule la vie, et elle s’écoule dans le délire de leurs déplacements irrésolus ou de leurs brusques départs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          244
le_Bisonle_Bison   25 mars 2018
Au fil de ces lentes journées d’août, il s’enfonça de plus en plus profondément dans un silence sans issue, pensif et pesant. Au lieu d’aller à son travail, il préférait rester chez lui pour réfléchir et lire, au-delà des lignes, des textes qui n’étaient pas ceux qui étaient imprimés, des textes à lui, errants et vagabonds.
Commenter  J’apprécie          330
le_Bisonle_Bison   23 mars 2018
Ayant terminé son travail, il ne lui restait plus qu’à se coucher. Il se leva de son siège pour dégourdir ses jambes et, comme si l’interruption de la tâche, dans laquelle il était plongé tout l’après-midi durant, avait cassé ses capacités d’abstraction, il se sentit alors lui-même, solitaire dans son logis solitaire, silencieux dans sa maison silencieuse.
Commenter  J’apprécie          260
le_Bisonle_Bison   26 mars 2018
Pinas ouvrit les fenêtres de sa chambre ; il se serait mis volontiers à parler la nuit. Jusqu’à son visage montait l’odeur des pâturages mouillés ; il frissonna, ferma les stores et se coucha pour digérer la rage qui le rongeait.
Commenter  J’apprécie          290
Gabriel_OakGabriel_Oak   15 février 2016
Au bout du compte c’est le même organe qui nous sert à nous souvenir, qui nous sert à oublier. Et nous sommes faits de telle sorte que lorsque c’est notre raison qui recueille le reflet d’une réalité, c’est cette même raison qui, au moyen de tout un système d’oppositions compensatrices, tend à le faire s’estomper ; notre esprit est à l’aise dans l’irréel, jamais dans le réel ; la réalité le fait se tordre comme dans un miroir déformant. Il est bien connu que tout ceci est fort discutable, mais qu’est-ce qui ne l’est pas? Le corpus même de nos croyances naît de la discussion de celles-ci ; et peut-être que la réalité elle-même n’est que l’opération par laquelle la raison entreprend de se juger soi-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Video de Eduardo Mallea (1) Voir plusAjouter une vidéo

Eduardo Mallea : Les Rembrandt
Olivier BARROT, à Cabourg, présente le dernier roman de l'auteur argentin Eduardo MALLEA, "Les Rembrandt", publié aux éditions Autrement. BT page de couverture du livre et BT peintures de Rembrant.
autres livres classés : argentineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
262 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre