AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
4,15

sur 117 notes
Je ne sais pas ce que j'ai fait mais j'avais sauté ce tome… bon ce n'est pas trop grave , mais néanmoins ça me confirme qu'il vaut mieux lire les tomes dans leur continuité. C'est parfois embêtant de connaître l'avenir des personnages avant eux.

Sinon Mallock ne perd rien de son charisme et de son caractère bien trempé.
j'ai beaucoup apprécié ce tome par l'énorme érudition de l'auteur et le fait que ce roman était fortement documenté.
Sans oublier une intrigue prenante et qui se tient du début à la fin.
Et puis les personnages étaient une fois de plus très travaillés avec un côté psychologique non négligeable.

Bref j'ai adoré; et puis il y a toujours cette touche d'humour qui rend l'écriture de l'auteur encore plus intéressante.

Je suis conquise par Mallock, qui confirme sa place au panthéon de mes commissaires préférés.

D'ailleurs je crois que l'auteur cherche, avec bien du mal, une maison d'édition pour son tome 6 … et là mon incompréhension est a son paroxysme parce qu'avec un policier de cette qualité ce sont les maisons d'édition, en nombre, qui devraient toquer à la porte de Mallock.
Commenter  J’apprécie          680
En ce début de semaine marqué par la grisaille parisienne qui fait office de quotidien pour moi, j'ai dans ma malle au trésor de quoi redonner un peu de soleil dans vos bibliothèques. Les larmes de Pancrace est un de mes premiers coup de coeur de l'année et l'occasion d'une belle découverte et ce grâce à Babelio alors je remercie une fois de plus le site et les Editions Fleuve noir pour cet envoi qui va m'inciter à faire chauffer la carte bleue car j'ai trouvé mon auteur de thriller fétiche.

Dans la région de Bordeaux, Jean de Renom, propriétaire du vignoble Corneille de Renom est assassiné alors qu'il rentrait dans son château après un voyage d'affaires à Paris. Les premiers éléments de l'enquête démontrent que la seule personne présente sur les lieux du crime au moment du drame est Camille, l'épouse du défunt. Les faits incriminent d'emblée la jeune femme qui ne se souvient de rien mais Gilles, le commissaire chargé de l'enquête et ami du couple ne peux croire en la culpabilité de la jeune femme. Il va donc faire appel à Amédée Mallock, son ami et célèbre commissaire parisien, pour tenter d'éclaircir le mystère de ce meurtre qui semble trop évident. Les deux hommes vont se retrouver happés dans les méandres de l'histoire du vignoble et des secrets de famille...

Je vous préviens d'emblée, essayer Mallock c'est l'adopter alors gare au risque d'addiction car Les larmes de Pancrace, son dernier bébé, nous embarque dans un thriller à couper le souffle!
C'est avec frénésie que j'ai tourné les pages de ce roman plein de lumière dans sa noirceur, car en dehors de l'intrigue initiale qui est passionnante et prenante, j'ai pu faire la connaissance du célèbre commissaire Mallock. J'ai carrément craqué pour la personnalité originale de ce flic atypique, tantôt bourru, tantôt nounours, avec ses forces et ses faiblesses, il mène l'enquête tambour battant pour notre plus grand plaisir. Bien sûr, les autres personnages ne sont pas en reste, j'ai réussi à ressentir de l'empathie pour chacun, même la vieille peau number one de l'intrigue a trouvé grâce à mes yeux, je n'ai pas réussi à la détester et pourtant... Pour tout vous dire, j'ai eu du mal à lâcher le livre, je l'ai trouvé tout simplement parfait, rien ne manque, rien n'est de trop. le style est fluide, efficace et franchement cette lecture m'a redonné le sourire jusqu'aux oreilles, cela faisait longtemps que je ne m'était pas régalée comme ça avec un thriller, chapeau l'artiste !
Amis Babeliens, il ne vous reste plus qu'une chose à faire, courez en librairie où à la biblio pour vous procurer Les Larmes de Pancrace car il vaut le détour, quand à moi je vais remettre ça avec les autres livres de l'auteur.
A lire!
Commenter  J’apprécie          523
Attention ! Chronique d'une lectrice conquise qui ne va pas tarir d'éloges sur sa dernière découverte en date : Les larmes de Pancrace de Mallock. Allez, je vous aurai prévenu. C'est parti :

Pour commencer la couverture est belle. Oui, je sais. C'est pas le plus important, mais reconnaissez tout de même qu'il est toujours plaisant d'avoir un beau bouquin à la main.

Passons au contenu : l'intrigue ! Car, oui, il y en a une. C'est un roman policier, que diable ! Au départ, je n'étais pas plus emballée que cela par le vignoble bordelais (ne me jetez pas la pierre, SVP, mais quand vous êtes entourée de personnes qui bossent dans La Vigne, de quoi vous finissez toujours par parler ? Hein ? Bon. Vous m'aurez comprise…) donc, je disais, première réaction : Bof, Bof ! Encore le pinard, les viti, la terre (shame on me ! Yes, I know… ), mais comme je me suis engagée à le lire dans le cadre du Prix CL 2017, je me suis jetée à l'eau ! (sic) Et là, incroyable : je me suis surprise à rêver d'arpenter les rangs, à sentir cette terre épaisse mais malgré tout légère sous mes pieds, ce soleil et cette chaleur écrasante, sans parler de la folle envie de déguster un Corneille-de Renom. Et quand Mallock nous propulse en l'an 1323 sur les premiers pas du créateur de ce vignoble, dans ce savant effet feed-back du Passé au Présent que j'aime tant dans les romans, je n'ai pu le lâcher…

Pour le reste, je ne vous ferais pas de résumé. Faudra vous y coller ! Mais sachez que les personnages sont écrits avec une telle justesse, qu'ils évoluent au cours du récit sans aucune fausse note. Sans oublier cette curiosité : Se doter d'un héros homonyme, un flic un peu bourru, bon vivant et détonant, mais tellement attachant.

Et que dire de son style ? Une petite merveille ! Je ne veux pas sous-entendre que les romans policiers sont habituellement mal écrits ou qu'on s'attend forcément à un style « bateau ». Non. Loin de moi cette pensée de cloporte. Mais en règle générale, quand je lis un roman noir ou un thriller, je suis plutôt en mode TGV, happée par la curiosité de toujours vouloir en savoir plus. Là, je me suis surprise à prendre le temps de lire, m'arrêter sur un passage, en relire un autre et savourer tous les mots sans l'impatience des maux à venir…

Et tout cela avec humour, ce qui, vous me l'accorderez, ne gâche rien...

"Il y a toujours un certain plaisir à mettre un menteur face à son mensonge. Et quand il s'agit de quelqu'un qui vous prend pour un larbin doublé d'un con, la chose devient carrément jouissive."

Chapeau Mallock(s) ! Créateur et Créature, je vous adopte et vous garde une place de choix dans mon coeur de lectrice et sur les rayonnages de ma bibliothèque...
Lien : http://page39.eklablog.com/l..
Commenter  J’apprécie          5113
Après un Cimetière des hirondelles qui a définitivement imposé Amédée Mallock (l'auteur et son personnage homonyme) dans l'univers du thriller, le nouveau roman Les larmes de Pancrace enfonce le clou (que dis-je le pieu !).

Mallock illustre admirablement qu'il est possible de concilier divertissement et ambition. Car rares sont les romans qui à ce point méritent l'appellation de « thriller littéraire ». Littéraire clairement, tant l'auteur impose une plume d'une extrême richesse. Ambitieux assurément avec cette histoire aux multiples ramifications.

Le commissaire Mallock se retrouve délocalisé dans la région de Bordeaux et plongé dans une histoire où le vin prend une place prépondérante, presque un personnage à part entière.

Comme à son habitude, l'auteur laisse décanter son histoire, qui progresse pas à pas, loin du rythme effréné de la plupart des thrillers actuels. Une intrigue sacrément bien charpentée, admirablement construite, audacieuse à souhait, qui nous emmène sur plusieurs siècles (ambitieux, vous dis-je !).

Un récit qui prend donc ses racines dans le lointain passé, mais qui reste profondément contemporain. Mallock en profite pour revisiter le vieux principe du polar qu'est le meurtre en chambre close d'une manière plutôt originale.

Histoire haut de gamme, et surtout un personnage de commissaire particulièrement attachant et atypique. Un flic qui a du corps, tout en rondeur, qui sait être acide lorsqu'il le faut, au caractère corsé et qui n'a pas son pareil pour chambrer ses congénères.

Parce que le commissaire Mallock, n'a pas sa langue dans sa poche (y compris lorsqu'il se lance dans des discussions avec lui-même), rendant les joutes verbales particulièrement épicées. Un « vieil ours atrabilaire » (selon les propres termes de l'auteur) pourtant particulièrement attachant.

Et cette plume ! Unique, étourdissante, capiteuse et tellement riche ! Un écrivain de thriller hors-norme, véritablement.

C'est donc une nouvelle et admirable réussite que ces Larmes de Pancrace (jusqu'à la couverture, magnifique), une cuvée exceptionnelle dont le goût reste en bouche une fois la dernière page tournée.

Un roman A.O.C. : Amédée d'Origine de grande Classe.
Commenter  J’apprécie          341
Jean de Renom est assassiné de retour d'un voyage d'affaires. Sa femme, jeune maman, est accusée de meurtre, elle était la seule présente dans le château de leur domaine viticole à ce moment-là. Mais ça semble trop facile pour le commissaire Mallock, d'autant plus que d'autres évènements passés sont à prendre en compte.
C'est une découverte pour moi que ce Mallock, je ne lis que très peu de thrillers et policiers… Il semble un peu bourru ce Mallock, cependant il possède beaucoup d'humour. On alterne entre une intrigue policière contemporaine et un passé trouble avec un templier. L'évolution n'est pas rapide, différents éléments d'enquête s'ajoutent doucement. Tout s'emboîte parfaitement, les petits détails sont expliqués. (J'ai juste tiqué quand un âge est avancé qui n'est pas le même que celui donné à la fin…) On se surprend à sourire à des discussions professionnels ou autres. Sans compter l'apparition des petits animaux comme les gerbilles ou les oiseaux qui donnent un côté plaisant et décalé à l'enquête. Rare que j'apprécie autant un policier, je pense lire d'autres enquêtes de Mallock (commissaire mais aussi nom de plume de Jean-Denis Bruet-Ferreol !) En plus, j'ai envie d'en connaitre un peu plus sur son passé agité…
Commenter  J’apprécie          322
L'inspecteur Mallock se met au vert pour des vacances bien méritées dans le sud-ouest de la France. Mais à peine a-t 'il le temps de poser ses bagages qu'il reçoit un appel à l'aide du commissaire du coin, un ancien membre de son équipe. Un certain Jean de Renom, jeune homme à l'avenir prometteur et au nom célèbre, mari comblé et bientôt père, a été retrouvé abattu chez lui. Tout semble incriminer son épouse Camille, fille d'une célèbre politicienne qui ne brigue pas moins que la présidence de la France ! Gilles, le commissaire, était un ami proche du couple, un ami d'enfance de Jean. Il lui parait impossible de rester objectif quant à cette enquête, et encore moins, si on en arrivait là, d'arrêter la douce Camille.
Mallock va donc, en espadrilles et en short, entre deux longueurs dans la piscine, tenter de résoudre cette affaire qui n'est simple que d'apparence. Parce qu'entre les malédictions attachées au domaine viticole Corneille de Renom, les secrets de famille, les coïncidences qui se reproduisent et les politiciennes aux dents longues, notre inspecteur a bien du boulot sur les bras !


Mais comment se fait-il que je ne découvre Mallock (l'auteur et le personnage) que maintenant ?? Alors c'est sûr, ma nièce, la douce et tendre Selena_974 m'en parle depuis qu'elle l'a découvert, mais ces Larmes de Pancrace prenaient la poussière sur mon étagère depuis plusieurs semaines ! En fait, je l'ai lu presque par hasard, pour la simple et bonne raison que, en déplacement à Bordeaux, je me suis dit que j'allais lire un livre "du cru" ! Eh bien, du cru, j'en ai eu, et du bon : du Corneilles de Renom, vin haut-de-gamme, autrefois vin de prédilection du(des) pape(s) !

Je me considère à présent comme une fan de l'auteur, et du personnage. Les larmes de Pancrace, c'est un livre qui fait la part belle aux personnages et à leur humanité, l'intrigue et sa résolution sont superbes, à la fois énigmatiques et crédibles, c'est drôle, résolument moderne. Ce livre, comme un bon vin, se déguste, il prend son temps, il décante, nous emmène par des chemins de traverse à découvrir les secrets des grands vignobles bordelais. Les recettes de Mallock nous font saliver, et il me parait impossible de ne pas tomber sous le charme de cet inspecteur généreux et intelligent, amical et fragile, combattif et instinctif.

Voilà, on peut trouver des romans policiers intelligents, bien écrits, sans détails atroces ou sanguinolents, rire, s'amuser, apprendre, et le tout en français dans le texte ! Mes résolutions pour 2016 ? Découvrir les premières enquêtes de Mallock, et attendre impatiemment les prochaines sorties de cet auteur/personnage.

Merci ma belle Selena pour cette découverte géniale, que je conseille à tout amateur de roman policier !
Commenter  J’apprécie          310
De retour chez lui après un voyage d'affaires à Paris, Jean de Renom est froidement assassiné dans l'entrée du château de son domaine viticole du Bordelais. Seule sa femme Camille était présente sur les lieux, sa culpabilité ne fait donc aucun doute. La jeune maman, sujette à la dépression et au baby blues, ne nie pas les faits mais n'avoue pas non plus, victime d'un trou noir dans sa mémoire. Pour Gilles Guédrout, le commissaire chargé de l'enquête, le choc est rude. Proche de la famille, il connaissait Jean depuis l'enfance et il a du mal à imaginer la douce Camille abattant son mari à bout portant. Pour ne pas être accusé de partialité et surtout pour trouver des circonstances atténuantes à son amie, il fait appel à Amédée Mallock, son mentor, justement en vacances dans la région. le commissaire parisien qui reprend des forces dans sa villa d'Andernos, ne rechigne pas à aider son collègue, même si l'affaire se corse avec l'entrée en scène de Sophie Corneille, députée et possible future présidente de la République, mais aussi mère de la suspecte. Intrépide et tenace, Mallock n'hésitera pas à déterrer les plus sombres secrets des de Renom et des Corneille, familles très en vue de la région.


Une malédiction ancestrale, un meurtre en chambre close, un porte-avions, un vignoble, une épée, le Saint-suaire, les larmes du Christ, autant d'ingrédients avec lesquels se démènent un templier, un vicomte fou, un chevalier, une sirène, une politicienne, un juge et deux flics, une merlette et deux gerbilles. MALLOCK, l'auteur, a donné son nom à son commissaire qui résout ici sa quatrième enquête. Si ce n'est déjà fait, il est impératif de lier connaissance avec ce policier efficace et intègre, bourru en apparence, mais qui cache un coeur tendre. Brisé par la mort de son fils, il n'en demeure pas moins le meilleur flic de la capitale. Pour cause d'enquête décentralisée, on ne fait qu'effleurer les différentes personnalités de son équipe mais on sent bien que le chef est très apprécié, surtout quand il se met aux fourneaux pour concocter un repas fin à sa façon. Jouant avec ses intuitions, ne craignant rien ni personne, Mallock sera un précieux soutien pour démêler une affaire mystérieuse dont les tenants remontent au XIVè siècle.
Beaucoup de suspens, d'excellentes connaissances du travail de la vigne, une reconstitution historique de la région au Moyen-âge, une écriture soignée et très littéraire, une forte dose d'humour, des personnages fouillés et un commissaire sympathique et attachant...MALLOCK réussit là un superbe polar qui donne envie de continuer à suivre son enquêteur pour de nouvelles aventures. Parfait !
Commenter  J’apprécie          300
Lu, enfin non, dévoré en un peu plus d'un jour !!
Il faut vraiment avoir une sacrée imagination pour raconter l'histoire d'un crime commis il y a 700 ans et surtout que le dit crime ait des répercussions encore bien funestes de nos jours! Il n'y a pas à dire, l'auteur sait raconter avec art une histoire et nous tenir en haleine.
On retrouve notre commissaire bien parti pour profiter de ses vacances d'été et tout à coup le voila embarqué dans une enquête sur un meurtre où il est censé marcher sur des oeufs au vu du statut social et politique des personnes concernées. Ce qui, avec son caractère assez affirmé, ne va pas être simple à gérer, pas plus que le fait de devoir s'intéresser à une ancienne malédiction..
Le style de l'auteur reste toujours aussi savoureux et l'histoire est palpitante avec des flash backs qui nous ramènent à l'époque de la guerre de 100 ans..
J'ai adoré et puis c'est tout !!
Et maintenant que j'ai lu tous les Mallock, je vais lire quoi moi ??
Commenter  J’apprécie          230
Mallock.
Retenez bien ce nom.
Double casquette, Auteur et Personnage de roman policier à la fois.
C'est avec Les larmes de Pancrace que j'ai découvert l'univers et le style de l'écrivain dont je tairais le nom puisqu'il a choisi d'exister sous le masque de son commissaire, anonymat que je respecte donc.
Une fois n'est pas coutume, c'est le hasard qui a mis ce roman-là entre mes mains, je rencontre donc un personnage déjà installé dans le monde du polar, mais comme d'habitude, ça ne me dérange pas.
Mallock est en vacances.
Ce commissaire du 36, dont la renommée n'est plus à faire, se prélasse sur les côtes Atlantique, dans le bassin d'Arcachon, plus précisément.
Le ciel est bleu, le soleil brille et.... le téléphone portable sonne...
C'est son copain,  Gilles Guédrout, commissaire à Bordeaux.
Ça sent la fin des vacances.
Un ami de Gilles, Jean de Renom, vient d'être abattu. Tout accuse sa femme.
Le commissaire bordelais, trop proche du couple a besoin d'un oeil neutre pour y voir plus clair dans cette affaire.
Bref, je vais pas vous raconter le bouquin, juste vous dire que Mallock est un chien. Il a un côté  gentil chienchien,  joueur et câlin, mais il a aussi un côté...Pitbull, quand il a un os à ronger, il ne le lâche pas.
Peu importe l'adversaire, il fera tout pour découvrir la vérité, et même si les légendes racontent qu'il faut remonter sept cents ans en arrière.
Je me suis régalé pour cette première incursion chez Mallock (l'auteur).
Mallock (le flic) est un personnage truculent.
Un Columbo,  sans l'imper et la vieille bagnole cabossée, mais avec la même ténacité, la même nonchalance, la même terrible efficacité et une pointe d'humour pour adoucir le tout.
C'est terriblement efficace.
Les larmes de Pancrace, débute doucement, on se perd un peu dans les vignes bordelaises, on se demande si le cru va être bon et, au fil des pages, comme le bon vin au fil des ans, notre palais de lecteur reconnaît l'arôme d'un grand cépage.
Avez-vous entendu parler du projet Habakkuk  ?
Non ?
Moi non plus, et pourtant.....
Voilà c'est sur cette énigme que je vous convie à lire Mallock, pour moi, cette première appelle une suite.
Messieurs Mallock, je vous retrouverai avec plaisir.
Commenter  J’apprécie          190
Un nouveau concours sur Babelio m'a donné l'occasion de recevoir gracieusement cet ouvrage, que je me suis empressée de lire en vue d'une rencontre organisée avec l'auteur le 26 février, dans les locaux d'Univers Poche (je peux déjà vous dire que j'ai hâte d'y être). Merci donc aux éditions Fleuve Noir pour cette découverte et ma prochaine rencontre avec un auteur que je n'avais encore jamais eu l'occasion de lire : Mallock. Notons que l'auteur a choisi comme pseudonyme le nom de son personnage principal...

Nous avons un domaine viticole réputé, appartenant à parts égales aux familles Corneille et de Renom. Nous avons une victime : Jean de Renom. Nous avons un coupable tout trouvé, Camille, sa femme, fille de la députée candidate aux présidentielles Sophie Corneille. Et nous avons une malédiction lancée par le dernier des Templiers, Gil Gaelian du Gar, à l'encontre de Pancrace d'Armuth, ancêtre des de Renom, au XIVe siècle. le tout nous offre une histoire bien ficelée, vécue au présent et au passé, qui nous ouvre petit à petit les portes de cette énigme séculaire que le commissaire Amédée Mallock s'évertue à démêler.

J'ai beaucoup aimé ce thriller de Mallock. Ce qui m'a plu ? le cadre déjà, dans la région bordelaise, sur fond de canicule et de vin. L'auteur est un connaisseur, et n'hésite pas à partir dans des descriptions et explications sur la viticulture que j'ai trouvées passionnantes. le commissaire Mallock ensuite, un personnage on ne peut plus sympathique, un peu devin sur les bords, et tellement humain et naturel. Son équipe de choc bien entendu, car l'un ne va pas sans l'autre. L'intrigue, pour continuer, avec ce parallèle entre le crime actuel et l'origine de la malédiction, un petit aperçu des guerres du XIVe siècle, les Templiers et leur trésor, la peste, la religion... L'écriture également, car loin d'être cantonnée aux classiques crime-indices-déductions-coupable des polars habituels, Mallock (l'auteur) n'hésite pas à faire, au milieu d'un langage majoritairement haut en couleurs, de petites embardées poétiques qui ajoutent un peu de beauté à ce monde brutal et sans pitié qu'il nous décrit. Et puis enfin la clé de l'histoire, car tout ce qui est autant tiré par les cheveux m'amuse au plus haut point !

Une belle lecture donc, et je me pencherai très volontiers sur les précédentes enquêtes d'Amédée Mallock (et sur les suivantes bien entendu).
Commenter  J’apprécie          144




Lecteurs (273) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2787 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}