AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9781028101085
Éditeur : Bragelonne (14/09/2016)
3.43/5   73 notes
Résumé :
Amour, meurtres et conspiration : une recette de la manipulation.

À Nantua, dans le Jura, le lieutenant Gange élève seul sa fille de six ans. Gaëlle, sa femme, les a quittés sans donner de raison.

Quand deux meurtres se produisent la même semaine dans ce coin du Jura où il ne se passe « jamais rien », Gange est entraîné dans une enquête explosive. Il s’oriente peu à peu vers l’Abbaye blanche, une secte particulièrement dangereuse, en ch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
3,43

sur 73 notes

sabine59
  05 juillet 2018
Une surprise agréable! Choisi par hasard dans un bac de livres à prix réduits, je n'attendais rien de vraiment passionnant de ce livre...eh bien, fort bonne pioche!
D'abord, le personnage principal, Matthieu Gange , lieutenant de police dans l'Ain, m'a d'emblée plu. Pugnace, un peu trop apte à s'énerver, mais bon fond.Il faut dire qu'il est stressé, sa femme Gaëlle est partie, pour faire le point, dit-elle, le laissant désarmé et triste, avec sa fille de six ans, Marine.
Les autres membres de son équipe sont analysés aussi de façon intéressante, sans manichéisme. Chacun ses travers, ses qualités, et des flics englués sur le terrain, qui doivent composer avec les obstacles, notamment celui de l'Etat...
L'enquête, complexe et riche en actions, touche aux politiques véreux ( c'est curieux comme ces deux mots s'associent facilement, ça en devient cliché...) aux sectes, aux manipulations. Elle a retenu mon attention, je l'ai suivie avec passion. L'ensemble est réaliste, j'étais soulagée de ne pas assister à une énième histoire bourrée d'invraisemblances.
Et puis, et ce n'est pas si courant dans les romans policiers, si l'émotion est souvent présente, l'humour aussi, et j'avoue avoir souri et ri même, à plusieurs reprises. Les dialogues sont savoureux, un peu à la Audiard, et certaines descriptions amusantes. Un petit exemple, pour vous mettre dans l'ambiance:" La première image qui lui vint fut celle d'une pintade hirsute qui aurait avalé trop de piment, mais c'était bien Gallois, cintré dans un costume pied-de-poule au tombé parfait, qui lui faisait signe de le rejoindre dans son bureau."
Bref, pour un premier polar, Laurent Malot, metteur en scène et scénariste de profession, qui a confié son ébauche de livre , comme il l'explique à la fin, à rien moins que Bertrand Tavernier, a réussi son essai! J'espère qu'il persévérera dans cette voie!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
BlackKat
  14 septembre 2016
Alors que tout démarre par une enquête classique sur un meurtre… puis deux et un troisième, le Lieutenant Mathieu Gange soupçonne rapidement un lien entre ces morts dans une région jurassienne où il ne se passe jamais rien, à ses dires.
A fortiori quand une journaliste qui n'a pas froid aux yeux, Héléna Medj, semble en savoir davantage que lui et le nargue pour son ignorance!
Entre soif du scoop et recherche de la vérité, sera-t-elle une alliée précieuse pour le Lieutenant Mathieu Gange, hanté par le départ soudain et sans explication de son épouse, Gaëlle, qu'il soupçonne de tenir un rôle dans son affaire?
Au fil des découvertes, Gange voit se réduire le nombre des personnes de confiance et augmenter les dangers qui s'abattent sur lui et son équipe. Son collègue Etienne lui reste fidèle ainsi que la juge Carole Harlan, malgré les barrages qui se dressent également sur sa route.
Cette équipe réduite arrivera-t-elle à vaincre les ennemis, d'où qu'ils viennent?
D'ordinaire, je ne suis pas super fan de polars… Entre enquête classique de policiers à la gouaille un brin vulgaire, souvent dépressifs et alcoolo, et leurs chamailleries avec l'organe judiciaire, leur mépris de l'homme de la rue, ils m'ennuient…
Alors une fois ce roman terminé, je me suis interrogée sur mon enthousiasme inattendu pour un polar! Et bingo, j'ai trouvé! Heureusement d'ailleurs car me contenter de dire que j'ai aimé cette lecture ne va pas vous titiller de beaucoup!
Avec l'Abbaye blanche, l'auteur a su insuffler une dynamique et une réflexion différentes, entre roman noir dressant un portrait pessimiste mais lucide de nos administrations publiques et dirigeantes et une enquête à 100 à l'heure, avec des scènes d'action prenantes, le lecteur reste scotché de la 1ère à la dernière page!
Les méchants ne sont pas seulement les autres, là-bas, en bas, à l'extérieur, ils sont intrinsèques au système dont notre équipe d'enquêteurs fait partie: ce sont des politiques, des magistrats, des militaires. Ce sont ceux qui sont censés être garants de notre probité et notre sécurité.
Et quand les sphères d'influence jouent de leurs accointances dans le milieu sectaire, les relations deviennent opaques et complexes. Qui tire les ficelles? Qui dirige qui? Qui prend les initiatives qui mènent un estimé collègue de Gange au bord de la tombe? Qui est réellement responsable des meurtres commis?
Enfin des portraits d'hommes et de femmes loin de la frilosité, du confort de leur bureau, de leur résignation molle ou de leurs ambitions égotiques et aveugles!
Là, ils défient leur hiérarchie, suivent leurs propres règles quand celles établies apparaissent contraires à la justice et la morale, abandonnent toute idée de carrière proprette pour la prise de risques, le risque d'y perdre même leur vie.
Qu'importe les machinations, les intimidations et les pressions d'aussi haut qu'elles tombent, flic, magistrat et journaliste vont aller jusqu'au bout. Et diantre, en ces heures sombres de notre histoire où le simple citoyen ne sait plus en qui croire et faire confiance, où chaque jour nous révèle de nouvelles malversations de nos instances dirigeantes qui seront étouffées et jamais punies, ce genre de combativité est un souffle d'air pur!
Mais ne croyez pas que ce roman est un conte de fées! Loin de là!
Nous, lecteurs, seront les témoins privilégiés de ce scandale d'État et des rouages du trafic crapuleux et meurtrier mis à jour par le Lieutenant Gange et son équipe, mais l'affaire ne sera-t-elle pas, au bout du compte, étouffée et tue au grand public? Car le filet de la justice est souvent très lâche pour les puissants…
Ce polar nous met face à notre propre société et nos rapports faussés d'avec nos dirigeants. Quelques bonnes volontés ne viendront jamais à bout d'une criminalité organisée, en cols blancs, dont les ramifications sont autant de métastases d'un cancer sociétal incurable…
Mais doit-on pour autant abandonner?
Le Lieutenant Gange, Héléna, la juge Harlan, devront-ils abandonner, vaincus par une impuissance manifeste, ou entreprendre « la même tâche, simple et immense à la fois: repartir de zéro. »?
L'espoir est donc permis pour de futures enquêtes, non?!?
Juste un mot sur le style de Laurent Malot: une plume maîtrisée, directe, vive et incisive. Les arcanes du pouvoir, les ramifications du trafic et le domaine sectaire sont très finement analysés et documentés. le suspens est omniprésent et quelques mises au point sur l'enquête permettent habilement de ne pas perdre le lecteur dans la complexité des associations de personnes, entre donneurs d'ordres et exécutants.
En conclusion, une belle découverte et un coup de coeur… fichtre… pour un polar!
Un auteur que je vais assurément suivre!
Je remercie vivement Les Éditions Bragelonne, et notamment Lilas Seewald, pour leur confiance!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Josephine2
  08 septembre 2019
La première et le résumé de la quatrième de couverture m'ont fait craqué pour ce polars. Je me faisais une joie de le découvrir.
Dire que je n'ai pas aimé serait mentir, puisque je l'ai lu jusqu'à la fin. Je voulais savoir comment cette histoire se terminerait. Mais après m'avoir entraîné dans une histoire prenante, m'avoir fait saliver, après avoir monté un scénario laissant croire que l'épouse du Lieutenant Gange était impliquée dans une histoire politico-criminelle, ne voilà-t-il pas que l'auteur me laisse en rade, comme ça… Sans plus de précision, en quelques pages l'affaire est bouclée, alors que l'intrigue était complexe, me laissant sur ma faim. Au moment crucial du dénouement, Gange abandonne les lieux, alors qu'il est dans une maison « isolée », il trouve une paire de jumelles et voit sa femme venue rendre visite à leur fille, dans la ferme familiale…. Il part donc la rejoindre, et laisse tout en plan… J'ai eu l'impression d'être une abeille attirée par un pot de miel… vide. Et que dire de son épouse, qui au final, n'a rien à voir avec l'affaire. Un effet de manche qui tombe à plat. Alambiqué est le terme qui convient pour cette histoire.
Bon, il y a un deuxième volume, mais ce sera sans moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Binaiade
  01 janvier 2017
De quoi ça parle ?
Nantua, dans l'Ain. Deux hommes sont tués à peu de temps d'intervalle. Rien ne semble relier ces meurtres dans cette petite ville où rien ne se passe. Mathieu Gange va mener l'enquête avec l'aide de ses collègues Paul Michelet et Etienne Marec. Une journaliste au fort caractère Héléna Medj et Carole Harlan, juge d'instruction vont également lui prêter main forte.
Au fil de l'enquête, ils vont mettre le doigt sur des secrets qu'il valait mieux ne pas révéler mêlant corruption, affaire d'Etat et secte.
Gange va vivre des moments éprouvants jonglant entre cette enquête explosive et l'éducation de sa fille Marine, depuis la disparition de sa femme.
Va-t-il réussir à mener à bien son investigation sans y laisser sa vie et sans sombrer dans la paranoïa dans un monde ou la confiance ne s'accorde pas facilement ?
Mon avis :
Un avis mitigé pour ce livre. L'histoire met vraiment trop de temps à se lancer, les moments forts donnent l'impression d'être survolés, il ne se passe pas grand chose et ce, sur au moins 150 pages. L'intrigue survient seulement à la moitié du roman, ce qui est vraiment dommage. Plus d'un lecteur aurait envie de le refermer avant que les choses ne commencent à bouger.
Passé ces pages très calmes, ce polar donne enfin tout ce qu'il a dans le ventre. le rythme s'accélère enfin, on reçoit un seau d'eau fraîche dans la face et on se réveille ! Plus de temps mort, la tension devient palpable et l'ennui laisse place à un réel intérêt.
Bonne idée de l'auteur pour avoir intégré les pages de fin au début du livre afin de brouiller les pistes, j'avoue m'être laissée prendre !
Les personnages sont typiques du genre : le super-flic torturé, la journaliste qui n'a pas froid aux yeux, mais petite originalité, l'apparition d'une femme juge qui n'a rien à envier au personnage principal. Mention spéciale pour Adrien Gantois, personnage secondaire faisant une apparition furtive, mais tellement rafraîchissante et drôle.
Le dénouement est un peu simple mais reste crédible, j'ai d'ailleurs crains d'être confrontée à une fin rocambolesque, au vu de l'ampleur des événements mais non, Laurent Malot a su rester dans la réalité.
Je suis vraiment déçue que l'histoire peine tant à se lancer, car L'abbaye blanche aurait pu faire un très bon polar, mais je ne peux passer sous silence cette trop longue attente.
Premier polar de cet auteur et malgré ce début hésitant, c'est un roman policier efficace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Sharon
  13 décembre 2019
Nous sommes dans le Jura, une région calme, très calme. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'il ne s'y passe jamais rien, mis à part un vol de vélo, mais presque. Cependant, un homme est assassiné, puis un autre, et l'on retrouvé un troisième homme torturé et assassiné dans la forêt.
Ce que j'ai retenu de ce livre ? Un enquêteur, un de plus, qui a des soucis de couple, sa femme est partie, lui laissant leur fille, qui ne comprend pas pourquoi sa mère est partie en coupant tout contact. Une de plus. Soit je lis vraiment beaucoup, soit cette thématique est vraiment très courante. du coup, la disparition de sa femme lui fait un tout petit peu s'écarter de certaines pistes – pour ne pas dire que ses obsessions le font merdoyer un peu. Bref, un récit policier dans lequel la vie personnel de l'enquêteur parasite un peu l'enquête. Oui, elle est résolue, mais ayant pris connaissance de l'existence d'un tome 2, je pense poursuivre ma découverte de cet enquêteur rapidement.
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   02 mars 2020
— Le Cluedo, c’est quelle chambre ?
— Pardon, monsieur ?
La question ne figurait pas dans le manuel du parfait réceptionniste. David blêmissait à vue d’œil.
— La chambre de M. Quesnel, reformula Gange en montrant sa plaque de flic.
— Au cinquième, la suite Victoria.
— Mes collègues sont déjà là, j’imagine ?
— Ils sont plusieurs, il y a un lieutenant…
— Le capitaine Michelet. Dans une autre vie, il était chien sauveteur, c’est pour ça qu’il arrive le premier.
Gange s’éloigna vers l’ascenseur sous le regard morne du gamin.
— À cause du flair, l’aida-t-il en pointant un doigt sur son nez.
Quand la porte de l’ascenseur se referma, Gange eut l’impression que le réceptionniste venait de saisir, mais il n’en était pas sûr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Rob7Rob7   15 avril 2019
Ça fait trois fois qu'elle se pointe ce mois-ci, reprit Babel, et toujours avec une excuse bidon. Une vraie saute-au-paf, sauf que le capitaine ne veut rien voir. Soit il vieillit, soit il a l'horloge bloquée sur 6 heures.
Commenter  J’apprécie          60
collectifpolarcollectifpolar   02 mars 2020
Une semaine s’était écoulée et l’enquête sur la mort d’André Quesnel n’avait pas beaucoup avancé. Garroni, la légiste qui avait pratiqué l’autopsie, n’était sûre que d’une chose : l’expert-comptable était mort noyé. Du fait d’une main criminelle ou de l’absorption d’une trop grande quantité de somnifères, elle n’avait pas voulu se prononcer. Quant aux draps envoyés à la police scientifique, les résultats de l’analyse ADN n’étaient toujours pas arrivés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolarcollectifpolar   02 mars 2020
Il avait couru sans réfléchir, ses poumons lui faisaient mal et le manque de sommeil des dernières soixante-douze heures créait un étau qui lui enserrait violemment les tempes. En pressant sur la détente, il mettrait un terme à l’enquête qui avait anéanti ses dernières illusions. Tirer, en finir avant de ne plus en être capable. Des semaines de souffrance et l’enquête enfin bouclée. La délivrance.

Ou la douleur, encore, sous une autre forme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BlackKatBlackKat   13 septembre 2016
Objectif à peine voilé des grandes villes: éloigner la pauvreté du centre pour en faire une vitrine de la réussite politique. Retour au Moyen Âge, les manants bâtissant leur village autour du château du vicomte.
Commenter  J’apprécie          50

Video de Laurent Malot (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Malot
Retrouvez l'émission ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/laurent-malot-que-dieu-lui-pardonne-52598.html
Le théâtre, le cinéma, le roman… Laurent Malot est un touche-à-touche de l'écriture, une vocation née dans son adolescence, à la sortie d'une salle de cinéma où il venait de pleurer aux aventures de E.T. l'extraterrestre. Son choix était fait, devenu grand, il raconterait des histoires. Et le rêve de gosse est devenu réalité ! Après avoir écrit des pièces radiophoniques pour France Inter pendant dix ans, Laurent Malot continue à écrire pour le théâtre. Mais c'est aussi en librairie qu'on le retrouve désormais. Les amateurs de polar ont apprécié son écriture avec le personnage récurrent du lieutenant Gange dans « L'abbaye blanche » et « Sème la mort », les ados l'ont découvert avec « Lucky losers », les plus romantiques ont aimé « Tous pour elle ». Mais à travers ces romans, Laurent Malot veut aussi mettre le doigt là où ça fait mal, alerter le lecteur en abordant des sujets de société. On avait beaucoup apprécié son roman « de la part d'Hannah » paru en 2014, où une pétillante gamine faisait face aux défauts des adultes dans une campagne des années 1960. Laurent Malot revient au monde de l'enfance mais dans notre époque contemporaine avec ce nouveau titre « Que Dieu lui pardonne » paru chez XO. Maya a 17 ans. Violentée sexuellement par son père, elle a fui la maison familiale et s'est installée dans un studio à Fécamp où entre ses cours au lycée et les petits boulots, elle tente de reconstruire sa vie. Mais de l'autre côté du mur, vit une famille où les quatre enfants se font tabasser et insulter à longueur de temps. Même si elle différente, la violence que cherche à fuir Maya lui revient en pleine face. Sur ce sujet, ô combien d'actualité, les violences faites aux enfants et aux femmes, qu'elles soient physiques, sexuelles ou psychologiques, Laurent Malot a construit un roman où l'intrigue est habilement menée, mettant en scène cette jeune fille tombée trop tôt et trop mal dans l'âge adulte. Evitant le piège des bons sentiments, il nous livre une histoire où la résilience tient la première place, sachant apporter de la lumière dans les faits qu'il cherche à dénoncer. Maya et les quatre gamins qu'elle va prendre sous son aile vous marqueront longtemps, et vous ne resterez pas insensible à cette histoire qui pourrait se passer près de chez vous. Tout cela est porté par une belle écriture, simple et littéraire à la fois, avec une juste dose de dialogues finement ciselés et quelques vérités sur ces faits de société pour lesquels on a sans doute trop tendance à fermer les yeux. « Que Dieu lui pardonne » de Laurent Malot est publié chez XO.
+ Lire la suite
autres livres classés : sectesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2190 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre