AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226241450
Éditeur : Albin Michel (02/05/2012)

Note moyenne : 3.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Recueil de nouvelles se passant en Australie. "Tous les personnages de David Malouf, hommes ou femmes, sont ensemble mais curieusement seuls, comme s'ils étaient à la recherche de quelque chose dont ils auraient manqué où qu'ils auraient raté dans leur vie"
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Ellane92
  17 novembre 2013
Chaque geste que tu fais est le titre de la 2ème des 7 nouvelles que comporte ce recueil. Chacune de ces nouvelles pose en thème principal le voyage introspectif. Que le héros soit un homme, une femme, adolescent ou vieillard, chacun fait une sorte d'arrêt sur image de sa vie, et s'interroge sur sa place dans le monde, au travers de son histoire, de son expérience, des relations qu'il a nouées et dénouées. Si chaque nouvelle porte une ou plusieurs problématiques principales (la guerre, l'adolescence, la folie, la relation amoureuse, la musique, la complétude, l'incompréhension…), chaque être rencontré au fil de ces pages se demande d'où il vient, ce qu'il est, rarement où il va, ce qu'il laissera derrière lui à son départ, sa place dans l'espace, dans le monde, dans son rapport à l'autre...
Il y a quelques jolies histoires, de belles réflexions, quelques passages magnifiquement écrits, des façons de présenter les choses intéressantes. L'auteur écrit de longues et belles phrases très travaillées. Les paragraphes sont parfois, rarement, entrecoupés de quelques phrases très courtes et percutantes, qui rythment un peu le récit. C'est plutôt un beau livre, intéressant et riche, mais finalement un peu long ; les cheminements des protagonistes, souvent assez proches les uns des autres, ont fini par me lasser. Il faudrait peut-être lire les nouvelles non pas à la suite les unes des autres, mais une de temps en temps, pour plonger dans le paysage australien et savourer la nostalgie qui découle de ces jolies histoires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Melopee
  04 mai 2012
Je commence à être au point sur les recueils de nouvelles avec quelques lectures récentes toutes plus satisfaisantes les unes que les autres. Et c'est ce qui est intéressant c'est que chaque micro-récit prend une résonance particulière à mes yeux. Ainsi, "Chaque geste que tu fais", a été une lecture plus laborieuse que les précédentes, plus exigeante également mais non moins enrichissante.
Ce sont sept nouvelles qui composent ce recueil, toutes puissamment enracinées dans l'Australie contemporaine. Les personnages y sont seuls, comme portés par une indépendance profonde qui les poussent à s'isoler. La première m'a par exemple marqué car le jeune narrateur, âgé de 16 ans, va aller à contre-courant de l'éducation reçue pour suivre un ami le temps d'une partie de chasse. A partir de ce banal événement, les personnages se rapprochent - les hommes de la famille qui l'initient et lui-même, en proie au doute - et le loisir devient enjeu social, confrontation et prétexte à se dépasser. On sent doucettement la tension monter et on se met à la place du personnage, un peu mal à l'aise de cette étape fondatrice qui semble le passage "obligé". Les autres nouvelles sont sur le même ton à la fois froid et méthodique mais aussi intense car les personnages ne s'épargnent pas et vont frontalement à la rencontre de leur destin.
Je ressors de ces récits avec un sentiment mélangé. D'une part j'ai beaucoup aimé la diversité des situations, les caractères incisifs des personnages mais je suis aussi un peu restée en marge de ces histoires. C'est comme si l'Australie qui m'était contée perdait un peu de l'aura que j'avais trouvé dans Récits du bush de Paul Wenz. Cette Australie-là elle aurait très bien pu être l'Amérique ou bien la France. Mais ce n'est pas négatif pour autant puisque les personnages, quasi emblématiques, prennent le pas sur les paysages. Ainsi, le narrateur de la nouvelle "Enfant soldat" est déstabilisant dans son comportement, faisant le tour de ses connaissances avant de partir pour la guerre du Vietnam. Dans la nouvelle "Ce lieu et ce temps", c'est deux personnages qui prennent le chemin d'un enterrement où tous se comportent normalement, non affectés par la douleur de la perte. Un rassemblement quelconque? Que fait le narrateur, embarqué lui aussi pour faire "figuration"?
Voilà un recueil complexe qui m'aura tenu dans la durée puisque j'ai dû le digérer, nouvelle après nouvelle. Non que le style soit particulièrement ardu mais, comme je l'ai évoqué, j'ai eu du mal à pleinement embarquer dans ces histoires. Néanmoins, ça me donne le goût de lire d'autres ouvrages de David Malouf car il semble reconnu par ses pairs (comme Doris Lessing) et s'essaie à de nombreux genres (romans, pièces de théâtre, livrets d'opéra). Peut-être y trouverais-je mon bonheur?!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
jostein
  29 mai 2012
Chaque geste que tu fais, le recueil de nouvelles de David Malouf se lit au départ avec beaucoup d'intérêt car l'auteur analyse très finement des situations particulières et les sentiments des personnages.
La première nouvelle, La vallée des lagons, est sûrement celle qui met le mieux en scène la nature du bush australien puisque la majeure partie de l'action se déroule lors d'une partie de chasse. Mais, ce sont bien les hommes qui tiennent la place prépondérante dans ces sept nouvelles.
L'auteur prend un fait particulier comme une partie de chasse, une rencontre, départ à la guerre, une maladie, un enterrement, une visite du Roc ou un repas entre amis pour analyser les sentiments, les souvenirs des protagonistes. On y trouve souvent la solitude, la nostalgie, la différence, l'intérêt que peut avoir une rencontre. À partir d'un chemin, l'auteur nous entraîne dans les arcanes compliqués de la mémoire et de la pensée.
Si je fus sous le charme des trois ou quatre premières nouvelles, je me suis ensuite un peu lassée de ces états statiques et descriptifs qui manquent souvent d'actions, d'objectif. Un peu, à la façon de ce jeune soldat qui, revenu de la guerre, n'a plus de projets ou cette vieille dame qui ressasse ses souvenirs, erre au milieu de ses visions puis se perd au milieu de nulle part, je n'attendais plus rien de mes lectures si ce n'est de me laisser charmer par la plume volubile et agréable de l'auteur.
Lien : http://surlaroutedejostein.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Readingintherain
  09 mai 2012
Par le bandeau fort alléchée, j'ai commencé ce recueil de nouvelles avec une détermination sans faille. J'ai été confortée dans cet enthousiasme par une libraire qui m'a dit « aaaah, Malouf, c'est trop génial, j'adore cet auteur ». Et pour le coup, j'ai adoré la première nouvelle du recueil. Et la seconde. Les quelques premières, en fait. Puis j'ai commencé à déchanter un peu : bavard, verbeux même, Malouf m'entraînait dans des descriptions longues et, à mon sens, inutiles de sentiments de personnages auxquels du coup j'avais du mal à m'intéresser.

Du coup, je suis mal à l'aise face à ce recueil de nouvelles : j'aurais du aimer, il correspond parfaitement à mes goûts d'habitude et puis non, l'alchimie ne s'est pas faite. Ça arrive parfois. Mais ça me rend toujours un peu triste.


Merci à Albin Michel de m'avoir envoyé ce livre. Si l'un de vous souhaite le lire, comme d'hab, un p'tit mail dans la boîte Contact. Ce coup-ci, un seul exemplaire.
Lien : http://www.readingintherain...
Commenter  J’apprécie          40
yv1
  20 mai 2012
je n'ai pas réussi à aller au bout. Un petit refrain lancinant au long des pages qui me disait d'arrêter, que je n'arrivais pas à comprendre les histoires ni où l'auteur voulait en venir ou m'emmener. J'ai résisté tant que j'ai pu et plouf, je suis tombé dans une nouvelle encore plus lente et là, je n'ai pu que lâchement mais sûrement fermer ce livre. Dommage ! Rendez-vous raté. Mais peut-être que la littérature australienne ne me convient pas (je suis un des rares -sur la blogosphère- à ne pas aimer Kenneth Cook et son koala tueur)
Lien : http://www.lyvres.over-blog...
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
josteinjostein   29 mai 2012
elle lisait, ou disons plutôt qu'elle relisait. Débusquant d'anciens compagnons dans les pages de ses livres préférés afin de voir qui d'eux ou d'elle avaient le plus changé au fil des années, ou pour redécouvrir, avec un petit choc attendri, son moi d'antan, qui, à seize ans ou trente, avait pour la première fois été touché par eux.
Commenter  J’apprécie          40
josteinjostein   29 mai 2012
Il tentait en s'infligeant ces punitions, d'éradiquer une affliction. Mais il n'avait réussi qu'à la souligner : à faire ressortir le bleu métallique de ses yeux, à révéler, sous sa peau et son réseau de fêlures la qualité poignante- c'est ainsi qu'elle le voyait- de ses os.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de David Malouf (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Malouf

David Malouf - Une rançon (présentation de Francis Geffard, éditeur)
"Une rançon" marque le retour au roman de l'immense écrivain qu'est l'Australien David Malouf, prix Femina étranger pour Ce vaste monde. Il réinterprète ici ...
autres livres classés : littérature australienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le journal d'Adèle

A quelle occasion Adèle reçoit-elle le journal intime?

pour Noel
pour son anniversaire
comme récompense

6 questions
25 lecteurs ont répondu
Thème : Le journal d'Adèle (1914-1918) de Paule du BouchetCréer un quiz sur ce livre